Salon du Bourget : le président de la République salue et appuie le projet Aigle

La réunion s'est tenue dans le chalet du Président du GIFAS, l'organisateur du salon
Gérard Laruelle, directeur du pôle de compétitivité Astech, qui porte le projet Aigle

Comme le maire du Bourget, Vincent Capo-Canellas nous l’avait annoncé dans  RM 587, une cérémonie a eu lieu au début du Salon du Bourget, lundi dernier pour la signature d’une convention en vue de la réalisation du projet Aigle, porté par le pôle de compétitivité Astech. Elle réunissait des personnalités importantes : le ministre du Grand Paris, Maurice Leroy, le préfet de région D. Canepa, le président du CG 95 Arnaud Bazin (Claude Bartolone, pour le CG 93 était excusé), le maire du Bourget, bien sûr, mais aussi le PDG d’ADP, Pierre Graff et M. de Ronne, directeur de l’aéroport du Bourget, le maire de Dugny, A. Veyssière, celui du Blanc-Mesnil Didier Mignot, Yann Barbaux, directeur d’Innovation Works, Olivier de l’Estoile (Dassault Aviation), la directrice du Musée de l’Air Catherine Maunoury, Gérard Laruelle, directeur d’Astech, entre autres…

La réunion a commencé par un exposé des trois grands architectes (Castro, de Portzamparc, Duthilleul) qui planchent sur les importants projets urbains du “pôle de du Bourget” (la Communauté d’agglomération “de l’Aéroport du Bourget: Le Bourget, Dugny, Drancy + Bonneuil et Le Blanc-Mesnil). Ils ont déclaré qu’ils intégreraient le projet Aigle dans les orientations urbaines déjà retenues.

Castro en a profité pour pousser un coup de gueule contre les excès de la réglementation en

Roland Castro a poussé un grand coup de gueule contres les excès de l'urbanisme "écolo".

matière d’urbanisme, vouant aux gémonies les prescriptions du réseau européen Natura 2000 et pourfendant les défenseurs des “passages de crapauds”: ce fut un grand moment !

Plusieurs autres orateurs, dont Gérard Laruelle, O. de l’Estoile, C. Maunoury, Y. Barbaux ou Arnaud Bazin (qui a rappelé la présence forte du Val d’Oise dans ce territoire) ont dit l’intérêt qu’ils portent à ce projet consensuel.

Pierre Graff, comme à l’accoutumée et avec raison, tout en appuyant le projet, a mis en garde contre les progrès de la concurrence internationale, et notamment celle de Genève , s’agissant de l’aviation d’affaire.  Pendant qu’il parlait, je me remémorais certains de mes articles, parus voici 10 ans (et même plus tard) dans Bénéfice.net, qui déploraient l’absence d’investissements, tant publics que privés, dans le secteur du Bourget. On se souviendra aussi de l’état lamentable, jusqu’à sa réfection récente (très “minérale”) de la N2 à hauteur de l’aéroport, même pas relié par le métro… Heureusement, ça change, mais on a perdu du temps, M. Graff…

On reconnait PIerre Graff, le préfet Canépa, Maurice Leroy et V. Capo Canellas

La convention fut signée ensuite, à la satisfaction de tous, et en particulier du maire du Bourget, qui buvait du p’tit lait depuis l’allocution de Nicolas Sarkozy, le matin même lors de l’inauguration du salon.

Le Président de la République : “tout un pôle aéronautique va se constituer ici”

Dans son discours d’inauguration, Nicolas Sarkozy, dans un discours entrainant (comme il sait le faire s’agissant de la nécessité pour la France d’avancer dans la compétition mondiale) a, s’adressant au maire du Bourget, appuyé fortement le projet Aigle. Lisez (ou écoutez sur la vidéo de l’Élysée, au dessus, c’est à la 20ème minute) :

« Puisque nous parlons du Bourget, Monsieur le maire, je ne voudrais pas vous quitter sans évoquer un projet qui me tient particulièrement à cœur, et qui concerne le site du Bourget.

La région parisienne a été une grande région industrielle, et elle doit le demeurer et notamment dans le domaine aéronautique. Et j’ai tenu à ce que dans le cadre du Grand Paris, la Seine-Saint-Denis demeure un territoire de production aéronautique.

La fermeture de la base aéronavale de Dugny nous a offert l’opportunité de consolider l’implantation d’Eurocopter ici. Autour de ce projet, c’est tout un pôle aéronautique qui va se constituer, avec le Techno Campus porté par le pôle de compétitivité. J’ai demandé au Préfet Christian LAMBERT, dont chacun connaît ici le dynamisme, de mettre en œuvre ce projet avec le Ministère de la Défense, cher Gérard LONGUET et les Collectivités locales. Je salue Maurice LEROY qui porte le projet du Grand Paris et nous allons conforter la vocation aéronautique de la Seine-Saint-Denis. C’était un choix, la France doit rester une terre de production. Il n’y a aucune raison que la région parisienne perde ses usines et ses emplois”.

Partagez cet article

Salon du Bourget : succès historique d’Airbus. L’Ile-de-France bien représentée, mais…

Le stand de la Seine-Saint-Denis au Salon
Au hasard de la promenade...

De l’avis de tous, la crise est derrière l’industrie aéronautique mondiale. En ce dernier jour, ensoleillé, du Salon du Bourget, commentaires vont bon train, dans la presse nationale et mondiale, pour saluer les commandes annoncées. Airbus a engrangé pas moins de 730 ordres (voir ici), boostés par le succès incroyable de l’A320 Néo. La seule Air Asia, la compagnie low-cost star, en a commandé ferme 200 exemplaires ! Ce succès permet d’atténuer le retard annoncé (au grand dam de Qatar Airways, qui l’a fait savoir) de l’A 350.

Localement, outre  la signature de la convention sur le projet Aigle (voir l’article ), l’Ile-de-France était bien représentée avec son grand stand du hall 4, au sein duquel ceux de la Seine-Saint-Denis et de Astech étaient remarquables. Beaucoup de PME du secteur y exposaient.

Si Hubstart était présent (sur le stand de la Seine-Saint-Denis), on regrettera ici que n’ait pas été prise une initiative d’envergure (bien au delà d’un “jeux-concours”…) pour faire connaitre le territoire du Grand Roissy et ses nombreuses opportunités aux multiples entreprises et délégations étrangères présentes au salon. Celui-ci se tient, rappelons-le, tous les deux ans… Une occasion rare donc…  C’est bien la peine d’aller faire des tours à Dubaï ou ailleurs et de ne pas faire ce qu’il faut quand le monde entier de l’aéronautique vient chez nous ! Il est grand temps de voir les choses d’une manière plus ambitieuse, s’agissant de la promotion de la région aéroportuaire. Car il y a de quoi faire !

EV

L'Ile-de-France en force dans le Hall 4

Partagez cet article

Salon du Bourget: satisfaction chez Embraer qui a passé cette semaine le cap de 1000 e-jets

Mathieu Duquesnoy et Simon Newitt, dans le chalet d’Embraer, mercredi dernier.

Les équipes commerciales du  constructeur aéronautique brésilien Embraer (dont le siège Europe Moyen Orient Afrique est à Paris Nord 2) ont eu le sourire, pendant tous le salon. Les commandes de dizaines d’avions (on vous donnera le chiffre exact plus tard) ont été annoncées et, évènement la barre des 1000 “E-jets” (E170, E175, E190 et E195) vendus a été annoncée lors du salon. Nous sommes passés les saluer mercredi dernier et nous avons pu rencontrer deux vendeurs émérites : Matthieu Duquesnoy et Simon Newitt. Le premier a signé avec Kenya Airways une lettre d’intention pour l’acquisition de 10 Embraer 190 et une option pour 10 supplémentaires (E 190 ou E170). Le second… hum, pardon,  j’ai oublié mes notes… Je précise dès que possible.

Félicitations à tous. Embraer, c’est bien ! Voyez leur beau film, fait à l’occasion des “1000” , ici .

EV

Partagez cet article

“Bus à haut niveau de service” (barreau de Gonesse): la concertation laborieuse

Fastidieuse "concertation"...

On est allé faire un tour à Paris Nord 2, où se tenait, jeudi, une réunion de concertation sur le futur BHNS, la future ligne de bus “à Haut Niveau de Service” , à l’hôtel Kyriad Prestige. Y’avait quasiment personne. Les présentations ont été fastidieuses et le “débat” avec la “salle” s’est résumé pour l’essentiel à 2 interventions de retraités, dont l’une particulièrement baroque et pénible.

Ça me donne l’occasion pour redire les limites de ces concertations, dont on ne voit jamais bien à quoi elles servent, concrètement. Qu’on informe les gens, oui, bien sûr, et bien. Mais qu’on leur donne l’impression de pouvoir participer à des débats techniques qui les dépassent et pour lesquels les professionnels sont là pour ça, ça donne toujours des interventions psychédéliques.  J’ai vu ça à de nombreuses occasions, notamment pour le débat public sur CDG Express, à Villepinte, voici …10 ans, de mémoire, où le pauvre représentant du maître d’ouvrage a bien failli se faire lyncher ! Idem pour le “barreau picard”. C’est toujours la foire aux syndromes NIMBY et OIOBY, aux promotions politiques, ou d’associations douteuses et faméliques et souvent un défouloir psy pour les beaufs du coin (mais pas seulement) , qui s’ennuient et voient dans cet exercice un moyen d’exister, (voire d’être filmés !).

Il était par ailleurs assez pathétique, l’autre soir à Paris Nord 2  d’entendre le directeur de cabinet du maire de Gonesse, intéressé au premier chef certes, évoquer des questions techniques qui devraient, à mon avis, être exprimées lors d’autres type de  réunions.

Je rappellerai que nous élisons régulièrement nos représentants: c’est à eux de prendre leurs responsabilités, en écoutant certes les gens, mais sans les laisser  penser que ce sont eux qui prendront les décisions. On frise la démagogie et ça ne fait rien avancer. Pire: ces multiples concertations, débats publics (qui sont tous suivis, de toute façon par une enquête publique) sont couteux, longs, retardent les projets (ce qui arrange bien parfois) et, franchement, à mon avis, inutiles. Il faudrait trouver autre mode. Par exemple, au moins, mettre tous les documents (présentés l’autre soir) en ligne, ce qui n’est  fait, (sauf erreur), ni sur le site du STIF ni sur celui du Val d’Oise (qui pilote la concertation). Et ce qui est rarement fait à d’autres occasions.

Bah, à défaut d’y être bien informés, vous pouvez toujours, sur ce site du Val d’Oise, ici , donner votre avis…

Ah, au fait: j’en fais le pari: suite à ce que j’ai entendu lors de la “réunion” de jeudi sur les prévisions de fréquentation, mon avis est qu’on est pas prêt d’avoir le barreau -ferré- de Gonesse…  Peut-être, comme il a été dit pendant un moment, que ce couteux barreau ferré n’est pas nécessaire. Ce qui expliquerait que le STIF se soit hâté lentement sur ce dossier, et … le BHNS… !

EV

Partagez cet article