Scoop ! La grande interco 77 avalisée par la CDCI ce midi. Que des têtes tombent !

Comme ça, ça fait "ruralité moderne..."

C’est une super bonne nouvelle pour le Grand Roissy, le Grand Paris, la Seine-et-Marne et surtout, surtout, les habitants, les contribuables, les entreprises du nord-est seine-et-marnais, les “Indiens” comme les appelait Yves Albarello, député maire UMP de Claye-Souilly et artisan-continuateur de la désunion et du déclin territorial de cette partie, si dynamique potentiellement de la région aéroportuaire.

La CDCI (commission départementale de coopération intercommunale) s’est réunie ce matin. A l’ordre du jour, l’examen de l’arrêté de la préfète du 77, Nicole Klein (revoir ici) qui s’était prononcée (après bien des “tortillades)” pour la grande interco. Il s’agissait, après la consultation de la “petite interco” (formée au forceps par Albarello) que je ferais mieux d’appeler l’interco “croupion” , de consulter la CDCI sur ledit arrêté du mois d’aout (selon d’ailleurs les instructions, tant ces dossiers sont compliqués, de la circulaire du 8 aout dernier,  des  ministres concernés, Manuel Valls en tête, que je vous invite à lire, c’est du bonheur…).

La CDCI de ce matin

Deux amendements au texte de la préfète ont été présentés par les partisans de “l’interco Albarello”. L’un, pathétique, présenté par le grand président Rigault,  renvoyant Villeparisis vers la CA Marne-et-Chanteraine (autour de Chelles) : banané par une majorité de la CDCI.

L’autre, présenté par le même, en repli qui disait: bon, ben si c’est comme ça, que tout soit fait au 1er janvier…  2015  Manque de bol, la circulaire citée plus haut précise que tout doit être réglé au 1er janvier 2014. La préfète, bonne fille, (elle aurait pu ne pas accepter “l’amendement” vue la circulaire en question) fait procéder au vote. Résultat : même banane.

La grande interco est donc actée définitivement. Et je rendrai des hommages aux partisans de la Grande Interco, qui ont toujours eu une attitude correcte, et qui n’ont pas baissé les bras, à l’image de Bernard Corneille, maire (DVG) d’Othis, et conseiller général en charge du Grand Roissy. Voyez le communiqué qu’il vient de faire ici. Il est gentil…

Que des têtes tombent !

RoissyMail (c’est moi…) se réjouit de ce vote de la CDCI et de la porte qu’il ouvre à une intégration intercommunale porteuse de plein de bonnes choses. Nous avons pris parti, d’une manière exceptionnelle, en faveur de la Grande interco, sans parti pris politique (au sens partisan) mais au sens de notre grille de lecture: la promotion de l’ensemble de la région aéroportuaire. Je me suis expliqué, à de nombreuses reprises, sur cette position, notamment via une lettre ouverte à Yves Albarello, (téléchargée à ce jour à plusieurs milliers d’exemplaires, que je recommande aux nouveaux lecteurs, voyez ça aussi ici ). Lettre à laquelle il n’a jamais répondu, sinon en me disant un jour que j’étais plus son copain… ça allait loin (revoir ce grand moment! ). En fait, il n’avait aucun argument à opposer, sinon celui, inavouable, de se faire un petit fief, en faisant son petit Copé, et en jouant sur la crainte des “petits” maires ruraux amis (qui ne vont pas tarder à lui demander des comptes aujourd’hui, MDR).

La grande interco enfin obtenue (au prix d’années de retard, y compris sur le CDT du “Mesnil”, l’action de RoissyMail s’arrête là. Mais la suite est compliquée, car les textes (statuts, représentativité, élections municipales de 2014…) ne sont pas clairs. J’invite les (bons) partisans de la Grande interco (que je me permets de féliciter pour leur courage et leur ténacité) à travailler juridiquement pour y voir clair.

Mais ce que je veux dire in fine, parce que je les connais tous, par cœur, certains élus (poussez-moi pour que je dise les noms) de la “petite interco” ont vendu leur âme pour un plat de lentilles, Bernard Rigault (inexcusable !) n’étant pas des moindres. Quant aux autres faux-culs qui ont voulu aller à la soupe dans n’importe quel camp, ils ne perdent rien pour attendre (ils se reconnaitront) pour que je dénonce leur perfidie.

Et mon journal ne lâchera pas l’affaire, foi d’animal.

Enfin , mention spéciale pour Yves Albarello, mon “ex-copain” donc, je vais paraphraser Cohn-Bendit : “mon pote, tu seras plus jamais ….”

EV

Partagez cet article

3 réflexions au sujet de “Scoop ! La grande interco 77 avalisée par la CDCI ce midi. Que des têtes tombent !”

  1. Excellentissime article qui vient clore un feuilleton qui n’avait que trop duré et qui a mis en péril le développement de notre territoire. Merci pour cette excellente nouvelle.

    Répondre

Laisser un commentaire