Intermat, c’est lundi ! Rencontre avec le CISMA

Philippe Franz, président du CISMA

C’est lundi prochain à Villepinte. INTERMAT , qui se tient du 20 au 25 avril est sans conteste (devant EuroSatory) le salon le plus impressionnant de France, sinon d’Europe. Il se tient tous les trois ans et, pour la dernière édition (2012 donc), plus de 145 000 visiteurs uniques y sont passés (qu’est-ce qu’on dit, hôteliers et restaurateurs? ).

Nous y serons d’autant plus que cette année le secteur des chariots élévateurs et autres moyens de manutention m’intéresse particulièrement pour mon futur et glorieux  (mais déjà en retard…) journal papier RoissyMail Business, dont je vous reparlerai.

En avant première, j’ai assisté (avec plaisir) hier, à l’hôtel Normandy de Paris, à la conférence de presse annuelle du CISMA, l’organisation “de référence des constructeurs de biens d’équipement pour le BTP, la manutention et la sidérurgie”(200 adhérents, dont les plus grands noms), co-organisateur du salon Intermat.

Philippe Frantz, patron du groupe Réel, président de ce syndicat professionnel a fait une présentation/bilan (la voir ici) pour l’année 2014 de ces trois secteurs d’activités. Comme en 2013, ce fut une année plate, à cause de l’atonie du marché français, mais plusieurs entreprises s’en sortent grâce à l’export. Est prévue une année 2015 toute aussi atone, éventuellement compensée (un peu) par la baisse de l’euro.

Une “table ronde”, animée par M. Buronfosse, directeur du CISMA,  a eu lieu ensuite, sur le thème “High Tech versus Low tech”, thématique bien actuelle, qui fut très instructive. Y participaient notamment les patrons de Fenwick Linde France ( Jérôme Wencker, que j’ai salué : je l’avais vu lors de l’inauguration du nouveau siège de SM Rental Fenwick à CDG, revoir ici) ), de Jungheinrich (Alexander Abé) et de Alstef (Pierre Marol), cette dernière étant  spécialisée notamment dans les systèmes de manutention de bagages dans les aéroports (Alstef intervient à CDG depuis 10 ans, de quoi y revenir…). J’ai appris plein de choses.

Vue partielle de la table ronde. A gauche, J.Wenckler (Fenwick Linde) speaking, M. Marol (Alstef, qui me regarde d'un drôle d'air : j'ai rien fait moi, euh!), M. Buronfosse (Cisma)

Jean-Claude Fayat (photo S.Ortola)

Lors du repas de midi, j’ai mangé à la table de ce dernier, mais aussi (qui était en face de moi) avec M. Fayat, patron du groupe familial français de construction éponyme Fayat (3.6milliards d’euros en 2013, 19 400 collaborateurs, très implanté dans le monde) qui m’a fait, en peu de temps et  sans qu’il puisse s’en apercevoir , une grande  impression par ses connaissances, sa sagacité (et son humour). Fayat a racheté Razel, que je connais mieux, bien présent en Afrique, en 2008.

Pas osé le prendre en foto à table, ni même lui demander sa carte de visite ou lui donner la mienne (eh oui, ça m’arrive encore d’être timide), mais j’ai appelé à l’instant son service de com’ (efficace donc) et voilà la foto ! Merci. .

J’aime bien les mondes de l’industrie et du BTP : ils sont, par nature, dans le monde réel… 

EV

Partagez cet article

Charlotte Blandiot Faride, nouvelle maire de Mitry-Mory, dénonce l’agression dont a été victime sa Première ajointe, Marianne Margaté

La séance du Conseil municipal de Mitry pour l'élection du nouveau maire

Charlotte Blandiot Faride, nouvelle maire de Mitry, est aussi conseillère régionale

Elle aurait sûrement préféré commencer son mandat de maire dans d’autres circonstances… Elle, c’est Charlotte Blandiot Faride, la nouvelle maire (PCF-FG) de Mitry-Mory (77) élue vendredi dernier suite à la démission, pour raisons personnelles, de Corinne Dupont (revoir ici). Déjà que, quelques jours (dans la nuit du 8 au 9 avril)  avant son élection, la commune avait connu des actes de violence urbaine avec l’incendie de 12 voitures dans le quartier de Mitry-le-Neuf. dans un communiqué, la mairie avait dénoncé : “jamais dans l’histoire de la ville, des actes de délinquance d’une telle ampleur n’ont été constatés, y compris lors des périodes les plus sensibles comme à la Saint-Sylvestre par exemple”. (hum…et en 2005? ndlr).

“Je demande que cet acte soit puni de façon exemplaire”.

Avant-hier à 20h, des “gens du voyage” ont voulu s’installer illégalement près de l’église de Mitry-Bourg (la mairie est en face). Marianne Margaté, première adjointe de Mitry (et par ailleurs présidente de la SEM locale la Semmy, dont le siège est aussi à côté de l’église), connaissant les difficultés inhérentes à ce genre d’occupation sauvage, tente de s’interposer pour empêcher l’occupation illégale du domaine public par les caravanes. Et c’est alors qu’elle est agressée physiquement par des individus du groupe de nomades.

Trop c’est trop ! s’est exclamée la maire dans un communiqué (à lire absolument  ici) annonçant qu’une  plainte avait été déposée et qu’elle demandait “que cet acte soit puni de façon exemplaire. L’État doit envoyer un signe fort et immédiat. La loi doit être appliquée partout et pour tous”.

Changer la loi ?

Ce communiqué, très ferme, m’a fait (malheureusement) … sourire. On connait la propension des élus de gauche en général et communistes en particulier à “défendre” les minorités. Celle des “Roms”, pour employer un terme plus générique et moins politiquement correct que celle des “gens du voyage” (j’en suis un…) en particulier. On peut les critiquer (ils sont un peu dans leurs rêves communistes), mais les gens de l’équipe municipale de Mitry sont des gens généreux, gentils, et qui font du bon boulot (même s’ils ont intérêt à se remettre en question, au niveau municipal : ils ont failli perdre la mairie l’an passé° . Mais là, ça a été… trop c’est trop… J’ai appelé Marianne hier soir pour lui exprimer ma solidarité.

Après l'élection de la nouvelle maire, foto de "famille": Marianne Margaté (celle qui s'est fait agressée), JP-Bontoux (qui fut maire pendant 15 ans), Corinne Dupont, Charlotte Blandiot Faride

La loi concernant le stationnement des  “gens du voyage” est généreuse, trop même. Elle est mal appliquée, couteuse, et les fameux “gens” le savent, en abusent, exagèrent et souvent se comportent très, voire très, très mal, comme l’a montré Mitry. Je reviendrai sur le sujet, à la lumière notamment (mais je vous raconterai des faits vécus par moi dans le passé) sur ce qui s’était passé sur l’aire d’accueil de Louvres , (95) saccagée. EV

Partagez cet article

Annonces “logement” du Premier ministre: François Asensi très fâché

François Asensi, député de Seine-Saint-Denis, maire de Tremblay-en-France avait anticipé les annonces du 14 avril de Manuel Valls sur le Grand Paris, et singulièrement sur la future OIN multi-site (voir article ci-dessous). Dans un communiqué publié la veille (à lire ici), il condamne vivement le projet de constructions autour du Parc de La Courneuve (24 000 logements selon lui), mais aussi l’ensemble des projets massifs de construction de logement en Seine-Saint-Denis qui supporterait la moitié (67 000) des programmes prévus dans la petite couronne.

Et d’interroger : sur les 8 départements que compte la région capitale, notre département supportera plus du tiers de l’effort de construction. Avec quels moyens nouveaux, alors que le Gouvernement asphyxie les communes en baissant leurs dotations ? Comment les villes pourront-elles faire face aux besoins de ces 200 000 nouveaux habitants en Seine-Saint-Denis ? Avec quel argent construire de nouvelles crèches, de nouvelles écoles, de nouveaux centres de soins dans le cadre de la politique d’austérité ?

Contre l’OIN

Et aussi : concernant la méthode, elle s’avère autoritaire et bureaucratique : le Gouvernement souhaite lancer une Opération Intérêt National donnant les mains libres à l’État  pour imposer ses projets contre l’avis des communes et des populations. C’est une anomalie démocratique et un retour en arrière sur le processus de décentralisation. Alors que les villes et les intercommunalités viennent de définir des objectifs de construction dans le cadre des plans locaux d’urbanisme, des contrats de développement territorial et des programmes locaux de l’habitat, toutes ces années de réflexion et de coopération seront réduites à néant.

Lisez tout le communiqué ! EV

Partagez cet article

Grand Paris : Manuel Valls veut “valoriser le potentiel du Grand Roissy” (et construire autour du parc de La Courneuve…)

Manuel Valls au salon des maires, entouré par Anne Hidalgo et Marylise Lebranchu (foto Matignon)

A l’occasion du Salon des maires, le Premier ministre a rendu compte d’un 2ème comité interministériel Grand Paris qui s’était tenu le matin même, le 14 avril (voir ici). Au total ont été annoncées pas moins de 51 mesures. Vous pourrez en voir le détail en cliquant sur la dossier de presse ci-contre et son discours ici. .

Parmi elles, “la mesure” n°17 (page 23) est intitulée “Valoriser le potentiel du Grand Roissy”, dans laquelle  il veut donner “plus de cohérence et de visibilité à l’aménagement du Grand Roissy”, pas moins. Pour ce faire, il prévoit une nouvelle structure “indispensable”: un “pilotage cordonnés” des projets, associant la futre Métropole, le future EPCI “Grand Roissy” (la fusion des CA Val de France,Roissy Porte de France et 17 communes du 77, donc) , les départements 93 et 95 (pas de 77 au passage), avec “l’appui d’une équipe qualifiée de maîtrise d’œuvre urbaine associant ADP et VIPARIS. ” L’Etat doit se doter ‘(ainsi) d’un outil unique au service de l’aménagement du territoire”précise la mesure 17.  Parmi les priorités : l’aménagement de la friche PSA à Aulnay, où l’Etat veut prendre la main.

Et, bien sûr : “le développement du Grand Roissy doit profiter à ses habitants. Pour cela un schéma de formation spécifique sera élaboré, en lien avec les grands acteurs privés du secteur” (SIC).

En matière de logement, et dans le cadre de la future OIN multisite, la construction d’un quartier “mixte” (comprenez logements, activités) autour du Parc Georges Valbon (le parc de la Courneuve) ce qui a fait hurler Fançois Asensi, député de Seine-Saint-Denis (voir plus haut) et, d’une manière générale le scepticisme ou l’ire de certains maires du département concernés par d’autres projets “OIN” (voir cet article du Parisien). Le Premier ministre a confié l’opération Valbon à l’AFTRP.

L’ OIN (Opération d’Intérêt National)  multisite Grand Paris est donc bien confirmée. La liste des projets concernés par celle-ci sera arrêtée en septembre 2015.

Là encore, c’est l’AFTRP qui sera à la manœuvre. L’AFTRP qui deviendra “Grand Paris Aménagement” qui devrait réunir plusieurs EPA de la région, dans des conditions pas encore connues. Une mission menée actuellement par son PDG, Thierry Lajoie, doit remettre sa copie fin juin si j’ai bien compris.

Mon avis : encore une structure pour le Grand Roissy ?

On a l’impression que tout cela part, une fois de plus, dans tous les sens. J’ai oublié de mentionner, dans ce nouveau catalogue de mesures les 810 millions annoncés par le Premier ministre pour “moderniser et améliorer les autoroutes et voies rapide publiques d’Ile-de-France”… Sur le Grand Roissy, on pourra sourire de l’annonce de la création (attendons, c’est pas fait et ça ne se fera peut-être pas) d’un  “comité de pilotage ” pour l’aménagement (dont on appréciera l’équipe qualifiée de maîtrise d’œuvre urbaine associant ADP et VIPARIS). Il est évident que ces deux derniers sont d’éminents spécialistes de l’urbain… ), sans le département de Seine-et-Marne.

Par ailleurs, on a droit au couplet habituel sur “la formation” avec l’annonce d’un schéma spécifique”. On se rappellera la création du GIP Emploi (toujours vivant et qui ne fait rien) pour faire passer à l’époque (1998) la pilule des deux nouvelles pistesIl était chargé d’améliorer la formation ici…  Quelles pertes de temps, d’énergie et d’argent ! EV

Partagez cet article

Arnaud Bazin, président du CD 95: les départements de France n’accepteront pas d’être menés à l’abattoir

Arnaud Bazin

Il y avait débat d’orientation budgétaire à l’ordre du jour de la séance du Conseil départemental du Val d’Oise, mardi dernier.

Après le vote du compte administratif 2014 (le voir ici, le CD est “open data!), le président a ouvert les débats avant une présentation économique et financière faite par Gérard Seimbille, vice-président en charge des finances.

Dans son discours (que vous pourrez lire ici), le président n’y est pas allé de main-morte. S’insurgeant contre la baisse des dotations de l’Etat (qu’il a qualifié de “lâche”) et la hausse des dépenses obligatoires (RSA notamment, dont le nombre d’allocataires va en augmentant) il a prédit une résistance des Conseils: “les départements de France n’accepteront pas d’être menés à l’abattoir, je veux être très clair, comme ils refuseront d’endosser l’impopularité fiscale qu’un Gouvernement trop faible et trop velléitaire voudrait leur transférer“.

Ceci après avoir fustigé l’Etat :

La situation est quasi désespérée. Nous étions déjà mal en point. Sur fond d’inconséquence de l’Etat et de nos gouvernants, sur fond également de démagogie galopante envers les élus locaux, dénigrés comme jamais par les biens pensants, la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités nous achèvera tous dans quelques mois, dans quelques années pour les plus forts d’entre nous.

Que l’on me comprenne bien, les Départements peuvent agir pour retarder l’état de mort clinique budgétaire, et sans doute le feront-ils. Mais, quand ils auront épuisés tous les gisements d’économies, quand l’investissement sera à zéro, quand leurs dépenses contraintes correspondront à la quasi intégralité des budgets de fonctionnement, et, pire peut être, quand ils auront essorés leurs concitoyens propriétaires de leur logement à coup d’augmentation de la taxe foncière, mériteront-ils encore le nom de collectivité territoriale ? Et nous, Conseillers départementaux, élus du peuple, servirons nous vraiment encore à quelque chose ? Si rien n’est fait, en 2017, en 2018, pas beaucoup plus tard, les départements seront soit cliniquement morts, soit ils auront perdu leur âme, ce qui n’est pas franchement plus réjouissant”.

VOIR LE PWP , très bien fait (et salué par l’opposition de gauche):


Pas d’augmentation d’impôts

Il n’y aura pas cependant de hausses d’impôts pour ce budget de près d’un milliard d’euros. M. Muller, président du groupe d’opposition (PS) réduit à 8 conseillers (sur 42) est intervenu après le président Bazin. Son discours a été modéré, modeste même (ce qui changeait) mais aussi … terriblement fastidieux.Voyez -vous même en visionnant la séance en podcast ici.

Le vote du budget proprement dit aura lieu lors de la séance du 27 avril. Rappelons que l’on peut voir la séance en direct sur le site du Conseil dès 9H30. EV

Partagez cet article

Etihad se rebiffe : la compagnie apporte de nombreux avantages a l’Europe, précise son PDG, James Hogan

James Hogan, PDG d'Etihad

A tort ou à raison, les “compagnies du golfe” sont régulièrement accusées de pratiquer (plus ou moins) une concurrence déloyale envers les compagnies européennes. Ce qu’elles contestent, évidemment. Récemment, James Hogan,le PDG bien connu d’Ethihad Airways la compagnie d’Abu Dhabi), a rencontré Viletta Bulc, la commissaire (Slovène) européenne chargé des transports. Il a publié à l’issue de cet entretien, un communiqué (à lire ici) dans lequel il affirme qu’Etihad “apporte de nombreux avantage à l’Europe”.

Cet Australien, visiblement très libéral rappelle que ” l’aviation est une industrie mondiale et non une économie régionale, et que toute tentative d’entraver l’accès des transporteurs étrangers et de limiter la concurrence serait non seulement dommageable pour Etihad Airways et ses partenaires européens, mais  viendrait également se répercuter dans toute l’industrie du transport aérien, et potentiellement saper la confiance internationale dans l’engagement de l’Europe au commerce international et à l’investissement”.

Pas de “braconnage”

Et, en s’appuyant sur une étude (que nous n’avons pas retrouvée) de Oxford Economics, un cabinet indépendant spécialisé dans la prévision économique, il estime, après avoir donné des chiffres sur les retombées économiques et les emplois que procure sa compagnie à l’Europe, que « Etihad Airways n’est pas juste une autre compagnie aérienne étrangère volant en Europe pour braconner le trafic local. Nous sommes un partenaire sophistiqué et un investisseur en Europe pour des bénéfices mutuels à long terme, contribuant des milliards d’euros chaque année à l’Union Européenne et aux autres pays non membres, garantissant des milliers d’emplois tout en maintenant et développant plus de choix pour les passagers de et vers l’Europe”.

Une belle compagnie

Concurrence déloyale ou pas? Il faudrait que les compagnies européennes soient plus précises dans leurs accusations. Peut-être que Guy Tardieu, délégué général de la FNAM, apportera des réponses au cours de la conférence qu’il donnera le 22 avril à Cergy (revoir ici). Voyez le récent article de Fabrice Gliszczynski, (un spécialiste) de La Tribune ici, qui fait le point sur le sujet.

Toujours est-il que Ethihad, comme ses sœurs du golfe (Qatar Airways, Emirates) est une superbe compagnie, en plein développement. Le service à bord est impeccable (même en classe éco: j’avais pris la compagnie voici quelques années pour aller à Hong-Kong, je m’en souviens encore). Et les prix ! voyez sur leur site ! Y’ pas foto : je viens de trouver un AR Paris New Delhi à 524 € (éco). Quand je pense qu’on vient d’acheter à Air France (en situation de quasi monopole dans certains pays d’Afrique noire) un billet Paris Cotonou à 1000 € (pour une distance moins grande) et qu’on est … contents ! (ça vaudra le double dans deux mois). Et je ne vous parle pas du service à bord…

Voyez la “fiche produit” d’Etihad ici (et regardez la “Residence by Etihad” : 11.6 m2 en A380 !).

Etihad assure deux vols quotidiens au départ de CDG 2. EV


Partagez cet article

C’est le nouveau préfet de Région : Jean-François Carenco

Il s’appelle Jean-François Carenco. C’est le nouveau préfet de la Région Ile-de-France (comme nous vous l’avions annoncé ici). Il a pris ses fonctions le 1er avril en remplacement de M. Daubigny. Né en 1952, ENA (promotion Michel de l’Hospital), vous pourrez voir sa longue carrière (préfectures, outre-mer, cabinets ministériels) ici. Puisse t-il venir rapidement visiter le Grand Roissy. EV

Partagez cet article