Où l’on reparle du monstre du “Loch G’nesse”. RoissyMail danse avec les Loup….

Le tracé du futur ex- barreau ferré de Gonesse (coût : 400 patates !) Cliquez pour voir le site de la CONCERTATION )

Le tracé du “futur” barreau ferré de Gonesse a une forme de serpent. Et ce n’est sûrement pas pour rien: c’est un véritable serpent de mer ! Une créature étrange comme seuls les apprentis sorciers politiciens savent en imaginer. Pire que le monstre du Loch’Ness On en parle depuis au moins 1998 et c’est devenu un enjeu politique. Jusqu’à récemment, plus personne ne s’en occupait, mais désormais c’est à celui qui en fera le plus pour créer cette liaison de 9 km supposée … lutter contre le chômage. Pour un cout évalué à 300-320 millions d’euros + 30 millions pour l’achat de deux trains, sans compter les anciennes études, aujourd’hui obsolètes. Et sans compter le prix du fameux BHNS, une ligne de “Bus à Haut Niveau de Service“, qui devrait “servir” à la même chose : 30 millions de plus (sans compter les acquisitions foncières et le matériel roulant !). Vous pourrez voir tout ça sur la page idoine du STIF ici.

Regardez-bien : Nessie a à peu près la forme du barreau de Gonesse.

Soit 380 millions d’euros (plus donc les acquisitions foncières etc. du BHNS), plus les coûts des multiples “concertations” celle du BHNS (voir ce que nous en avions dit dans RM 589). Et encore, on a eu chaud ! Pour la liaison ferrée, la Commission nationale de débat public a heureusement jugé inutile de faire un “débat public” (pourtant obligatoire pour tous les équipements d’une valeur de plus de 300 millions) estimant que ce sujet avait été amplement débattu lors de la consultation sur le barreau picard (voir la décision ici). Mais on fera quand même une mini consultation avec, grands dieux, un “garant”. Le site de la consultation est à voir ici , vous pouvez toujours vous amuser…

N’empêche ! Plus de 400 millions pour faire 9 km ! Un ancien préfet du Val d’Oise (vous pouvez me croire…) s’était posé des questions sur ces projets.. Ça va faire cher le chômeur en moins* !  D’autant que le financement de tout ça est loin d’être bouclé. Et c’est loin d’être sûr que ces équipements puissent diminuer le chômage… Que les élus (certains, du moins) de l’Est du Val d’ Oise aillent donc voir du côté d’Aulnay ou des autres villes du 9.3 desservies depuis des lustres par le RER B (toujours en gréve, au passage). On sait très bien que le problème de ce qu’on appelle pudiquement “l’employabilité” est ailleurs.

Les p’tits loups à l’affut

Voyez en détail en cliquant. C'est fou !
Voyez ça en détail en cliquant dessus. C'est fou...

Comme on pouvait s’y attendre, la veille du début de la concertation (du 20 octobre  au 9 décembre), les p’tits vieux loups de Val d’Oise Environnement se sont prononcés contre le projet de liaison ferrée de Gonesse. C’est le contraire qui aurait été étonnant (comme ils avaient approuvé le barreau picard, mais c’était pour ne pas se mettre en porte-à-faux avec les majorités de gauche d’IDF et de Picardie) . Ils ont pondu un texte (à lire ici) qui, si l’on fait abstraction de leur hostilité globale à “tout” est assez intéressant. En séparant le bon grain (de la Plaine de France) de l’ivraie démago, on peut voir que  leur doc rappelle fort opportunément que de nombreuses liaisons de bus existent (notamment la ligne 23) vers Paris Nord 2, qu’elles ne sont pas toujours bien utilisées  et que l’amélioration  des ces lignes de bus suffiraient, à moindre coût, à remplir l’objectif, tant du BHNS que du barreau ferré (si j’ai bien compris).

