Collecteur de TVA : un travail au noir?

Je me souviens toujours d’un éditorial (ou plutôt d’un billet humoristique,  mais je ne sais plus si c’était dans France Soir ou le Figaro) de (l’excellent) Philippe Bouvard, voici une vingtaine d’années. Il disait, de mémoire, qu’étant bon contribuable depuis tout le temps (sans omettre, sans tricher), il aurait aimé recevoir du service des impôts, une petite lettre de remerciements.  C’était mignon.

A l’heure où les comportements frauduleux se multiplient, partout (surtout de la part des très riches (dont les footballeurs, aux contrats insensés) ou des politiques, repensons aux histoires ahurissantes des Cahuzac et autres Thévenoud, des socialistes! ), je serais un peu comme Bouvard. Moi qui suis, depuis le début de ma vie… fiscale (de 17 à 62 ans), un contribuable exemplaire, que ce soit au niveau personnel que professionnel, j’aimerais bien aussi recevoir un p’tit mot sympa.

Combien de fois m’a t-on dit : “oh fais attention dans ce que tu écris, quelques politiciens pourraient te provoquer un contrôle fiscal” (je n’en ai jamais eu en 20 ans, alors que la moyenne est, de mémoire, est tous les 7 ans et demi). Même réponse à chaque fois : “mais oui, j’en serais ravi, ça me permettrait de voir si mon expert-comptable fait bien son travail”. Je garde tous les justificatifs, ne triche pas, je ne fais pas d’abus de bien sociaux et, de mémoire, ma SARL me doit plusieurs rouleaux de PQ…

Mais je pense à autre chose, à chaque fois que je fais personnellement (tous les mois, c’est comme les règles) “ma” TVA (sous le contrôle de mon expert-comptable). En fait, nous autres, entrepreneurs, collectons l’impôt (la TVA donc, en l’espèce) pour le compte de l’État. Émissions, calculs, déclarations, tout cela est un VRAI travail, j’en sais quelque chose, et il ne faut pas se tromper. Mais pas rémunéré, même pas symboliquement. On sait,  par exemple, et les maires qui me lisent seront d’accord avec moi, que l’État leur facture, ce qui est normal (en fait ce sont les contribuables qui payent ça) la perception des impôts locaux. Il faudrait que je fasse le compte de tout ce que ma petite entreprise  a collecté et versé, depuis 20 ans, rubis sur l’ongle, à l’État ! Si celui-ci me rémunérait ne serait-ce qu’a 0.5%, ça ferait un beau chèque, je vous assure.

Et donc, pourquoi les entreprises ne seraient-elles pas rémunérées, même faiblement, pour ce travail , qui rapporte du cash à l’État tous les mois?  J’dis ça, j’dis rien, mais la question vaut d’être posée, non ? EV

PS: je ne voudrais pas que ce billet soit considéré comme un truc “anti-impôts”. Je suis un chaud partisan de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et en particulier  de ces deux articles :

Art. 12. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. (#coiffeur de Hollande, #balade de Valls en Allemagne pour voir un match de foot)

Art. 13. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

Je terminerai par ça: n’ayez pas peur de l’administration fiscale. J’ai eu une fois un rappel, qui était fondé sur la forme, mais non sur le fond. Ça a été réglé intelligemment et rapidement…

Partagez cet article

Laisser un commentaire