L’incroyable “montée” de l’antisémitisme en France (en France !!!)

cliquez pour relire  l’article, très instructif

Certains se souviendront de mon vieil ami Gaby auquel j’avais consacré un article en 2016. On s’est revu souvent depuis. L’autre fois, à l’occasion d’échanges mails avec lui et un autre ami, Gaby s’est souvenu que je n’avais pas réagi à un texte qu’il m’avait envoyé en 2018  suite à une discussion à l’époque, à propos de la montée incroyable de l’antisémitisme meurtrier en France. Franchement, j’avais oublié de lui répondre. Il me l’a donc rappelé et renvoyé. Je le publie ici car je pense que cela concerne tout le monde. Je dois avouer que je suis atterré (le mot est faible) par cette montée qu’on aurait pas pu imaginer voici quelques années.  Merci à Gaby, une fois de plus, mais lisez (l’illustration est de moi), à quelques détails près (comme Trump sur Jérusalem…), je suis d’accord avec lui … EV 

Éléments de réponse de Gabriel Keslassy au questionnement d’Eric Veillon relatif au regain de l’antisémitisme meurtrier en France

La fille ainée de l’Eglise n’a jamais ignoré l’aspect « peuple déicide » attribué aux juifs. Depuis 1966, les suites du Concile Vatican II, notamment par rapport au judaïsme, ne me semblent pas totalement intégrées par la majorité des catholiques.

L’affaire Dreyfus, à l’aube du XXème siècle, a été clivante au sein de la société française. Il a quand même fallu ~ 7 ans entre la grâce et l’acquittement (réhabilitation) du Capitaine.

Durant la période Vichyste, la collaboration avec les nazis était majoritairement admise par la population et la rapidité de promulgation des lois anti-juives (plus dures que celles des occupants notamment par rapport aux enfants) n’a pas soulevé une désapprobation massive …

Dans ma mémoire “en France” (juif de 14 ans : émigration familiale du Maroc en 1965), c’est notamment la réaction du Premier Ministre à l’attentat meurtrier (4 morts : Jean Michel Barbé, Philippe Bouissou, Hilario Lopez Fernandez, Aliza Shagrir) contre la synagogue libérale « Copernic », fin 1980 – une 1ère depuis la seconde guerre mondiale -, qui m’a choqué : « Cet attentat odieux qui a frappé des français innocents » (Raymond Barre était marié à une israélite d’origine hongroise !). L’auteur présumé, Hassan Diab, un libanais d’origine palestinienne (intellectuel militant au Front Populaire de Libération de la Palestine), a mené une vie paisible au Canada avant d’en être extradé fin 2014 puis d’être incarcéré ici. Il a bénéficié d’un non-lieu le 12 janvier 2018. Bien que le parquet ait fait appel, le suspect est reparti dans son pays d’adoption, le Canada, avec de surprenants égards diplomatiques (accompagné à bord de l’avion par un représentant de l’ambassade !).

En août 1982, il y a eu l’attentat de la rue des Rosiers (Restaurant de Jo Goldenberg) à Paris qui fit 6 morts. Il est attribué au groupe palestinien Abou Nidal (dissident de l’Organisation de Libération de la Palestine). Les 3 membres du commando identifiés n’ont jamais été jugés depuis malgré un mandat d’arrêt international. Ce tragique évènement est basé également sur un préjugé : Juif = pro-Israël. Vivant en Polynésie Française à l’époque, je ne l’ai pas suivi en détail.

A Tahiti-Faaa et Moruroa où je travaillais, j’ai été la tête de Turc du Chef de la Météorologie, un antisémite notoire. Je n’ai pas cédé à toute forme de violence contre lui malgré des propositions d’aide, notamment de coreligionnaires. Cependant, de retour en métropole en 1984, j’ai quitté la Météo pour ne pas risquer de re-croiser son chemin (cf lien avec mon discours de départ en retraite du 16/06/2016).

J’ai été très sensible au discours du Président de la République, Jacques Chirac en juillet 1995, lors de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv (13 000 juifs arrêtés par la police française, les 16 et 17 juillet 1942), où il a reconnu la responsabilité de l’Etat dans la déportation et l’extermination des juifs de France durant la 2ème guerre mondiale (~76 000 victimes juives dont ~11 000 enfants déportés).

Début 2006, l’affaire Ilan Halimi, jeune juif enlevé, séquestré et torturé à mort durant 3 semaines, révèle la dimension antisémite du gang des barbares (une vingtaine de jeunes de Bagneux) dirigé par Youssouf Fofana. Né et élevé en France, ce musulman (pratiquant selon son père) d’origine Ivoirienne a exigé une rançon pour la libération d’Ilan à la famille Halimi au motif que Juif = Argent. Il fait toujours du prosélytisme islamique en détention ! Je viens seulement d’apprendre l’une des raisons, avancée par la mère d’Ilan, de l’enterrement de son fils à Jérusalem : au moins là-bas, sa tombe ne risque pas d’être profanée ! Effectivement, les profanations de tombes juives se produisent souvent, encore récemment en Alsace, sans parler de l’horreur de la profanation du cimetière juif de Carpentras, en 1990, où notamment, le cadavre de Félix Germon, a été déterré et empalé ! (4 néo-nazis furent condamnés 6 ans plus tard). Plusieurs fois, la stèle de Bagneux à la mémoire d’Ilan est profanée et les arbres plantés en son souvenir sont sciés.

L’association se fait avec l’affaire de Livry-Gargan (93 – 8/9/17) où une famille juive (parents de 84 et 72 ans et leur fils de 48 ans) a été séquestrée, violemment molestée et rackettée dans son pavillon par un trio d’individus d’origine africaine au motif de Juif = Argent. Heureusement sans mort d’homme.

Puis, en mars 2012, le comble de l’horreur, avec les meurtres commis par Mohammed Merah, terroriste islamiste, qui tue à bout portant 3 militaires (d’origine nord-africaine : Imad ibn Ziaten, 30 ans, Abel Chennouf, 28 ans, et Mohamed Legouad, 24 ans) à Toulouse et Montauban, puis dans la cour de l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse : un rabbin-enseignant, Jonathan Sandler 30 ans et ses 2 fils : Gabriel, 3 ans et Arieh, 5 ans ainsi que Myriam Monsonégo, 8 ans, fille du Directeur. Voilà un jeune né et élevé en France, musulman d’origine algérienne (double nationalité) qui par ces actes odieux, réveille en moi, les pires souvenirs de l’histoire juive : les pogromes d’Europe centrale et de Russie et les sombres heures du nazisme et de la Shoah où des enfants sont tués juste parce que juifs. Ce criminel sordide sera abattu à son domicile lors d’un assaut du RAID. De mémoire, il n’y a pas eu de manifestation de masse contre ces meurtres notamment antisémites au prétexte qu’il s’agirait d’un loup solitaire. Début novembre 2017, le procès du frère ainé, pour association de malfaiteurs terroristes, a abouti à sa condamnation à 20 ans de réclusion. Leur mère a exaspéré les parties civiles par ses mensonges face au tribunal.

Depuis, je reste vraiment admiratif de 2 personnes qui me réconcilient avec le genre humain : une musulmane, Latifa Ibn Ziaten (franco-marocaine, militante de la tolérance, notamment Prix « Copernic » 2015 et Chevalier de la Légion d’honneur, décoration remise par François Hollande le 11 mars 2016, jour du 4ème anniversaire de la mort de son fils) et un juif, Samuel Sandler (parents allemands immigrés durant la montée du nazisme, dirigeant une communauté juive de Versailles, engagé dans l’amitié judéo-chrétienne et Chevalier de la Légion d’honneur, décoration remise par le ministre Benoit Hamon le 11/07/2013) qui assument la dimension religieuse de leur identité française et font face dignement à la pire épreuve qui soit pour des parents (selon moi), celle de devoir enterrer son enfant : au Maroc pour Imad et à Jérusalem pour Jonathan, Gabriel et Arieh (ses petits enfants).

Les attentats djihadistes (terrorisme islamiste) ont commencé en janvier 2015, avec celui meurtrier de Charlie Hebdo (12 morts : Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, Elsa Cavat, Bernard Maris, Franck Brinsolaro, Moustapha Ourrad, Michel Renaud et Frédéric Boisseau ainsi que le gardien de la paix Ahmed Mérabet). Le choc était d’autant plus émotionnellement violent que j’appréciais beaucoup les dessinateurs Cabu et Wolinski (dont nous avons des ouvrages dédicacés). Les auteurs, les frères Chérif et Saïd Kouachi, musulmans d’origine algérienne, nés et élevés en France se réclament de l’AQPA (Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique). Ils seront abattus par le GIGN 2 jours plus tard à Dammartin en Goelle. Leur complice, Amedy Coulibaly, après avoir assassiné Clarissa Jean-Philippe (policière municipale d’origine martiniquaise) à Montrouge fait une prise d’otages (17 personnes) dans une supérette cascher porte de Vincennes et tue 4 juifs (Yohan Cohen, 20 ans, Philippe Braham, 45 ans, François-Michel Saada, 64 ans et Yoav Hattab, 21 ans -fils du Grand Rabbin de Tunis-). Ce jeune né et élevé en France, musulman d’origine malienne, se réclame de l’Etat Islamique. Il sera abattu lors de l’assaut policier du RAID et de la BRI quasi simultané avec celui contre les Kouachi.

Un jeune homme, employé de l’Hyper Cacher, Lassana Bathily, lui aussi musulman d’origine malienne a agi avec courage : en aidant 6 clients dont un bébé à se cacher dans une chambre froide au sous-sol puis en sortant, a informé les policiers de la situation et leur a fourni les clés du rideau de fer automatique baissé. Chapeau bas à ce brave jeune homme, qui sera naturalisé dès le 20 janvier 2015.

Quarante-quatre chefs d’État et de gouvernement participent à Paris à une « marche républicaine » le dimanche 11 janvier 2015, qui rassemble plus d’un million et demi de personnes. J’y ai participé mais j’ai regretté la faible présence des minorités visibles notamment celles originaires d’Afrique du Nord et Sub-Saharienne.

Pour les attentats du 13 novembre, particulièrement meurtriers au théâtre du Bataclan (130 morts au total !), revendiqués par l’Etat Islamique (Daech), les 9 auteurs abattus sont des jeunes entre 20 et 30 ans dont 5 français nés et élevés en France ou en Belgique (2) et 2 belgo-marocains. Leur complice Salah Abdeslam, né et vivant en Belgique en a été extradé et est détenu sous haute surveillance dans l’attente de son procès (il est resté mutique lors de celui de Bruxelles). J’ai suivi à distance cette tragédie car j’étais en voyage d’agrément en Inde du Nord.

L’attentat du 14 juillet 2016 à Nice a aussi été en termes d’images, le comble de l’horreur, après le feu d’artifice, un camion poids-lourd fonce sur la foule sur la promenade des anglais et tue 86 personnes se promenant en famille (dont 22 musulmans). Commis par un tunisien, père de 3 enfants, vivant légalement en France, cette tuerie est revendiquée par l’Etat Islamique (Daech). J’ai ardemment poussé mes amis et potes musulmans à se mobiliser pour manifester avec un seul mot d’ordre : « pas en mon nom, pas en celui de ma religion ». Je ne comprends pas pourquoi les dirigeants religieux et/ou communautaires des musulmans en France n’ont pas pousser à cette expression de prise de distance avec ces tueries de terroristes agissant au nom d’un Islam radical.

Dans ces 3 cas, les réactions (et les discours) du Président de la République François Hollande ont été admirablement à la hauteur.

Le 4 avril 2017 à Paris (XI), Sarah Halimi, une retraitée juive de 65 ans (médecin, vivant à Belleville depuis 30 ans), est sauvagement rouée de coups durant plus d’une heure et défenestrée en pleine nuit par un jeune voisin (27 ans), musulman d’origine africaine délirant (sous emprise de cannabis), d’origine malienne, aux cris de : « Allahou Akbar » et/ou « J’ai tué le Sheitan (démon) » (selon certains témoins).

La justice, frileuse, ne requiert pas le caractère antisémite de cet homicide volontaire. Malgré les résultats d’une expertise psychiatrique, et à la suite du refus de la juge, le parquet de Paris a demandé à la cour d’appel de trancher le débat quant au caractère antisémite de ce meurtre. Ce ne sera fait que 11 mois plus tard !!!

Il semble que ce soit aussi la tendance lourde des médias de « ménager la 2ème religion de France » (notamment en pleine campagne présidentielle), en considérant que le citoyen est incapable de faire la différence entre un assassinat à caractère antisémite et un attentat meurtrier commis par un terroriste islamiste.

Presqu’un an plus tard, le 23 mars 2018, vers 19h, alertés par une voisine pour un début d’incendie, les pompiers pénètrent dans l’appartement de Mireille Knoll situé aussi dans le 11ème arrondissement de Paris. Ils découvrent le corps de la vieille dame, étendue sur son lit et en partie carbonisé. La victime, handicapée de 85 ans, porte onze traces de coups de couteau. Très rapidement, les policiers s’orientent vers la piste criminelle. Le crime suscite très vite, une grande émotion au sein de la communauté juive car Mireille Knoll a échappé de justesse en 1942 à la rafle du Vel d’hiv en s’enfuyant de Paris avec sa mère au Portugal (grâce au passeport brésilien hérité de son père). Elle est veuve d’un homme déporté et rescapé d’Auschwitz. Francis Kalifat, le président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) précise : “Il n’y avait rien à voler chez cette vieille dame modeste qui vivait depuis 60 ans dans cette HLM et qui ne possédait ni argent ni bijoux. Elle a été poignardée avec acharnement. La volonté de faire disparaître son corps nous laisse perplexe. Nous ne voulons pas tomber dans les mêmes errements que dans l’affaire Sarah Halimi. Il a fallu attendre 11 mois pour que la justice reconnaisse le caractère antisémite de cet assassinat.”

Là encore, un homme m’a ému, son fils Daniel qui a souhaité qu’il n’y ait aucune exclusive lors de la marche blanche (France Insoumise et Front National) en mémoire de Mireille Knoll.

Elle avait offert un verre de porto à ses assassins : Le jeune voisin, musulman d’origine algérienne de 28 ans, est accusé par son complice (rencontré en prison), d’avoir reproché aux juifs d’avoir des moyens financiers et une bonne situation avant de poignarder l’octogénaire sur son lit médicalisé en criant « Allahou Akbar ». Le principal suspect avait été condamné pour avoir agressé sexuellement (en février 2017), la fille de l’aide-soignante de la victime, âgée de 12 ans. Heureusement, dans ce cas, le caractère antisémite du meurtre est retenu par la justice.

Bien qu’il n’y ait pas de statistiques ethniques en France, les estimations sont concordantes sur le nombre de juifs, environ 1% de la population et celle des musulmans de l’ordre de 10%.

Je ne comprends pas ce qui peut pousser des jeunes nés et/ou élevés en France, ayant profité de l’école libre et gratuite et du haut niveau de protection sanitaire et social, à haïr leur pays au point d’en assassiner des citoyens et notamment des juifs. Sans faire d’assignation identitaire, il s’agit essentiellement de musulmans souvent radicalisés.

Comment se fait-il que la dernière vague migratoire ait eu autant de difficultés d’intégration alors que les autres ont globalement réussi, dans le respect de la terre d’accueil ? Il me semble que celles des Italiens, des Espagnols et des Portugais, puis des Polonais était facilitée par leur religion chrétienne alors que celle du Maghreb et d’Afrique Sub-saharienne était essentiellement musulmane. J’ai aussi le sentiment que la première génération a eu un discours récurrent sur le “retour au pays”, dès que possible ou pour la retraite et surtout pour y être enterré. Par ailleurs, il me semble que l’organisation en communautés a beaucoup tardé ainsi que la construction de mosquées (guidées par des imams étrangers !) ou la création d’écoles confessionnelles.

Pour mémoire, l’intégration des juifs a été facilitée par Napoléon qui a réuni en 1807, un Grand Sanhédrin (soixante-et-onze rabbins et notables), chargé de réformer certaines pratiques religieuses pour les adapter aux lois du pays. Son chef a eu une formule qui reste profondément actuelle : « Les ordonnances apprendront aux nations que nos dogmes se concilient avec les lois civiles sur lesquelles nous vivons, et ne nous séparent pas de la Société des hommes. ». Cela a notamment abouti à la création du Consistoire Central Israélite de France, puis en 1875, à celle de l’Ecole Rabbinique de France. Cet établissement privé d’enseignement supérieur dont l’objet et la mission consistent à former les rabbins, de manière à pourvoir en guides spirituels les communautés. Par ailleurs, une tradition est établie sous la forme d’une « Prière du peuple Juif pour la République Française » (tous les samedis matin), ainsi notamment qu’une modification des pratiques liées aux rites funéraires et aux enterrements (cercueils et carrés juifs).

Le financement des lieux de culte et des activités religieuses est assuré par : cotisations annuelles, dons des fidèles, quêtes, legs, mécénat notamment à travers la Fondation du judaïsme français, ainsi qu’une redevance privée (mise en place par le Consistoire Central) sur les produits cacher.

Bien sûr, les temps ont changé, et la dynamique historique et démographique a changé, mais afin de combattre les lourds préjugés anti-juifs, je me permets de rappeler des paroles fortes : de la révolution française : « Il faut tout refuser aux juifs comme nation ; il faut tout leur accorder comme individus ; il faut qu’ils soient citoyens » – Clermont-Tonnerre (12/1789) – à nos jours : « Les conflits extérieurs à la France ne doivent pas toucher et contaminer l’équilibre, la fraternité et la cohésion de la société française », avait exprimé avec sagesse le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur (2009).

Outre les évènements tragiques évoqués plus haut, le sentiment d’insécurité des juifs a été accentué notamment durant l’été 2014, où, suite à 3ème guerre de Gaza (« bordure protectrice »), des manifestations propalestiniennes ont lieu dans plusieurs villes le 13 juillet et notamment à Paris où certains manifestants ont crié “Mort aux juifs” (là, on n’est plus dans l’antisionisme mais bien dans l’antisémitisme !).

De plus, des attaques de synagogues ont lieu rues des Tournelle et de la Roquette (75) et à Aulnay-Sous-Bois (93). Le 19, une manifestation, pourtant interdite, à Barbès (75) provoque le saccage de magasins juifs de la Goutte d’or. Le 20, un nouveau rassemblement, interdit par les autorités, dégénère à Garges-Sarcelles devant la synagogue. Des commerces sont attaqués et pillés. Une épicerie casher est entièrement brûlée. A ce sujet, Manuel Vals déclare « C’est tout simplement de l’antisémitisme, du racisme ». Le dimanche 21 juillet, Sarcelles est le théâtre de violentes émeutes : commerces et voitures incendiées, mobilier urbain saccagé, tirs de mortier … Ces violences ciblent la communauté juive et se déroulent en marge d’une manifestation contre l’intervention militaire d’Israël à Gaza.

Pour mémoire, Sarcelles (95), longtemps modèle du vivre ensemble, s’est construite avec les vagues d’immigration et regroupe plus d’une centaine de nationalités. Elle compte environ 60 000 habitants dont 15 000 juifs sépharades (en majorité dans un quartier surnommé « la petite Jérusalem ») et jusqu’en 2012 (attentat le 19 septembre contre une épicerie juive attribué à une cellule islamiste radicale, démantelée depuis), la coexistence entre les diverses communautés prévalait. Comment expliquer ces violences antijuives ? Les plus récentes sont des agressions d’une adolescente de 15 ans puis d’un gamin de 8 ans portant kippa. A chaque reprise, les politiciens sont indignés… Haïm Korsia, grand-rabbin de France déclare : « Une fois de plus, ce sont les juifs qui sont l’objet d’une haine profonde ».

Le 1er décembre 2014, un jeune couple est séquestré et violenté à Créteil (94), à son domicile. Les agresseurs cherchent de l’argent, car selon eux « être juif signifie que l’on a de l’argent » et la jeune femme est violée. François Hollande, juge cette violence insupportable et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, appelle à « faire de la lutte contre l’antisémitisme une cause nationale » Toutefois, il faut attendre mai 2017 pour que le parquet de Créteil estime que les agresseurs ont ciblé leurs victimes à cause de leur religion et demande le renvoi des accusés devant la cour d’assises. En décembre 2017, c’est une épicerie cachère qui est incendiée !

Au sujet de la Kippa, je rappellerais que les hommes religieux de la génération précédente portaient, en public, le chapeau ou la casquette alors que les femmes (sépharades du Maghreb), ont adopté la perruque (comme les ashkénazes) plutôt que le foulard. Je crois qu’ils avaient tous intégrés un principe laïque : la religion reste dans la sphère privée. J’en profite pour signaler qu’à 18 ans, lors de notre naturalisation en 1969, une cérémonie de naturalisation en Mairie ou en Préfecture m’a manqué. Il faudrait en instaurer une, similaire à celle du mariage, pour rappeler les droits et les devoirs envers la France ainsi que les principes de laïcité. Il faudrait également exiger une certaine maitrise de la langue (selon l’âge).

La « libération » de la parole antisémite a atteint des sommets avec Alain Soral (idéologue d’extrême droite) ainsi que son ami Dieudonné qui continue de remplir les salles de “personnes adultes et responsables” venues assister à ses spectacles odieux et antisémites sous couvert d’antisionisme.

Contexte international : Fin 2016, l’UNESCO (organisme de l’ONU), vote une résolution aberrante, niant notamment tout lien entre le peuple juif et Jérusalem. Fin 2017, le Président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, prend la décision irresponsable de transférer son ambassade à Jérusalem.

Dans ce climat d’insécurité et de haine depuis la tuerie de Toulouse jusqu’à celle de l’Hyper Cacher de Vincennes, je comprends la réaction de certains coreligionnaires (notamment les pratiquants) qui voient dans l’Alya (montée) en Israël, une solution : alors qu’ils étaient environ 1200 dans les années 2000, ils furent 1900 en 2012, 3300 en 2013, 7300 en 2014 et 7800 en 2015 avant de redescendre à environ 5000 en 2016. Cependant, il n’y a pas de statistiques concernant ceux qui reviennent en France pour 2 principales raisons : la maitrise de la langue et l’exercice de métiers pas toujours transposables.

Pour ma part, bien que volontaire à 16 ans pour travailler en Kibboutz durant l’été 1967 (juste après la guerre des 6 jours), s’il me fallait absolument quitter la France, j’opterais en premier lieu pour l’Australie (Sydney) et ensuite le Canada (Montréal) – et ce depuis 1985, après y avoir séjourné -.

Un autre phénomène est en cours depuis une bonne décennie, c’est l’exil intérieur lié à la peur des agressions et insultes, où un certain nombre de communes se vident progressivement de leur population juive : Dans le 93 à Bondy, Saint-Denis, Clichy-sous-Bois, La Courneuve, Le Blanc-Mesnil, Aulnay-sous-Bois, Noisy-le Grand, Villepinte et Livry-Gargan au bénéfice de banlieues plus « tranquilles » surtout Le Raincy, Villemomble et Gagny (aussi dans le 93) voire au Sud-Est de la capitale : Charenton-le-Pont, Saint-Mandé et Vincennes (94) ou alors vers l’Ouest Parisien : Asnières-sur-Seine, Courbevoie et Levallois (92) et Paris (XVIIème). Les 250 personnalités, ayant signé en avril 2018, le « manifeste contre le nouvel antisémitisme » (écrit par Philippe Val), dénoncent une « épuration ethnique à bas bruit ».

Les seules pistes pour endiguer cette recrudescence de la haine antisémite avec ces préjugés (Juif = Argent et/ou = pro-Israël), c’est l’EDUCATION (le respect absolu de la minute de silence dans les établissements scolaires lorsqu’elle est demandée par les autorités du pays !).

Il faudrait enseigner l’histoire des religions à l’école primaire avec une piqure de rappel au Collège puis au lycée et permettre à des associations comme celle : « Association Imad pour la jeunesse et la paix », ou de l’« Amitié Judéo-Musulmane de France» (elle aussi prix Copernic en 2012) initiée notamment par le rabbin Michel Serfaty d’intervenir dans les espaces scolaires publics et privés.

Gabriel Keslassy (été 2018)

Partagez cet article

Premier Conseil Municipal pour Michel Thomas, nouveau maire de Roissy-en-France

Mercredi 27 mai 2020, en fin d’après-midi, s’est déroulé le premier Conseil Municipal, mais aussi la première réunion publique post-déconfinement, à Roissy-en-France, au Centre Culturel de l’Orangerie, où une centaine de personnes ont fait le déplacement pour y assister, à l’instar du Président de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France, Patrick Renaud. Respectant les mesures sanitaires en vigueur, dans le public, un siège sur deux était utilisable afin de garder une distance entre chaque personne. Divisant la capacité de la salle par deux, des écrans et des chaises ont été mis à disposition dans l’espace d’accueil de l’Orangerie, afin que ceux n’ayant pas pu accéder aux gradins ne loupent pas une miette de la réunion. Le port du masque a été également respecté par tous, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur du bâtiment. Drôle d’ambiance visuelle au premier abord, mais on s’y fait rapidement au bout de quelques minutes et on ne peut que se féliciter de revoir la vie politique et sociale reprendre, après deux mois de confinement.

Comme le veut le protocole, l’ancien Maire, André Toulouse, a présidé l’ouverture du Conseil Municipale. L’émotion était palpable pour cet homme, à la tête de la ville depuis 43 ans. Pour commencer, André Toulouse a mis l’honneur quatre de ses collaborateurs, leur remettant la médaille de la ville pour leur gestion de la crise pendant le confinement, mais aussi pour leur abnégation au service du développement de Roissy-en-France, au cours des dernières années. Cette médaille a été attribuée à Michèle Calix, Adjoint au Maire à l’Education, à la Jeunesse et à la Vie Locale, ayant contribué à la création de 1500 masques tissus afin de protéger les personnes les plus vulnérables au Covid-19, Serge Drago, Adjoint au Maire à l’Urbanisme, pour avoir dirigé l’aménagement et le développement de la partie sud de la ville, Philippe Gros, Directeur du Service Technique, pour son abnégation et ses qualités de responsable de service, et enfin, Evelyne Chesnier, directrice de cabinet du Maire, pour son travail et son soutien durant de nombreuses années.

A la fin de la remise des médailles, Evelyne Chesnier prend la parole, retraçant avec métaphore la carrière d’André Toulouse : « Il y avait un peintre devant sa toile blanche, donnant vie à une œuvre, parfois le coup de pinceau sûr, parfois plus indécis. Mais l’artiste n’a jamais douté et son œuvre peut maintenant être contemplée par tous », dit-elle, avec beaucoup d’émotion se ressentant dans sa voix.

André Toulouse reprend la parole, fortement touché par le discours de sa plus proche collaboratrice. Il remercie fraternellement tous ceux et celles avec qui, il a travaillé durant ce long parcours à la tête de Roissy-en-France, sans qui rien n’aurait été possible. Sans oublier tous les employés de la ville s’étant succédés en 43 ans de mandat. « C’est l’œuvre d’une vie », déclare-t-il, la voix tremblante. André Toulouse continue son discours en félicitant les nouveaux élus et en leur souhaitant le meilleur, dans une époque troublée et de par les défis qui s’annoncent, n’oubliant pas d’évoquer la bureaucratie qui étouffe les maires de France.

« Être maire ou maire-adjoint, c’est se montrer disponible et patient. Individuellement et collectivement. J’adresse mes chaleureuses félicitations aux vainqueurs et salutations aux perdants. Et si je devais vous adresser un dernier conseil à tous. Positivez ! Et vive M. le maire ! », conclut-il.

Michel Thomas, nouveau maire de Roissy

La séance de mise en place du nouveau Conseil Municipal se poursuit, avec pour ordre du jour principal, l’élection du nouveau maire via la tournée de votes au sein du Conseil des 23, validant le choix des électeurs. Sans surprise, Michel Thomas est élu à 18 votes pour, contre 5 votes blancs. André Toulouse remet l’écharpe de Maire à Michel Thomas, et après une accolade, enlève la sienne en regagnant le public, laissant son successeur assurer le bon déroulement de la réunion.

Prenant immédiatement ses fonctions, Michel Thomas annonce que le nombre d’adjoints durant ce mandat est de 6, et ce fait, un vote du conseil municipal doit déterminer qui sera élu à ces postes. Par ce vote, Michel Thomas valide sa position en obtenant 18 votes pour sa liste et 5 votes contre. Les nouveaux maire-Adjoints sont : Michèle Calix, Denis Côme, Patrick Pamart, Valérie Redouté, Catherine Duteau et François Carrette. Ces derniers reçoivent l’écharpe tricolore des mains du nouveau maire et prennent immédiatement place à ses côtés.

Pendant un peu plus d’une heure, les différents votes (CCAS, délégations…) se succèdent et se ressemblent, avec 18 votes pour la majorité contre 5 pour l’opposition, représentée par Patricia Petit, qui obtient une place de titulaire en tant que déléguée aux Marchés.

Lors d’un temps de parole lui étant attribué, Patricia Petit déclare : « Je tiens à féliciter M. le Maire et les Conseillers Municipaux. Je remercie les Roisséens et les Roisséennes pour leur confiance. J’ai envie de leur dire qu’une opposition est née. Je pense que la démocratie doit être respectée, se voulant saine et participative, dans la construction d’un avenir partagé, au service des citoyens ».

Pour clore la première réunion du Conseil Municipal, Michel Thomas amorce un discours d’investiture, debout, derrière le pupitre central. « Pour commencer, j’adresse mes remerciements pour les équipes de la ville, un plus, un renouveau, efficace et efficient. Merci à tous ceux qui sont restés dans l’ombre et un grand merci à tous les concitoyens nous ayant fait confiance, durant les dernières élections. Être maire, c’est être confronté à la réalité, à l’action et aux contraintes. Il faut l’avoir dans la peau, c’est un sacerdoce dans ce cadre de pandémie, qui est en train de rebattre les cartes sociales, économiques et écologiques. Avec bienveillance et solidarité, il faut redonner un sens à la vie. Mes deux objectifs pour ce « village » qu’est Roissy-en-France, sont de maintenir nos acquis et de faire évoluer ce village, tout en révisant nos priorités face à la période moins facile qui s’annonce. Mais ce soir, je peux le dire. Tout ce qui existe au niveau social sera maintenu. L’emploi et le logement restera un axe majeur de mon mandat. Ces choses essentielles pour les gens ».

« Mes remerciements, aussi, aux gens de mon équipe, prêt à reprendre le flambeau. J’adresse mon respect, mes hommages et chapeau à M. le maire Toulouse. Ensuite, je veux également un débat constructif avec l’opposition. Mettons tout en œuvre pour la réussite de notre projet commun. Pour finir, je vais vous dire une citation de Clémenceau : il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire », conclut-il, sous les applaudissements du public. WM

Partagez cet article

Point d’information sur les zones hôtelières de Roissy-en-France, Paris Nord 2 et du Mesnil Amelot

Après deux mois de services à minima, voire interrompus pour une grande partie des hôtels de Roissy-en-France, Paris Nord 2 et du Mesnil Amelot comme évoqué dans le précédent article du 27 mars 2020 (https://www.roissymail.fr/2020/03/27/epidemie-de-coronavirus-le-point-sur-la-situation-concernant-le-grand-roissy/), suite à la pandémie du coronavirus ayant frappé la planète, les zones hôtelières reprennent, petit à petit, leurs activités. RoissyMail vous donne les dernières informations sur le sujet, détaillées, afin que vous puissiez préparer votre prochain séjour dans les meilleures conditions, au sein des parcs hôteliers de Roissy-en-France et de ses alentours.

Depuis le 11 mai, une majorité d’enseignes hôtelières a réouvert, en s’adaptant aux nouvelles conditions sanitaires recommandées par le Gouvernement et le Conseil Scientifique. Les mesures prisent sont drastiques, limitant ainsi les contaminations entre clients mais également envers le personnel hôtelier. Ses mesures sont le maintien de la distanciation sociale d’un mètre, l’installation de panneaux plexiglas à l’accueil, le port du masque fortement recommandé, la présence de gels hydroalcooliques à l’entrée et à proximité des ascenseurs ainsi que des sanitaires, mais aussi, pour certains hôtels, la possibilité de commander le petit-déjeuner ou le repas directement en chambre, à la suite de la fermeture des parties communes comme les cantines/restaurants, piscines, spa et autres lieux sportifs ou de détente. Les chambres, après passage de la clientèle, sont laissées vacantes durant une période de 48 à 72H avant une désinfection de ces dernières. Voici un récapitulatif sur la situation des hôtels.

Roissy-en-France Village (Allée du Verger) :

-Hôtel Première Classe : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques mais pas de distribution de masque, possibilité de commander petit-déjeuner et repas en chambre. Tél : 01.48.63.06.01 Site internet : https://www.myweekend.fr/hotels/premiere-classe-roissy-cdg

-Hôtel Campanile : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques et de masques, plats à emporter, petit-déjeuner et repas en chambre, uniquement sur commande à l’avance. Tél : 01.34.29.80.40 Site internet : https://roissy.campanile.com/fr-fr/

-Hôtel Mariott : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques uniquement, pas de possibilité de commander un petit-déjeuner ou un repas en chambre. Tél : 01.34.38.53.53 Site internet : https://www.marriott.fr/hotels/travel/parmc-paris-marriott-charles-de-gaulle-airport-hotel/

-Hôtel Pullman : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques et de gants, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre via une vente à emporter. Tél : 01.70.03.11.63 Site internet : https://all.accor.com/hotel/8228/index.fr.shtml

-Hôtel Crowne Plaza : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques uniquement, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre. Tél : 01.39.94.70.70 Site internet : https://www.ihg.com/crowneplaza/hotels/fr/fr/roissy-en-france/parca/hoteldetail

-Hôtel Residhome Roissy Park : OUVERT, distribution de gels hydroalcoolique uniquement, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre (du lundi au vendredi seulement). Tél : 01.34.45.43.00 Site internet : https://www.residhome.com/residence-hoteliere-aparthotel-roissyenfrance-237.html

-Hôtel Residhome Roissy Village : OUVERT, distribution de gels hydroalcoolique uniquement, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre (du lundi au vendredi seulement). Tél : 01.39.33.72.72 Site internet : https://www.residhome.com/residence-hoteliere-aparthotel-roissyenfrance-206.html

-Hôtel Holiday Inn : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques uniquement, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre. Tél : 01.80.43.03.43 Site internet : https://www.ihg.com/holidayinn/hotels/fr/fr/roissy-en-france/parrv/hoteldetail

-Hôtel Ibis : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques uniquement, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas via une vente à emporter. Tél : 01.34.29.34.34 https://all.accor.com/hotel/1404/index.fr.shtml

-Hôtel Yotel (Porte L) : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques uniquement, restauration à emporter dans le bâtiment Porte L. Tél : +44(0)207 100 1100 Site internet : https://www.yotel.com/en/hotels/yotelair-paris-charles-de-gaulle

-Hôtel Sheraton (Terminal2) : FERMÉ, pas de date de réouverture pour le moment. Tél : 01.49.19.70.70 Site internet : https://www.marriott.fr/hotels/travel/parsi-sheraton-paris-airport-hotel-and-conference-centre/

-Hôtel Millenium : FERMÉ, date de réouverture prochainement annoncée. Tél : 01.34.29.33.33 Site internet : https://www.millenniumhotels.com/fr/paris/millennium-hotel-paris-charles-de-gaulle/

-Hôtel Best Western : FERMÉ, réunion du personnel la semaine du 25 au 29 mai 2020 pour savoir si une réouverture aura lieu prochainement. Standard actuellement disponible pour plus d’informations. Tél : 01.34.29.30.00 Site internet : https://www.bestwestern.fr/fr/hotel-Roissy-En-France-Best-Western-Paris-CDG-Airport-93714

-Hôtel Pentahotels : FERMÉ, réouverture prévue à partir du 2 juin 2020. Tél : 01.30.18.21.00 Site internet : https://www.pentahotels.com/fr/hotels-et-destinations/france/paris-aeroport-cdg

-Hôtel Mercure : FERMÉ, pas de date de réouverture encore annoncée mais la chaîne hôtelière rouvre graduellement ses locaux à l’échelle du pays. Tél : 01.34.29.40.00 Site internet : https://all.accor.com/hotel/1245/index.fr.shtml

-Hôtel Golden Tulip : FERMÉ, réouverture le 18 juin 2020 (à confirmer). Tél : 01.34.29.00.00 Site internet : https://paris-cdg-villepinte.goldentulip.com/fr-fr/

-Hôtel Novotel : FERMÉ, date de réouverture non communiquée à ce jour. Tél : 01.30.18.20.00 Site internet : https://all.accor.com/hotel/5418/index.fr.shtml

-Hôtel Hilton : FERMÉ, réouverture annoncée pour le le 15 juin 2020. Tél : 01.49.19.77.77 Site internet : https://www.hiltonhotels.com/fr_FR/france/hilton-paris-charles-de-gaulle-airport/

-Hôtel B&B : FERMÉ, réouverture possible à partir du 1er juillet 2020. Tél : 08.92.78.80.88 Site internet : https://www.hotel-bb.com/fr/hotel/paris-roissy-cdg-aeroport

-Hôtel Hyatt Regency : FERMÉ, réouverture et réservation à partir du 1er juillet 2020. Tél : 01.48.17.12.34 Site internet : https://www.hyatt.com/fr-FR/hotel/france/hyatt-regency-paris-charles-de-gaulle/paris

Roissypole Ouest :

-Hôtel Holiday Inn Express : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques et de masques, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre. Tél : 01.80.43.03.43 Site internet : https://www.ihg.com/holidayinnexpress/hotels/fr/fr/roissy-en-france/pardg/hoteldetail

-Hôtel Mercure Convention : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques uniquement, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre. Tél : 01.49.19.29.29 Site internet : https://all.accor.com/hotel/0577/index.fr.shtml

-Hôtel Innside : FERMÉ, date de réouverture indisponible. Tél : 01.48.16.55.55 Site internet : https://www.melia.com/fr/hotels/france/paris/innside-paris-charles-de-gaulle/index.htm

-Hôtel Moxy : FERMÉ, date de réouverture indisponible. Tél :01.82.88.79.19 Site internet : https://www.marriott.fr/hotels/travel/parox-moxy-paris-charles-de-gaulle-airport/

Le Mesnil-Amelot :

-Hôtel Campanile : OUVERT (uniquement du lundi au vendredi), distribution de gels hydroalcooliques, de gants ainsi que de masques, possibilité de commander le petit-déjeuner et le repas en chambre. Tél : 01.60.27.23.30 Site internet : https://roissy-le-mesnil-amelot.campanile.com/fr-fr/

-Hôtel Première Classe : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 01.60.27.10.74 Site internet : https://www.premiereclasse.com/fr/hotels/premiere-classe-roissy-aeroport-cdg-le-mesnil-amelot

-Hôtel Comfort : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 01.60.03.65.65 Site internet : https://comfort-roissy.com/en/index.php

-Hôtel Courtyard : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 01.60.03.63.00 Site internet : https://www.marriott.fr/hotels/travel/parxa-courtyard-paris-roissy-charles-de-gaulle-airport-hotel/

-Hôtel Nomad : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 01.78.90.15.50 Site internet : https://www.nomad-hotels.com/hotel/roissy

-Hôtel Océania : FERMÉ, réouverture possible début juin. Tél : 01.60.54.00.00 Site internet : https://www.oceaniahotels.com/en/hotel/hotel-oceania-paris-roissy-airport-cdg

Paris Nord 2 :

-Hôtel Première Classe : OUVERT, distribution de gels hydroalcooliques uniquement, possibilité de commander le petit-déjeuner et repas à emporter en chambre. Tél : 01.48.63.06.01 Site internet : https://www.premiereclasse.com/fr/hotels/premiere-classe-roissy-cdg-paris-nord-2-parc-des-expositions

-Hôtel Ibis : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 01.48.17.56.56 Site internet : https://all.accor.com/hotel/3299/index.fr.shtml

-Hôtel Ibis Budget : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 08.92.68.30.56 Site internet : https://all.accor.com/hotel/3515/index.fr.shtml

-Hôtel Formule 1 : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 08.91.70.54.36 Site internet : https://all.accor.com/hotel/3506/index.fr.shtml

-Hôtel Hyatt Regency : FERMÉ, réouverture à partir du 2 juillet 2020. Tél : 01.48.17.12.34 Site internet : https://www.hyatt.com/fr-FR/hotel/france/hyatt-regency-paris-charles-de-gaulle/paris

-Hôtel Novotel Suites : FERMÉ, date de réouverture non communiquée. Tél : 01.48.63.88.88 Site internet : https://all.accor.com/hotel/3324/index.fr.shtml

Afin d’éviter tout désagrément lors de vos prochaines réservations, concernant les futures dates de réouvertures et la possibilité qu’elles soient reportées, je vous conseille vivement d’appeler les standards des hôtels avant d’entreprendre vos démarches. WM

 

 

Partagez cet article

C’est bien vrai…

Dessin de Na! lundi dernier. Bien vrai… Ils ne parlent que de ça, depuis le début du virus. Au passage, BFM TV a demandé à Na ! de ne plus faire son dessin que la chaine diffusait chaque midi depuis des années, au motif que l’humour en ce moment… Étonnant, d’autant plus que, et heureusement, les messages humoristiques sur le sujet du virus se multiplient un peu partout, et je pense que ça fait du bien, et qu’ils ne remettent pas en cause la gravité de la situation.  J’en ai gardé un en tête, je ne sais plus où j’avais entendu celui-ci: un homme parle à sa femme et lui dit: chérie, j’ai une mauvaise nouvelle, après le confinement, je te quitte. Réponse de la dame: et c’est quoi la mauvaise nouvelle ? EV

Partagez cet article

Installation des Conseils municipaux : celui d’Epiais-les-Louvres hier soir

Les Conseils municipaux élus au 1er tour s’installent. Hier soir, c’était celui d’Epiais-lès-Louvres (ma commune préférée..), dans la “Maison du Peuple”, comme je l’appelle. Bien sûr Isabelle Rusin a été réélue maire (elle l’est depuis 2008) par ses colistiers (tous de son bord, revoir les résultats ici), alors qu’une coalition hétéroclite s’était présentée contre elle).

Comme le veut la tradition, c’est le doyen du Conseil, M. Clément, qui a remis l’écharpe à Isabelle. M. Clément, 92 ans (et agriculteur, toujours en activité !) est élu de la commune depuis… 1959 !!! . Revoyez ce que j’avais écris sur lui en 2007 ici).

Demain soir, c’est au tour de Roissy-en-France. On y sera ! EV

Partagez cet article

Dénouement pour l’entreprise Tobler SAS à Louvres : liquidation !

La société historique spécialisée dans la confection de pièces de haute précision et de qualité à Louvres, Tobler SAS, appartenant au Groupe Altifort, était dans une situation difficile depuis que le Groupe avait été mis  en redressement judiciaire en juillet 2019. Tobler SAS fût placé à son tour en redressement judiciaire, avec une période d’observation de 6 mois au total, avant d’être également en cessation de paiement et en redressement judiciaire, si un repreneur sérieux ne se manifestait pas avant la date du 20 février 2020, comme évoqué dans le précédent article sur le sujet, consultable ici (https://www.roissymail.fr/2020/02/11/louvres-lentreprise-historique-tobler-sas-dans-la-tourmente/).

A la date butoir, un éventuel repreneur s’est manifesté, pouvant potentiellement sauver l’entreprise Tobler SAS et ses 54 employés. Le 23 mars 2020, le glas tombe et scelle la destinée de la société. Le Tribunal de Commerce rejette le dossier de cession et de ce fait, annonce la mise en liquidation judiciaire de Tobler SAS.

Me Frédéric Abitbol, du cabinet Abitbol & Rousselet, en charge du dossier afin de trouver un repreneur, passe le relais à Me Valérie Leloup-Thomas, SELAFA MJA (Mandataires Judiciaires Associés), pour procéder à la liquidation judiciaire de Tobler SAS. Vous pouvez retrouver l’historique et les détails de la procédure judiciaire concernant l’entreprise luparienne via ce lien (https://www.mjassocies.eu/procedures/procedure/?numProcedure=30631).

En difficulté au pire moment, certainement pas aidé par le confinement lié à la pandémie de Coronavirus et une crise économique mondiale se profilant pour les prochains mois, Tobler SAS n’est plus et c’est une partie de l’Histoire de Louvres qui s’en va avec la fermeture de cette entreprise. WM

Partagez cet article

Virus : RoissyCopy fabrique des séparations alternatives, en ces temps de rupture de plexiglas

Afin de vous accompagner dans la réouverture de vos commerces et bureaux et de vous protéger au mieux, Roissycopy vous propose une séparation (type hygiaphone). Dû à la rupture de plexiglas, nous avons adapté sur cette fabrication des matériaux plus souples disponibles et en stock, entièrement réalisé chez nous.
Pour les tarifs et les dimensions n’hésitez pas à nous contacter par mail: Pc@roissycopy.com. Ou par tel  : 06 46 48 45 18

C’est le message que j’avais vu passer  (avec cette foto) sur le Facebook de mes amis de RoissyCopy J’ai donc appris qu’il y avait rupture de stock, partout, de plexiglas, ce que m’a confirmé Patrick, le patron de RoissyCopy. Ce n’est pas étonnant, quand on voit le nombre de commerces qui ont mit en place ces fameuses séparations (voir cet article).

Belle initiative donc, que je relaye ici, bravo à eux ! EV

Partagez cet article

Éloge de Wikipedia

Cliquez pour voir le wiki de Wikipédia

Je me sers, comme beaucoup, et de plus en plus, de Wikipédia, surtout pour RoissyMail. Je trouve cet outil formidable et fiable. Mais je ne m’étais jamais posé la question d’où est-ce qu’il venait. Pas malin… Du coup j’ai cherché sur Google et j’ai trouvé le … wiki de Wikipédia. J’ai donc appris qu’il avait été créé  en 2001 par deux Américains (je m’en doutais…). Il n’y a pas de publicité. Chaque année ou presque, je reçois un mail très poli me demandant si je veux contribuer. Ce que je fait tout de suite. Les dernières fois, j’avais donné 10 euros, mais la prochaine fois ce sera 20. Bravo Wiki! EV

Partagez cet article