Entre deux newsletters: Bodin, le nouveau chef du Pullman, Pays de Roissy et … les saucisses de Nuremberg

Ce midi, à la ferme du Manoir, avec Sébastien Agbota, ancien vice-président de la Haac (CSA du Bénin), en transit dans notre pays et Bignon

Je vous invite, chers lecteurs, à aller régulièrement sur le site de RoissyMail, dans l’intervalle entre deux newsletters. Une des principales raisons d’être de la nouvelle version* du site est justement de pouvoir mettre en ligne les infos régulièrement. Les mails que vous recevez de notre part (que nous allons améliorer, il y a eu des bugs chez certains), c’est désormais surtout pour vous alerter.

Donc, si vous allez dans la rubrique: “Articles parus hors newsletter” (sous menu de la rubrique “Archives par rubriques”), vous pourrez voir la réponse que j’ai faite aux arguments de M. Bodin, député UMP du Val d’Oise, suite à sa réaction. A voir aussi le compte rendu de la réunion “Picardie Roissy” à Gonesse (ce fut chaud) et celui de l’Assemblée générale de l’association “Pays de Roissy CDG”.

Dans les rubriques “Accordéon” (les trucs cadrés de noir, à droite) , vous pourrez voir la tête et le nom du nouveau chef de cuisine du Pullman Roissy. Et, dans la rubrique “Conso”, un article qui pourra surprendre sur les excellentes saucisses de Nuremberg (je vous ai collé un widget sur la colonne de  gauche, pour rappel) et, avant, un papier sur le nouveau marché de Roissy-Village.

Read moreEntre deux newsletters: Bodin, le nouveau chef du Pullman, Pays de Roissy et … les saucisses de Nuremberg

Partagez cet article

Etonnant député Bodin, il ne répond pas, mais plein de messages… Vous jugerez …

J’ai répondu au député Bodin suite à ces réactions à mon article sur RM 504 qui faisait suite à sa “question” au secrétaire d’État . Fort civilement, le député, et c’est son rôle, m’a invité par mail à continuer le débat, au besoin en le rencontrant. Ce qui me sied bien. Pas de réaction du député UMP (qu’il se rassure, je suis plutôt, même en ces temps insoutenables, du côté des réformes engagées par le président de la République, et de celui qui a déclaré : “il faut développer Roissy, je vous y aiderai” ) mais on a reçu, à la place d’une réponse du député, une flopée de “réactions” supposées spontanées. En voici quelques-uns, qui valent leur pesant de cacahuètes. Je répondrai globalement à ces contributions évidemment commandées (aucun des contributeurs n’est abonné à RM). Et je ferai un commentaire (mon cher EDLP) sur les limites du “web 2.0″…

Mais je continue à inviter le député à répondre lui-même et à venir chez nous à Épiais (au lieu de communiquer par intermédiaires)  pour discuter sérieusement (en plus y’a du ris de de veau en ce moment au Bouchon Gourmand)…

de: e.jablonska@orange.fr

Vous dites que toute une région vit grâce de ces retombées direct on indirecte.
Pour moi la seule retombée c’est la suie, la pollution aux micro-particules et NO2, et le bruit : et je ne vois aucun avantage aucune retombée.

En plus c’est très facile de dire des retombées. Il faut être précis : Combien et quand ?
On parle par exemple que FedEx a négocié des conditions très favaorables d’implémentation de façon que le dép de val d’Oise n’est profite de rien. En tout cas pas moi.

Est-ce que vous avez des enfants en bas age qui vivent à coté de votre piste ?

Si OUI. On verra dans 30 ans si vous allez dire la même chose!!!!

de : katmando@wanadoo.fr

J’invite ceux qui prétendent ne subir aucune nuisance de Roissy à venir passer une nuit à Montmorency, mes petits-enfants n’arrivent pas à y dormir ou une journée dans le jardin, :impossible de s’entendre. C’est une honte de dire que Roissy fait vivre les Val d’oisiens , il les tue par les retombées de carburants et par le bruit infernal. M Bodin, même si je ne suis pas de votre parti politique, je vous remercie de nous soutenir et de prendre notre défense.

de: CLEALIE@ORANGE.FR

Une fois de plus, les liens entre argent et pouvoir passent avant l’avenir de nos enfants. A se demander s’ils vivront effectivement au-delà de 62 ans

Read moreEtonnant député Bodin, il ne répond pas, mais plein de messages… Vous jugerez …

Partagez cet article

Alitalia rejoint la joint-venture d’Air France-KLM et Delta

Alitalia, la première compagnie aérienne italienne, a rejoint lundi Air France-KLM et Delta Air Lines au sein de leur joint-venture. Initié en avril 2009, cet accord permet aux quatre compagnies membres de partager les revenus et les coûts sur leurs routes transatlantiques.

Grâce à lui, les passagers bénéficient d’un accès à un vaste réseau transatlantique offrant quotidiennement «près de 250 vols et 55 000 sièges quand on y inclut les 20 vols transatlantiques quotidiens vers cinq destinations américaines depuis Rome et Milan-Malpensa», selon un communiqué d’Air France (voir l’étendue du réseau).

Avec l’entrée d’Alitalia, officialisée lundi à Rome, la joint venture représente environ 26 % de l’offre transatlantique totale et des revenus annuels estimés à plus de 10 milliards de dollars.

«Aux principaux hubs de la joint venture qui sont Amsterdam, Atlanta, Detroit, Minneapolis, New York-JFK et Paris-Charles de Gaulle, vient désormais s’ajouter Rome, tandis que des vols transatlantiques additionnels sont proposés depuis Cincinnati, Milan-Malpensa, Memphis et Salt Lake City», précise Air France dans ce communiqué.

«Le trafic transatlantique est le marché le plus stratégique et le plus concurrentiel du monde. Nous sommes fiers d’être un partenaire des plus grandes compagnies aériennes mondiales au sein d’un accord de joint venture que l’industrie entière considère comme une référence. Un tel accomplissement met en évidence les bons résultats obtenus jusqu’ici par Alitalia, et nous ouvre des opportunités de croissance industrielle et commerciale», a déclaré, lundi, le président-directeur général d’Alitalia, Rocco Sabelli.

L.L.

Partagez cet article

Air France va supprimer plus de 4.000 postes d’ici 2013

Malgré l’allègement de la masse salariale, les pilotes d’Air France resteraient en sur-effectifs à l’horizon 2013 (© Guillaume Grandin).

C’est confirmé. Pour continuer à réduire ses coûts, Air France va bel et bien supprimer plus de 4.000 postes d’ici trois ans, comme l’avait révélé le journal La Tribune fin juin (lire RoissyMail du 25 juin). Mais pas de licenciements en vue. La réduction des effectifs se fera via le plan de départs volontaires clos en mai (environ 1.800 personnes) et en privilégiant les départs non remplacés.

La direction de la compagnie aérienne a présenté lundi aux partenaires sociaux ses perspectives en termes d’emploi pour les exercices 2010, 2011 et 2012 dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

La compagnie aérienne table sur 4.109 postes en moins, ce qui ferait passer l’effectif de 51.804 à fin mars 2010 à 47.694 à fin mars 2013. Les départs (retraites, démissions, plan de départs volontaires, etc.), quant à eux, atteindraient 4.390 sur les trois exercices.

Cette politique d’allègement de la masse salariale risque d’entraîner un sous-effectif chez les personnels au sol et les personnels navigant commerciaux (hôtesses et stewards). Malgré les départs naturels, les pilotes resteraient quant à eux en sur-effectifs en mars 2013.

L.L.

Partagez cet article

Une nouvelle compagnie veut conquérir l’Afrique depuis Le Mesnil-Amelot (77)

Actuellement à Miami, le premier des deux Boeing 767-300 ER de la compagnie devrait être livré entre le 15 et le 30 juillet (© Roberto Collazo).

Elle s’appelle Oxygène Afrique* et devrait décoller prochainement de Roissy-Charles-de-Gaulle. Cette nouvelle compagnie française, actuellement en cours de procédure avec la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour obtenir une licence et un certificat de transport aérien (CTA), compte lancer ses premiers vols en septembre. Son ambition? Faire sa place sur le continent africain avec, dans un premier temps, douze rotations hebdomadaires et cinq destinations : Abidjan (Côte-d’Ivoire), Bamako (Mali), Conakry (Guinée), Luanda (Angola) et Malabo (Guinée équatoriale). Et ce, uniquement en vol direct.
«Notre objectif est de récupérer la clientèle de compagnies comme Lufthansa ou Afriqiyah Airways qui ne peuvent assurer que des vols indirects vers ces destinations au départ de Roissy. Nous voulons proposer les mêmes tarifs mais sans escale», explique Steve Bokhobza, le créateur d’Oxygène Afrique.

Deux Boeing 767

Agé de 38 ans, cet ancien superviseur de vols chez Aéroports de Paris jure ne pas vouloir concurrencer Air France. «Nous ne vendrons pas les mêmes produits. Ce que nous voulons, c’est capter une clientèle qui échappe pour l’instant aux compagnies françaises et développer le tourisme en Afrique», explique-t-il. Pour commencer, l

Read moreUne nouvelle compagnie veut conquérir l’Afrique depuis Le Mesnil-Amelot (77)

Partagez cet article