Le Val d’Oise choqué par une déclaration de Planchou. Celui-ci s’est rapidement excusé

La nouvelle "marque" de l'Ile-de-France

Le sang d’Arnaud Bazin, président du Conseil général du Val d’Oise, n’a fait qu’un tour, le 28 novembre dernier. Ce jour-là, les pages régionales du “Parisien” rendent compte du lancement, par la région Ile-de-France de son nouveau logo, destiné à promouvoir l’ensemble de la région capitale à l’étranger. Dans cet article, Jean-Paul Planchou, vice président de conseil régional en charge du développement économique explique l’intérêt de cette “marque”, destinée à améliorer la lisibilité de la région. Mais il fait une grosse bourde : il se moque de l’action du Val d’Oise en Chine, dans des termes peu sympathiques, en disant, de mémoire, que la venue d’une délégation du 95 dans telle ville de Chine fait sourire. Réaction immédiate d’Arnaud Bazin, qui  envoie le jour même (et rend publique, à lire ici) une lettre à J-P Huchon, président du conseil régional, lui demandant de désavouer les propos de son vice président. Pour une fois, la réaction a été très rapide et Planchou lui-même a voulu éteindre le feu en envoyant le 2 décembre une lettre d’excuses (à voir ici). Fin de la polémique donc.

Éloge de l’action du Val d’Oise à l’étranger

La moquerie de Planchou était d’autant plus mal venue quand on sait (et je suis bien placé pour le savoir) que le Val d’Oise, depuis des années, entretient des liens institutionnels, économiques et culturels avec le Japon et spécialement la préfecture d’Osaka (où le CEEVO possède une représentation permanente). Il en est résulté une sorte de “Val d’Oise connection” au Japon et de nombreuses entreprises nippones (plus de 40 de mémoire) s’y sont installées. Depuis quelques années, le Val d’Oise a entrepris la même démarche en Chine. Le Val d’Oise participe également à de nombreuses manifestations ailleurs, comme par exemple la Foire d’Alger qui se tient tous les ans.

J’avais suivi une des délégations (élus, entreprises) qui se rendent, chaque année à Osaka: voyez le compte-rendu que j’en avait fait dans Bénéfice.net n°13 (en 2002). Ce type de relation avec les pays étrangers  est non seulement utile sur le plan économique, mais aussi pour les élus : ils peuvent ainsi comparer des systèmes, et, dans tous les cas, ça ouvre leurs esprits, ce qui est toujours bon.

Il reste quand même que la question de la visibilité territoriale de la région parisienne se pose, d’où l’intérêt de la “marque” citée plus haut. Ce qui n’empêche pas la complémentarité avec d’autres démarches locales et, singulièrement départementales (puisque les départements existent toujours).

On en profitera pour redire ici tout le bien que nous pensons de l’action (passionnante) économique locale et internationale du Val d’Oise, menée avec brio depuis plus de 20 ans par son comité d’expansion, le CEEVO, dirigé de main de maître par Jean-François Benon, certainement un des meilleurs “développeurs” de France, sinon d’Europe.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire