Rencontre avec le préfet Riffaut : un drôle de questionnaire et des changements dans la sûreté et la sécurité des aéroports

avec le préfet des aéroports, Philippe Riffaut

Ça faisait un moment que je n’avais pas vu le préfet Riffaut, chargé de la sécurité et de la sûreté des aéroports CDG et le Bourget. Je suis allé le voir la semaine dernière, dans les locaux de la préfecture déléguée à Roissypôle. C’est un homme affable, souriant, ouvert (mais qui sait être ferme, j’en témoigne) et qui, comme beaucoup de hauts fonctionnaires d’ici (et d’ailleurs, et depuis le début…) aime beaucoup RoissyMail (comme Bénéfice.net avant). J’en ai toujours été surpris (et honoré). En fait, je sais pourquoi. Un jour, voici 3 ou 4 ans, je passais à cette même préfecture de « Roissy », pour voir M. Holl, à l’époque secrétaire général, et, en passant dans un bureau, une dame m’appelle : « vous êtes M. Veillon ? de RoissyMail ? Oh ! merci, grâce à vous on a des informations tout de suite, bien avant que nous les livrent nos différentes administrations ». C’était sympa…

Un questionnaire … psychédélique (un truc de Pieds Nickelés m’a dit un haut fonctionnaire…)

C’est qu’un de mes lecteurs m’avait passé un document très étonnant (le voir ici) qu’il avait reçu de la DGAC et de l’UCLAT (Unité de coordination de la lutte antiterroriste). Il s’agit d’un questionnaire adressé aux entreprises de CDG à propos de la « radicalisation » au sein de leurs établissements.

Au total 14 questions …incroyables, qui ont laissé pantois (je me suis renseigné) nombre de dirigeants d’entreprises.

Je voulais savoir ce qu’en pensais le préfet. Je n’ai pas été déçu ! Le préfet m’a informé qu’il était au courant, mais qu’il n’avait pas été informé de cette « action » de la DGAC. Et visiblement il en était très fâché. Et si j’ai bien compris, il a conseillé aux entreprises de ne pas répondre au dit questionnaire. Et a téléphoné au directeur général de l’aviation civile pour lui signifier son désaccord. Ambiance…

Hier, le Canard enchaîné a publié un article (le voir absolument ici) sur cette affaire, titré « Ça plane très haut dans la lutte antiterroriste » et qui se moque bien du questionnaire. On y apprend que l’UCLAT n’avait pas été associée à l’élaboration de ce « drôle de quizz ».

Des changements dans la sécurité/sureté des aéroports

Le préfet Riffaut m’a ensuite expliqué les changements en cours en matière de sûreté et de sécurité dans les aéroports. Aujourd’hui, la PAF (Police aux Frontières) assure non seulement les contrôles aux frontières, mais aussi la sécurité générale dans les zones publiques des aérogares, des hôtels et autres établissements (comme Aéroville), la sécurité routière…

Or, et ce n’est pas nouveau, la multiplication des contrôles aux frontières (y compris sur les vols Schengen) fait que la PAF est un peu … débordée.

Désormais, la PAF ne s’occupera “que” des contrôles aux frontières et de la sécurité des aérogares et ce sont les fonctionnaires de la préfecture de police de Paris qui s’occuperont de l’ordre public dans les autres zones publiques. Le préfet compte beaucoup sur la vidéo-verbalisation pour régler le problème du stationnement sauvage sur la plate-forme. Des fonctionnaires y seront spécialement consacrés à la préfecture de police (en fait, m’a précisé le préfet, grâce aux caméras, les policiers, depuis Paris, peuvent voir tout, enregistrer et verbaliser électroniquement: Olivier, fait gaffe !).

De son côté, la GTA (gendarmerie des transports aériens) continuera de s’occuper de toute la zone « coté piste » et, c’est nouveau, de la zone de fret « coté ville ».

Enfin, sont désormais renforcés les effectifs du renseignement par la présence de fonctionnaires de la préfecture de police de Paris au sein d’un service dédié auquel participent des fonctionnaires de la PAF, de la GTA, et de la Douane. C’est une première de faire travailler ce petit monde ensemble sur un sujet aussi complexe que le renseignement.

Un super préfet des aéroports ?

Dans le même temps, comme l’a prévu l’article 27 de la loi sur le « Statut de Paris et aménagement métropolitain » c’est le préfet de Police de Paris qui s’occupera des aéroports de CDG et du Bourget en lieu et place du préfet de Seine-Saint-Denis.  Actuellement le préfet Riffaut est rattaché à ce dernier, son patron sera donc désormais le préfet de Police de Paris. Les moyens de la préfecture de police viendront renforcer en cas de besoin ceux déjà présents.

Et, suite à un amendement sur cet article 27, présenté par Vincent Capo-Canellas, sénateur de Seine-Saint-Denis (et maire du Bourget), le préfet de police aura aussi la compétence sur l’aéroport d’Orly (actuellement c’est le préfet du Val de Marne). Dans son amendement, il suggère au gouvernement de créer un poste de préfet délégué pour Orly, à l’image de ce qui se fait depuis des années pour CDG et le Bourget. Une réforme qui devrait aboutir dans les 3 ans (grands dieux pourquoi 3 ans ?). En fait, il semblerait que ce soit un sous-préfet qui soit nommé à Orly, et que le préfet de Roissy devienne un « super préfet » des aéroports franciliens. A suivre… EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire