Alain Louis, lors de ses voeux: “la distance entre représentants politiques et citoyens s’accentue”.

Alain Louis et le conseil municipal de Goussainville
Goussainville est Charlie...

C’est avec un plaisir non dissimulé que je me suis rendu à la cérémonie des vœux d’Alain Louis, maire de Goussainville, jeudi dernier. La campagne électorale des municipales de mars dernier avait été épique. Et, contre toute attente (au début du moins) Alain Louis, maire (PS) sortant a gagné d’une main de maître le scrutin en ayant quitté le PS (dont il était membre depuis 40 ans…) et a mis en même temps hors-jeu son challenger Luc Broussy, secrétaire de la section PS, qui voulait être calife à la place du calife. J’avais suivi de près la campagne et ainsi appris à mieux connaitre le maire, qui m’avait vraiment impressionné par son calme et son sens politique.

Il y avait beaucoup de monde aux vœux, qui avaient été dans un premier temps annulés, juste après les attentats.  Badr Slassi, le premier adjoint a introduit la cérémonie, avec tout le talent oratoire qu’on lui connait. Puis l’orchestre du conservatoire municipal a joué (parfaitement, je dois le dire) plusieurs morceaux de musique, classique et jazz. Le film traditionnel, dans lequel se présentaient les nouveaux élus été projeté et Alain Louis a ensuite entamé son discours (que vous pourrez lire ici).

Il a bien sûr évoqué les tragiques évènements que notre pays a connu et demandé à l’assistance une minute de recueillement. Et, comme il avait été malade puis en convalescence, il a tenu, en plein forme a rassurer sur son état de santé : “je me porte à merveille”, a t-il déclaré , en remerciant les Goussainvillois pour les nombreux témoignages qu’il avait reçu pendant sa convalescence.

Puis, avant d’évoquer le bilan de 2014 pour sa commune, il a abordé la situation de crise globale dans laquelle se trouve la France, en précisant (et il est bien placé pour le faire) que s’était accentuée la distance entre représentants politiques et citoyens.

Revenant sur les réactions post-attentats : “Aujourd’hui, pour certains, la tentation est grande de tourner le dos aux principes rassembleurs de notre nation. Le repli communautaire ou la désignation aisée de bouc-émissaires ne sont nullement des réponses acceptables dans notre République qui ne peut avancer que lorsque le peuple de France marche rassemblé“.

Il est d’autant mieux placé pour résumer ça comme ça qu’il existe de nombreuses “communautés” à Goussainville. Mais son succès aux municipales à montré qu’on peut très bien gagner les élections sans sombrer dans le communautarisme exacerbé. C’est bien… EV

[easyrotator]erc_24_1422185704[/easyrotator]

Partagez cet article

Projet de loi Macron: Vincent Capo-Canellas présidera la commission spéciale du Sénat

Le sénateur V. Capo-Canellas

Le fameux projet de loi “croissance et activité” dit “loi Macron”  touche a beaucoup de domaines.C’est pour cela que l’Assemblée nationale avait décidé la création d’une commission spéciale pour l’examiner. Celle-ci vient d’adopter le texte, qui passera en séance à partir du 26 janvier.

Le Sénat, qui en sera saisi après, a fait de même et la composition de sa commission spéciale a été rendue publique le 20 janvier.

C’est le sénateur (UDI) de Seine-Saint-Denis, Vincent Capo-Canellas ( maire du Bourget) qui la présidera.

Voyez la composition de cette commission ici, dans laquelle on trouve Nicole Bricq (PS 77) et Vincent Dallier (UMP 93).

Partagez cet article

Arnaud Bazin à ses voeux : “c’est la Région qui devrait être la Métropole”

Arnaud Bazin pendant son discours

Le président (DVD) du Conseil général du Val d’Oise, Arnaud Bazin a présenté ses vœux cette semaine aux “forces vives” du département. Les derniers de la mandature. Période électorale oblige, la prudence était de mise dans son discours. Mais, lui comme d’autres, sait bien manier l’art oratoire malgré la période (on est à deux mois des élections). Dans un discours fourni (à voir ici), il n’en a pas moins égratigné le gouvernement, sans le nommer, sur plusieurs dossiers importants: la baisse de la dotation bien sûr (152 millions en tout), les effets du RSA et la réforme territoriale, pour laquelle il souhaite que l’ensemble de la région Ile-de-France soit la Métropole.

Extraits :” Je pense qu’elle est porteuse de conflits. Pour certains, la Métropole est une forme de négation de l’Histoire. L’Etat a en effet toujours veillé à limiter l’émergence d’un pouvoir différent du sien dans sa capitale, qui risquerait d’entrer en concurrence avec lui. Plus prosaïquement, on ne voit que trop bien également se dessiner la trajectoire de collision entre la Région Ile de France et la Métropole du Grand Paris. Et on pourrait en dire autant concernant la Ville de Paris. Je pense qu’elle est porteuse de fractures. Avec sa double fonction d’aspirateur et de ventilateur de projets et de crédits, les bons pour elle, les mauvais pour ses voisins, l’outil de dernière génération qu’est la Métropole risque bien de programmer l’obsolescence du dynamisme de ses banlieues.

En réalité, je l’ai déjà dit, c’est la Région qui devrait être la Métropole. Une Métropole polycentrique, qui respecte et fait grandir toutes les composantes de l’Ile de France. Une Métropole qui permette la cohérence des échelles d’intervention territoriale“.

Auparavant, il est revenu sur les tragiques attentats, bien sûr : Je ne me souviens que trop bien des déclarations unanimes qui avaient suivi les émeutes de 2005 et de 2007. Et s’il serait injuste de dire qu’elles n’avaient pas été suivies d’effets, force est de constater que nous avons collectivement échoué à résorber les plaies qui rongent notre République : les exclusions, celle notamment des jeunes, les communautarismes, les trafics, les violences, faite notamment aux femmes”.

Le discours en entier est iciEV

Partagez cet article

Asensi (et autres…): I want my money back !

François Asensi, maire (FG) de Tremblay-en-France est fâché : il a fermé la mairie (une première) jeudi dernier pour protester contre la baisse de dotation de l’Etat pour sa commune (16 millions d’euros. Voyez ses arguments dans le communiqué ici.

Il explique que l’Etat a en effet décidé une baisse globale des dotations aux collectivités de 28 milliards d’euros pour la période 2014-2017, ce qui n’est pas rien.

D’autres collectivités ont protesté, comme Mitry, qui perdra au total 5.8 millions d’euros, Roissy-en-France (301 000 euros en 2015) le conseil général du Val d’Oise (152 millions au total).

Ce qui est étonnant, enfin… c’est que les collectivités dirigées par le PS ne disent rien. Imaginons les hurlements si c’était  la droite qui avait fait ça….

Je vais essayer de vous rechercher les motivations du gouvernement … EV

Partagez cet article

Attentats islamistes : sécurité renforcée à Aéroville

De g à dr : P. Bonhaume (patron de la PAF), Loïc Pageot (procureur adjoint), le préfet Riffaut, Elodie Arcayna (Aéroville) et un directeur d'Unibail (dont je ne me souviens jamais le nom, exc...)

