Jean-Louis Durand, maire (UMP) de Marchémoret: “tout bien pesé, la grande interco, c’est maintenant”…

Jean-Louis et votre serviteur, toute à l'heure, chez nous

Les lecteurs qui s’intéressent à la véritable SAGA que constitue le regroupement intercommunal en cours à l’est de CDG savent que les choses avancent. Bis repetita: l’enjeu est d’inclure (ou non) les communes de Compans, Mitry et Villeparisis, qui le veulent toutes, dans l’intercommunalité en cours qui regroupe déjà 3 communautés de communes. Pour ceux qui ont raté des épisodes, lisez la “lettre ouverte d’Eric Veillon à Yves Albarello“, qui est déjà un “succès de librairie” (à cette heure, 17H30, 710 téléchargements, ce qui fait au moins 1000 diffusions, et, au pif, le double de lecture).

On suit ça de près donc. Et notamment avec Jean-Louis Durand, maire (UMP) de Marchémoret, (par ailleurs président de l’Amicale des maires du canton de Dammartin) et qui fut l’auteur, on s’en souviendra, d’un vibrant plaidoyer en faveur de la fusion des trois interco du canton, ce que nous avions appelé ici (c’était en janvier 2008), d’une manière flatteuse : “l’Appel de Marchemoret”, émis lors de ses vœux pour cette année-là.

Depuis, les choses ont évoluées et le maire de Marchémoret, tout en déclarant qu’il fallait que les choses avancent, que tout le monde se parle, était, j’en témoigne, un peu hésitant sur la “grande interco” , admettant la logique territoriale de l’ensemble, mais étant partisan de reporter à “plus tard”, pour des raisons “techniques”, l’admission de Compans, Mitry et Villeparisis.  Position qui se voulait certainement de bonne foi, mais pratiquement intenable… il devait le savoir.

On en a parlé souvent avec lui et pas plus tard que jeudi soir, lors de la signature de la convention SNCF-CIF à Saint-Mard. Il a évolué et m’avait promis ce soir-là, d’en parler ici, publiquement.

Il est donc venu ce jour dans nos locaux, et on a eu une longue (qui m’a mis  en retard …) mais constructive et sympathique discussion. En voici la teneur:

même s’il pose des réserves sur les aspects techniques (finances, compétences, gouvernance…), il affirme que le périmètre de la future grande interco devrait comprendre Compans et Mitry. S’agissant de Villeparisis, il émet des réserves parce que le schéma de coopération intercommunal arrêté (pour l’instant…) la renvoie à la CA Marne et Chanteraine , tout en admettant que cette commune pourrait avoir sa place dans la grande interco.

Ben voilà, c’est dit. A bon entendeur …

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire