Dix entreprises s’installent dans les ateliers locatifs de Gonesse (95)

Les ateliers locatifs de Gonesse (Val-d’Oise) font recette. Dix de ces quinze cellules de 100 à 150 m2, que nous avions présentées dans notre édition du 26 mai (lire RM496 ) sont déjà occupées ou en passe de l’être, comme l’a souligné le maire (PS) de Gonesse Jean-Pierre Blazy lors de l’inauguration, mardi soir.

Une trentaine de personnes a assisté à l’inauguration.

Pour être précis, six entreprises sont installées dans sept locaux (NDLR : Aeroservice, spécialisée dans la vente, la location d’avions et d’hélicoptères, en occupe deux). Et trois autres, Newrest (catering), KDSA (fabrication de clôtures et de portails pour les entreprises), Transalliance (transport terrestre et de logistique) devaient signer leurs baux à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Frédéric Vernhes, président de la délégation du Val-d’Oise de la CCIV, principal financeur du projet.

Maître d’ouvrage de ce projet et principal financeur, la Chambre de commerce et d’industrie Val-d’Oise/Yvelines (CCIV) a voulu combler un manque avec ces ateliers locatifs. Il s’agissait de «construire des surfaces qu’on ne trouve pas sur le marché», dixit Frédéric Vernhes, président de la délégation Val-d’Oise de la CCIV.

Débutée en mai 2008, la réalisation de ces 1.800 m2 de locaux s’était achevée en juillet 2009. La commercialisation, confiée en novembre à la société Loiselet et Daigremont, avait quant à elle été initiée en novembre dernier.

Les entreprises visées : celles relevant de la petite industrie dans les domaines de l’aéronautique et de la mécanique de précision, les sociétés artisanales et plus généralement toute activité bénéficiant d’un code Naf (Nomenclature des activités françaises ).
Pour louer ces bureaux, compter 105 ou 130 euros par mètre carré par an (prix hors taxes). Le loyer pour un parking s’élève quant à lui à 600 euros (HT) par an. Pour les baux commerciaux, trois possibilités : 3, 6 ou 9 ans.

La construction des ateliers locatifs a coûté plus de 3 millions d’euros hors taxes (foncier inclus). La CCIV l’a financé à hauteur de 2,1 millions. Le conseil général du Val-d’Oise et la Région-Ile-de-France ont également soutenu l’opération en versant des subventions de près de 403.000 euros et d’environ 457.000 euros.

Partagez cet article

Laisser un commentaire