Ali Soumaré viré de la mairie de Sarcelles par le maire

Ali Soumaré, élu PS régional, exerçait depuis mars 2009 les fonctions de collaborateur du député-maire socialiste François Pupponi.

Rififi dans les rangs du Parti socialiste à Sarcelles. Le conseiller régional Ali Soumaré a été licencié de la mairie par le député-maire (PS) François Pupponi, comme l’a révélé l’Express sur son site internet vendredi. Raison officielle: le jeune (il a 29 ans) édile francilien n’aurait plus mis les pieds dans son bureau de l’hôtel de ville dixit le maire depuis sa victoire lors des élections régionales fin mars. “Quelqu’un qui ne vient pas travailler, on ne peut pas le garder, c’est une question de justice et de droit”, a déclaré François Pupponi à l’AFP.

De son côté, Ali Soumaré, embauché en tant que collaborateur du maire en mars 2009, a déploré  “un problème de jalousie” entre François Pupponi et lui, expliquant avoir tenté en vain “une séparation à l’amiable” après la détérioration de leurs relations depuis janvier.  Selon lui, le maire de Sarcelles n’aurait pas supporté ses multiples apparitions dans les médias. Une médiatisation qui a pris de l’ampleur durant la campagne des régionales, lorsque deux élus UMP Valdoisiens (Sébastien Meurant et Francis Delattre) l’ont accusé – un peu vite – d’être un “délinquant multirécidiviste”.

Le site de L’Express raconte d’ailleurs qu’Ali Soumaré et François Pupponi se sont accrochés verbalement sur ce sujet en février, en marge d’un meeting à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). “Pourquoi t’exposes-tu autant aux médias? Tu vas te faire massacrer!”, aurait lancé le maire de Sarcelles au futur conseiller régional. Et d’ajouter: “Avoue que tu veux prendre ma place et qu’on t’a promis ma circonscription!” François Pupponi confirme la première citation: “Ce que je lui ai dit c’est: Ali tu déconnes, tu t’exposes trop et tu vas te faire massacrer.” Mais il réfute avec force la seconde. “Ce sont des conneries. Il n’y a pas de jalousie de ma part.”

L’affaire ne risque pas d’en rester là. Depuis la publication de l’article de l’Express, Ali Soumaré en a remis une couche en publiant un texte intitulé sobrement “Je suis licencié mais d’une autre politique !”, dans lequel il affirme implicitement être en train d’engager une procédure judiciaire pour licenciement abusif.

Ce matin, dans une interview accordée au Parisien, il déplore le “silence” au PS, et regrette entre autres celui de Martine Aubry, première secrétaire. “C’est plutôt le silence au PS. J’imagine que, s’agissant d’un conflit entre un employeur et son salarié, certains n’osent pas s’en mêler”, affirme-t-il dans les colonnes du quotidien. “De plus, l’affaire concernant deux personnalités du parti, les socialistes ont du mal à prendre parti”, ajoute-t-il. Affirmant avoir reçu le soutien du député-maire Manuel Valls, de Malek Boutih et de Dominique Lefebvre (NDRL : premier fédéral PS du Val-d’Oise), il dit : “Je n’ai pas eu de coup de fil de Martine Aubry. J’imagine qu’elle a d’autres sujets plus importants à gérer”.

Bientôt un nouveau buzz médiatique autour d’Ali Soumaré?

Ludovic LUPPINO

Partagez cet article

Laisser un commentaire