Albarello va t-il sauver l’imprimerie Fécomme?

Le conseil municipal de Claye-Souilly, lors de l'adoption de la délib "Fecomme"

Fecomme est une imprimerie “historique” installée à Claye-Souilly. L’histoire de cette imprimerie, fondée dans les années 70 dans un pavillon de Villeparisis par Raymond Fecomme, un self made man plutôt génial (aujourd’hui retraité en Centrafrique, ce passionné de chasse a ouvert un site consacré aux safaris, à voir ici ), est une vraie saga… Au début des années 80, Raymond Fécomme, dont l’imprimerie est déjà  florissante, rachète une ancienne usine de carreaux de plâtres, à Claye-Souilly et y installe en 1982, une première rotative “8 pages”. Les affaires marchent, d’autres unités sont ouvertes en France, jusqu’à la rencontre avec Québecor, le grand groupe québécois d’imprimerie,  mi 90, qui se met à acheter plein d’imprimeries en France. Dont Fecomme, qu’il rachète pour … 100 millions de F, selon nos sources.

Mais Québecor souffre quelques années après, la firme de Pierre Péladeau (mort en 1997) se  recentre et se sépare de ce qui était devenu “Fécomme Québecor”, qui sera repris par le géant hollandais Circle Printer , voici 3 ans,  de mémoire. En 2009, l’imprimerie fait 10 millions d’euros de CA mais est en perte de vitesse. Les choses se passent mal, conflits sociaux, Circle est condamné aux prud’hommes à payer 800 000 euros, n’en aurait payé que la moitié. Suite à une injonction de payer du solde, le bilan est déposé et l’affaire est en redressement judiciaire.

Le maire de la ville, Yves Albarello, est l’ ancien directeur financier de Fécomme… Il est donc concerné et veut sauver l’entreprise (+ de 60 salariés). Une solution de reprise est envisagée avec Thierry Fécomme, (le fils de Raymond) et Simon Dulac, le fils du fondateur de l’imprimerie Dulac, de Pacy-sur-Eure, récemment revendue au groupe IPS.

Dans le montage financier (voir ce qu’en dit le site spécialisé Graphiline) la ville de Claye-Souilly apporte son aide en garantissant un emprunt à hauteur de 500 000 euros. C’est ce qui s’est passé lundi dernier au Conseil municipal de Claye-Souilly. La “délibé a été adoptée à l’unanimité (voir le rapport du maire ici).

On espère que ça va marcher… Pour la petite histoire, au débute de Bénéfice.net,de  le directeur  Fecomme, qui venait d’être racheté par Québecor, était venu nous voir en 1998 dans nos anciens locaux du Vieux-Pays de Tremblay, pour nous convaincre de réduire notre format pour passer en rotative, afin d’imprimer moins cher… Il finit par me convaincre et me fais un devis assez cher, le Magazine serait imprimé dans une autre imprimerie à Strasbourg… Dans le même temps, N. Cherradi, alors directeur du GIP Roissy, à qui j’avais parlé de ça, me donne l’adresse de l’imprimerie Dulac à Pacy. Je prends contact et depuis, tous les Bénéfice.net ont été imprimés là-bas, au moment où Simon Dulac avait succédé à son père.

Pendant ce temps-là, je fais la connaissance de Nicolas Dherbecourt, patron de l’imprimerie RAS (Villiers-le-Bel), à qui je confie des travaux d’imprimerie “à plat”. Or Nicolas est un ancien de … Fécomme, où il avait été commercial dans sa jeunesse (y’a très longtemps,donc), puis avant de racheter RAS, a été un “rotativiste” et un, si j’ai bonne mémoire, “héliographiste”.

Et quand je prends la décision de changer Bénéfice.net (20 000 ex) en RoissyMail le Mag (10 000 ex, retour au grand format), c’est tout naturellement que je fais imprimer chez RAS, avec la qualité que vous connaissez…

Le monde est petit… Et puis, peut-être que la nouvelle “Fécomme” me fera des prix intéressants ???

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire