SITL “Solutions logistiques” a fermé ses portes hier. SED (mais aussi les Russes) en forme

Le stand de SED (derrière, voyez Mazet) , toujours bien placé à la SITL

Solutions logisitiques”, c’est la “petite SITL” qui s’est tenue cette semaine (pour la première fois) à Paris Nord Villepinte.

On y est allé faire un tour, pour sentir l’ambiance, et saluer nombre de nos correspondants ou partenaires. Cette dernière journée (c’est souvent comme ça) était un peu atone, mais on m’a assuré que le mercredi était très actif.

Visite (entre autres) chez nos amis de SED Logistique , fidèles des SITL où ils ont obtenu de nombreux prix. Vu Christophe Dubois, président de SED et Jérôme Libeskind, directeur commercial. La gamme de service de SED s’élargit  (j’ai pas le temps de tout suivre). Et c’est une entreprise tellement emblématique du Grand Roissy que son siège social (ensemble de bureaux et entrepôts) s’appelle (depuis longtemps) le “Grand Roissy” . C’est au Mesnil-Amelot (décidément…).

Voyez leur dernier film ici, super bien fait.

Les Russes trop forts !

J’ai été voir ID Logistique (voir plus bas), GSE, CBRE, BNP ParisBas Immobilier, Gemofis, Gicram etc… Et puis je suis tombé sur le ministère russe des transports. Immense stand, avec plein de monde… J’étais jaloux, en pensant à leur dynamisme à l’extérieur, alors que nous, avec notre croissance molle, nos complexes, on est invisible dans le monde. C’est pas terrible. Du coup j’ai même pas pris de fotos de leur stand, sauf du côté de leur maquette de la région de Moscou, vraiment bien faite. J’ai pensé à la “mienne” du Grand Roissy. On pourrait faire mieux… Mais on joue vraiment petit bras… “La boite à outil“, sûrement (mais ça date d’avant…).

La “grande” SITL” se tiendra l’année prochaine, toujours à Villepinte.            EV

La maquette des Russes... On a intérêt à se remuer, parce qu'après 1815, ils vont revenir sur les Champs ! (et plus besoin de chars!)

Partagez cet article

Fedex honorée doublement au classement 2013 de “Great Place to Work” France

C'est Stéphanie Guernalec, Directrice Ressources Humaines chez FedEx Express, qui a reçu le prix

Ça fait toujours plaisir de voir nos entreprises honorées. Et particulièrement Fedex en France. Elle vient de se voir attribuer la 12ème place (sur 49) dans le classement “Great Place to Work” édition 2013 des entreprises de plus de 500 salariés “où il fait bon travailler”. Et s’est vue décerner, en plus, le prix spécial “de la Reconnaissance”. Voyez le classement ici, (où Leroy-Merlin -groupe Auchan, qui est aussi chez nous, les P’tits Loups… – est quand même 6ème ! ).

Félicitations aux deux ! Mais particulièrement à nos amis de Fedex (4150 employés en France, dont 2150 à Roissy), que nous connaissons depuis leur arrivée dans notre pays.

Au passage, plus personne ne critique Fedex, alors qu’il était de bon ton, voici encore quelques années, de cracher dans la soupe, du côté de Gonesse, pour ne citer qu’elle…  C’est pas plus mal. EV

Partagez cet article

Trafic aérien en février : le fret perd 5.6% sur CDG

Un B 747-400 ERF d'Air France (foto AF-P. Troyanowsky)

Célia Charlet (Hubstart-Datgora) a publié récemment les statistiques (bien précieuses) qu’elle compile sur le trafic aérien et son évolution sur les 5 plus grands aéroports européens. En février, CDG a perdu 1.6% de passager sur un an et 5.6% de fret.

A consulter ici

Partagez cet article

ID Logistics sur le site de PSA Aulnay? Une lettre de Gérard Ségura

Gérard Ségura (archives Ville d'Aulnay)

Gérard Ségura, maire (PS) d’Aulnay-sous-Bois et vice-président du conseil général 93 prépare activement “l’après PSA” (l’usine doit fermer en 2014).

En janvier, les équipes de PSA et d’ID Logistics lui ont présenté un projet d’implantation d’une  plateforme logistique qui serait construite sur les terrains et qui pourraient employer entre 540 et 690 “anciens” de PSA Aulnay.

C’est ce qu’explique le maire, dans une lettre envoyée au président d’ID Logistics, Eric Hémar, que vous pourrez lire ici. Gérard Ségura rappelle que son Conseil municipal a approuvé, le 21 février dernier, le principe d’une future implantation du logisticien basé à Cavaillon, tout en lui demandant des précisions sur le projet.

ID Logistics (créé en 2001, plus de 9000 salariés) semble particulièrement en forme, à en croire ses chiffres pour 2012 (les voir ici). Le groupe vient d’ailleurs de racheter (voir le communiqué ici) France Paquets,( installé sur 12000 m2) à… Aulnay (ZI de la Fosse à la Barbière) depuis longtemps.

On a essayé d’en savoir un peu plus hier, sur le stand d’ID Logistics à la SITL : pas moyen. On  relancé ce matin…

A suivre donc…

EV

Partagez cet article

Les salles de réception de l’Auberge du Chateau Bleu sont ouvertes

Une des deux granges réaménagées en salles de réception

L’auberge du Château Bleu, au Vieux-Pays de Tremblay-en-France (ouverte en mai 2011, revoir l’inauguration ici) a désormais deux cordes de plus à son arc. Ce sont les anciennes granges du Château, restaurées par la marie (qui en est le propriétaire) qui viennent de s’ouvrir au public.

Elle pourront accueillir des séminaires (ça a déjà commencé avec une réunion de Veolia Eau) et autres réunions d’entreprises pour des capacités allant de 50 à 100 participants.Tout les équipements techniques sont disponibles.

Les salles se prêtent bien sûr aussi aux autres réunions (mariages etc.).

Il faut dire qu’elles sont situées au sein du magnifique parc du Château Bleu racheté par la ville voici un peu plus de 20 ans.

C’est une bonne nouvelle car les salles de réception sont plutôt rares dans la région.

Ce sont les gérants du restaurant, M. et Mme Mdidech qui gèrent aussi les salles. Les contacter pour plus de détail.

Voyez leurs coordonnées sur leur site internet (l’offre des salles n’y est pas encore) et les fotos que nous sommes allés prendre . Rappelons que l’Auberge dispose de chambres (magnifiques…).

Partagez cet article

Jean-Benoit Pinturier, maire de Saint-Pathus: “notre commune a des atouts”

Jean-Benoit Pinturier, maire de Saint-Pathus

Saint-Pathus est une commune seine-et-marnaise de 5901  habitants, située entre Marchémoret et le Plessis-Belleville (60). Elle fait partie de la CC de la Goële et du Multien. Jean-Benoit Pinturier a été élu maire (DVG) en 2008  pour la première fois. La ville s’était endormie depuis plus de 20 ans, affirme-t-il et “prenait l’eau de toute part”. Le maire, incontestablement, a entreprit de moderniser la ville depuis sa prise de fonction. Son site internet, très riche (nous l’avions souligné à plusieurs reprises) témoigne de ce dynamisme en faveur d’une commune qui reste malgré tout encore insuffisamment connue. L’interview que le maire nous a accordée (merci à lui) nous donne l’occasion d’en savoir plus.

Cliquez sur le plan ci-dessous pour bien situer la ville

Agrandir le plan

RoissyMail : Vous avez été élu maire en 2008. C’est votre premier mandat. On est presque à l’heure du bilan. Quelles ont été vos actions fortes pendant ce mandat ?

Jean-Benoit Pinturier : J’ai été élu maire en 2008, c’est mon premier mandat et c’est aussi la première  expérience d’élus pour la majorité des conseillers municipaux m’accompagnant. Après 5 ans de mandature, je dirais que ces années ont été riches en expériences. C’est une fonction qui demande beaucoup de volonté, d’énergie, de capacité à convaincre. On ne peut pas être maire  à mi-temps, c’est une activité de chaque instant qui apporte certes quelques contrariétés mais tellement de satisfactions quand on voit aboutir un des dossiers que l’on a monté et défendu.

“La ville prenait l’eau de toutes parts”

Saint-Pathus est une ville qui a des atouts, mais c’était une ville endormie depuis plus de 20 ans. Je dirais même que c’était une ville qui prenait l’eau de toutes parts. Pendant les premiers mois de la mandature, à chaque fois que « nous ouvrions un tiroir », nous trouvions un problème.

Un seul exemple, nous avons trouvé une situation financière catastrophique, avec un montant considérable de factures impayées et des délais de paiement des entreprises qui pouvaient dépasser six mois.

Dans un premier temps, j’ai donc travaillé à remettre à flot ce navire qui tanguait dangereusement.

Tout d’abord, je me suis attaché à redresser la situation financière de la commune. Aujourd’hui nous avons des finances saines, qui nous ont permis d’entreprendre d’importants travaux d’investissement surtout en termes de voiries.

Nous avons travaillé sur des gros dossiers tel celui des transports en commun. De ce côté aussi, Saint-Pathus était une ville sinistrée, Avec un travail important en collaboration avec le Stif, le Conseil Général, le syndicat mixte de la Goële et les CIF, nous avons pu améliorer sensiblement l’offre de transport. En passant de 7 à 17 rotations vers Meaux chaque jour et en instaurant un bus pour chaque train à la gare de Saint-Mard aux heures de pointe. Il y a encore beaucoup à faire en améliorant la desserte vers la plate forme aéroportuaire et nous travaillons à la mise en place de Fileo.

Nous avons aussi entrepris d’importants travaux de voiries grâce entre autre à l’obtention d’un contrat triennal et d’un effort conséquent au niveau du budget communal.

Nous avons travaillé avec la Communauté de la Goële et du Multien pour la construction d’un lieu multi-accueil (crèche et garderie) et grâce au projet Etat Région (GP3) nous avons en projet la construction d’un centre culturel couplé à une école de musique et une salle polyvalente.

Ensuite je me suis attaché à améliorer le quotidien des Pathusiens, en modernisant les structures scolaires et d’accueil périscolaire, en créant une maison des jeunes, en lançant un grand programme de rénovation de l’éclairage public, en réalisant en partenariat avec la communauté de communes des travaux d’assainissement conséquents  qui empêchent les inondations fréquentes dans certains quartiers de la commune.

Nous avons aussi, avec l’aide des nombreuses associations,  développé l’activité associative et culturelle. Je citerai le festival ‘‘Du Foin aux Brumiers ’’ qui a accueilli plus de 4000 personnes en 2012.

Baisse des impôts locaux

RM : Dans votre débat d’orientation budgétaire qui s’est tenu lors de la séance du conseil municipal du 22 février, j’ai cru comprendre que d’un côté vous allez baisser la taxe d’habitation (-0.33%) et de l’autre vous déplorez une baisse des dotations (notamment le fonds de péréquation de la TP, qui est déjà passée en 2012 de 156 000 à 43 000 € ). Et vous allez procéder à un emprunt pour les investissements. N’est-ce pas contradictoire ?

J-B P : Nous construisons notre budget d’une manière très logique, très pragmatique et surtout d’une façon très prudente en prenant en compte une multitude de paramètres.

Tout d’abord, nous inscrivons nos recettes certaines, avec même une tendance à les minimiser. Ensuite, nous avons une gestion au cordeau des dépenses communales. Nous avons renégocié tous nos contrats. Nous avons un suivi des dépenses au jour le jour avec un point chaque semaine. Nous avons demandé des efforts à chaque service tout en maintenant une offre de qualité au moins égale. Après, pour chaque investissement nous regardons toutes les possibilités de subventions possibles.

Si vous regardez la fiscalité de villes de même strate que Saint-Pathus (voir ici, ndlr), vous pouvez vous apercevoir que nos taux d’imposition  sont très élevés. Et il nous paraissait anormal de faire supporter aux ménages les inconséquences des équipes précédentes. C’est pourquoi, de 2008 à 2010 nous n’avons pas augmenté la part communale, des impôts locaux et depuis trois ans, depuis que nous avons assaini les finances de la commune, nous avons amorcé une baisse des taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. Nous arrivons à proposer cette baisse des impôts, malgré la baisse des dotations de l’état par une gestion rigoureuse des deniers publics.

Je peux comprendre les difficultés budgétaires rencontrées actuellement au niveau national, mais il ne faut pas oublier que les collectivités locales sont les principaux investisseurs en France. Il faut également que l’État fasse attention à ne pas asphyxier les communes par des baisses constantes de dotations  tout en augmentant les charges des collectivités.   La réforme des rythmes scolaires en est un parfait exemple, nous avons à Saint-Pathus plus de 800 enfants scolarisés dans nos écoles élémentaires. Nous avons chiffré à près de 120 000 € le coût de la réforme pour la commune sans parler des problèmes d’intendance. C’est pourquoi nous n’appliquerons pas cette réforme en 2013.

Depuis 2010 nous avons réussi à investir massivement sur la commune sans faire d’emprunt. Cette année nous avons des projets importants tels que le pôle culturel à financer. Mais cet emprunt a été réfléchit. En 2013 nous avons deux emprunts qui s’éteignent, nous pouvons donc réaliser cette année ce nouvel emprunt sans alourdir l’endettement  de la commune.

Read moreJean-Benoit Pinturier, maire de Saint-Pathus: “notre commune a des atouts”

Partagez cet article