Mardi 20 janvier a été signée un convention entre (pas moins…) la Police aux Frontières, le parquet de Bobigny, le préfet des aéroports, et Unibail-Rodamco en vue de conforter la sécurité dans le  centre commercial Aéroville, à Roissy-CDG .Celle-ci a beau être bien assurée depuis son ouverture (400 caméras, des agents de surveillance, police nationale), il y a un peu plus d’un an, le préfet des aéroports, Philippe Riffaut, à néanmoins insisté sur le fait que “Aéroville est emblématique…”. Le communiqué publié par Aéroville (à lire ici) a beau parler de ” la volonté commune est de prévenir et lutter contre toutes les formes d’incivilités et actes de dégradation dans l’enceinte d’Aéroville”, il s’agit bien de prévention d’actes terroristes qu’il s’agit. Sinon pourquoi tout ce déplacement? Et pourquoi ne pas le faire dans tous les centres commerciaux moins… “emblématiques” ? EV

Ça se passait dans le café "A 360", au dessus de l'espace restauration d'Aéroville, que j'ai découvert. Ça a l'air pas mal, il y a des simulateurs de vols. cliquez pour voir.

Partagez cet article

Goussainville: Elisabeth y va ! Gérard Eude (Torcy) y retourne. Le FN se déploie partout

Elisabeth Hermanville et Olivier Lescaret. Cliquez pour voir leur tract

On avait oublié de mentionner une candidate de poids pour le canton de Goussainville: Élisabeth Hermanville ! Elle fera tandem avec Olivier Lescaret, habitant de Vemars. E. Hermanville n’a pas supporté son échec aux “primaires” de l’UMP 95 qui lui avait préféré (et de loin) le duo Arciero-Rusin, en décembre dernier.  Elle a donc décidé d’aller quand même, quitte à se faire exclure de l’UMP, comme avait prévenu Axel Poniatowski, le patron du parti dans le Val d’Oise (revoir ici, ou Élisabeth promet des “coups” à Arciero ). Elle a été maire de Goussainville pendant 17 ans et malgré un parcours … compliqué (c’est un euphémisme) elle reste très populaire à Gouss’ (la plus grande commune, et de loin, du canton).

Elle a même bien failli emporter une nouvelle fois la mairie en 2014… Je l’ai eue au téléphone il y a trois jours et lui demandé si le fait de ne pas avoir d’investiture ne serait pas un lourd handicap pour ces élections. Elle me répond tout de go : “regardez Alain Louis (maire ex-PS de Goussainville) : il a bien gagné la mairie en étant exclu du PS” … Du coup la partie va être plus rude que prévue pour le couple Arciero-Rusin. Tout dépendra de la participation… Et du score du FN. Un deuxième tour Hermanville/ Crédeville (FN) n’est pas à exclure.  Arciero-Rusin devront mettre les bouchées doubles. Leur meeting d’Epiais-lès-Louvres ce dimanche à 15h donnera des indications …

Gérard Eude et Nacera Torche à Torcy

Les candidats PS de Torcy : Sylvia Chevallier (remplaçante), Gérard Eude (titulaire), Didier Mériot (remplaçant), Nacéra Torche (titulaire). Cliquez pour voir leur tract

Une élection à suivre, non loin de chez nous, celle du canton de Torcy (Bussy-Saint-Georges, Bussy-Saint-Martin, Collégien, Jossigny, Torcy) en Seine-et-Marne où le sortant n’est autre que Gérard Eude, conseiller général (PS) depuis 1998 et vice-président du Conseil général en charge des affaires économiques depuis 2004. Il s’est bien impliqué sur le Grand Roissy depuis cette date.

En Seine-et- Marne comme partout : le FN plus qu’en embuscade

Le Front national 77 un peu partout se déploie pour ces élections départementales. En Seine-et-Marne (où il est arrivé en tête aux élections européennes) comme ailleurs. Et dans ce département, à ce que j’en sais, leur fédération a eu du mal à donner les investitures, tant les candidats, venus aussi d’horizons divers, se bousculent. Voyez ces jeunes candidats sur le canton de Villeparisis qui nous concerne (Brou-sur-Chantereine, Courtry, Le Pin, Vaires-sur-Marne, Villeparisis, Villevaudé) : encore un succès de la classe politique et de… “l’école de la République” ! EV

Benjamin Attias et Véronique Fornilli-Rata, candidats du FN. Cliquez pour voir leur tract

Partagez cet article