La droite locale a retrouvé la parole : bienvenue en ALBARELAND !

La nouvelle interco (en jaune clair) proposée par les élus de droite du nord Seine-et-marne. Cliquez pour l’avoir en grand

Ouf ! On n’est pas dans le secret des dieux, mais on imagine aisément que la droite du nord seine-et-marne a souffert pour exprimer sa position sur les projets d’intercommunalité dans la région nord seine-et-marnaise, qui borde CDG. Alors que les communes de gauche avaient pris le temps (et depuis longtemps) de faire leurs propositions (voir ici) : ils proposent la constitution  d’une Communauté d’agglomération comprenant la CC Plaine de France, celle de PGM ainsi que les communes (actuellement sans interco) de Compans, Mitry-Mory, Villeparisis et Le Pin.

Dans une conférence de presse, qui s’est tenue jeudi dernier à la mairie du Mesnil-Amelot, en présence d’une vingtaine de maires (UMP et divers droite), Yves Albarello, député, maire de Claye-Souilly, Bernard Rigault, maire de Moussy-le-Neuf et Alain Aubry, maire du Mesnil ont donc, enfin, présenté  les fameuses propositions.”On était dans l’ornière, , mais maintenant ça va ! ” a convenu quand même Y. Albarello.

Yves Albarello, Bernard Rigault et Alain Aubry ont présenté les propositions de la droite pour l'interco du nord Seine-et-Marne
26 maires ont approuvé les propositions, sur 33 communes concernées

Il s’agit d’un projet d’une Communauté de communes qui regrouperait : la CC Plaine de France (dirigée par la gauche), celle de PGM (dirigée par la droite, mais avec Dammartin, la ville la plus peuplée, à gauche), et la future CC des Portes de la Brie, qui rassemble une série de villages autour de Claye-Souilly, sous l’impulsion d’Yves Albarello. Mais sans, horresco referens, Mitry, Compans et Villeparisis (de gauche).

Ils (26 maires du périmètre) explicitent leurs positions dans un courrier adressé au préfet de Seine-et-Marne le 13 décembre (juste avant la nouvelle réunion de la CDCI qui se tenait le 16), ainsi qu’aux maires des trois cantons, courrier  que vous lirez avec intérêt ici .

Dans ce document, la carte du  “respect de l’identité rurale” et défenses des petites communes est jouée à “donf” !  Et de refuser la constitution d’une communauté d’agglomération dont le statut est jugé “non respectueux des communes rurales” (voir ma note ci-dessous). Ils vont commander une étude “financière” et “de territoire” pour que celui-ci soit “acceptable par chacune de nos communes et dans lequel, grâce au respect d’un principe de représentativité, la ville centre (sic!, voir encore ma note ci-dessous) ne pourrait pas imposer aux autres communes des décisions contraires à leurs aspirations (re sic !).

Tout ça en approuvant le schéma actuel de la CDCI (voir la carte ici), que le préfet doit arrêter fin décembre, en espérant qu’il puisse être amendé au cours du 2ème trimestre 2012, avec leurs propositions.

Mon avis : c’est Albaland !

J’avais pensé aussi à … Albanie, si ce pays n’avait pas été trop … connoté. Déjà qu’ Alba va pas être content (et dire que M. Eude, vice président -PS- du CG 77 me reproche de “rouler” pour lui: je ne roule pour personne, même si j’aime bien Alba parce qu’il se bouge et qu’il est sympa,-et kia du bon whisky à ses vœux (hips!)-   bis repetita).

Il est clair qu’il y a une bataille entre les élus de droite et de gauche pour définir une interco, évidemment “conforme à l’intérêt général”, mais aussi, sans le dire, aux intérêts des partis politiques, ce qui n’est pas forcément la même chose. On ne crachera pas dans la soupe ici, nous qui avons suggéré souvent la constitution d’une grande interco rassemblant tout “l’arc” seine-et-marnais” entourant CDG et dont le territoire est cohérent, économiquement et psychologiquement (les gens se connaissent et se reconnaissent dans cet espace). Nous écrivions dernièrement que ” l’idéal serait d’unifier les trois cantons en une grande Communauté d’agglomération. Ce qui impliquerait l’adhésion des communes de la CC « Porte de la Brie » en cours de gestation“.

On pourra s’étonner néanmoins de plusieurs choses:

– à l’évidence, le territoire est taillé sur mesure pour Alba. Le fait que les élus n’aient pas voulu donner de détails sur la “représentativité” quant à la gouvernance de l’ensemble proposé montre bien que le calcul a été fait : la surreprésentation des chères communes rurales donnerait  la majorité clairement à la droite (voyez les chiffres) et donc la présidence à Albarello (ou, dans un premier temps, pour faire bonne figure, à Bernard Rigault, qui en meurt d’envie).

– le refus de la “communauté d’agglomération”, sensée (MDR) ne “pas respecter l’identité des communes rurales”. Lorsque j’ai voulu, lors de la discussion qui a suivi les exposés de la conf de presse attirer l’attention sur le fait que la CA du Pays de Meaux (dirigée par le patron Copé) étaient constituée, outre Meaux, de 17 communes rurales (qui apprécieront, ainsi que Copé…), tout le monde m’a répondu, (excité !) à coté. C’était tordant… Idem quand Alba parlait de “ville centre” dans le projet. J’ai demandé : mais quelle est la ville “centre” ?  Réponse d’Alba: “ben… Claye-Souilly” (11 272 h mais y’a quand même Dammartin avec au moins 7900) .  Un maire de droite, blagueur (y’en a, si, si …) me disait, lors du cocktail qui a suivi la conf’: “c’est bien Claye-Soully qui est au centre … de tout…” (pour les nuls: pas au centre géographique ,mais au centre de l’affaire…). Albaland (Albareland sonne mieux)  j’vous dit… De même, comment peut-on définir d’abord un territoire, un statut, sans avoir fait d’études préalables ? Alors que le temps presse.

le refus de Mitry, Compans, Villeparisis et … Le Pin.

C’est un vrai débat. Le schéma actuellement discuté (voir le compte rendu de la CDCI du 21 octobre) bute sur justement la question du “Nord”. Quid de Mitry-Mory, dont le schéma initial  prévoyait qu’elle rejoindrait, avec Compans, la CA Terres de France, la voisine de Seine-Saint-Denis. Or Mitry et surtout Compans (qui avait organisé un “referendum”  contre ce projet et pour son’adhésion à Plaine de France voir ici) sont contre.  Selon nos informations, le préfet de Seine-et-Marne M. Monzani a tenté de résoudre provisoirement le problème en proposant un amendement visant à créer provisoirement une “CC” entre Mitry et Compans, dans l’attente…  Les communes intéressées, tout comme la gauche, ont certainement  voté contre. Du coup l’amendement n’est pas passé (il fallait la majorité des 2/3 de la CDCI, ce qui laisse supposer que la gauche a voté contre), laissant les choses en l’état (sans, ou plutôt avec jeu de mot).

Or si la  l’adhésion de Compans à l’ensemble PDF-PGM-PDLB ne pose pas de problème (au point qu’Alba a tout fait pour l’attirer -en vain- dans Porte de la Brie), celle de Mitry en est un vrai. De par sa position géographique, à la charnière, au “coude” de Terres de France et de l’ensemble précité), par sa sociologie, on peut aussi considérer qu’elle fait fait plutôt partie de “l’arc Sud” principalement constitué de Tremblay, Villepinte Sevran. Seulement il y a un hic : Mitry (la “République autonome de Mitry”, comme j’aime l’appeler) ne veut pas y aller (comme quoi l’affaire n’est pas seulement droite gauche: Mitry est communiste -depuis plus de 80 ans- et Tremblay aussi…) et a délibéré en faveur de Plaine de France. Il faut aussi prendre ça en compte…

Concernant Villeparisis (PS) la CDCI de vendredi a voté (à la majorité simple) son rattachement à la CA Marne et Chantereine (autour de Chelles-PS), contre l’avis de Villepa’ (comme quoi, encore une fois, les clivages droite-gauche ne sont pas toujours évidents). Quant à Le Pin, elle a été expédiée vers … les Portes de la Brie (trop marrant, Alba n’en voulait plus).

Et, pour résumer, la CDCI a voté à la majorité simple la fusion des CC PDF et PGM, ce qui est consensuel. Celle de “Saint-Soupplets” restant tout seule.

Ouf ! c’est  compliqué !  En résumé la carte du préfet a, à ce jour  deux blancs: Mitry et Compans, sans parler du sort de Portes de la Brie, en suspens. Il faudra bien sortir de cette situation. Il y a deux solutions : ou tout le monde, droite -gauche confondues, s’assoit autour d’une table et trouve un compromis sur le statut (CA ou CC), le périmètre  et sur la gouvernance de la future entité : c’est possible je pense. Bernard Corneille, maire d’Othis et conseiller général (DVG) vient de publier, à l’issue de la CDCI un communiqué (à lire ici), assez ouvert (mais qui aurait pu l’être plus) dans ce sens.

Ou l’État réglera l’affaire.

EV

Partagez cet article

1 réflexion au sujet de “La droite locale a retrouvé la parole : bienvenue en ALBARELAND !”

  1. La campagne législative a commencé

    Je me demande bien ce qu’ont à gagner là dedans les élus locaux des villages, sans moyens financiers.
    Je ne parle pas du Mesnil Amelot ou Mauregard qui ont beaucoup plus de ressources que Compans, pourtant bien servie, dans cette offensive électorale de l’UMP.
    Chacune et chacun a le droit de défendre ses idées, pour autant confondre cette évidence et jouer avec l’avenir de nos villages n’est pas raisonnable. Je le condamne tout en restant persuadé que le temps défera ce que quelques-uns auront mal fait. Je comprends pourquoi quand j’ai envoyé ma candidature à la CDCI, celle-ci a été rejetée au fait qu’il n’y avait plus de places ! Cette commission ne reflète pas les grands équilibres pourtant nécessaires et c’est bien dommage. Qui pourrait aujourd’hui lui donner le moindre crédit. Compans n’est pas une ville à vendre et encore moins à digérer dans un consortium sans odeur et sans saveur.
    Seuls les Companais se sont exprimés démocratiquement massivement par un vote pour une Communauté d’intérêts dans notre bassin de vie avec la Plaine de France, en Seine-et-Marne.
    On n’écoute pas, on ne nous entend pas. Nous sommes loin de ce qui se dessine là quant à notre avenir !
    Nous gérons depuis des années en partenariat constructif avec Mitry la plus grande zone industrielle de Seine-et-Marne, classée à haut risque avec 3 usines seuil haut Seveso. Je l’ai dit au préfet, il serait impensable de ne pas continuer à travailler ensemble dans l’intérêt des populations et des salariés.
    Il est souhaitable que l’Etat prenne ses responsabilités en dernier ressort. Le développement industriel et commercial de nos secteurs en lien avec le Grand Roissy mérite autre chose.
    Les citoyens des villes et villages confrontés à d’énormes difficultés de vie, seront-ils aussi saisis par leurs élus de leurs devenirs ? Va-t-on leur demander directement leur avis ?
    Il y aurait certainement quelques surprises !
    Enfin, je viens de lire dans un article du “Parisien”, ce jour, tout à la fin, sur quelques lignes, après avoir décidé de réunir la nouvelle communauté de commune fusionnée de Plaine de France et de la Goele et du Multien, qu’ils demandent déjà à fusionner en 2012 avec les Portes de la Brie ? Les élus s’interrogent sur les conséquences financières ! Ainsi une étude devrait examiner les détails de la fusion conduisant à prés de 70 000 habitants et évaluer les problèmes financiers ! Les bras m’en tombent, ce n’est pas rien, cette question est bien la question centrale, je suis surpris qu’on ne se la pose que maintenant !
    Une nouvelle fois je demande au préfet de maintenir ces engagements qui semblaient pourtant clair !
    Encore une fois, je n’ai rien contre les habitants de Seine-Saint-Denis, qui sont autant méritant que ceux de Seine-et-marne. Mais aujourd’hui on ne nous respecte pas !
    Le Premier Ministre s’était engagé à ne pas mettre en place des communautés à la hussarde et invitait dans ce sens les préfets à ne pas décider contre la volonté des élus locaux.
    On voit ce que deviennent les engagements de l’Etat !

    Je ne sais pas si nous sommes en Albareland mais une chose est sure, la campagne législative qui s’annonce va être vive, tant les contours de cette nouvelle circonscription permette d’imaginer tous les scénarios ! J’ai hâte que les choses soient écrites par le peuple car ensuite on pourra peut être travailler sur le fond des choses.
    Nous avions proposer que compans ,villeparisis, le pin et mitry, rejoignent plaine de France fusionnée avec la goele et le multien, je ne vois pas pourquoi aujourd’hui nous devrions proposer autre chose !
    C’est un choix de bon sens, loin des petits calculs politiciens, tout est encore possible.
    De tout cœur, j’espère que beaucoup seront se ressaisir et ne pas verser dans la bêtise.
    Les communautés de communes ne sont aujourd’hui que la première phase, d’un rassemblement beaucoup plus large, qui verra disparaitre nombre de petites communautés de communes. On est loin de l’achèvement d’une carte intercommunale malmenée aux objectifs mal définis.
    Alors oui je crois que tout reste possible parce que c’est nécessaire, mais cela ne se fera pas sans les populations, sans les élus locaux dans leur grande diversité.

    Marion Joël Maire de compans

    Répondre

Laisser un commentaire