Les réflexions d’Yves Albarello pour le Nord Seine-et-Marne dans le Grand Roissy

Yves Albarello, maire de Claye-Souilly et député (UMP) de Seine-et-Marne, (je vous ai remis la carte de  sa nouvelle circonscription, parue  sur RM 501)  a eu la gentillesse de nous procurer l’état de ses réflexions sur le territoire nord seine-et-marnais, dans la perspective des débats à venir et de la mission Canepa/Rebuffel sur “le grand territoire de Roissy”.

C’est un document qui date de juin 2010 , qu’il a remis à l’État, au moment où il était rapporteur du projet de loi sur le Grand Paris.  Vous pourrez le lire ici et je vous encourage à le faire. C’est un document très précis concernant les solutions de transport . Il comporte un petit historique pas piqué des hannetons et on peut dire que le député (comme beaucoup d’autres, qu’est ce qu’on entend sur Ch. Blanc depuis qu’il est parti!) s’est bien frotté à l’ex secrétaire d’État.

Morceaux choisis

Si le Val d’Oise, après la disparition politique d’Adolphe CHAUVIN, put bénéficier d’un certain nombre de retombées économiques de la plateforme aéroportuaire (zone industrielle de Fosses, secteur de Sarcelles-Gonesse, etc.), il n’en fut pas de même pour la Seine-et-Marne.

Successeur d’Etienne DAILLY, le maire de Fontainebleau Paul SERAMY s’aligna sur ce dernier. Pire, lorsque Jacques LARCHÉ succéda à Paul SERAMY en 1992, cet ancien président d’Aéroports de Paris, vexé de ne pas avoir été nommé Ministre des Transports comme convenu, en contrepartie de sa résignation de cette présidence d’ADP, pratiqua une véritable politique de la « terre brûlée » dans le Nord 77 aux alentours de l’aéroport : infrastructures ferroviaires et routières, équipements collectifs d’accompagnement (éducation, formation, santé, etc.), tout fut systématiquement négligé. Au départ en retraite politique de J. LARCHÉ, en 2002 à 82 ans, le Nord 77 était devenu une sorte de « réserve d’Indiens » sans avenir.

Contrairement à ce qu’on pouvait en attendre, vu l’importance de l’aéroport de Roissy CDG dans un concept tel que celui de « GRAND PARIS », le projet de loi éponyme du Secrétariat d’Etat à la Région Capitale reste très décevant malgré la perche tendue au Secrétaire d’Etat à l’Assemblée Nationale en première lecture du texte. L’ouvrage de Christian BLANC et le texte voté par le Sénat sont frappés d’une réelle indigence en ce qui concerne les potentialités de développement et d’aménagement en réserve au sein de la plateforme aéroportuaire, considérée une nouvelle fois comme une simple desserte aérienne du pôle de Villepinte.

En revanche, il est permis d’espérer beaucoup de l’étude prospective sur les retombées possibles de Roissy CDG au profit des trois départements riverains (77, 93 et 95), travail entrepris par le Préfet de Région Daniel CANEPA depuis le 12 mai. Cette étude fait suite aux protestations des élus de ces départements, notamment les députés Jean-François COPÉ et Yves ALBARELLO pour la Seine-et-Marne, Yannick PATERNOTTE et Jérôme CHARTIER pour le Val d’Oise, suite au rapport DERMAGNE et aux propositions préfectorales de mise en œuvre.

Aujourd’hui, en juin 2010, sans attendre les conclusions du Préfet de Région, on peut dégager plusieurs idées–forces et priorités en vue d’un rattrapage de 35 années d’attentisme dans le Nord Seine-et-Marne.

On peut pas dire que c’est de la langue de bois, ça…  Je ferai néanmoins la critique de ce texte plus tard, car y’a des trucs qui méritent précision.

Il est bien Alba. D’ailleurs tout le monde sait que c’est mon chouchou.

Ce qui serait bien, c’est que le consensus naissant entre la droite et la gauche du Nord Seine-et-Marne s’exprime rapidement, comme devrait le faire l’ensemble des élus du Grand Roissy. Cela donnera plus de force pour les décisions que sera amené à prendre le préfet de Région après l’étude sur Roissy et la concertation sur le Grand Paris.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire