Le préfet du Val d’Oise, Yannick Blanc, a visité le Centre Hubstart

de g à dr, au premier rang: MM. Planchou, Sueur (président du CEEVO), le préfet Blanc, Mme Elizabeth Le Masson (ADP). Le grand, derrière, c'est J-F Benon, le DG du CEEVO. Au dessus de M. Planchou, c'est Eric de la Paillonne, le directeur de Hubstart: un vrai warrior !

Vendredi dernier, le préfet du Val d’Oise, Yannick Blanc, en poste depuis février dernier (revoir ici), a visité, à l’invitation de M. Planchou, président de la “démarche” ou “alliance” Hubstart, les locaux de ce dispositif, à Roissypôle. C’était au titre de la présidence (tournante…)  du GIP Emploi (dont on sait ce que je pense, c’est à dire que ce machin ne sert à rien et devrait être dissout rapidement, revoir ici) que le préfet occupe cette année.

Je suis passé (ça a failli provoquer des crises cardiaques…) faire cette foto, plutôt sympa. Le “centre hubstart” comprend une pépinière d’entreprise (voir son site ici) et d’autres “services” qu’on a du mal à comprendre. Ça faisait longtemps que je n’étais pas allé trainer dans cet antre. Tombé sur une plaquette de “Planet Airport“, des services animés en faveur de l’emploi et de la mobilité, par ADP.

Le GIP Emploi Roissy…

J’ai bien connu ce fameux GIP (Groupement d’intérêt public), avant même sa création en 1998. C’est J-C Gayssot, alors ministre (PCF) des Transports qui l’a initié, sur une idée du préfet Duport. Cela faisait partie des “compensations” en échange des deux nouvelles pistes de CDG (que la gauche avait condamné, mais, arrivée au pouvoir “sans le faire exprès” après la dissolution Chirac de 1997, elle s’est empressée de les autoriser). Il s’agissait de dupliquer le modèle du GIP Grand Stade, qui avait été une réussite certaine. Mais ça n’a jamais marché. Pour vous en convaincre, je vous invite à lire ou relire l’article que j’avais consacré à N. Cherradi, qui en fut le premier directeur. Vous pourrez le trouver ici (en PDF) ou directement sur  Bénéfice Net N° 24 (avril 2007). Ça n’a jamais marché, mais on l’a gardé quand même. Pour vous donner une idée de l’activité de ce machin, lisez ça ici, c’est édifiant. Et il est bon de savoir que le nouveau directeur du GIP n’est autre que François Brezot, ancien collaborateur d’Emmanuel Morel, ancien vice président (PS) du conseil régional d’Ile-de-France, avant d’en démissionner quand il a été élu député européen. Les choses ont été bien faites: il y eu même un appel à candidature (voir ici), et miracle… . Comme quoi le GIP sert quand même à quelque chose…

Tout cela mériterait un peu de cohérence, et de communication… Il y a un côté microcosmique, voire nombriliste (pour être poli)  dans tout ça, qui nuit à l’efficacité (et est source de gaspillage d’énergie et d’argent). Transparence ! EV

Les locaux, plutôt pas mal, de la pépinière d'entreprise

Partagez cet article

Laisser un commentaire