Eloge du CEEVO et … de son directeur, Jean-François Benon

voyez le dernier film du Ceevo

Ça fait longtemps que je voulais faire cet éloge du CEEVO, l’agence de promotion du Val d’Oise. Les trente ans de relations économiques (voir l’article plus haut) avec le Japon m’en donnent l’occasion. C’est l’une des agences départementales françaises les plus dynamiques et cotées (sinon la première), j’en témoigne depuis des années. Pour s’en convaincre, il faut aller picorer sur leur site, très bien fait, évidemment, et leur mur Facebook, très actif. Vous pourrez aussi consulter leur bilan d’activité 2016 : un gros pavé de 156 pages ! C’est aussi la première agence de développement économique créée en Ile-de-France en 1973. Le Ceevo a donc fêté son 44ème anniversaire en 2017, comme le rappelle son actuel président Philippe Sueur, premier vice-président du Conseil départemental, maire d’Enghien, dans son édito de leur dernier magazine “L’économie en Val d’Oise”.

Jean-François Benon

J-F Benon (au centre) et son président J-P Sueur (à droite), au dernier SIMI

J’ai fait la connaissance de Jean-François Benon dans des circonstances peu banales. C’était … fin 1992. Je venais d’arriver à la mairie de Tremblay-en-France (93), comme directeur du développement économique. Le maire, François Asensi, m’avait embauché parce que je connaissais le monde de l’entreprise, celui de l’administration et celui de la politique. Sauf que, après mes années passées en Afrique, je ne me souvenais plus ce qu’était exactement un comité d’expansion économique. Pas d’internet à l’époque… Je tombe, je ne sais plus comment, sur un document du CEEVO. Je prends mon courage à deux mains, et je téléphone à son directeur, J-F  Benon (il n’y avait pas de comité en Seine-Saint-Denis à l’époque). Je lui explique. Le courant est passé tout de suite. Il m’a fait un “cours” et m’a envoyé après plein de documents. C’était vraiment sympa, d’autant que Tremblay est en Seine-Saint-Denis…

Vous ne me croirez peut-être pas (mais vous auriez tort), depuis ce temps, en gros, il ne se passe pas une semaine sans qu’on ne se parle au tél, sans évoquer les nombreuses rencontres depuis que j’ai créé VPP en 1996. Toujours disponible, agréable, (malgré un agenda toujours surbooké : c’est un activiste, non, un stakhanoviste du développement économique), d’une grande culture, et “open data”. On parle toujours de tout:  boulot, territoires, mais aussi actualités, international, impressions …  Et c’est rare que nos discussions, toujours passionnantes, durent moins d’une heure… Il a toujours été reconduit à son poste (depuis qu’il y a été nommé, en 1991), quelles que soient les majorités au Conseil départemental, et le budget du CEEVO a toujours été voté à l’unanimité. C’est sûr qu’il en est pour quelque chose … Je peux vous dire que c’est assez rare.

Autres qualités : il est passionné par le développement du Grand Roissy, depuis tout le temps. Il anime notamment le groupe de travail “économie” de l’association “Pays  de Roissy CDG “.  C’est aussi un grand voyageur, que ce soit dans le cadre des missions du Ceevo à l’étranger, que personnellement (week-ends en Europe, le monde entier pendant les vacances). Il sait traquer les billets d’avions les moins chers (c’est un fana des compagnies low cost et certains se souviendront, voici quelques années d’une réunion à Roissy, où il avait poliment enjoint Air France, et son PDG de l’époque, J-C Spinetta, qui n’y croyait pas, de s’y mettre…) .  Je lui ai toujours dit que, s’il voulait changer de boulot, il réussirait en créant une agence touristique !

Bon, j’arrête les compliments. Mais vous me connaissez, la flatterie n’est pas le genre de la maison.   EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire