Découpage cantonal : Asensi tape sur la table (et à mon avis il n’a pas tort).

cliquez pour avoir le texte examiné par le Conseil général 93

François Asensi, maire de Tremblay, député de la 11ème circonscription de Seine-Saint-Denis et président de la CA Terre de France est vraiment fâché. Il vient de publier un “quatre pages” rageur (voir ci-contre)  qui n’y va pas de main-morte. Outre la Métropole parisienne (qui a été confirmée vendredi par l’Assemblée nationale) qui verrait la disparition des 19 intercos de la petite couronne, dont sa Communauté d’agglo le 1er janvier 2016, c’est le nouveau découpage cantonal qui a fait bondir le maire de Tremblay.

Ce nouveau découpage a été présenté le vendredi 13 par le préfet de Seine-Saint-Denis au Conseillers généraux. De 40 le nombre de ceux-ci passera à 21. Tremblay, qui constituait un canton à elle seule, se voit fondre dans un canton plus large comprenant Vaujours, Coubron et Montfermeil (en jaune sur la carte en haut). Et c’est qui fait réagir vivement Asensi car, et c’est bien vrai, sa commune n’entretient guère de liens avec les autres. C’est surtout avec Villepinte que les relations se sont faites historiquement. Or Villepinte est renvoyée dans un nouveau canton, avec Sevran. En plus, électoralement, le nouveau canton de Tremblay pourrait bien passer à droite (alors qu’actuellement il est détenu par un “Front de Gauche”, Pierre Laporte), ou, plus vraisemblablement passer au PS.

On sait que les socialistes, sous la houlette de Claude Bartolone, grignotent depuis des années les positions communistes en Seine-Saint-Denis. Ceux-ci on déjà perdu la présidence du conseil général, battu le député de Saint-Denis Patrick Braouzec et, petit à petit, nombre de communes rouges sont passées au rose. Il devrait y en avoir d’autres l’année prochaines (sauf Tremblay, fief inexpugnable…).

La fameuse affiche où l'on voit Valls et Bartolone en charcutiers, couteaux à la main. C'est en fait une reprise d'une vieille affiche communiste qui montrait Poniatowski (père...) dans une situation identique, lors d'un précédent découpage.

Vendredi, la séance du conseil générale a été houleuse. Asensi l’a suivie en “direct” sur sa page Facebook. Il y eu une interruption de séance décidée par Stéphane Troussel (qui a succédé à Claude Bartolone à la présidence), lorsque des élus Front de gauche ont voulu placarder un affiche dénonçant le “charcutage”. La droite, elle, a offert des “ciseaux d’or” au président Troussel. Au final, une majorité de conseillers a donné un avis défavorable au texte du gouvernement. “On attend maintenant du gouvernement qu’il prenne en compte l’avis de la Seine-Saint-Denis et qu’il fasse de nouvelles propositions. En tant que député de Seine-Saint-Denis et maire de Tremblay, je poursuivrai mes interventions contre ce projet injuste. Je me réserve le droit de faire appel d’une décision qui lèserait l’ensemble des séquanodyonisiens” a déclaré aussitôt Asensi sur Facebook.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire