Le CDT “Coeur économique Roissy Terres de France” sera validé mardi

le logo de la nouvelle CA Roissy Porte de France

Bon, d’une certaine manière, le CDT Val de France lui aura volé la vedette (voir ci-dessous). Mais la cérémonie pour la validation du CDT commun aux CA Roissy Porte de France et Terres de France (= Cœur économique Roissy Terres de France) ne se passera pas en catimini comme la première. Elle se déroulera mardi 30, dans un lieu symptomatique du Grand Roissy et les journalistes (et même les zobservateurs) y ont été conviés.

Votre serviteur a pu avoir accès aux documents (seulement publiables après la validation), mais je peux vous dire que c’est du lourd !

Et pendant ce temps là, Albarello, chef des villages d’Indiens,  bloque le territoire du nord ouest 77, dont on ne voit pas comment, malgré les intentions d’Alain Aubry (peut-être va t-il nous dire qu’il relance “l’association”…. ) , maire du Mesnil-Amelot, le CDT éponyme va pouvoir avoir le début d’une ébauche.

Vraiment…

En tout cas, et on le redira mardi fortement: bravo au “Cœur économique… “.

EV

Partagez cet article

Bonne retraite, Monsieur Frasnay !

Pendant les discours, sur l'estrade de la salle des fêtes du Mesnil

Ça s’est passé mercredi soir, dans la salle des fêtes du Mesnil-Amelot, la commune où les CIF ont leur siège social. Claude Frasnay, directeur des CIF de septembre 2005 à aout 2010 (et directeur adjoint de Kéolis Est IDF de 2009 à ce jour) avait invité ses supérieurs et collègues de Kéolis (dont les CIF sont une des filiales), élus et autres clients, fournisseurs pour fêter son départ à la retraite.

Début de soirée sympathique où, marketing oblige, a été diffusé un film sur la société Kéolis (filiale de la SNCF) dont on ignore bien souvent l’importance régionale, nationale et même internationale. Voyez-ça ici.

Tour à tour, les dirigeants de Kéolis, dont M. Magnon Pujo, directeur Kéolis pour l’Ile-de-France, François Asensi, député maire de Tremblay, le maire du mesnil, Alain Aubry et le président de l’amicale des maires du canton, J-L Durand ont prit la parole avant Claude Frasnay.

Claude Frasnay pendant son discours

Celui a fait un discours très apprécié, retraçant rapidement sa carrière (il a 65 ans) qui fut variée, la déclinant en “3 vies”  (et il en espère 7 au total ! on lui souhaite…).

Dont la dernière, qui  lui a permis de passer 22 ans “chez Keolis, où je suis arrivé presque par hasard, mon passé de développeur rural et l’ensemble des actions de vulgarisation et de contacts avec les ministères, les bailleurs de fonds, les administrations locales m’avaient laissé supposer que je pouvais tenter une reconversion dans une activité de services, où des qualités de management, de gestion et de relations institutionnelles et commerciales sont les bienvenues”  a-t-il déclaré.

La première allant jusqu’à la fin de ses études, à 23 ans, et la deuxième l’ayant occupé 20 années, de l’Argentine à Madagascar, la Centrafrique, le Japon et la Guinée.

Il a travaillé en Afrique pour la CFDT (pas le syndicat…) et nous avons eu, pas plus tard que récemment des échanges à propos de la production de coton au Bénin (il a cité dans son discours de ce soir-là l’excellent essai d’Eric Orsenna: Voyage aux pays du coton, que je vous recommande aussi). Le président actuel du Bénin prévoyait une récolte 2012 de 500 000 tonnes dans ce pays et M. Frasnay m’avait envoyé un mot (j’en avais parlé dans cet article ) s’étonnant de ce chiffre. Tout récemment, je lui avais indiqué les chiffres réels (250 000 tonnes) et il m’avait répondu : “cela me semble plus conforme et c’est une belle performance”.  Voyez, quand on connait, on connait…

J’ai appris ce soir là qu’il était passé par le CPA (centre de perfectionnement des affaires) dont j’ai toujours entendu du bien.

Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot, où est situé le siège des CIF

Tout le monde, et spécialement le maire Aubry  avait dit beaucoup de compliments sur Claude Frasnay auparavant, compliments auxquels je me joins volontiers, ayant eu d’excellentes relations professionnelles avec lui (comme avec ses prédécesseurs d’ailleurs, et toute l’équipe des CIF).

Et aussi  François Asensi, qui avait tenu visiblement à faire le déplacement (il siégeait à l’A.N ce soir-là), qui a dit d’excellents mots, tant sur C. Frasnay que sur les CIF en général, dans la lignée des propos qu’il avait tenu voici peu.

J’ai rencontré, pendant le cocktail qui a suivi, une (très) charmante personne,

Socio... plutôt belle, non? Cliquez !

qui s’appelle Béatrice Belabbas, assistante sociale de son état, qui a créé depuis 2008 (je l’ignorais, moi qui prétend savoir tout) à Roissy-en-France une société nommée Sociobel, spécialisée dans … (ben regardez son site, super bien fait), notamment  les “inaptitudes”, je pense que je vais lui présenter plein de clients potentiels…). Je l’ai un peu chambrée ce soir-là et on a eu ensuite des échanges mails super sympa et plein d’humour (super, pour une blonde, kabyle -eh oui- et assistante sociale…). Dont celui-ci :

Claude Frasnay a été assez inconscient à l’époque pour me faire confiance, c’est le premier client à avoir signé avec moi et il  m’a encouragée dans ma démarche de Business. Depuis, je vis le développement des CIF, entreprise à laquelle je suis très attachée.

C’est bien tout ça, non?

Bravo pour votre carrière, bonne retraite, merci pour tout M. Frasnay. Et j’espère que, comme tous les néo retraités, vous continuerez à nous lire.

EV

Partagez cet article

Le Contrat de Développement Territorial Val de France- Gonesse-Bonneuil en France validé

Le "Copil" Val de France à la préf' de région, jeudi dernier. On reconnait D. Vaillant, président de VDF

C’était jeudi, à la préfecture de Région que le CDT commun à la CA Val de France, Gonesse et Bonneuil en France (des deux dernières devant intégrer la CA début 2014) a été “validé”, comme l’écrit le communiqué paru à l’issue.

L’enquête publique suivra à la rentrée 2013 et la signature définitive devrait intervenir fin 2013 ou début 2014.

C’est un des contrats les plus avancés du Grand Paris. En attendant que l’on puisse connaitre le dossier présenté jeudi, regardez ça :  vous saurez presque tout.

Hum... je reconnais cette (excellente) chevelure, au premier plan...

Blazy a boycotté le CDT au nom du PEB…

Seule ombre au tableau,J-P Blazy, maire de Gonesse et député de la 9ème circonscription, était volontairement absent à cette cérémonie, certes pas cruciale, mais importante pour la dynamique du territoire. Et c’est pour cela que, dit-on, la préfecture de région n’avait pas voulu ébruiter la réunion…  Ce qui, franchement, était un peu bizarre, car au moins le tiers des présents figurent parmi les amis de RoissyMail et bien sûr nous ont prévenus. Seul le retard mis à la rédaction de ce RM n’ a permis que je vous en informe. J’aurais dû faire une édition spéciale.

Revenons sur le fond de la décision de Blazy, que j’ai eu au téléphone vendredi. Il se bat depuis un bon moment pour que l’Etat assouplisse le PEB, qui interdit pratiquement le renouvellement urbain dans sa ville (mais c’est le cas dans d’autres : Roissy, Sarcelles, une partie du Nord Seine-et-Marne, du Vieux-Pays de Tremblay et même notre Epiais-lès-Louvres, toutes situées en zone C du fameux PEB). Au fil du temps, les restrictions (draconiennes, mais en plus appliquées différemment selon les services départementaux de l’Etat) empêchent durablement les constructions d’habitation et deviennent de plus en plus un problème pour les communes riveraines de l’aéroport, qui doivent accueillir de plus en plus d’habitants (voir ce que j’avais écrit sur l’hypocrisie du PEB ici) . Vous pourrez voir en cliquant aussi ici que  Blazy, Pupponi (PS) et Albarello (UMP), tous trois députés de “Roissy”donc, avaient tenté de faire passer un amendement en septembre dernier pour “desserrer” les contraintes du PEB. La Duflot avait refusé et renvoyé le sujet à un “atelier” (ce qui avait déjà provoqué un 1er  boycott d’une réunion du CDT Val de France de la part de Blazy) .  Si j’ai bien compris, cet “atelier” va bientôt rendre sa copie qui serait négative pour les arrangements souhaités du PEB.

Et c’est ça, une fois de plus, qui aurait provoqué la politique de la “chaise vide” du député maire de Gonesse, dont on espère bien une communication publique sur ce sujet, qui serait, je pense bien plus efficace qu’un “boycott” dont je devrais être quasiment le seul à parler…

Mon avis : on marche (encore) sur la tête

Déjà, on rappellera utilement que, si les élus (droite, centre, gauche réunis, sauf Asensi, il faut le dire) du Grand Roissy, pour ne prendre qu’eux, n’avaient pas, dans le temps, hurlé contre “le bruit” (Blazy fut un de ceux qui faisaient le plus fort, et l’actuelle ministre du commerce extérieur (on rêve) , Nicole Bricq avaient été élue en 1997 députée du nord seine-et-marne en s’opposant à  CDG, au bruit et à la construction des 2 pistes supplémentaires que le gouvernement de L. Jospin, une fois la gauche élue à l’A.N, s’est empressée de continuer… ), les gouvernements successifs n’auraient pas imposé de telles restrictions(effectivement excessives). Mais comme avait un ministre un jour devant l’A.N (je crois, mais j’ai oublié que c’était le secrétaire d’Etat -centriste- des Transports, Dominique Bussereau : “on (les maires…) ne peut pas indéfiniment délivrer des permis de construire le matin et l’après-midi défiler avec son écharpe tricolore contres les nuisances aériennes”. Ou un truc comme ça (si un lecteur peut m’aider à retrouver ça…).

D’un autre coté, on ne peut refuser des constructions nouvelles, comme le fait la Duflot, autour des rares lieux de croissance (comme CDG) et prôner en même temps le rapprochement travail-domicile, “lutter ” contre la voiture, refuser le Grand Paris Express (les Verts sont contre) et tout à l’avenant.  Récemment les élus Verts au conseil régional ont même présenté un  “vœux” contre Europa City (vœux heureusement rejeté, l’UDI… s’abstenant! ) Ces bo-bo privilégiés commencent sérieusement à me fatiguer, et croyez -moi bien, je ne suis pas le seul.

Vivement le remaniement ministériel et Duflot aux Anciens Combattants (surtout ne pas l’exclure du gouvernement…)  !
EV

Partagez cet article

Hubstart Paris et ADP au Global Airport Cities pour promouvoir le Grand Roissy et le savoir-faire français

La conférence “Global Airport cities” s’est tenue du 24 au 26 avril dans la métropole d’ Ekurhuleni, en Afrique du Sud.

Hubstart Paris fait cette année encore partie des sponsors de l’événement et y a exposé aux côtés d’ADP Immobilier et ADPI, filiale du groupe Aéroports de Paris qui conçoit et développe des plateformes aéroportuaires ainsi que de grandes infrastructures dans le monde entier.

Elisabeth Le Masson, Déléguée au Développement Durable d’ADP et Jean-Claude Detilleux, Président de l’Agence Régionale de Développement Paris Ile-de-France, ont représenté les partenaires de l’alliance Hubstart Paris et ont participé conjointement à une table ronde vendredi 26 avril 2013, consacrée à la gouvernance et la vision stratégique et économique des places aéroportuaires.
Ils ont également présenté l’évolution de la place aéroportuaire du Grand Roissy, ses grands projets immobiliers et la démarche de promotion à l’international déployée par l’alliance Hubstart Paris et ont débattu aux côtés des places
aéroportuaires d’Halifax au Canada, de Pologne et de Manchester notamment.

La conférence d'Hubstart. On reconnait E. Le Masson (2eme à partir de la gauche)

Leur présentation sera prochainement en ligne sur le site d’Hubstart Paris et celui de Global Airport Cities.

Hubert Fontanel, Directeur de l’Immobilier chez Aéroports de Paris, a participé quant à lui à une table-ronde consacrée aux développements commerciaux et immobiliers des aéroports, aux côtés de l’aéroport international de Dallas/Forth Worth notamment.

L’ineffable John Kasarda, “papa” des Aerotropolis, E. Le Masson et J-C Dutilleux

Merci à Annie Scaramozzino (Hubstart) pour les fotos et les infos qu’elle nous a envoyées.

EV

Partagez cet article

Compans et Mitry unis dans une communauté de communes en attendant mieux? Jabut croit encore à la Grande interco

Considérant le refus formulé lors de la réunion du 4 avril 2013 au Mesnil-Amelot par une majorité des élus du secteur nord-ouest Seine-et-Marne d’intégrer Compans à la future intercommunalité du nord-ouest Seine-et-Marne”…le conseil municipal de Compans a adopté, lors de sa réunion du 25 avril un vœux demandant le création d’une communauté de commune avec sa voisine Mitry-Mory. Vous pourrez voir la délibération ainsi que les explications du maire, Joël Marion, ici, sur son nouveau blog.

Le maire précise bien que cette nouvelle interco (qui devrait être validée par la Commission départementale de coopération intercommunale -CDCI- qui se tiendra le 17 mai) permettra le maintien des deux commues en Seine-et-Marne (alors qu’actuellement le schéma prévoit leur rattachement à la CA Terres de France, en Seine-Saint-Denis). Et qu’elle se situe dans la perspective de l’acte 3 de la décentralisation (adopté en conseil des ministres le 10 avril) qui prévoit des regroupement d’intercos d’au moins 200 000 habitants en 2015 (voir le résumé des 3 projets de loi ici).

C’est effectivement une donne importante, et qui pourrait aller vers une très grande interco réunissant toutes les communes du Grand Roissy, autour de CDG. L’association des élus du Grand Roissy continue par ailleurs son travail de réflexion en vue de l’élaboration d’un SCOT à cette échelle. Ce pourrait devenir la préfiguration d’une grande interco de Damartin à Sarcelles et d’Aulnay-sous-Bois à Fosses, sinon aux communes proche du sud de l’Oise. Quelle force ça aurait !

Pour l’heure, et sauf coup de théâtre, la CDCI devrait entériner d’un côté le regroupement des  CC Plaine de France, Goële et Multien, Portes de la Brie, ainsi que le commune de Le Pin, dans une CC nommée “Plaine et Monts de France” (en vert sur la carte) et de l’autre une CC Mitry-Compans, donc.

Dans ce cas, l’espoir d’une grande synergie territoriale, qui saute pourtant aux yeux quand on regarde la carte, volerait en éclat. Ce qui rendra l’avenir plus difficile pour les populations. On sait qui en seraient les responsables.

Pour autant, Stéphane Jabut, maire de Dammartin, veut encore croire que les choses s’arrangent. Dans un communiqué publié après la réunion du 11 avril avec la préfète Nicole Klein, il déclare: “Cependant, je pense qu’il est encore possible de se ressaisir. La construction encours prendra effet juridiquement au mois de juin, mais ne fonctionnera réellement qu’avec le budget 2014, à partir du 1er janvier”.  Voir l’intégralité du communiqué ici.

EV

Partagez cet article

Le Conseil général indigné de l’attitude de certains élus. Retour sur le “démenti” d’Albarello

cliquez dessus !

Le Conseil général de Seine-et-Marne avait prévu de faire une réunion, le 22 avril, avec tous les élus 77 du Grand Roissy, pour évoquer notamment les financements important (GP3, contrats…) mis en place pour ce territoire. Problème : les élus, on va dire de droite l’ont boycottée au prétexte d’une autre réunion (décidé le jour même selon le CG) dite du “G26” (les maires tenus par Alba)  avait lieu en même temps.

Du coup le CG s’est fendu d’un communiqué indigné, que vous pourrez lire ici.

Affaire du “démenti” : un véritable tir de barrage contre les maires UMP

On se souviendra, dans ce qui devient un vrai soap opéra, du “déménti” que nous avait envoyé le député Albarello à propos de la prise de position publique des maires UMP  J-L Durand (Marchemoret) Alain Aubry (Le Mesnil-Albarellot) et Gilles Chauffour (Villeneuve) en faveur de la Grande Interco.

Je tiens à signaler qu’à ce jour aucun des trois ne m’a envoyé ledit “démenti”. Démenti qui n’en est pas un: ces trois maires ont bien exprimé publiquement leur position en faveur de la grande interco (revoir ici et). J-L Durand était même venu chez nous pour le dire (foto) et Alain Aubry avait confirmé sa position après être venu (autre foto) chez nous pour évoquer la fin de la ridicule “association” pour le CDT.

Quant à Gilles Chauffour, il m’avait posté un commentaire sur le compte rendu que j’avais publié à propos de la réunion du Mesnil Amelot (à voir ici) , me reprochant (gentiment) de n’avoir pas mentionné son intervention ce soir là et me précisant : “mon adhésion à une “grande interco ” est si je puis dire historique, car j’en parlais déjà lors de mes vœux en janvier 2012. Je parlais d’ une grande interco pesée et mesurée”.

Lorsque j’ai reçu, de la part d’Yves Albarello, (bis repetita) le fameux démenti (qui ne démentait rien donc), vous pensez bien que j’ai voulu appeler les “signataires” . Et vous pensez tout aussi bien que je n’ai eu aucune réponse. J’avais  réussi quand même à joindre  (difficilement) Gilles Chauffour, qui est un honnête homme.

Moi : M. Le maire (après m’être assuré qu’il avait bien signé), vous vous rendez compte? Le matin vous me postez ce commentaire et quelques heures après (c’était le 8 avril), vous signez cette … chose??

Lui : Euh…

Moi : qu’est ce que je vais pouvoir écrire là-dessus?

Lui, gentiment : oh Monsieur Veillon, euh… ben écrivez ce que vous voulez..

J’étais (et je suis encore) triste pour lui.

Quant aux deux autres, ce fut beaucoup plus difficile de les avoir, même plusieurs jours après. Je sais  faire la part des choses (tout le monde pourra en témoigner) entre le “OFF” et ce qui peut-être écrit.  Donc je ne dirai pas tout.

Ce que je peux écrire, par contre, c’est qu’Yves Albarello et le peu d’amis qui lui reste parmi les élus de sa circonscription, n’avait pas eu le courage de faire rentrer dans le rang les maires UMP “grande interco”. Ou du moins il n’y était pas arrivé.

Dans mon papier sur le réunion du Mesnil (que j’avais pris le temps de bien rédiger, prudemment) , j’avais écris notamment que les maires en question le “lâchaient” (sous entendu sur question de l’interco, ce qui est vrai. Et qu’un autre maire UMP était aussi pour la grande interco (je ne dirai pas son nom, mais chacun qui connait le territoire le devinera), allait le dire publiquement, et sur RoissyMail m’avait-il assuré.

C’est ce qui a mis le feu aux poudres et provoqué un véritable branle-le-bas de combat de la part de l’appareil UMP. Et c’est (je le sais maintenant, de sources concordantes) du côté de Meaux que le brave Alba est allé pleurer. On devine… “J’y arrive plus, Chef, aide-moi…”

Ça n’a fait ni une ni deux. J’ignore (pour l’instant) ce qui a littéralement terrorisé ces trois maires pour qu’ils en arrivent là, mais ça a dû être un vrai tir de barrage. On peut imaginer la violence des propos que l’exécuteur des basses œuvres de Meaux, ceci d’autant qu’aucun des trois maires n’est menacé de ne pas être réélu l’année prochaine. L’un d’entre eux m’avait d’ailleurs dit à plusieurs reprises qu’il “n’avait plus peur” et qu’il n’avait pas besoin de l’investiture UMP.

Bon, eh bien c’est pas comme ça que les Français vont se réconcilier avec la politique. Et le  CDT fantôme du Mesnil, à l’heure où les autres interco avancent sérieusement leurs pions (voir plus haut), est loin d’être concocté.

En tout cas, pour moi, ce démenti n’en est pas un, du moins tant que les intéressés eux-même ne s’expriment clairement et publiquement, comme ils l’avaient fait pour déclarer leur attachement à la grande interco .

EV

Cliquez dessus !

Partagez cet article

Albarello sanctionné. Mais “il n’avait pas bu…”

Yves Albarello, député UMP de Seine-et-Marne a fait partie des trois députés qui ont été sanctionnés par le bureau de l’Assemblée nationale (le voir aussi ici), suite aux incidents qui se sont déroulés le 18 avril dernier. En fait de sanctions, il s’agit d’un “rappel à l’ordre” prononcé par le bureau.


Mariage gay: l’UMP cherche la bagarre par LeHuffPost

Rappelons les faits (voyez le reportage ci-dessus) : en plein débat houleux sur le mariage homosexuel, plusieurs députés s’en sont pris à des collaborateurs de Christiane Taubira, qui “ricanaient” (Alba dixit). Il y eu une bousculade et Albarello fut accusé d’avoir bousculé (on parle même de coup de poing) une huissière. La séance a été suspendue et le président de l’A.N avait promis de revoir la vidéo en entier et de prendre, avec le bureau des sanctions au besoin. Auparavant, Alba avait nié tout et nié, comme le lui avait reproché un article du Monde, avoir bu un coup de trop (voyez sa réponse au Parisien sur la vidéo ci-dessous), il a affirmé ne pas avoir bu une goutte ce jour-là. Voyez aussi l’explication que le député donne sur son blog.

Bon, ben toujours est-il qu’il y eu sanction…  C’est pas brillant. Claude Bartolone devrait publier la vidéo intégrale…

EV


Incident à l’Assemblée : Albarello assure n… par leparisien

Partagez cet article