La gauche valdoisienne approuve finalement le projet Roissy-Picardie

Cette carte représente la zone d'étude du projet Picardie-Roissy, dont la phase de débat public s'achève le 31 juillet (© RFF).

Les élus de gauche de l’est du Val-d’Oise auraient-ils changé d’avis au sujet du projet ferroviaire Roissy-Picardie? A la lecture d’un communiqué publié le 15 juillet (à lire ici ), tout porte à le croire. Dans ce document cosigné par les sections départementales du PS, du MRC, du PCF, du PRG et des Verts, les formations de gauche estiment que les deux projets de LGV Roissy-Picardie et de barreau d’interconnexion ferrée de Gonesse sont “non seulement compatibles, mais complémentaires et nécessaires pour l’accessibilité à l’emploi des populations concernées et la structuration de notre territoire “.

Jusque-là, la gauche valdoisienne était pour le moins divisée sur le sujet. Seuls les Verts et le PRG avaient affiché publiquement leur soutien au projet de barreau picard, qui doit permettre de relier Amiens à la gare TGV de Roissy-CDG et dont la phase de débat public s’achève le 31 juillet. La communauté d’agglomération Val-de-France, présidée par le maire (PS) de Villiers-le-Bel, Didier Vaillant, s’était quant à elle opposée à sa réalisation, y voyant un concurrent sérieux pour l’aménagement du tant attendu barreau de Gonesse, qui doit relier la ligne B à la ligne D du RER. Elle avait ainsi suivi l’avis du président (UMP) du Sievo* Patrick Renaud et du député (UMP) Yanick Paternotte, à l’origine d’une vaste campagne contre le projet.

Campagne qui, aujourd’hui, est vivement critiquée  par les cinq partis de gauche du Val-d’Oise. “Nous récusons les rumeurs colportées par l’UMP locale et le député de la 9ème circonscription qui ont donné à penser aux populations et aux élus locaux que les deux projets seraient en concurrence pour obtenir des financements“, est-il écrit dans le communiqué.

La motion votée par les élus du Sievo contre Picardie-Roissy était une façon de marquer le coup. A l’époque, on avait peur que ce soit l’occasion de mettre en péril la réalisation du barreau de Gonesse. De l’eau a coulé sous les ponts depuis. Aujourd’hui nous en sommes à un autre niveau de discussion et nous travaillons sur la possibilité de fusionner les deux projets“, explique le maire (app. PCF) de Fosses Pierre Barros.

Ludovic Luppino

*Le Sievo (Syndicat Intercommunal d’études et de programmation pour le développement de l’est du Val-d’Oise) examine à l’échelle de son territoire (à travers le schéma de cohérence territoriale :, les questions relatives à l’aménagement (logements ou activités) et aux transports (plan local de déplacements). Il regroupe 24 communes : celles de la communauté d’Agglomération Val de France (Arnouville‐lès‐Gonesse, Garges‐lès‐Gonesse, Sarcelles, Villiers‐le‐Bel), de la communauté de communes Roissy-Porte-de-France (Bouqueval, Chennevières‐lès‐Louvres, Ecouen, Epiais‐lès‐Louvres, Fontenay‐en‐Parisis, Fosses, Le Plessis Gassot, Le Thillay, Louvres, Marly‐la‐Ville, Puiseux‐en‐France, Roissy‐en‐France, Saint‐Witz, Survilliers, Vaud’Herland, Vémars,Villeron), ainsi que Bonneuil‐en‐France, Gonesse et Goussainville.

Partagez cet article

Laisser un commentaire