Division (et non réunion) de Dammartin: ce n’était pas le jour de gloire

Le maire du Mesnil, prudent, ne s'était pas mis en avant....

C’est le moins qu’on puisse dire ! Si les choses n’étaient pas aussi graves  (pour l’histoire et la géographie du  territoire…) ce serait risible. En fait, c’était une tragi-comédie (en fait au sens propre, j’espère et Corneille est encore dans l’coup… ) . Normalement la tragi-comédie fini bien. Et c’est ce qui va arriver…

Pour l’heure, c’était risible de voir “l’assemblée constitutive” de la CC “PlaineS et Monts de France (au moins on aura échappé au Multien ! ça doit être la seule chose positive de ce lundi s(n)oir) se tenir dans les locaux de l’ancienne CC  “PGMultien” à Dammartin, sans le maire… de Dammartin, pourtant la plus grande ville de la “petite interco”…

La séance n’a pas pour autant manqué de sel :

Acte 1: RoissyMail bien vu

Bernard Rigault (maire UMP de Moussy-le-Neuf) , en ses qualités de “doyen d’age des présidents” (sous-entendu des 3 communautés de communes regroupées à l’heure actuelle, voir, pour tout comprendre ma lettre ouverte à Yves Albarello : 1190 téléchargement, vedette de RM 2013…)  président de l’ex CC “des Pays de la Goële et du Multien” (dont Google, MDR nous averti que le site web est devenu “malveillant”, essayez)  avait invité et reçois, pêle-mêle, les délégués des 3 interco (enfin pas tous) et le public (enfin, les copains des “partisans” – parce que la plupart ne comprennent rien- de la petite interco).L’ambiance est triste et beaucoup m’envoient, quand je rentre, des clins d’œils sinon complices, au moins sympathiques

Acte 2 : Il fait beau dehors

Les partisans (cool) de la Grande interco, dehors. Je reconnais Monique Papin (qui porte beaucoup de responsabilités dans la situation actuelle, j'y reviendrai), Stéphane Jabut, maire de Damm, Bernard Corneille, Daniel Hacquin et M. Paturot, 1er adjoint au maire de Le Pin)

Tous les maires, adjoints ou conseillers municipaux, partisans de la Grande interco ne rentrent pas dans la salle et restent dehors (il faisait beau…)

Acte 3 : Pasco Labarre impérial !

J-P Pasco Labarre, après avoir prôné le report de l'assemblée
Le maire de Le Pin, pendant son intervention

Le futur grand président (le rêve de sa vie ) appelle … le doyen d’âge des… “délégués communautaires” qui doit normalement être le président de l’assemblée “constitutive” . Il se trouve que c’est M. Jean-Paul  Pasco Labarre, maire (PCF ou DVG, en tout cas ancien communiste)  de la commune de Le Pin depuis … 1987. Et  partisan de la grande interco. C’est un personnage ! Il est né en 1939 et … on ne lui la fait pas…  Il prend la parole, donne quelques arguments juridiques en défaveur de ladite petite interco et propose, en tant que président d’âge, de reporter l’assemblée.

La salle, majoritairement acquise à la petite interco, ne proteste même pas, ou à peine…  Un grand moment ! Devant le refus de Rigault, il quitte la salle, confiant.

Acte 4 : le 30 août

Les vieux (dont moi… ah, c’est vrai, il n’y a plus de vieux dans notre vocabulaire, plus de noirs, plus de gros, plus de mauvais élèves…) étaient à l’honneur ce soir-là. Rigault demande à l’assemblée qui est le plus vieux après Pasco Labarre. Le maire d’Annet-sur-Marne, Christian Marchandeau, né le même jour que moi (mais en 1941…), séide d’Alba (encore que…  pas tant que ça)  se déclare et se jette à l’eau…

Acte 5 : de l’eau de jouvence tardive

Marchandeau (le bien-nommé, l’usine d’eau est sur son territoire) s’exécute et fait procéder à l’élection du “président”. Rigault, dont la barbe frémissait déjà de plaisir, regagne les rangs des “délégués”.  Marchandeau : “y’a t-il des candidats?”  Silence dans la salle. Le suspense est insupportable… “Timidement”, une main se lève… ” euh…moi, Bernard Rigault”…  Personne d’autre, évidemment… A ce moment, Alba regarde encore ses chaussures…  Au terme d’une élection à bulletin secret (il manquait quand même 8 bulletins en sa faveur, dans son propre “camp”) , le rêve de la vie de Bernard Rigault s’accomplit à ce moment : il est président !!!

Acte 6 : nombre de  vice-présidents de la Petite Interco sont pour … la Grande Interco

Jean-Louis Durand est toujours (jusqu'à plus d’information) pour la Grande Interco (cliquez)

Adoubé par la salle, notre vaillant sire Rigault reprend sa place de président. On sent la jouissance accomplie, même si c’est grâce à la couleur bleue … de son parti. Et  fais procéder à l’érlection des … 13 vice présidents (pas moins). Alba est le 1er VP, L’inénarrable  Jean-Louis Durand, maire (UMP) de Marchémoret, est 2ème VP, Alain Aubry, maire (presque UMP)  du Mesnil-Amelot 3ème, et Gilles Chauffour, maire (UMP?) de Villeneuve-sous-Dammartin, 6ème. Tous trois partisans déclarés publiquement de la Grande Interco. (vous comprenez rien?  c’est normal). Seigneurial, le président Rigault avait prévu de garder 3 vice-présidences pour les “autres”. Qui n’en n’ont  pas voulu (voir leur communiqué ici). Sauf Jean-Benoit Pinturier, maire (DVG) de Saint-Pathus, pourtant partisan déclaré de la grande interco (il vient de me le confirmer), mais qui a voulu marquer sa différence avec ses amis (je reviendrai sur ses raisons).

Acte 7 : de la bière

J’alternais dedans et dehors… Arrivé un moment, ça devenait assez lourd dans la salle (tout le monde était… tristounet) et je propose aux partisans de la Grande Interco de rejoindre les Jardins de Vérone, (tout à côté) histoire de rigoler autour d’une bonne bière. Ce qui fut fait… (j’ai pas payé- j’avais pas de sous sur moi, donc je me suis fait payé un …pot-de-bière, ce qui explique cet article en leur faveur…).

Épilogue : la pièce continue

En sortant de la bière, j’ai été revoir quelques personnes de “l’autre camp”. Je peux vous dire (j’ai l’habitude de lire dans les yeux) qu’ils n’étaient pas fiers. J’ai quitté la “séance” car ça durait pour l’élection des autres VP.

N’empêche, c’était pas glorieux. J’ai croisé deux fois (non, trois) Alba dans la salle, et à chaque fois, mon ex-copain a regardé ses chaussures. Auparavant, en arrivant,j’avais croisé un jeune homme en costume- cravate qui m’a interpellé: “Ah, M. Veillon, j’aime beaucoup vos comptes-rendus sur l’interco”. Moi, bêtement, je crois que c’est un type de la “petite interco” (il avait un look de droite, c’est bête ce que je viens d’écrire) et je lui réponds que j’écris sans a priori “politique” (au sens partisan). Oui, oui, me répond-t-il, tout sourire. J’ai appris après que c’était Antony Gratacos, un jeune PS de Moussy-le-Neuf, qui s’était opposé, d’une manière ridicule (je le confirme encore aujourd’hui), à Bernard Rigault pendant la dernière municipale à Moussy-le-Neuf (j’en avais rendu compte dans RM, mais toujours pas moyen de trouver les anciennes versions, mais j’ai nos échanges mails) . Il me doit toujours, suite à un pari (doublé) , deux bouteilles de Johnie Walker.

le costume subliminal de Bernard Rigault (ici avec Dame Rigault) lors de la fête médiévale de Moussy

N’empêche… L’ENFIN GRAND PRESIDENT Bernard Rigault se rend dès le lendemain (il n’a  pas perdu de temps) dans les locaux de l’ex CC Plaine  de France, située au Mesnil-Amelot. Ça en dit long !  On imagine les sensations retrouvées de celui qui, (j’en témoigne avec la force de l’observation de la Comedia dell’arte qui se joue depuis plus de 25 ans dans cette partie de la Seine-et-Marne -et que j’observe personnellement depuis au moins 15 ans-), s’il a été -et j’en ai témoigné- jusqu’à ce jour un maire inventif et admirable (revoyez-ça) , a tout fait pour bousiller toute (je dis bien toute) tentative de regroupement intercommunal au motif qu’il n’en aurait pas été le président.

C’est dommage. Car il risque, comme d’autres, de sortir par le bas. La  partie n’est pas finie…

Quant à Yves Albarello, maître d’œuvre du temps perdu (et unique responsable de la situation bloquée -il veut faire son petit Copé) , quelle déception !

Une précision: je me suis impliqué dans ce débat, pour des raisons purement… territoriales. Et je n’aime pas les “boycott” . Mais là, ce n’est pas du boycott, à mon avis, ils n’avaient que ça à faire et je les soutiens.

A suivre…

EV

Partagez cet article

Bientôt un nouveau centre commercial: les Saisons de Meaux

J-F Copé, président de la CA du Pays de Meaux avec à sa droite Vianney Mulliez, président d'Auchan et d'autres personnalités (foto CA du Pays de Meaux)

On ne vous en avait pas parlé, voici qui est rattrapé: le 12 avril dernier a été posée la première pierre du futur centre commercial “Les Saisons de Meaux” qui en construction (après bien des péripéties) sur la commune de Chauconin Neufmontiers (CA du Pays de Meaux). C’est le groupe Auchan, via sa filiale désormais bien connue “Immochan” (Europa City… ) qui en est le promoteur.

L’ensemble s’étendra sur 6 ha et comptera 48 000 m2 de surface de ventes. Au total 100 enseignes, dont un hyper Auchan (et un Auchan Drive), un Leroy Merlin, un Décathlon…

Les futures "Saisons de Meaux" (image Arte Charpentier)

C’est un investissement global de 120 millions d’euros et l’ouverture est prévue au 1er trimestre 2015.  Gage de réussite: ce sont nos amis du  cabinet d’architectes Arte Charpentier qui ont conçu l’ensemble. Coté Immochan, c’est Philippe Pinho qui est le directeur du projet.

Vous en saurez plus en consultant : le dossier de presse et la fiche projet, piochée  sur le site d’Immochan: y’a tout.

EV

Partagez cet article

“IRON BIKERS” ce week-end à Carole

Iron Bickers, l’événement des “motos de caratère” tiendra sa troisième édition au circuit Carole, le week-end prochain. Voyez la présentation du fondateur de la manifestation, Nicolas Sonina :

Iron Bikers, l’événement moto le plus rock’n roll de l’année, a lieu sur le circuit Carole aux portes de Paris, les 15 et 16 juin 2013.

Iron Bikers est un événement qui rassemble les amoureux de belles mécaniques, celles qui vibrent, ont une histoire, ont du caractère. Ce n’est pas une compétition, c’est un moment d’échanges et de rencontres. Mais aussi le moment de rouler ensemble sur un circuit, en toute sécurité, pour se faire plaisir. Pour cette troisième édition, près de 250 machines se relaieront sur la piste, dans un mélange unique de motos anciennes – de route comme de compétition – de motos modernes uniquement préparées – bitzas, réplicas, cafe racers – et même de 50 énervés et de scoots en tôle. Il y en aura pour tous les goûts, toujours avec cet esprit de convivialité, d’esthétique et d’authenticité qui est le principe fondateur d’Iron Bikers.

Comme d’habitude, le cœur de l’événement sera le « Village Vintage », qui accueillera de nombreuses sociétés spécialisées dans le commerce et la distribution de produits liés à la moto classique. Une bourse d’échange et un Espace Clubs réunira des dizaines de moto-clubs. En tout, ce seront plus de soixante stands qui seront installés dans le paddock de Carole, qui n’aura jamais été autant animé !

La gamme Yamaha

Read more“IRON BIKERS” ce week-end à Carole

Partagez cet article

Thierry Lajoie est le nouveau patron de l’AFTRP

Thierry Lajoie (foto AFTRP)

Le décret est paru au J.O du 7  juin: M. Thierry Lajoie (51 ans, a été nommé PDG de l’AFTRP. Il remplace M. Delarue, nommé PDG en 2006 et qui sera bientôt en retraite. Il était conseiller au cabinet de Cécile Duflot, chargé du “Nouveau Grand Paris”. Vous verrez ici (dans le communiqué de l’Agence) le reste de son parcours. Et ce qu’en  dit sa “fiche” wikipédia” où l’on peuT voir qu’il a fait son droit à Paris 1, de 1978 à 1981 (si c’est avéré, on a pu s’y croiser: j’y étais dans les mêmes années…).

On lui souhaite la bienvenue, en espérant qu’il sera un lecteur de RoissyMail, fidèle et attentif, comme l’aura été son prédécesseur toutes ces dernières années, et à qui on souhaite une bonne continuation.

L’AFTRP est un acteur important dans l’aménagement, “l’ingénierie foncière et urbaine”  entre autres, dans la région parisienne. Sa direction déléguée nord, dirigée par Michel Bournat, est installée à Paris Nord 2 (dont l’AFRTP est l’aménageur ) depuis longtemps. Elle intervient sur de nombreux dossiers de la région aéroportuaire, dont RoissyParc International, les ZAC des Tulipes au sud du Triangle de Gonesse, Aérolians… la liste est longue.

EV

Partagez cet article