Le pape François y retourne !

La permanence, rue Ronsard

Il est maire (désormais Front de Gauche) de Tremblay-en-France depuis…1901 OUPS ! 1991 ! (et député de Seine-Saint-Denis depuis …1981). En 2008, sa liste avait été élue avec 70 % des voix, un score… soviétique. Assurément, François Asensi est un fin politique, j’en témoigne (pour le connaitre depuis …1974).

Il se représente donc pour un 5ème mandat à Tremblay (il faudrait aussi compter ses mandats de conseiller municipal d’Aulnay -1983-89 et de Villepinte  – 1989_91). Samedi dernier, il inaugurait sa permanence, dans l’ancien siège du parti communiste, rue Ronsard. J’y suis allé, histoire de sentir l’ambiance. Eh bien je peux vous dire qu’il est en forme. Il a fait un discours concis, comme toujours, que je vais une fois de plus qualifier de “centriste” (il va pas être content…), qui est en fait une sorte de martingale qui lui permet à chaque élection d’être élu haut la main (élu quasiment au premier tour lors des dernières législatives).  Il n’a pas à rougir de son bilan : la ville, plutôt à l’aise financièrement (c’est le moins qu’on puisse dire, avec une bonne partie de CDG et de Paris) s’est considérablement équipée (sports, culture..), la politique sociale est au top (un exemple le prix des cantines scolaires a diminué de 30% cette année après avoir diminué de 20% en 2008)… Il est revenu aussi, avec vigueur, pour dénoncer le projet de Paris Métropole et le redécoupage, effectivement incroyable, des cantons de Seine-Saint-Denis revoir ici) et, une fois de plus, a fait l’éloge des entreprises “qui doivent faire du profit, des bénéfices” car c’est ainsi qu’on crée la richesse… (faudrait que certains aillent en stage à Tremblay…).

Voyez un extrait de son discours sur ce sujet ici:

Nul doute, sauf extraordinaire, qu’il sera facilement réélu. La longévité des maires est une des caractéristique de la commune : si l’on excepte la période de la 2ème guerre, Tremblay n’aura connu que 3 maires depuis 1935 : Gilbert Berger (jusqu’en 65) , Georges Prudhomme  (jusqu’en 91) et donc Asensi.

En face, il y a une liste de droite, dirigée par Emmanuel Naud (UDI) , dont je vous parlerai la prochaine fois. Et il est bien possible que Franck Misson (PS), qui annoncé sa candidature, mène une liste PS autonome.

EV

Des tentes avaient été dressées en face de la permanence
Partagez cet article

Laisser un commentaire