Air France Industrie a inauguré son big banc d’essai réacteur ce matin

La conférence de presse, ce matin à 9h, dans la salle du banc d'essai.

Ce matin, Alexandre de Juniac, PDG d’Air France et Franck Terner, Directeur général adjoint industriel Air France (Air France Industrie) ont présenté à la presse et ensuite aux nombreux invités le tout nouveau banc d’essai réacteur, situé en zone d’entretien de CDG, à Roissy-en-France. C’était magnifique. 43 millions d’investissement pour le 2ème atelier de ce type en Europe. C’était super, anti-crise… Y’avait plein de VIP !

Pas le temps de vous en dire plus ce soir (je cours partout, j’ai rendez-vous …). Promis, je vous envoie les détails et les autres fotos demain dans une édition spéciale parce que ça vaut le coup. En attendant voyez le communiqué ici…

EV

Le traditionnel ruban avec les officiels
Partagez cet article

Stéphane Jabut est le nouveau maire de Dammartin-en-Goële

Beaucoup de monde était venu assister à l'élection du nouveau maire

Comme nous vous l’avions annoncé, le conseil municipal de Dammartin (dont le site web est toujours en retard..) s’est réuni hier soir pour désigner le nouveau maire et ses adjoints. Sans surprise, puisque c’était prévu depuis un bon moment, c’est à son premier adjoint, Stéphane Jabut que Monique Papin a passé le relais.

le nouveau maire, acclamé par sa majorité

La vieille Monique

Read moreStéphane Jabut est le nouveau maire de Dammartin-en-Goële

Partagez cet article

Stéphane Jabut sur le CDT et l’interco: “Je souhaite que tout le monde se ressaisisse”

Voici l’interview. Mais voyez avant la position (délib’ du Conseil municipal) de la mairie de Dammartin sur l’interco, que nous n’avions même pas vue depuis, qui date de juin 2011.

RM : Vous voilà élu maire de Dammartin, la ville la plus importante du canton. Vous étiez premier adjoint depuis 2008. Ça fait quelle impression ?

Stéphane Jabut : C’est pour moi une immense fierté et une lourde responsabilité. Natif de Lyon, j’étais loin d’imaginer lorsque j’ai eu un coup de cœur pour Dammartin-en-Goële quand j’étais étudiant que je choisirais de m’y installer quelques années plus tard pour travailler en région parisienne et que j’en deviendrai le premier magistrat. Je voulais m’investir dans l’action publique et l’intérêt général depuis longtemps. C’est en 2008 après la rencontre de Monique Papin que j’ai décidé de m’engager à ses côtés en tant que premier adjoint délégué aux finances et au développement économique pour préparer sa succession. Je tiens à la remercier pour sa confiance et son exemple. Fidèle à ses principes et à ses valeurs, elle a su préparer sa succession. Vous voyez, cette décision vient de loin. Elle a été préparée. Monique Papin m’accompagnera jusqu’à la fin de ce mandat comme elle s’y était engagée devant les Dammartinoises et les Dammartinois lors de la campagne en 2008.

Quelles vont être vos priorités ?

Dans la gestion d’une commune, des priorités il y en a beaucoup. Pour ne pas vous citer une liste à la Prévert, j’en retiendrai trois. La première : respecter le projet pour lequel nous avons été élus en 2008. C’est ce projet sur lequel nous nous sommes engagés et sur lequel nous avons des comptes à rendre.

La seconde priorité, ce sont les évolutions de notre territoire qui sont fondamentales pour nos habitants. L’avenir de l’intercommunalité, du CDT et du Grand Roissy.

La troisième priorité, poursuivre l’aménagement de la commune qui apporte un fort renouvellement de la population dans le centre ancien, dans les quartiers pavillonnaires et dans la ZAC ainsi que le développement économique que nous avons impulsés dans nos zones d’activités.

S’agissant de l’intercommunalité, qu’allez-vous faire ?