Eh bien sur ces points, je suis bien d’accord avec eux (une fois ne sera pas coutume). Une suggestion à la meute ? Qu’ils fassent (ils en ont les moyens, ils sont subventionnés) une carte avec les différentes liaisons de bus Ouest-Est et, ça doit se trouver, le nombre de passagers pour chaque ligne. Ça devrait suffire à clore le débat…

Et je fais le pari : le barreau ferré ne se fera pas. Il est le fruit d’un jeu politicien, démagogue, d’un coût pharaonique. Passées les élections, tout cela sera remisé.

De nos jours…

EV

* Pour rire (mais pas vraiment): si on avait (ce qu’on a pas) les 400 millions d’euros, on achète des obligations italiennes à 7%. Ça fera en gros 2.8 millions d’euros d’intérêts par an. De quoi mettre à disposition pendant des années une belle voiture à (au moins) tous les chômeurs du Val d’Oise, dont on sait, évidemment, que c’est-parce-kil-zon-pa-de-caisse-kil-son-ochomdu…

Partagez cet article

1 réflexion au sujet de “Où l’on reparle du monstre du “Loch G’nesse”. RoissyMail danse avec les Loup….”

  1. Cher Monsieur

    Nous sommes ravis de voir que si vous n’aimez guère les petits pois chez soi, vous êtes devenu un fervent ami des bêtes… Et que vous reconnaissez que notre grand méchant loup défend notre territoire et fait fuir le monstre du Loch’Gonesse, réapparu en ces temps d’Halloween.

    Vos faites erreur sur un point : notre « collectif pour le triangle de Gonesse » n’est pas subventionné et nous vivons en autosuffisance militante (tous nos produits sont bio et locaux, bien entendu). Donc dans mon panier, vous ne trouverez ni pot de beurre, ni argent du beurre. Quant à la galette, elle est convoitée par les Vinci, Veolia, Bouygues, Eiffage, Mulliez et autres Unibail qui se tiennent en embuscade, prêts à se jeter sur les juteux marchés de l’urbanisation du triangle de Gonesse.

    Vous dites que nous sommes contre tout ? Grave erreur ! Partant du point de vue que le meilleur transport est celui qu’on évite, nous proposons d’utiliser les 300 millions d’euros du barreau évité pour créer 7500 emplois de proximité indélocalisables à Villiers le Bel, Gonesse et autres Goussainville : des petits commerces, de l’artisanat, des PME, de l’économie sociale et solidaire, des emplois d’utilité sociale et écologique… dans le tissu urbain, les centres-villes, ce qui permettraient d’y aller à pied, à pattes (pour nos amies les bêtes…) ou même à vélo ou en bus.

    Pour conclure, les meilleurs transports et les plus économiques, ce sont les transports… amoureux de notre belle terre de France, de ses habitants, de la faune et de la flore locales, des petits pois comme des grands gentils loups… Les grandes dents, ce sont celles des promoteurs immobiliers et autres prédateurs de notre territoire. En face, des élus locaux sans arguments (on nous l’a promis, ce barreau, on nous le doit ! ) et un monstre du Loch’Gonesse qui fait pschitt ! Et qui n’attire même plus les touristes de ce débat sans public.

    Heureusement, comme dans tous les contes de fées, les méchants sont changés en crapauds, le grand méchant Loup se transforme en prince charmant qui porte les couleurs de la belle terre de France et de ses habitants et le monstre du Loch’Gonesse disparaît dans les entrailles de la terre (des limons sur loess, quand même, parmi les meilleures d’Europe).

    En félicitant votre journal de s’être transformé en feuille de choux tout à fait comestible ( qui pourrait utilement agrémenter la délicieuse soupe aux pois dont nous nous sommes faits une spécialité culinaire) et en vous donnant rendez-vous pour le prochain épisode de ce conte pour petits et grands,

    Signé : le petit chaperon rouge et vert et son loup, son panier bio et sa Dame Plaine de France.

    Répondre

Laisser un commentaire