L’Etat va faire appel du jugement du Tribunal administratif invalidant la ZAC du Triangle de Gonesse

le projet de Clément Blanchet pour le cirque contemporain d'Europa City

Suite à l’annulation, le 6 mars dernier, par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, de la ZAC du Triangle de Gonesse (revoir le jugement ici), sur laquelle doit se construire (entre autres) Europa City, finalement ce n’est pas le préfet du Val d’Oise qui va faire appel de ce jugement, mais carrément le gouvernement. Qui, de fait, confirme son soutien aux projets.  Ça va se faire dans le courant de la semaine prochaine. On vous tient info, of course… EV

Partagez cet article

Ligne 17 : eh ben voilà !

cliquez pour lire et écouter la ministre

J’avais pas vu ça… C’était mardi dernier au Sénat. La ministre a annoncé le report de la ligne 17, tout en assurant, bien sûr, que tout le Grand Paris Express se fera (qu’est que j’écrivais plus bas ?). Elle évoque aussi le rapport que la Cour des Comptes a rendu en décembre dernier sur la Société du Grand Paris. Je prendrai le temps de résumer et de revenir sur tout ça. EV

cliquez pour avoir le rapport
Partagez cet article

ligne 17 : réponse hypocrite à une question hypocrite

cliquez pour voir le film de la Société du Paris sur la ligne 17

Le 24 octobre dernier, le député (LAREM) de Seine-et-Marne Rodrigue Kokuendo avait posé une question écrite au ministre “de la cohésion des territoires (ça ne s’invente pas…) sur le devenir de la ligne 17. J’avais vu passer cette question et je n’ai pas senti le besoin d’en parler ici. Pourquoi? Parce c’est question vague, mais surtout hypocrite car elle ne pose la question du respect des délais (2024 et 2030). Ça ne risquait pas d’embêter le gouvernement car de la manière  dont  elle posée,  elle permettait une réponse sans risque, du genre “on va faire la ligne 17”, mais sans parler de délais . Eh bien c’est qui c’est passé. Dans sa réponse parue le 9 janvier, le ministre termine ainsi : À ce titre, la ligne 17 est la parfaite illustration d’un nouveau transport en commun, solution alternative à la voiture, qui offrira de nouvelles possibilités de déplacements en particulier aux habitants de la Seine-et-Marne. L’engagement du Gouvernement à maintenir le projet GPE dans son intégralité malgré les difficultés techniques et financières démontre son engagement pour les transports du quotidien et pour favoriser l’égalité des territoires.

Bien sûr, il ne parle pas de délais. Et pour cause, la décision n’est toujours pas prise en haut lieu. Gageons, ce qu’à dieu ne plaise, que si le gouvernement décide de ne pas faire la ligne 17 dans son entier, il dira qu’elle sera faite, mais… plus tard.  Voyez la question et la réponse ici. EV

PS: et, comme par hasard, l‘Autorité Environnementale vient d’en remettre une couche. Après avoir rendu un avis défavorable sur le Triangle de Gonesse (en fait contre Europa City) sur le tronçon nord de la ligne 17 elle vient, dans un communiqué du 11 janvier (à voir ici, en bas) en demandant une nouvelle actualisation de l’étude d’impact de la ligne 17, actualisation sur laquelle ladite “Autorité” entend bien donner son “avis”. Avis dont on se doute bien du contenu… Si le gouvernement décidait de “reculer” le tronçon Nord, il pourrait bien prendre appui sur ça. Ça me parait cousu de fil blanc.

Partagez cet article

Guerre fratricide à Gonesse: vive réaction de C. Sabouret après que J-P Blazy ait annoncé, lors de ses voeux, son intention de briguer un 5ème mandat en 2020

Lors des vœux du maire, à la salle Jacques Brel, le 8 janvier

Jean-Pierre Blazy, maire (PS) de Gonesse a présenté ses vœux aux personnalités, lundi 8 janvier. Vous pourrez lire son discours ici. Toujours très détaillé (et tout aussi long…). A la fin du discours, le maire lâche : “Je vous déclare aujourd’hui que je serai candidat aux prochaines élections municipales en 2020, pour poursuivre avec vous le combat pour le présent et pour l’avenir de Gonesse et de tous ses habitants“.

Ce qui n’a pas plu du tout à Cédric Sabouret, conseiller municipal (PS) et départemental. Il s’est fendu le lendemain matin d’un communiqué, vif et vengeur dénonçant la “grande fébrilité” du maire qui s’engage donc pour un 5ème mandat  et mettant en garde, carrément : “L’entrée en campagne très précoce de Jean-Pierre BLAZY risque par ailleurs de compliquer la gestion des dossiers municipaux et il conviendra de veiller très scrupuleusement à ce que les moyens de la ville ne soient pas détournés à des fins électorales durant toute la période qui nous sépare du prochain scrutin municipal“.

Ambiance …

La guerre “fratricide” (les deux sont au PS) se confirme donc entre les deux hommes. Et ça fait un moment que ça dure ! Sans que je ne comprenne pourquoi, encore à ce jour, malgré les multiples “explications” des deux… Une querelle personnelle certainement. Il faut savoir que Cédric Sabouret (voir son blog)  “tient” la section PS de Gonesse, dont il est le secrétaire. Ce qui lui avait permis, entre autres, d’évincer Viviane Gris 1ère adjointe au maire, conseillère générale à l’époque, lors des avant-dernières élections départementales (2011) où il s’était présenté à sa place (il fut élu et réelu). Dernièrement, J-P Blazy l’avait fait exclure, je ne sais plus très bien pourquoi, du groupe de la majorité municipale.

Bien qu’il ne se soit pas déclaré officiellement, pas besoin d’être un fin analyste pour sentir que Sabouret veut être calife à la place du calife, et même d’une manière … frénétique, à en juger par le ton de son communiqué évoqué plus haut. En plus, il a ouvert récemment (foto ci-dessus) une permanence en plein centre-ville.

On va bien voir ce que ça donne. En 2014 la liste Blazy avait gagné dès le 1er tour, avec 50.35% (revoir ici les résultats). Mais rien n’est acquis pour 2020. Le FN est toujours en embuscade, mais s’il y avait deux listes “socialistes”, la République pourrait se mettre en marche à Gonesse, et peut-être bien l’emporter (aux législatives 2017, Zivka Park (LRM) était arrivée en tête dans la ville aux deux tours : 28.41 au 1er, 55, 93 au 2ème…) EV

Partagez cet article

Galette géante demain à Aéroville

Une galette de 25 mètres ! Pour la deuxième année, c’est ce que le centre commercial Aéroville va offrir, demain aux visiteurs. Elle sera réalisée par le chef pâtissier Ruben Sarfati (qui a participé à l’émission Top Chef). Avec une  saveur différente tous les 5 mètres : vanille, macadamia avec feuilletage fève tonka, pistache avec feuilletage à la framboise, frangipane, chocolat et caramel, spéculoos et litchi. Au total, ce sont plus de 280 kilos de gourmandise ! Les rois et les reines repartiront avec une galette de 6, 8 parts.

Ça se passe à la zone Nordic Chic à 18h. EV

Partagez cet article