Gilles Loubignac : “Villeparisis doit travailler avec l’association des élus du Grand Roissy “

Gilles Loubignac

Gilles Loubignac sera certainement le prochain maire (PS) de Villeparisis. On ne prend pas grand risque à dire ça au vu des résultats des précédentes élections municipales, qui avait vu la liste de gauche, conduite par José Hennequin (qui ne représente pas pour un quatrième mandat) l’emporter au premier tour avec 75.62% . J’ai choisi de l’interviewer car, bien que maire adjoint pendant trois mandats, il n’est pas encore bien connu (voir sa bio ici) dans le Grand Roissy, mais aussi parce que … je le trouve sympathique et surtout qu’il a des choses à dire. La preuve :

RoissyMail : On est en pleine campagne, vous êtes tête de liste de gauche à Villepa’. Je vois, je sens, de loin (mais de près grâce à votre Facebook...) que vous menez une campagne dynamique (je dirais même souriante, ce qui, de nos jours, est plutôt sympa). Pouvez-vous nous résumer la problématique de la ville : le bilan des dernières mandatures et votre projet ?

Gilles Loubignac : Beaucoup l’ignorent mais Villeparisis est une ville “pauvre” puisque nous sommes classés dans les 150 villes les moins riches de France et qu’à ce titre nous bénéficions de la DSU (Dotation de Solidarité Urbaine)  et du Fond de Solidarité d’Ile- de-France, pour un total d’environ 3 millions d’euros par an. En effet nos différents prédécesseurs n’avaient pas saisi toute l’importance de la présence d’entreprises sur le territoire pour soulager la pression fiscale sur les familles. Quand nous avons été élus en 1995 il nous a d’abord fallut négocier le contentieux ” Semisis” avec l’Etat, les créanciers et les banques pour apurer les 96 millions de francs de dettes laissés par la droite suite à son dépôt de bilan pour le moins idiot puisque la ville était garante des dettes de la société Mixte! Nous avons réussi à diminuer le montant des remboursements à 42 millions soit moins de la moitié de ce qui était réclamé. Ensuite nous avons dû lancer des travaux de rénovation du patrimoine  car rien n’avait été fait pendant les 12 ans de gestion de la droite si ce n’est l’urbanisation d’un nouveau quartier à BoisParisis prévu pour 400 logements et qui s’est terminé avec 1200 logements, avec une école de seulement 4 classes. Pendant le deuxième mandat nous avons fait notre possible pour attirer à Villeparisis des employeurs capable de fournir du travail aux Villeparisiens, c’est pourquoi nous avons choisi d’implanter une zone d’activité avec des commerces et des restaurants qui a généré plus de 300 emplois pourvus à l’origine par 75 % de Villeparisiens. Dans le même temps nous avons fait en sorte d’atteindre les objectifs de la loi SRU en favorisant la construction de logements avec une mixité c’est-à-dire 2/3 acquisition privée et 1/3 logements sociaux. Nous avons fait en sorte que les logements sociaux soit attribués en priorité à des Villeparisiens (+ de 60% sur 10 ans). Nous avons aussi développé nos actions en direction de nos ainés en favorisant leur maintien à domicile  tout en leur fournissant des possibilités d’hébergement quand cela s’avérait nécessaire. Le troisième  mandat se caractérise par la continuité de la rénovation de la ville, puisque nous avons refait 2 places importantes, celle de l’église et celle de la poste après avoir fait celle de la gare, terminé la construction de l’école Barbara de 12 classes au vieux pays avec le parking de 120 places « François Mitterrand » près de la Mairie. En 6 ans près d’1/3 des rues de Villeparisis ont été refaites. Notre projet s’inscrit donc dans la continuité de ce que nous avons réalisé, il nous faut construire un nouveau groupe scolaire de 12 classes près du marché, réaliser des terrains de football en synthétique suite aux exigences des fédérations sportives, construire un ensemble de salles de sports dédiées à la gym et aux sports de combats  pour accueillir les pratiquants de plus en plus nombreux. En effet, Villeparisis est passée de 18 000 habitants en 1990 à 25 000 aujourd’hui. Nous devons continuer la rénovation des voiries de Villeparisis sans oublier le développements des voies douces comme la “voie Lambert” en cours de finition en 2014, réussir la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, et installer la vidéo-protection où cela s’avère nécessaire.

Gilles Loubignac avec ses colistiers

RM Villeparisis va vivre une sorte de “révolution” depuis qu’elle a été intégrée (à sa demande et après toutes les difficultés que l’on connait) à une interco. Est-ce que les habitants de la ville ont conscience de la situation (transferts de compétences etc.)? Et au-delà, même dans cette période transitoire de la CC Plaines et Monts de France (en attendant- c’est long…- la décision du tribunal administratif sur la constitution de l’ancienne “petite interco”), quelle est votre vision de la “Grande Interco”?

G.L Depuis 2012, dans chaque réunion de quartier, nous n’avons eu de cesse d’informer les Villeparisiens sur les enjeux de cette intégration. Celle-ci ne s’avérait pas indispensable pour une ville de 25000 habitants pourvue de tous les services nécessaires, mais devant respecter la loi, nous avons toujours privilégié  notre bassin de vie donc  la Communauté de  Plaines et Monts de France. Les Villeparisiens nous ont fait confiance sur ce choix et comptent sur nous pour régler les problèmes s’il y en a.

Certains commencent à réaliser l’impact des transferts de compétences et sont plutôt rassurés par le fait que nous nous sommes impliqués dans l’exécutif de la CCPMF surtout que la délégation qui m’est confiée (Assainissement du sud de l’interco) est très importante pour Villeparisis, vu les travaux restant  à faire dans ce domaine. Ma vision de la grande Interco est qu’elle est une chance pour toutes les villes grandes et petites. Nous avons une expérience du développement d’une cité (+ 7 000 habitants  en 20 ans) que peu d’autres communes ont, nous avons géré aux plus près de nos moyens financiers tout en apportant des services reconnus pour leurs qualités, nous transférons à l’interco du personnel qui a fait ses preuves et apprécié des entreprises qui travaillent pour Villeparisis. En échange nous comptons sur l’Interco pour nous aider sur les grands projets déjà débattus dans les syndicats de rivières ou d’assainissement que nous ne pouvons réaliser avec nos seules forces ou moyens, pour développer la zone d’activité au sud de la RN3 et pour construire un schéma de transport cohérent avec notre bassin de vie, en particulier pour l’accès à la plateforme.

RM Votre commune, j’en témoigne, a toujours ” regardé” vers “Roissy”. C’était d’ailleurs son argument principal, pour être dans la Grande Interco, plutôt que d’être intégrée, comme le voulait l’Etat, dans la CA Marne et Chanteraine. Il y a désormais un débat suite à Paris Métropole, et un risque, je l’ai écrit, d’éclatement d’une communauté territoriale et d’intérêts, dans un rayon d’une vingtaine de km autour de CDG qui est en train de se constituer (à mon avis on aurait dû la faire depuis des années…). Quelle est votre sentiment sur tout ça et êtes-vous partisan, comme nombre d’élus (de toutes tendances) du Grand Roissy d’une grande (très, pour le coup…) interco “aéroportuaire”?

G.L Non, surtout pas tout de suite, car la frustration est grande dans les petites communes dites rurales qui perdent de leur autonomie tout en devant intégrer une nouvelle population venant de la banlieue qui s’attend à trouver des services hors de portée des finances des villages. Donc soit l’Etat décide de la disparition administrative des villages et fait en sorte qu’il n’existe plus de commune de moins de 10 000 habitants, (ce que souhaitent certains fonctionnaires des ministères… , soit il reprend la main pour des projets “nationaux” comme le Quartier de la Défense, Rungis, Orly ou Roissy, en allant à l’encontre de l’esprit des lois de décentralisation, et en faisant fi des opinions locales. Si on regarde ce qui ce passe à “Notre Dame des Landes” je ne suis pas sûr que les citoyens d’aujourd’hui accepteraient ce que leurs grands-parents ont avalé.

Je pense que c’est une des raisons pour laquelle l’État favorise les grandes interco car il préfère que la pédagogie soit faite par des élus de terrain qui se connaissent plutôt que de risquer une bronca des administrations locales qu’il est incapable de remplacer aujourd’hui dans une période de restriction financière .Il est cependant évident que nous devons travailler avec l’association des élus du Grand Roissy pour faire en sorte que les communes du 77 ne soient pas oubliées dans le développement de CDG.

Partagez cet article

5 réflexions au sujet de “Gilles Loubignac : “Villeparisis doit travailler avec l’association des élus du Grand Roissy “”

  1. “Gilles Loubignac sera certainement le prochain maire (PS) de Villeparisis. On ne prend pas grand risque à dire ça”. Ah ben non, le Monsieur n’avait finalement aucun don de divination car son “poulain” ultra militant a perdu.Try again

    Répondre
    • Jeme suis lourdement trompé dans mon pronostic. Et j’ai été imprudent. Faut dire qu’avec les élections d’avant… Comme quoi. Et même Mitry a bien failli basculer

  2. Monsieur,
    Votre article est un exemple d’objectivité journalistique.
    Il est rassurant, de voir que ceux qui maitrisent les médias n’en font pas un outil partisan au service d’une idéologie.
    Par ailleurs et afin de faire réaliser de substantielles économies à notre Gouvernement sur les coûteuses élections, peut être pourriez-vous proposer vos compétences divinatoires au Ministère de l’Intérieur pour désigner les Maires pour les six années à venir.
    Cordialement
    Hervé TOUGUET

    Répondre
    • en réponse, M. Touguet :
      1) je ne suis pas journaliste, mais observateur de la région de Roissy depuis plus de 2Oans, et, singulièrement, avec mes différentes publications, depuis 1996.
      2)” l’objectivité”, chose bizarre n’existe que dans les rêves de beaucoup. Le simple choix, pour les vrais journalistes de traiter tel ou tel sujet, la manière dont ils le traite relève du subjectif. Et, pour certains, on les découvre un jour soit un cabinet ministériel, quand ce n’est pas dans le lit de ministres ou autres responsables politiques, voire du président de la République (à droite ou à gauche), si vous voulez des noms, je vous dirai ça objectivement.
      3) dans mon travail d’observateur, je ne cache ni mes gouts (quand j’en ai), ni mes options politiques (quand j’en ai, voyez la rubrique choses publiques…), mais je vous mets au défi de trouver, dans le moindre de mes écrits depuis 1996, une quelconque contre-vérité.
      4) pour le reste, (divinatoire…) un point pour vous. mais convenez qu’à Villepa’, faut pas être sorcier..

      La seule “idéologie” que j’ai, c’est la liberté, et je suis sûr que vous serez d’accord avec moi, en ce monde troublé.

      Cordialement aussi et à votre disposition pour parler de tout ça (visiblement vous ne me connaissez pas bien), je vous raconterai des tas de choses qui vous plairont, j’en prends le parti (encore divinatoire…)

Laisser un commentaire