L’intercommunalité est, avec un éventuel CDT, l’un des dossiers majeurs qui concernent et dépassent Dammartin-en-Goële. Le 29 juin 2011 notre conseil municipal s’était prononcé pour un périmètre pertinent et à forte cohérence autour de la zone aéroportuaire et pour une communauté d’agglomération. Par la suite, d’autres collectivités ont formulé une vision du territoire similaire à la nôtre.

Ce n’est pas cette vision qui a été voulue par la préfecture de Seine-et-Marne, qui a poursuivi dans l’idée d’amputer le territoire aéroportuaire seine-et-marnais de la moitié des communes qui hébergent la plate-forme. C’est-à-dire de nous amputer de la moitié des richesses produites ici. Je rappelle que 800 actifs de Dammartin-en-Goële travaillent sur l’aéroport, c’est certainement le pourcentage le plus élevé de toute la Seine-et-Marne. Nous sommes vraiment concernés.

Ceci dit, aujourd’hui c’est un projet qui nous paraît incomplet qui est à l’ordre du jour. Nous nous sommes associés avec les autres collectivités qui partagent notre point de vue pour faire les démarches politiques et juridiques nous permettant de porter notre conviction territoriale et de contester les décisions prises. Un premier référé ne nous a pas suivis, nous attendons le jugement sur le fond.

En attendant, nous respectons la légalité républicaine. Je n’ai pas changé de convictions et je me tiendrai au mandat du Conseil municipal. Ainsi, nous avons appelé à la réunion publique du 23 novembre à Compans et participons à son organisation. Nous y prendrons toute notre place. Comme nous prendrons toute notre place dans la nouvelle structure qui verra le jour, quelle qu’elle soit, en gardant espoir que nos démarches aboutiront favorablement pour notre projet et que la copie soit revue au plus vite.

Aujourd’hui la préfecture comme les élus du secteur qui ont voulu une intercommunalité sans Mitry-Mory et Compans parlent d’une intégration dans un deuxième temps. Ça veut dire quoi ? Si Mitry-Mory et Compans ont vocation à être dans notre interco, c’est tout de suite, pas demain. Demain, ils auront vécu leur vie sans nous et malgré eux. Rejetés et mis à l’écart maintenant, je suis moins certain qu’ils auront encore envie de nous rejoindre plus tard.

La question du CDT quant à elle est urgente et délicate. La droite locale a voulu jouer un jeu politique avec nous, nous excluant de tout, comme ils le font avec Mitry-Mory et Compans. Le résultat est que, selon la loi, c’est désormais la Société du Grand-Paris qui a la main sur l’aménagement autour de la gare du Mesnil-Amelot et non le maire – si finalement la gare voit le jour… Avec leur petit jeu, j’espère qu’ils ne l’ont pas flinguée, pour une fois qu’on était tous d’accord ! Grâce à Mme Duflot nous avons un petit répit. Tout petit. Je pense que la droite a joué la politique du pire. Je souhaite que tout le monde se ressaisisse et que l’intérêt supérieur du territoire, un intérêt qui est au-delà de nos différences politiques, l’emporte. C’est avec cette ambition et dans cette perspective que je conçois mon nouveau mandat.

Propos recueillis par moi, EV

Partagez cet article

Mariage pour tous : “Le Thillay Entreprises” se donne à l’AIGPF

Serge Drago et Hervé Leroy à la signature de l'accord

Le président de la CCI 95, Frédéric Vernhes

“TE” (Le Thillay Entreprise, créée en 2004) a décidé de se fondre dans L’AIGPF (Association interentreprises de Gonesse et du Pays de France), ancienne “Association des Industriels de Gonesse, née en 1968, certainement la plus vielle association d’entreprises du secteur (voir leur site).Elle regroupe les entreprises de Gonesse, Goussainville, et Bonneuil en France

Pour l’occasion, une cérémonie a eu lieu hier dans la salle des fêtes du Vieux-Pays de Goussainville.  Le président de l’AIGPF, Hervé Leroy (directeur opérationnel de la belle PME Bernard Controls)  a accueilli une cinquantaine de personnes, chefs d’entreprises et élus. Parmi ceux-ci, pas moins que le maire de Goussainville, Alain Louis et son adjoint aux affaires économiques ( chef d’entreprise à Gouss également) David Ulger, le maire de Le Thillay, Georges Delahlt, le maire de Bonneuil Jean-Luc Herkat, la maire adjointe de Gonesse,chargées des affaires éco, Ilham Moustachir et,venu en voisin, le maire de Villeron Christian Nahon, président de Roissy Développement.

Chacun a dit un petit mot, le maire (PS) de Goussainville, particulièrement en forme, a fait un éloge poussé de l’esprit d’entreprise et a encouragé les entrepreneurs à coopérer entre eux. Il y avait du choc de compétitivité dans l’air…

Le président de la CCI du Val d’Oise (celle-ci devient “départementale” aujourd’hui même, on vous en reparlera), le toujours excellent Frédéric Verhnes (lui même industriel à Gonesse) s’est réjoui de cette union. Il a rappelé l’aide et l’encouragement  de la Chambre aux associations d’entreprises au travers notamment du réseau Coaxion (créé par la CCI en 2006) auquel participe l’AIGPF. Plus grave, il en mis en garde contre les retards que pourraient prendre les différents projets de la région capitale.

Après la signature de l’accord entre Hervé Leroy et Serge Drago (pour TE), chef d’entreprise au Thillay (et adjoint au maire de Roissy, chargé des affaires éco et du suivi des “gros dossiers”), tout le monde s’est retrouvé autour du cocktail.

C’était sympathique . Les discussions allaient bon train…

Partagez cet article

Le 5 , nouveau concept de restaurant du Marriott inauguré hier

Eric Bouf (à gauche) avec ses fidèles clients

L’hôtel 4 étoiles  Marriot de Roissy Village a déjà 10 ans ! Pour l’occasion, l’hôtel a fait peau neuve. La décoration du lobby, du bar (“Day & Night”) et du restaurant a changé. En remplacement  de l’atmosphère “cosy” d’avant (qui datait de sa création, alors à l’enseigne “Courtyard by Marriott”, la chaine américaine a choisi un style plus contemporain, aux couleurs pastel.

Hier, le directeur de l’hôtel, Eric Bouf avait invité un panel de clients fidèles pour inaugurer le nouveau concept du restaurant, appelé le “5”.

Une cérémonie sympathique à laquelle assistait aussi le maire de Roissy, André Toulouse et les dirigeants de l’Office de Tourisme, dont les bureaux sont situés juste en face du Marriott.

Les invités ont pu déguster un magnifique buffet préparé par l’équipe du chef José Bangard et du directeur de la Restauration Diego Lemasson.

Le concept du “ 5 ” allie cuisine traditionnelle française et “ouverture sur le saveurs culinaires des 5 continents” (d’où le nom…). On peut  choisir la formule “sur le pouce” au bar, préparée en 5 minutes, ou la formule “snacking” (10 minutes) ou les plats, plus élaborés, préparés en 20 minutes de la carte du restaurant.Va falloir aller gouter ça…

Bonne occasion aussi pour découvrir la chaine internationale Marriot, basée dans le Maryland et qui fut  fondée en 1927 par J. Willard Marriott (voyez l’histoire du développement ici) . Le groupe, (3700 établissements dans le monde, 17 enseignes) côté au NYSE a réalisé un chiffre d’affaire de 12 milliards de dollars l’an passé. Voyez aussi le site de la chaine ici, fort instructif.

Félicitations à l’équipe du Marriot Roissy CDG !

EV

Le nouveau restaurant
Partagez cet article