Le festival d’Avignon…

Votre serviteur, à Epiais-lès-Louvres, dimanche dernier

Une fois de plus on assiste à une montée spectaculaire du FN. Et encore, s’il avait pu présenter davantage de listes… On sait d’où vient ce parti… Eh bien ce n’est pas glorieux. La faute à qui ? La faute à la lâcheté de notre classe politique, la faute aux mauvaises pratiques politiques. Et plus les “avertissements” du corps électoral se succèdent depuis des années (rappelons-nous Le Pen au 2ème tour…), moins la classe politique en tient compte. Promesses non tenues, discours abscons, démagogie effrénée, manque de courage (sur l’économie, les finances, le droit du travail, l’immigration, l’assistanat…), scandales et affaires en pagaille (Cahuzac !) la liste serait longue…

On aurait pu attendre du nouveau gouvernement un changement de pratique (“Moi Président”…). Depuis deux ans, c’est en moyenne (au moins) un couac par jour, un amateurisme rarement vu.  On a rien eu, sinon le “mariage pour tous” (la belle affaire…) Et qu’on ne vienne pas me parler des “emplois d’avenir”, dont on nous rebat les oreilles. Du côté gauche, personne n’a rien dit. Ah si : depuis dimanche soir et la claque reçue par le PS, les langues commencent à se délier, au moins en privé. Il faudra parler plus fort ! Le centre est aphone et la droite reproche à la gauche ce qu’elle n’a pas fait quand elle était au pouvoir (ex.: dette, 35 heures…). Comment voulez-vous que les gens s’y retrouvent ?

Pour ma part, je n’ai eu de cesse, dans mes écrits, d’en appeler à un sursaut national, à une véritable révolution dans les mœurs politiques. Je vous ai ressorti quelques édito  parus  dans plusieurs “Bénéfice.net”, notre ancien magazine: voyez ceux du n°14 (juin 2002), 21 (sept 2005), 23 (sept 2006), 24 (avril 2007), pour ne prendre que ces quatre-là. Prenez le temps de les lire…

Il faudra nécessairement non seulement un changement de politique, mais aussi une recomposition politique. Les européennes approchent et si des signes forts ne sont pas donnés, je peux facilement prédire que les gens vont se lâcher et que, (pour le peu qui iront voter), le FN va faire un tabac. Commençons donc par interdire clairement (et plus rapidement que prévu) tout cumul des mandats et leur limitation dans le temps (celui du président est désormais limité à deux, on ne voit pas pourquoi cela ne s’appliquerait pas aux autres), diminuons le nombre de parlementaires. Et réformons franchement le droit du travail dans le sens d’une plus grande liberté de licenciement. Rien que dans les TPE, le jour où elle pourront embaucher et débaucher facilement, c’est au moins 1 million de vrais emplois qui seraient créés dans la foulée.

Bon… Votez dimanche ! Malgré tout ! EV

Partagez cet article

2 réflexions au sujet de “Le festival d’Avignon…”

Laisser un commentaire