Des vieux livres en veux-tu en voilà !

Y'a encore cinq cartons plein de bouquins comme ça et même des encyclopédies

On vous avait dit que les anciens patrons du Bouchon Gourmand (je vous présenterai le nouveau la semaine prochaine) m’avaient fait cadeau de vieux livres qu’ils ne voulaient ni vendre, ni bien sûr jeter  (revoir ici) . C’était en juin dernier et ils étaient arrivés à Epiais, façon commando, avec 6 gros cartons (plus du vrac…) de livres. Ce sont tous de beaux livres, reliés à l’ancienne (c’est à dire à la main) qu’ils tenaient de leurs père et grand père. La plupart ont été édités fin 19ème  ou début 20ème. On y trouve de tout: des classiques de grands auteurs (Zola, Hugo, Th. Gauthier …) mais aussi des auteurs moins connus (de moi au moins) comme Marcel Prevost, dont j’ai lu le livre “Féminités” (délicieux, je le réserve pour Céline Pina…), en espérant trouver dans les cartons certains de ses autres livres comme “Les demi-vierges”, qui a été porté à l’écran en 1936) ou “Les Don Juane”, ou encore “Les vierges fortes” ou “Lettres de femmes” (que j’ai lu). Un peu porté cul, le Marcel. Comme quoi on peut (pouvait à cette époque) l’être tout en étant polytechnicien, académicien et commandeur de la Légion d’Honneur (voir ici). Et voyez ses citations trouvées sur un site (ici) .

Tout cela pour dire que j’ai trop de livres !! Pas moyen de trouver de la place (en fait un peu) et en plus je n’aurai jamais le temps de tout lire.

J’ai donc décidé d’en donner à ceux qui aiment les vieux livres. J’ai commencé à donner le premier à Frédéric Vernhes, président de la CCI 95 (foto ci-dessous, le livre à la main) en juin, lors d’une réunion mémorable sur le triangle de Gonesse. Il en a été ravi !  Puis à d’autres amis ou clients, en visite dans mon bureau d’Epiais. Tout le monde heureux…

Frédéric Vernhes, feuilletant son livre... Il peut encore me remercier, tant la réunion était... haletante!

Tout ce détour pour vous dire, chers lecteurs (connus ou pas connus) : si vous aimez les vieux livres, reliés, vous pouvez venir en prendre. Une condition: ne pas les revendre. Mode d’emploi : m’appeler au 06 60 04 69 88 (je ne suis pas toujours au bureau, et je n’ai plus de secrétaire, snif…) pour fixer RV. Pour ceux qui ne connaissent pas Epiais-lès-Louvres, ce sera une bonne occasion pour visiter ce beau village aéroportuaire (100 habitants, 3 rues, cinq clans) inattendu. Vous pourrez aussi en profiter pour manger dans le seul restaurant du village, “L’Atelier” (juste en face de mon bureau), où le patron Jean-Marc vous réservera le meilleur accueil, comme d’hab (pub gratuite, J-M…). Et, cerise sur le gâteau, peut-être rencontrer la belle Isabelle, notre maire (et nouvelle conseillère départementale du Val d’Oise).

Elle est pas belle, la vie?  EV

PS: J’ai commencé la lecture de “Le Camps des Saints“, paru en 1973,  de Jean Raspail (qu’on m’avait recommandé) : j’en ferai une note de lecture ici, mais je peux vous dire déjà que c’est extrêmement d’actualité…

Partagez cet article

Laisser un commentaire