Le SIMI a ouvert hier

Le SIMI, le salon de l’immobilier d’entreprise (d’ampleur nationale depuis quelques années s’est ouvert hier, au Palais des Congrès de la porte Maillot. Le Grand Roissy, avec l’EPA Plaine de France ont l’air d’être bien présents. Voyez le programme d’aujourd’hui ici. On y sera tout à l’heure !

Partagez cet article

Paternotte va juger Vigouroux !

Denis Vigouroux

Y’a pas qu’à Goussainville qu’on rigole. A Gonesse aussi !

Denis Vigouroux, visé par une procédure d’exclusion de l’UMP depuis qu’il a rejoins la liste “Bleu Marine (FN) à Gonesse (revoir ici), a fait appel de la décision prise par les instances départementales de l’UMP. Or l’appel est examiné par la désormais célèbre CONAR, présidé par le non moins célèbre Yanick Paternotte ! Vous voyez le genre… Vigouroux a répondu à une lettre du président de la CONAR l’invitant à se préparer pour la séance qui doit se prononcer sur son cas le 11 décembre (voir ici la lettre de Paternotte). Il FAUT lire la réponse de Vigouroux: c’est ici et c’est délicieux.

EV

Partagez cet article

Louvres : Jean-Marie Fossier veut garder le cap

Jean-Marie Fossier

Jean-Marie Fossier était en pleine forme, lundi dernier pour annoncer  (c’était au restaurant Marie Feuchère) qu’il allait conduire une liste d’ “Union républicaine pour la défense des intérêts communaux”.

Maire de Louvres depuis qu’il a succédé à Guy Messager (revoir ici) en décembre 2012, J-M Fossier vent donc continuer l’action menée par les différentes équipes municipales depuis des temps… immémoriaux à Louvres (Guy Messager aura été maire 30 ans, lui même ayant succédé à Jules… Fossier,qui fut maire de 1960 à 1982).

En 2008, la liste de Guy Messager l’avait emporté au premier tour avec près de 70%, loin devant la liste de gauche. Il ne devrait pas y avoir beaucoup de surprise en mars prochain. Encore que: une élection n’est jamais jouée d’avance.  Il ne devrait pas y avoir de liste de gauche en face, le PS devant toutefois “soutenir” une éventuelle liste d’ Eddy Thoreau, actuel adjoint au maire. Cet adjoint aurait été mécontent, dit-on en ville, de ne pas avoir succédé à Guy Messager.

La liste de J-M Fossier n’est pas encore arrêtée, mais de nombreux conseillers devraient retrouver leur place, dans le cadre d’un renouvellement partiel.

Pour la campagne, l’équipe de J-M Fossier a mis en place plusieurs outils modernes : un site web nommé “Louvres Gardons le Cap“, où l’on peut voir la lettre de candidature et, prochainement des pages Twitter et Facebook.            EV

Partagez cet article

Le Val d’Oise choqué par une déclaration de Planchou. Celui-ci s’est rapidement excusé

La nouvelle "marque" de l'Ile-de-France

Le sang d’Arnaud Bazin, président du Conseil général du Val d’Oise, n’a fait qu’un tour, le 28 novembre dernier. Ce jour-là, les pages régionales du “Parisien” rendent compte du lancement, par la région Ile-de-France de son nouveau logo, destiné à promouvoir l’ensemble de la région capitale à l’étranger. Dans cet article, Jean-Paul Planchou, vice président de conseil régional en charge du développement économique explique l’intérêt de cette “marque”, destinée à améliorer la lisibilité de la région. Mais il fait une grosse bourde : il se moque de l’action du Val d’Oise en Chine, dans des termes peu sympathiques, en disant, de mémoire, que la venue d’une délégation du 95 dans telle ville de Chine fait sourire. Réaction immédiate d’Arnaud Bazin, qui  envoie le jour même (et rend publique, à lire ici) une lettre à J-P Huchon, président du conseil régional, lui demandant de désavouer les propos de son vice président. Pour une fois, la réaction a été très rapide et Planchou lui-même a voulu éteindre le feu en envoyant le 2 décembre une lettre d’excuses (à voir ici). Fin de la polémique donc.

Éloge de l’action du Val d’Oise à l’étranger

La moquerie de Planchou était d’autant plus mal venue quand on sait (et je suis bien placé pour le savoir) que le Val d’Oise, depuis des années, entretient des liens institutionnels, économiques et culturels avec le Japon et spécialement la préfecture d’Osaka (où le CEEVO possède une représentation permanente). Il en est résulté une sorte de “Val d’Oise connection” au Japon et de nombreuses entreprises nippones (plus de 40 de mémoire) s’y sont installées. Depuis quelques années, le Val d’Oise a entrepris la même démarche en Chine. Le Val d’Oise participe également à de nombreuses manifestations ailleurs, comme par exemple la Foire d’Alger qui se tient tous les ans.

J’avais suivi une des délégations (élus, entreprises) qui se rendent, chaque année à Osaka: voyez le compte-rendu que j’en avait fait dans Bénéfice.net n°13 (en 2002). Ce type de relation avec les pays étrangers  est non seulement utile sur le plan économique, mais aussi pour les élus : ils peuvent ainsi comparer des systèmes, et, dans tous les cas, ça ouvre leurs esprits, ce qui est toujours bon.

Il reste quand même que la question de la visibilité territoriale de la région parisienne se pose, d’où l’intérêt de la “marque” citée plus haut. Ce qui n’empêche pas la complémentarité avec d’autres démarches locales et, singulièrement départementales (puisque les départements existent toujours).

On en profitera pour redire ici tout le bien que nous pensons de l’action (passionnante) économique locale et internationale du Val d’Oise, menée avec brio depuis plus de 20 ans par son comité d’expansion, le CEEVO, dirigé de main de maître par Jean-François Benon, certainement un des meilleurs “développeurs” de France, sinon d’Europe.

EV

Partagez cet article

Affaire Paternotte. Réponse à Philippe Vieilliard : non, je ne “donne pas de jugement”.

cliquez pour voir le texte de l'article paru dans BN 8, voici 13 ans

Je tiens à réagir  au commentaire, que je considère comme abusif (“non approprié”serait mieux, selon la formule historique de Bill Clinton…) , de Philippe Vieillard, ancien patron (en retraite) de la “Grande Roue”, un atelier de réparation et de ventes de cycles à Goussainville (situé face à la mairie, coté “entrée des artistes”) sur mon dernier article sur Paternotte, et dans lequel il “ souhaite que RM se comporte comme il l’avait fait envers André Toulouse et sans donner de jugement avant le jugement”.

Je connais depuis longtemps Philippe, un personnage aussi attachant qu’excentrique (un passionné de vélo et de Citroën 2 CH). Je l’ai croisé souvent, et souvent quand il était en compagnie de Cécile Madura, ex, ex, ex de  élue de Goussainville ( aujourd’hui partisane de Luc Broussy, après l’avoir dénigré…). Du coup je croyais qu’il était de gauche. Mais non ! m’a t-il dit un jour, je suis à droite. Pas de problème pour moi, qu’il soit à droite ou ailleurs.

Le problème est qu’il m’accuse, enfin il me reproche, dans son commentaire, de porter “un jugement avant le jugement” de Paternotte. Je le renvoie à tout ce que je j’ai écris depuis le début de cette triste affaire (triste pour les citoyens…): je n’ai jamais porté de jugement “pénal” sur Paternotte, mais (bis repetita), j’ai toujours trouvé indigne son attitude dans cette affaire. Je le redis encore ce jour et je le dirai la tête sur le billot.

On accepte, normal ?

Alors Philippe, penses-tu que ce soit normal, pour un maire, d’accepter un bien, à titre personnel, d’une de ses administrées ? Si oui, comme certains partisans de ton ami ex-député me le disaient à l’époque, nombre de maires le font (ils ne m’ont jamais dit lesquels…), dis-le moi… Si non, et dans tous les cas, dis-le à tout le monde, ici…

Du coup, s’agissant de Toulouse, puisque tu en parles dans ton commentaire, tu m’as incité à retrouver l’article que j’avais écris à l’époque (et dont j’avais fais mention dans mon dernier article sur RM 751). C’était dans Bénéfice.net n°8, dont tu te souviendras, parce qu’à l’époque je venais te le livrer à domicile. A cette époque, je ne connaissais pas personnellement André Toulouse, et c’est même l’un des “complices” (il se reconnaitra, comme quoi il devait déjà avoir du remords)  du dénonciateur qui me l’avais apporté.

Je n’y trouve rien à redire, sinon que de répéter que  j’ai la présomption d’innocence au cœur (non, dans le ventre) . Je n’ai peur que de deux choses dans la vie (même pas du cancer…) : la fourrière à Paris, et, justement, l’erreur judiciaire (rappelle-toi le drame d’Outreau, au moins). Alors ne viens pas pas me casser les c… bonbons, en me disant que je “condamne” ton ami Paternotte.

Et, pour revenir à Toulouse et aux accusations en général, autant chacun peut (et heureusement) accuser chacun en justice, et heureusement . Mais si l’accusateur perd, ne serait-il pas juste qu’il paye si son accusation n’était pas fondée? A ma connaissance, Toulouse n’a pas porté plainte contre son accusateur débouté. Il aurait dû le faire, à mon avis. Mais je sais, du moins j’imagine, qu’il avait d’autres énergies à dépenser. Je le connais, l’accusateur en question.  Il est “out” aujourd’hui. Si j’avais été à la place de Toulouse, je l’aurais poursuivi, en demandant à la justice de le condamner et d’obtenir réparation, tant morales que matérielles.

Me soutiendras-tu, mon cher Philippe, toi qui est si attaché à la présomption d’innocence de ton ami( au point d’en oublier la mienne), si Paternotte était condamné définitivement, si je porte plainte contre Paternotte, pour menace publique de … plainte , que je considère depuis le début comme abusive ? (mais “j’ai pas l’argent”, comme on dit en Afrique, pour le faire…).

Bien à toi (et à tous les lecteurs)

Eric

Partagez cet article