Municipales, gouvernement, oui à l’option Grand Roissy, Métropole… Asensi s’explique

François Asensi a été réélu (brillamment, 69% au premier tour) maire de Tremblay-en-France. Cette commune est remarquable à plusieurs titres: elle est la plus étendue de Seine-Saint-Denis, elle possède sur son territoire une bonne partie de CDG (dont le siège d’Air France) et de Paris Nord 2, et en plus une ZAE communale bien fournie et la nouvelle ZAE Aérolians, qui avance à grands pas (voyez aussi ici). Et, si l’on excepte la période de l’Occupation, il n’y a eu que trois maires à Tremblay : Gilbert Berger, Georges Prudhomme (les deux PCF) puis donc F. Asensi (PCF, qu’il a quitté en 2010 pour rejoindre ensuite le FG). Il est aussi député de Seine-Saint-Denis depuis 1981. Il est aussi président (il vient d’être réélu, voir l’article plus bas) président de la CA Terres de France, qu’il a créée en 2010. Tout ceci en fait un personnage incontournable dans le Grand Roissy. Communiste dans l’âme, il ne manque pas pour autant une occasion de se distinguer en ayant, depuis longtemps, un discours pro-entreprise  (revoir ici) qui ferait pâlir nombre de libéraux. Tout cela nous va bien et on lui a donné la parole.  EV

RoissyMail : la liste que vous avez conduite aux dernières municipales a remporté un succès net (élue au premier tour). C’est d’autant plus remarquable vue la « vague bleue ». Comment expliquez-vous cette longévité ? Les gens se posent la question…. Y’a un secret ? On dit que vous êtes « atypique », « inclassable »…

F. Asensi : Aucun secret, c’était pour moi un résultat attendu. Je suis constamment présent dans la ville, proche des habitants. Je n’ai d’ailleurs aucun mérite ; j’aime les gens ! J’ai le contact facile. Depuis que je suis tout jeune, j’aime fédérer, rassembler, unir, échanger et porter vers l’action. Je mets un point d’honneur à avoir une gestion ouverte, respectueuse de chacun.

Je n’ai jamais caché mes valeurs, mes engagements Tout le monde les connaît à Tremblay. Je milite pour construire une autre société plus juste, plus humaine, plus respectueuse des individus, de tous les individus. Une société qui prend le contre-pied de l’argent-roi qui broie les vies.

Et puis j’ai toujours eu à cœur de défendre les valeurs de la Révolution française ; la liberté, l’égalité et la fraternité. La fraternité qui est souvent la plus oubliée de notre triptyque est d’ailleurs le thème de l’année 2014 à Tremblay. Je l’ai souhaité parce que c’est pour moi une des valeurs fondamentales de la République. Elle ne se décrète pas et doit imprégner toutes les actions publiques. Elle fait reculer l’intolérance, le racisme, les incivilités, l’irrespect. Elle est la garantie du vivre-ensemble.

J’ai bien conscience que ceux qui ont soutenu et voté pour la liste que je conduisais ne partagent pas tous mes convictions politiques. Ce serait une erreur de le penser. Cela dit, il faut savoir lire un résultat. Près de 69 % des Tremblaysiens ont voté pour moi, dès le premier tour, en connaissant parfaitement mes engagements. Je crois qu’ils savent que je ne fonctionne pas en mode partisan et que je combats toute forme de sectarisme. Et bien sûr, ça me fait plaisir. Preuve, s’il en était besoin, qu’assumer pleinement ses convictions n’empêche pas de partager avec d’autres des valeurs humanistes.

Tremblay avance dans le respect de son identité, de son histoire singulière ; une ville où chacun a sa place, avec une croissance maîtrisée, dans un cadre environnemental préservé. Ces aspects prennent une importance particulière face au projet de métropole du Grand Paris qui entend ôter aux maires une part essentielle de leurs compétences, notamment en matière d’urbanisme et de construction de logements. Un projet qui dénie toute intervention des citoyens dans la gestion locale.

Ses explications sur Villepinte

RM: autre chose qu’on a du mal à comprendre : en 2008 à Villepinte, (et je ne parle pas de Sevran…), vous aviez grandement soutenu Nelly Roland, que vous connaissiez, j’en témoigne, depuis longtemps et qui avait été élue maire. Puis les choses se sont mal passées, s’agissant des rapports entre elle et une partie de sa liste, vos amis pour être clair. Vous avez donc soutenu, au premier tour, une liste de gauche contre celle de Nelly Roland, avec les résultats qu’on connaît. On peut dire que c’est un échec pour vous… Peut-on savoir ce qui s’est passé pour en arriver là ?

Je vous répondrai bien comme Simone de Beauvoir « sans échec, pas de morale ». Dans la vie, on ne peut pas tout accepter, même si on sait qu’on ne gagnera pas tout de suite. Pour ma part, je crois beaucoup en la loyauté, la fidélité dans ses convictions.

Je n’ai pas choisi de retirer mon soutien à Nelly Roland. C’est elle qui a décidé de rejeter le mien en refusant d’être soutenue par le Front de Gauche, le Parti communiste et Europe Ecologie-Les Verts. En bref, les forces de gauche sans qui elle n’aurait jamais été élue maire en 2008. Totalement incompréhensible et incohérent ! En tournant délibérément le dos à ces forces, elle savait qu’elle ne pouvait avoir mon soutien.

Avec les élus de sa majorité, j’ai tout fait pour favoriser la cohésion de son équipe et développer une politique de solidarité et de dialogue entre nos deux villes, notamment au sein de Terres de France. Malheureusement son manque d’ouverture et de confiance dans son équipe a fait éclater sa majorité municipale. Neuf de ses adjoints ont été contraints de démissionner quelques mois avant l’élection.

Elle a même été mise en minorité par son propre Conseil municipal. Son refus, par exemple, d’aménager le parc naturel du Sausset est incompréhensible. Son Conseil municipal ne l’a d’ailleurs pas suivi.

Elle a aussi fait preuve d’hostilité à l’égard de la ville dont je suis le maire. Sans même me consulter, elle a favorisé l’installation, en face de Tremblay, d’un magasin Lidl, puis d’une station de lavage qui perturbent la tranquillité du secteur. Elle a provoqué la colère des riverains tremblaysiens. De la même façon, elle a mis unilatéralement en place le stationnement payant à la gare du Vert-Galant, alors que de nombreux Tremblaysiens s’y garent chaque jour pour prendre le RER.

Entre communes voisines, la règle et la courtoisie sont de travailler ensemble sur des projets de cette nature. Pour les projets limitrophes de Tremblay, je travaille en bonne intelligence avec les maires de Roissy, de Vaujours ou de Mitry-Mory par exemple. C’est bien normal. En région parisienne, les limites des villes ne sont pas des frontières impénétrables. Bien au contraire, on passe d’une ville à l’autre sans parfois s’en rendre compte et les installations sur l’une ou l’autre ville ont des impacts sur la ville d’à-côté.

Enfin, elle s’est auto-proclamée candidate sous l’étiquette d’apolitique ce qui, compte tenu des difficultés rencontrées dans sa gouvernance de maire, a heurté les militants et les sympathisants. Apolitique, une notion bien vague, sans vision d’avenir pour Villepinte. Dans la situation de crise que l’on connaît, cette position n’était pas de mise. Pour moi, comme pour beaucoup de Villepintois, la meilleure façon de s’opposer à la financiarisation économique, aux inégalités et aux injustices passait, et passe toujours, par l’affirmation d’un véritable ancrage à gauche.

Il fallait à Villepinte une liste de rassemblement, porteuse d’un projet d’avenir lisible. Il était tout simplement impensable que le Front de Gauche ne soit pas présent à ce scrutin et qu’il ne puisse pas défendre sa démarche.

C’est pourquoi, m’appuyant sur le vote des militants, j’ai soutenu la liste conduite par Arnaud Keraudren en espérant que Nelly Roland choisirait d’éviter la division. Le score d’Arnaud Keraudren est prometteur. Et je suis convaincu que la gauche, avec lui, a un avenir dans cette ville. Et puis, comme le faisait remarquer Max-Pol Fouchet : « Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires ».

J’ai constaté un vrai désamour entre le peuple de gauche et le gouvernement Hollande.

RM: Vous n’avez pas voté (on s’en serait douté…) , à l’Assemblée nationale, la confiance au nouveau gouvernement. Pouvez-vous développer votre position ?

FA : changer les personnes sans changer de politique,

Read moreMunicipales, gouvernement, oui à l’option Grand Roissy, Métropole… Asensi s’explique

Partagez cet article

Les CA Terres de France et Val de France ont élu leurs bureaux. Alba président de la Grande interco 77 ?

Martine Valleton, François Asensi et Madani Ardjoune (2ème VP, Tremblay) lors du Conseil de mercredi (fotos CA)

Le conseil de la Communauté d’agglomération Terres de France (Tremblay-Villepinte-Sevran) s’est réuni avant-hier, aux “Espaces V” de Villepinte.

[easyrotator]erc_41_1397206588[/easyrotator]

Cette dernière ayant été conquise par la droite (Martine Valleton a été élue maire (UMP/UDI/Modem, ça sera son deuxième mandat), et Sevran étant restée EELV (après une campagne dure, voir plus bas) certains (pas moi…) pouvaient se demander si François Asensi serait réélu président (une alliance Villepinte-Sevran aurait été majoritaire). C’était sans compter la complémentarité objective entre les deux villes “sœurs” (au sens urbain) Tremblay et Villepinte. Résultats, le bureau a été élu sans difficultés, les postes de vice présidents (14 quand même…) et de “conseillers communautaires délégués” (5) ayant été distribués au prorata des résultats politiques (voyez les noms ici) . Asensi est donc toujours président de la CA et Martine Valleton en est la première vice présidente. A noter que que Stéphane Gatignon, maire de  Sevran, ne fait pas partie volontairement du bureau, comme sous le précédent mandat.

Ilham 3ème vice présidente de Val de France !

Le conseil (porté à 63 memebres) de la CA Val de France s’est réunie hier soir pour élire son bureau. Didier Vaillant (PS) a été reconduit président et, on s’en réjouira ici, Ilham Moustachir (Gonesse) a été élue 3ème vice présidente, chargée du développement économique. Voyez tous le bureau ici, sur la site de la CA, déjà à jour (Terres de France devrait en prendre de la graine…)

La CC Plaines et Monts de France élira son bureau lundi soir. Compte-tenu des résultats des municipales, la majorité du conseil communautaire restera en l’état (à noter qu’un recours a été déposé à Villeparisis par la gauche contre les résultats du 2ème tour). Ironie du sort : les partisans de la “petite interco” se retrouvent majoritaires de la Grande Interco qu’ils avaient ardemment combattue … Yves Albarello, tout auréolé de ses victoires (Claye, Dammartin, Chelles, Le Pin) a fait savoir qu’il se porterait candidat à la présidence (je l’avais prévu depuis longtemps…) à la place de l’actuel :Bernard Rigault, maire de Moussy-le-Neuf. Celui-ci va t-il céder facilement son siège, auquel il rêvait depuis des années?

La CA Roissy Porte de France se réunira elle le 15 avril. Gageons que Patrick Renaud sera réélu à l’unanimité…  EV

Partagez cet article

Municipales : les after ! E. Veillon très proche du FN. Gros bazar à Sevran. A côté, Goussainville c’était de la p’tite bière

Stéphane Gatignon, maire (EELV) de Sevran, lors de sa "grève de la faim" devant l'Assemblée nationale en 2012. Cliquez...

Eric Veillon : alcoolique, misogyne, vulgaire et très proche du Front national

Pour un bazar, c’est vraiment un gros bazar, à Sevran (93). A côté, la campagne à Goussainville, avec son flot d’insultes et de … “communautarisme”, (pour ne prendre que lui, votre serviteur, qui a suivi la campagne, a été qualifié par Luc Broussy (sur son FB) de …. “blogger alcoolique, misogyne et vulgaire“, pas moins, et par l’anonyme blogueur GDV, partisan du même Luc Broussy (revoir ici), qui a ouvert un nouveau  mur FB, (le GDV) de “très proche du Front national“, m’accusant de “méthodes fascistes“), était une promenade de santé.

Sevrangate : déliquescence politique, climat délétère (c’est un euphémisme) plaintes mutuelles et mains courantes en pagaille. Dont la plus importante : une plainte déposée contre le maire Gatignon (voir son parcours ici) en décembre “révélée” entre les deux tours par un certain Mohammed Chirani, candidat UMP (ex-délégué du préfet de Seine-Saint-Denis), éliminé au premier tour (8%), qui dénonce un “système mafieux”. C’est à lire avec délectation(?) ici

Clémentine Autain : nous voulons que Sevran se tourne vers Roissy

Un meeting (foto de son blog) de Clémentine Autain avec François Asensi

De son côté, Clémentine Autain (qui pense que la nomination de Valls est une “provocation” (voir sa déclaration au premier Conseil) , candidate FG, ardemment soutenue par François Asensi, dont elle la suppléante à l’Assemblée nationale, vient de déposer un recours contre l’élection de Gatignon, en arguant d’ achats de voix supposées,en autres.  . Le maire de son côté a porté plainte contre elle pour “diffamation”(voir ici).

Pour ceux qui n’ont rien compris (et personne ne leur en voudra), qu’ils sachent que les divisions et conflits “à gauche” se font entre partisans de la même (à quelques nuances près) idéologie “gauchiste” (il est bon de ressortir ce mot), customisée 21 ème siècle. Et que la droite sevranaise, que j’ai bien connue voici quelques années (ça c’est même aggravé)  est encore plus nulle que celle de Mitry-Mory. Et c’est pas peu dire !

Bon, la belle Clémentine  souhaite que Sevran se “tourne vers Roissy”, ce qui nous va bien, c’est vrai que Gatignon ne voit pas ça: il a tort à mon avis… Mais elle dit aussi dans son intervention (à lire absolument ici) : “pendant six ans, je serai personnellement et nous serons personnellement présents et vigilants”. Rires : si elle tient 6 ans comme elle le dit dans l’opposition municipale de Sevran, je veux bien être pendu haut et court (si je ne suis pas mort d’ici là) en public sur la place de la mairie de Sevran !  EV

Partagez cet article

Le nouveau siège de Volkswagen a été inauguré hier

Jacques Rivoal, président du Directoire de Volkswagen France

La pose de la première pierre de l’immeuble, situé dans “ParcMail” à Roissy-en-France, avait eu lieu en juin 2012 (revoir ici). 550 collaborateurs du célèbre constructeur allemand y sont regroupés depuis le 17 mars. Et hier soir se tenait l’inauguration officielle (voyez le communiqué ici). Il y avait beaucoup de monde : clients, journalistes, fournisseurs et autres invités. Parmi eux on notait la présence d’André Toulouse, maire de Roissy, de Patrick Renaud, président de la CA Roissy Porte de France et Jean-François Benon, DG du CEEVO, des dirigeants de Sogelym Dixence (promoteur de Parc Mail et bâtiment, que Bouygues a construit), dont Jean-Charles Equoy.  Jacques Rivoal, président du directoire de Volskwagen Group France (VGP, voyez sa présentation ici) et Dirk Pans, DG de Volkswagen Bank (qui s’appelle désormais Volkswagen Financial Services) ont pris la parole pour expliquer le nouveau bâtiment et rappeler les activités du groupe en France. Puis André Toulouse s’est félicité du choix de VW pour la région de Roissy, de plus en plus attractive.

Le bâtiment (10 000 m2) est très beau, très écolo. Rappelons que le siège historique de VGP était à Villers-Cotterêt depuis 1954 où il reste la moitié des effectifs du groupe (350). Les  installations du site vont être modernisées. Le nouveau maire de cette commune, Franck Briffaut (FN) était présent à l’inauguration. Quant à VW Bank (200 salariés dans le nouveau siège de Roissy), elle était à Paris Nord 2.

Volkswagen est en forme ! La firme est le  troisième constructeur mondial (derrière Toyota et GM) avec 7, 341 millions de voitures produites (PSA 3, 6…), mais selon Wikipedia, 9.7 millions de véhicules vendus en 2013. En France elle a 14% de parts de marché.

Cliquez pour voir la présentation

Je me souviens que mon père avait acheté, après sa 4 chevaux dans les années 60, une Coccinelle qu’il avait payée, je m’en rappelle, 7000 F (il avait pris le train depuis la Lorraine pour aller la chercher à Paris, histoire de faire moins cher). Après il avait acheté une K70 : c’est la première voiture que j’ai conduite de ma vie, j’avais 15 ans…

[easyrotator]erc_44_1397136029[/easyrotator]

On souhaite la bienvenue au collaborateurs de Volkswagen !  EV


Partagez cet article

Une note de l’IAU sur l’état d’avancement des CDT

cliquez pour avoir la note

L’IAU (Institut d’aménagement et d’urbanisme) vient d’éditer une “note rapide” fort intéressante (comme toujours…) Sur l’état d’avancement des différents CDT prévus dans la loi Grand Paris. On notera avec satisfaction que les CDT intéressant notre territoire sont bien là (Val de France et Cœur économique Roissy  Terres de France), signés. Celui d’Est Ensemble en est encore à l’état d’Accord cadre et celui du … Mesnil Amelot : rien. Faut dire que les élus locaux ont eu autre chose à faire ces trois dernières années… Ah le territoire des “Indiens”. EV

Partagez cet article