Porsche s’installe près de Roissy pour lancer un service aéroportuaire

La nouvelle concession Porsche, située près de l'hôtel Novotel Survilliers (Val-d'Oise), a ouvert ses portes le 13 septembre.

Les clients de Porsche pourront bientôt faire réviser leur voiture tout en étant en voyage. La nouvelle concession de la firme allemande de véhicules de sport, qui a ouvert ses portes mi-septembre à Saint-Witz (Val-d’Oise) près de Roissy-CDG, compte lancer ce service aéroportuaire en décembre.

Le principe : le Centre Porsche Roissy assure la prise en charge et le retour de votre véhicule à l’aéroport. Et, pendant la durée de votre séjour, ses techniciens se chargent de son entretien. Proposé en Allemagne par Porsche dans ses centres «Flughafen», ce concept est une nouveauté dans l’Hexagone selon Eric Antoine, responsable de la concession situé près de l’hôtel Novotel Survilliers (Val-d’Oise). «On sera la seule marque à le proposer en France», dit-il.

Agé de 42 ans, ce normand d’origine dirige une équipe de dix salariés. Entré chez Porsche en 1991, il y a précédemment occupé les fonctions de directeur régional dans l’ouest et l’est de la France et a développé l’activité au Maghreb.

Après avoir «beaucoup voyagé», c’est l’occasion pour lui de «(se) poser» et de promouvoir la marque dans un secteur stratégique situé près du deuxième aéroport européen.

Après la fermeture en 2007 de sa concession de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), Porsche cherchait à s’installer au plus près de sa clientèle vivant dans l’est du département francilien et dans l’Oise. «Au début, nous voulions nous implanter à Chantilly ou Senlis, mais nous n’avons pas trouvé de terrain», explique Eric Antoine.

911, Carrera, Cayenne et consorts

Mais en optant pour Saint-Witz,

Read morePorsche s’installe près de Roissy pour lancer un service aéroportuaire

Partagez cet article

ADP investira 500 millions d’€ pour développer 320.000 m² de bâtiments

ADP veut désormais « avoir un rôle d’aménageur et/ou de développeur »

Aéroports de Paris ne manque pas d’ambitions pour les cinq années à venir. Le gestionnaire des aéroports franciliens veut améliorer sa rentabilité de 40% et faire passer son chiffre d’affaires par passager de 13,90 euros à 17,40 euros. Et ce, malgré la modération imposée par le contrat conclu (CRE 2) avec l’État en matière de redevances perçues auprès des compagnies. «L’objectif est d’augmenter les surfaces de commerces de 21% entre 2009 et 2015, dont une augmentation de 35% pour les boutiques en zone réservée», peut-on lire dans un communiqué d’ADP. 2,4 milliards seront investis d’ici à 2015, dont au moins 500 millions dans l’immobilier.

Le gestionnaire de Roissy-Charles-de-Gaulle a présenté sa stratégie immobilière le 5 octobre lors d’une journée dédiée aux investisseurs. S’appuyant sur des réserves foncières importantes (446 hectares disponibles), ADP compte développer «seul ou en partenariat» entre 320.000 m² et 360.000 m² de bâtiments d’ici cinq ans, dont «environ 75%…

Read moreADP investira 500 millions d’€ pour développer 320.000 m² de bâtiments

Partagez cet article

Nuisances aériennes: vers un relèvement des trajectoires à Roissy-CDG

La nouvelle devrait faire plaisir aux riverains de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et aux associations de luttes contre les nuisances aériennes. L’Etat envisage de relever les trajectoires d’approche des avions atterrissant à CDG.

Un 747 d'Air France au décollage (foto Ph.Delafosse/AF)

Le préfet de la région Ile-de-France Daniel Canepa a réuni, lundi à Sarcelles (Val-d’Oise), les membres de la commission consultative de l’environnement (CCE) de l’aéroport francilien et leur a présenté le projet ainsi que «les travaux effectués depuis 18 mois dans le cadre des recommandations du rapport Dermagne», selon un communiqué de la préfecture.

Dans les recommandations émises par le président du Conseil économique et social figurent l’instauration d’un décollage systématique en début de piste, la mise en place, de nuit, d’une configuration préférentielle face à l’ouest, pour des vents faibles.  Mais également la recherche d’un rééquilibrage de l’utilisation du doublet nord, le lancement d’un grand projet stratégique pour les départs face à l’ouest de nuit, l’amélioration des flottes et la création d’un groupe de travail spécifique pour les vols de nuit.

Selon le site d’informations Vonews, le relèvement de l’ILS

Read moreNuisances aériennes: vers un relèvement des trajectoires à Roissy-CDG

Partagez cet article

Débat public sur le Grand Paris hier soir: décevant mais unanimité autour de la gare du Triangle de Gonesse

Environ 300 personnes ont assisté au débat à l'Orangerie de Roissy

(ajout de 12h40) Précisions sur ce qui suit: Christian Charlet, le directeur (et non le “chef”…) de cabinet du député Albarello, (empêché hier soir) est bien intervenu, rappelant avec force les “oublis” de la première mouture du projet Blanc et exposant, avec cette même force, la récente visite du préfet de Région en 77 (voir ici) et la proposition phare du Nord Seine-et-Marne pour décaler le terminal du “Métro Grand Paris” au Mesnil-Amelot. J’y reviendrai, mais, tout comme la gare du Triangle de Gonesse, tout le monde, ADP compris, devrait soutenir cette proposition territorialement géniale. Allez, Messieurs faites donc une réunion sur ce point rapidement, par exemple à la Ferme du Manoir à Epiais-lès-Louvres qui, comme chacun le sait, est la “gare de Perpignan” du Grand Roissy !  RoissyMail vous invite (non, j’déconne…).

Difficile de rendre compte du débat d’hier soir tellement je l’ai jugé décevant. Après une introduction des membres de la Commission Particulière de Débat Public ( CPDP, voir son site ici) , qui ont rappelé les règles de la concertation et une présentation faite par  Brigitte Grégoire, membre de la Société du Grand Paris (SGP, son site est ouvert: le voir ici ), le “débat” a commencé.

Je mets des guillemets car, comme on pouvait s’y attendre, la soirée ne fut qu’une série fastidieuse d’interventions, non sur le sujet du soir proprement dit, (il n’y eu aucune question précise) mais basées sur des catalogues de “revendications” sectorielles ou politiques, demandant pas moins que le paradis sur terre.   Ça a commencé par l’écolo de service , dont il est absolument impossible de faire même un résumé de sa litanie “anti-tout”. Une dame de la SGP, Florence Castel, l’a gentiment (et patiemment) remis à sa place en lui démontrant la démarche environnementale  exceptionnelle qui a précédé le projet (voir ici)

Le maire de Bonneuil-en-France, M. Herkat, et à gauche, Michel Jaurrey, adjoint au maire de Gonesse

Je voulais rester jusqu’au bout, pensant que ça allait devenir intéressant, mais rien à faire ! Le dernier que j’ai entendu m’a fait craquer : c’était le maire de Villiers-le-Bel, président de la pauvre (à tous points de vue) Communauté d’agglomération Val de France (outre sa ville, Sarcelles, Garges-lès-Gonesse, Arnouville) qui a fait son numéro de claquettes misérabiliste et simplificateur  habituel.  Cela venait  après celui de son voisin de Sarcelles, le député maire Pupponi, qui est resté le temps de dire  qu’il y a “beaucoup d’investisseurs qui veulent venir chez nous, mais qui ne viennent pas parce qu’il n’y a pas d’infrastructures de transport” (sic), ce qui est évidemment faux et qui a cité  les “centaines de milliers de chômeurs” (re sic) dans son secteur. La faute à qui ? Évidemment au barreau de Gonesse manquant. Manquait plus qu’un couplet sur la réforme des retraites ! Je dis toujours qu’on a les élus qu’on mérite, mais là, je plains vraiment les habitants de Val de France ! DSK, revient !

Toujours dans  la série des blagues entendues, il faut encore citer le Cheminot (allias Y. Paternotte) qui est revenu sur ses deux fixations névrotiques: Carex (alors que ça n’avance pas concrètement depuis des années hormis des promenades et des effets d’annonce) et la remise en cause du barreau picard (qu’il souhaiterait surgeler) . Mais il a innové, ce qui a fait beaucoup rire : que le futur métro Grand Paris fasse du fret pour aller livrer les colis ! Ce qui lui a valu une réponse polie de Didier Bense, le vice-président du directoire de la SGP.  Un grand moment !

Côté positif de la soirée : beaucoup d’élus de Seine-et-Marne étaient

Read moreDébat public sur le Grand Paris hier soir: décevant mais unanimité autour de la gare du Triangle de Gonesse

Partagez cet article

WFS France reçoit la certification Isago

WFS Group handling France, l’un des leaders en matière de services aéroportuaires et en matière de fret, et dont le siège est basé à Roissy-CDG, a reçu la certification Isago (IATA safety audit for ground operations) fin septembre, après un audit de sa station à l’aéroport d’Orly et de son siège basé à Roissy-Charles-de-Gaulle, selon un communiqué de l’entreprise.

Développée par l’Association internationale du transport aérien (IATA), cette certification «a pour but de gérer les risques opérationnels et de sécurité au sein des sociétés», peut-on lire dans ce communiqué. «Elle offre des avantages aux compagnies aériennes, prestataires de services au sol ainsi qu’aux autorités aéroportuaires», est-il précisé. Parmi ces avantages : des opérations sur le terrain plus sûres, moins d’accidents et de blessures,  l’élimination des audits redondants des compagnies aériennes, la réduction des coûts et une meilleure compréhension des zones à haut risque lors des opérations au sol.

WFS, qui compte 120 implantations dans le monde, prévoit d’étendre prochainement cette démarche de certification Isago à l’ensemble de ses stations en Europe.

L.L.

Partagez cet article

2,4 millions d’euros investis pour la restauration de l’abbaye de Royaumont

Parmi les lieux à visiter à l'abbaye: le jardin d'inspiration médiévale (© Michel Chassat/Royaumont).

L’Etat, la région Ile-de-France et le département du Val-d’Oise vont investir à eux trois 2,4 millions d’euros dans la restauration de l’abbaye de Royaumont, durant la période 2010-2013.

Daniel Canepa, préfet de la région d’Ile-de-France, Didier Arnal, président (PS) du conseil général du Val-d’Oise, Emmanuel Maurel, vice-président (PS) du conseil régional et Aldo Cardoso, président de la Fondation Royaumont, ont signé vendredi le cinquième contrat d’objectifs quadriennal liant les trois institutions au gestionnaire de l’abbaye cistercienne.

Edifié au XIIIe siècle par Saint-Louis et situé à Asnières-sur-Oise, ce monument historique se dresse encore aujourd’hui au milieu des étangs et des forêts. Chargé de lui redonner vie, la Fondation Royaumont y organise séminaires, colloques, concerts de musique classique, ateliers et stages de découverte.

En termes de conservation, elle a conduit notamment la restauration et l’aménagement du «grand comble» du bâtiment des convers. Cette opération, qui a coûté plus d’1,6 million d’euros a été financée pour près de la moitié par l’Etat, selon un communiqué de la préfecture d’Ile-de-France.

L.L.

Partagez cet article