Nouvel appel d’offre pour la ZAC de la Chapelle-de-Guivry au Mesnil-Amelot

Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot, hier, dans le nouveau parc de la mairie

Lundi  dernier, le conseil de la CC Plaines et Monts de France (77) une délibération importante pour le développement économique du secteur : décision a été prise de lancer un appel d’offre pour désigner un nouvel aménageur pour le (vieux) projet de zone d’activités dite de la Chapelle-de-Guivry (70 ha), idéalement située au Mesnil-Amelot en face de CDG. Du coup, hier, je suis passé voir Alain Aubry, maire (encore UMP?) du Mesnil, mais aussi 1er vice-président de la CC, en charge de l’aménagement et du développement économique. Pas mieux… Entretien agréable (comme -presque- toujours) dans sa mairie-château-de-Versailles. Pas de langue de bois… Il a entamé l’an passé son deuxième mandat de maire (sa liste -unique-a été élue au premier tour). Lisez, vous saurez (presque…) tout. Et il en profite pour annoncer le début de la “résistance” de la CC au projet de démembrement de celle-ci par l’Etat : réunion extraordinaire le 21 mai dans sa commune.

Perspective de la future ZAC

Eric Veillon : le conseil de votre Communauté a voté le 20 avril une délibération visant à rechercher un  nouvel aménageur pour la … fameuse ZAC de la Chapelle-de-Guivry. Vous êtes concerné à double titre : comme 1er Vice-président en charge de l’aménagement et du développement économique, mais aussi (et surtout, j’allais dire) comme maire du Mesnil…  L’histoire de cette ZAC, pourtant excellemment située,  traine depuis des années. Pouvez-vous nous en faire un rapide historique et nous dire pourquoi et dans quelles conditions vous avez rompu avec  l’aménageur (Nexity) désigné voici 6 longues années ?

Alain Aubry : vous pensez bien que je me réjoui de cette décision du Conseil communautaire. Ce projet de zone d’activités de « la Chapelle » date en fait de très longtemps. L’ancienne communauté de communes Plaine de France (à laquelle Le Mesnil-Amelot appartenait) a lancé la ZAC et a choisi fin 2009 un aménageur qui fut Nexity (l’AFRTP et SIRIUS avaient aussi soumissionné). Je me souviens bien que vous-même aviez souvent dit que ce n’était pas un bon choix. Vous aviez raison… On ne peut pas dire que Nexity ait fait grand-chose pour faire avancer le dossier. Jamais de communication, jamais de commercialisation, mauvaise négociation avec les propriétaires… Ainsi, la nouvelle Communauté Plaines et Monts de France n’a pas renouvelé la concession d’aménagement qui venait à échéance en juin dernier. D’où ce nouvel appel d’offres.

EV : concrètement, quel va être le calendrier ?

AA : L’appel d’offre sera publié avant la fin de ce mois. Les offres seront reçues jusqu’à fin juillet. Un rapport d’analyse sur les différentes propositions est prévu pour fin septembre et le choix se fera en octobre.

EV : quelques mots sur votre commune, s’il vous plait. J’ai toujours dit et écrit que le Mesnil-Amelot était potentiellement  le « Roissy-en-France » côté Seine-et-Marne. Votre commune est riche (rappelez-vous les « émirats » du Canard enchaîné…) des retombées fiscales de CDG notamment, vous êtes bien équipés (nouvelle salle polyvalente, mairie imposante, nombreux services à la population etc.), l’aéroport qui se développe sur votre territoire, la « gare du Mesnil » du Grand Paris Express confirmée… . Et pourtant on (du moins moi, mais je ne suis pas le seul, croyez-moi) n’arrive pas à sentir de … la « pêche », vu de l’extérieur, bien entendu Autrement dit le Mesnil n’a pas la réputation qu’il mérite. Votre avis sur ce constat ?

AA : Vous n’avez pas tort de penser ça (sauf pour « l’émirat », qui est exagéré) Vous connaissez plutôt bien Le Mesnil-Amelot. Il faut revenir en arrière, au temps des trois anciens districts du Nord Seine-et-Marne, qui furent transformés « de force » en communautés de communes. Chacune faisait les choses dans son coin, sans vision stratégique d’ensemble. Ajoutez à cela, comme vous le savez, l’inaction de la majorité de  l’ancien conseil général (pas le dernier, celui d’avant), s’agissant du Nord Seine-et-Marne. Et on ne peut pas dire que la Communauté à laquelle nous appartenions était très active, avant 2008… Et puis, les anciennes municipalités dirigées par Maurice Droy, avec tout le respect que j’ai pour mon prédécesseur, étaient un peu… « pépère », même si des choses ont été faites (je pense à la zone d’activités du Gué, qui a été et est toujours un succès).

Les choses ont changé depuis peu finalement, dans le bon sens. Depuis mon élection en 2008 il a fallu se mettre dans les dossiers, apprendre… Il faut bien un mandat pour être entièrement opérationnel. Mais les choses bougent au Mesnil ! Le centre-ville a été refait (vous avez vu que nous avons reçu le Trophée de l’Innovation pour l’accessibilité de note voierie au dernier Salon des Maires, de nouveaux hôtels se sont installés, il y en aura d’autres, la bonne nouvelle de la ZAC de La Chapelle donc … Et c’est pas fini… Il faut savoir aussi que pendant ce temps, le maire du Mesnil-Amelot a une vision bien plus large qu’avant sur les enjeux  territoriaux du Grand Roissy.  Et, enfin, notre Communauté de Communes est désormais en ordre de marche, (après la crise que vous avez bien suivie). Et c’est maintenant que l’Etat veux la démembrer ! Nous allons nous battre. Notez déjà que le 21 mai à 19h, dans la salle Maurice Droy du Mesnil se tiendra un conseil communautaire extraordinaire en présence de nombreuses personnalités dont le nouveau président du Conseil départemental de Seine-et-Marne, M. Barbaux.

Mais prenez le temps de revenir : je vous expliquerai en détail tout ce nous avons fait sur la commune et tout ce que nous allons faire.

EV : merci M. le maire, ça sera avec plaisir.

Partagez cet article

Le Mesnil-Amelot honoré au Salon des maires d’Ile-de-France

Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot, recevant le prix des mains de Stéphane Beaudet, le nouveau président des maires d'Ile-de-France

J’avais (c’est pas bien ) zappé cette nouvelle: la commune du Mesnil-Amelot (77) a reçu au salon des maires d’Ile-de-France qui s’est tenu récemment, le deuxième prix de “l’innovation pour l’accessibilité de la voirie publique” aux personnes à mobilité réduite, suite aux travaux de rénovation du centre bourg. C’est bien ! Félicitations ! Voyez le communiqué et les détails ici. EV

Partagez cet article

Commercialisation de A PARK : c’est parti !

Voici ce que ça va donner

La zone d’activités “A Park“, (anciennement appelée “Les Grands Champs”) est désormais en phase de commercialisation. Elle s’étend, sur la commune de Le Thillay (95), sur 26 ha, dans le prolongement de RoissyPark International et de Parc Mail. 195 000 m2 seront commercialisés (PME PMI, hôtels, show rooms, bureaux… voyez le détail ici et ) par CBRE, en exclusivité (Nicolas Coudert au 06 12 12 70 5206 12 12 70 52).

C’est la SAS Grands Champs Aménagement (Sodéarif, Semavo, Portica) qui est l’aménageur et la SAS Grands Champs Développement (même partenaires) qui développe l’immobilier. Encore une corde à l’arc de la CA Roissy Porte de France, qui en compte déjà beaucoup (voir la liste des zones d’activités ici, sur le site de Roissy Développement).

Et pour le Val d’Oise ! Bonne occasion pour vous montrer la vidéo ci-dessous, où l’on voit Jean-François Benon, directeur général du CEEVO, expliquer les avantages de ce département dynamique en matière d’implantations d’entreprise. EV

Partagez cet article

L’ancien maire de Villeron, Christian Nahon, ira en correctionnelle

Christian Nahon, ancien maire de Villeron (foto Le Parisien DR)

L’ancien maire (divers gauche) de Villeron (95) a été renvoyé en correctionnelle pour “prise illégale d’intérêt” et “faux et usage de faux ,a révélé Le Parisien 95 du 22 avril, sous la plume de Frédéric Naizot. C’est l’aboutissement d’une vieille affaire qui remonte à 2009, date à laquelle Ch. Nahon, alors maire, avait été placé en garde à vue. Une sombre histoire d’un rabais de 107 000 euros soit 44% du prix d’un appartement qu’il avait acheté dans un programme immobilier qu’il avait autorisé dans sa commune. Deux résidents se sont ensuite constitués partie civile, estimant avoir été lésés dans cette affaire.

Pour sa défense, Christian Nahon, placé 26 heures en garde à vue par les gendarmes, a contesté avoir bénéficié d’un cadeau du promoteur, expliquant avoir acheté l’appartement « brut de béton » afin de transformer un trois-pièces en deux-pièces. Ce qui techniquement ne sera pas possible au final. Il a ensuite assuré avoir payé lui-même les entreprises venues terminer le travail. Mais ses devis censés accréditer ses propos étaient antidatés… de près d’un an. Des faux « réalisés dans la panique » lorsque l’affaire éclate, a lui-même reconnu l’ex-maire. Quant à la troisième place de parking obtenue, valant 15 000 €, c’était « un geste commercial » selon lui.” explique dans l’article, Frédéric Naizot, chroniqueur judiciaire.

Christian Nahon avait été mis en examen une deuxième fois, pour trafic d’influence en janvier 2014 (revoir ici, et là l’article du Parisien à l’époque), mais finalement ce chef d’accusation n’a plus été retenu. Il risque quand même, s’il est reconnu coupable, 5 ans de prison de 75000 euros d’amende. EV

Partagez cet article