Eric Veillon et les “torchons masturbatoires”: ma réponse aux PETITS POIDS frustrés et égoïstes.

Le “collectif pour (en fait contre) le Triangle de Gonesse” a réagi à mon article qui les mettait en cause. Et même deux fois: une fois dans un commentaire sur l’article, directement (et que nous nous sommes empressés de mettre en ligne : il faut le lire ici). Et une autre fois sur leur blog : c’est à lire ici .

Dans le premier, entre autres douceurs, ils mettent en cause les “torchons masturbatoires” que seraient les articles rédigés par votre serviteur. Mais dans le second, la mention “masturbatrice” a disparu.

J’ai répondu comme il se doit à ces pauvres désœuvrés, et j’y suis pas allé avec le dos de la cuillère. C’est à lire ici !

Tout cela leur donne une importance aussi démesurée qu’inespérée, j’en ai bien conscience. J’ai bien réfléchi avant de parler d’eux et de répondre à leur pitoyable littérature. En fait, je veux les montrer et expliquer leur pouvoir de nuisance. Certes, leurs actions sont limitées, mais ils contribuent à créer un mauvais climat dans la région et il leur arrive de faire échouer des projets utiles pour nos populations.

Ainsi la malheureuse histoire de l’usine BIC, que les promoteurs ont préféré aller installer ailleurs (en Seine-et-Marne) plutôt que de perdre du  temps à répondre à leurs arguties juridiques (le tribunal leur avait d’ailleurs donné tort, mais BIC est quand même parti). Ainsi aussi, on s’en souviendra, les attaques (ceux-ci n’étaient pas dans le coup, mais leurs semblables y étaient) et les atermoiements contre le projet de rénovation et d’extension du Centre commercial des Trois-Fontaines à Cergy. Résultat des courses, le groupe Hammerson, propriétaire du Centre, a préféré investir les 250 (250 !) millions d’euros prévus ailleurs et le centre reste toujours dans un état pitoyable. En plus, ceux qui avaient combattu le projet ont reproché ensuite la “désertion” d’ Hammerson.

C’est pour cela qu’il faut dénoncer, non ceux qui exercent un droit légitime d’alerte et de contrôle, (on peut bien sur être “contre” tel ou tel projet et le faire savoir), mais ceux qui, comme ces “collectifs” sans aucune légitimité, systématiquement, au nom d’une idéologie (ou plutôt d’un galimatias) indéfinie, mais nuisible empêchent tout progrès et contribuent, pour le malheur de notre jeunesse, au pessimisme ambiant. En fait, ce sont des enfants gâtés, qui ont tout eu, et qui refusent ce qu’ils ont eu pour les autres, comme le dit si bien Pascal Bruckner dans l’Express de cette semaine, dont je recommande la lecture (merci à E.L.M de me l’avoir signalée) ici .

Je les dénonce ici (et ça fait du bien!).

Dernière minute : on apprend, (dans le Parisien du 8 ocobre, cela m’avait échappé), que Y. Paternotte, fantomatique député UMP de “Roissy-Gonesse” vient au secours du “Collectif” en condamnant Europa City qu’il qualifie de “temple bling-bling à l’américaine entièrement voué à la consommation “. Faut dire que le député, qui était arrivé en retard (comme d’hab: c’est dur d’être à la fois maire de Sannois et être présent sur la 9ème circonscription) à la pose de la première pierre d’Aéroville en connait un rayon, question bling-bling. Sarkozy appréciera… Mais la réalité est que Paternotte ne prend position qu’en faveur de ses intérêts propres: et là, il s’oppose, non à Europa City, mais au maire de Gonesse. On est loin de l’intérêt général.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire