Salon musulman, ce week-end, à Pontoise. En l’honneur de la femme

cliquez...

En ces temps de “fugees”, que nous accueillons volontiers en Europe, ce Salon (ce n’est pas la première édition), organisé à Pontoise (95) ce week-end, n’est pas inutile. Et, dans la laïcité bien comprise de tous, l’avantage de ce Salon est d’honorer la Femme. Vous trouverez sur le site d’excellente recettes de cuisine marocaine, et, ci-dessous, des conseils pour le “vivre ensemble” (avec votre ou vos femmes), prodigués par le prédicateur Nader Abou Anas, qui, si j’en crois mes sources, devrait être là. . Il parait aussi (info, intox?) que Luc Broussy, grand amoureux, (et communautariste affirmé du vivre ensemble) sera là, pour affirmer sa solidarité (il sera sur la liste PS aux régionales).

http://www.youtube.com/watch?v=FGB0WIfd2FY

Pendant ce temps, des esprits petits, hostiles au vivre ensemble, racistes, islamophobes, (et même de gauche…) viennent de mettre en ligne une pétition indigne : à voir ici . C’est scandaleux !

#soumission, #lecampdessaints,#bandesdeconnards, #nevenezpaspleurer. EV

Partagez cet article

Ca bouge (encore) à Aéroville…

Tran Bui

Après la nomination, en janvier 2015, du deuxième directeur d’Aéroville, Dusan MILUTINOVIC (revoir ici), les cadres changent à Aéroville.

Tran Bui (25 ans, HEC) est arrivée comme nouvelle directrice adjointe début aout.

Et, voici une semaine, c’est Laurence Despatis-Prud’homme, Franco-Canadienne (24 ans), diplômée de l’Université Paris Dauphine qui a intègré Aéroville en tant que Responsable marketing et communication après plusieurs expériences en marketing stratégique.

On ne pourra pas dire que les centres commerciaux ne font pas confiance aux jeunes (après Karl Tailleux, 27 ans, directeur du centre concurrent O Parinor, revoir ici).

C’est encourageant et ça change des nominations de merde …

J’ai eu une discussion (très sympa) à l’improviste avec Dusan MILUTINOVIC, lundi dernier (le jour du vin de merde, je lui ai montré la bouteille, il  ne connaissait pas, en a bien rigolé et m’a assuré qu’il allait en acheter pour faire des blagues à ses amis). Le centre va bien, m’a t-il dit, et les chiffres de fréquentation s’annoncent bons, à la veille de la deuxième année d’ouverture.

Laurence Despatis

A propos de centres commerciaux, le dossier du multiplex de celui de Claye-Souilly (77), qui avait été retoqué, est sur le point d’être redéposé (revoir ici) …

Ça bouge, dans le Grand Roissy (et c’est pas d’la merde…). EV

Partagez cet article

7.45 € pour un Vin de Merde, acheté chez Auchan (Aéroville) !

Elle est pas mal aussi, celle-là

J’ai donc pris l’habitude, maintenant, d’aller faire mes courses à Auchan d’Aéroville (faudra que j’essaye le drive…). Lundi soir, devant rester à Epiais la nuit, je vais donc acheter de quoi manger. Et, tant qu’à faire, de quoi boire. Je cherche un bouteille de vin rouge pas cher, et là je tombe, dans le rayon, sur une bouteille avec, sur l’étiquette

Read more7.45 € pour un Vin de Merde, acheté chez Auchan (Aéroville) !

Partagez cet article

Didier Piateck est le nouveau patron du Bouchon Gourmand

Avec Didier Piateck et Thierry

Il a donc repris le Bouchon Gourmand depuis fin mai. Il s’appelle Didier Piateck, 53 ans,  habite Sevran depuis l’âge de 5 ans et a commencé sa carrière de cuisinier dès l’âge de 16 ans.

Je me devais de vous le présenter. Rendez-vous a été pris mardi dernier. J’avais invité Thierry Bogaczik, le directeur de l’Office de Tourisme de Roissy, qui a toujours de bons avis.

On a bien mangé. La carte ressemble un peu à celle “d’avant”, mais on sent que le chef lui a donné sa touche personnelle. Plusieurs plats nouveaux, comme du poisson, et d’autres plus “légers”. C’était la troisième fois que j’y ai mangé, depuis le changement. Je crois que la transition a été réussie. C’est d’ailleurs l’avis de quelques fidèles clients du Bouchon “d’avant”.

En entrée, Thierry a pris un “persillé de quasi de cochon, sauce ravigote” qui s’est avéré très gouteux, et moi une salade œuf mollet basquaise (avec jambon de bayonne), délicieuse. Puis en plat, on a pris chacun la même chose : un foie de veau poêlé. Quand on les a vu arriver, on était un peu inquiets car les tranches étaient épaisses et du coup on craignait pour la cuisson. Et bien, non, celle-ci était impeccable.  Et on a gouté aux desserts maison (le chef est passé par chez Lenôtre, confiance…) un Paris Brest et un mille-feuilles: on était bien…

Puis on a parlé avec le chef (foto). Il a déjà une grande carrière derrière lui : Plazza Athénée, Trianon Palace, Hôtel Nikko, Concorde Lafayette, Relais du Parc et d’autres noms prestigieux. parmi lesquels le Gallopin (près de la Bourse) où il été le chef pendant 10 ans.

C’est Roselyne, une des serveuses du Bouchon, qui le connaissait, qui l’avait  informé de la volonté des anciens patrons (salut à eux, ils liront ce papier) de vendre leur fonds. Les négociations ont un peu trainé, au point que je pensais que la reprise ne se ferait pas. Mais ça s’est fait, finalement et tout le monde est content.

C’est sa première affaire à lui, Didier. On sent qu’il est satisfait. Il travaille aussi avec son fils, Vincent, qui avait, fort utilement, été pendant quatre mois en cuisine au côté d’Alain Touron, l’ancien chef.

Pour les nouveaux lecteurs, sachez que le Bouchon Gourmand est situé sur la place du Vieux-Pays de Tremblay-en-France. Ouvert les midis en semaine, ainsi que les jeudis et vendredis soir. Mieux vaut réserver: 01 48 61 40 53. On leur souhaite plein succès.  EV


Partagez cet article

Le préfet du Val d’Oise, Yannick Blanc, a visité le Centre Hubstart

de g à dr, au premier rang: MM. Planchou, Sueur (président du CEEVO), le préfet Blanc, Mme Elizabeth Le Masson (ADP). Le grand, derrière, c'est J-F Benon, le DG du CEEVO. Au dessus de M. Planchou, c'est Eric de la Paillonne, le directeur de Hubstart: un vrai warrior !

Vendredi dernier, le préfet du Val d’Oise, Yannick Blanc, en poste depuis février dernier (revoir ici), a visité, à l’invitation de M. Planchou, président de la “démarche” ou “alliance” Hubstart, les locaux de ce dispositif, à Roissypôle. C’était au titre de la présidence (tournante…)  du GIP Emploi (dont on sait ce que je pense, c’est à dire que ce machin ne sert à rien et devrait être dissout rapidement, revoir ici) que le préfet occupe cette année.

Je suis passé (ça a failli provoquer des crises cardiaques…) faire cette foto, plutôt sympa. Le “centre hubstart” comprend une pépinière d’entreprise (voir son site ici) et d’autres “services” qu’on a du mal à comprendre. Ça faisait longtemps que je n’étais pas allé trainer dans cet antre. Tombé sur une plaquette de “Planet Airport“, des services animés en faveur de l’emploi et de la mobilité, par ADP.

Le GIP Emploi Roissy…

J’ai bien connu ce fameux GIP (Groupement d’intérêt public), avant même sa création en 1998. C’est J-C Gayssot, alors ministre (PCF) des Transports qui l’a initié, sur une idée du préfet Duport. Cela faisait partie des “compensations” en échange des deux nouvelles pistes de CDG (que la gauche avait condamné, mais, arrivée au pouvoir “sans le faire exprès” après la dissolution Chirac de 1997, elle s’est empressée de les autoriser). Il s’agissait de dupliquer le modèle du GIP Grand Stade, qui avait été une réussite certaine. Mais ça n’a jamais marché. Pour vous en convaincre, je vous invite à lire ou relire l’article que j’avais consacré à N. Cherradi, qui en fut le premier directeur. Vous pourrez le trouver ici (en PDF) ou directement sur  Bénéfice Net N° 24 (avril 2007). Ça n’a jamais marché, mais on l’a gardé quand même. Pour vous donner une idée de l’activité de ce machin, lisez ça ici, c’est édifiant. Et il est bon de savoir que le nouveau directeur du GIP n’est autre que François Brezot, ancien collaborateur d’Emmanuel Morel, ancien vice président (PS) du conseil régional d’Ile-de-France, avant d’en démissionner quand il a été élu député européen. Les choses ont été bien faites: il y eu même un appel à candidature (voir ici), et miracle… . Comme quoi le GIP sert quand même à quelque chose…

Tout cela mériterait un peu de cohérence, et de communication… Il y a un côté microcosmique, voire nombriliste (pour être poli)  dans tout ça, qui nuit à l’efficacité (et est source de gaspillage d’énergie et d’argent). Transparence ! EV

Les locaux, plutôt pas mal, de la pépinière d'entreprise

Partagez cet article

Trafic de juillet: + 4.5 % à CDG, le cargo toujours en baisse

foto Air France

Voyez la compilation, réalisée par Adrien Leroulley (Hubstart) sur l’évolution du trafic aérien (juillet) des cinq premiers aéroports d’Europe. CDG s’en tire plutôt bien en matière de passagers (+4.5% / juillet 2014), mais cette croissance est moindre que les 4 autres. Londres Heathrow  est toujours en tête en matière de nombre de passagers (7.292 millions), suivi par CDG (6 573 239). Mais le fret va toujours mal à CDG (-5.6%). Une baisse continue depuis des années…  EV

Partagez cet article

Les compagnies aériennes françaises et l’IATA portent plainte à Bruxelles contre l’Etat français

image tirée du site de la FNAM

Après les différentes hausses des taxes et redevances aéroportuaires dans le cadre des CRE (contrats de régulation économique pour 2016-2020) les compagnies aériennes françaises, appuyées par l’IATA se rebiffent. Après avoir fermement condamné la décision du Premier ministre d’autoriser des hausses (revoir ici) les organisations représentatives des compagnies aériennes (la Chambre syndicale du transport aérien -membre de la FNAM, le SCARA, le BAR France) et l’IATA (pas moins) ont décidé de porter plainte auprès de la Commission de Bruxelles pour non respect, par l’Etat français, de la directive européenne 2009/12/CE concernant l’indépendance de  l’autorité de supervision.

Dans un communiqué, les plaignants estiment que l’arbitrage gouvernemental rendu fin juillet 2015 sur le CRE3 sur l’évolution des redevances aéroportuaires des Aéroports de Paris (Roissy-­‐CDG et Orly) pour la période 2016-­2020, ce dernier n’a pas tenu compte de l’avis de la Commission consultative aéroportuaire, réputée neutre et indépendante, qui préconisait une baisse des charges. En revanche, la décision finale du gouvernement va à l’encontre de cette recommandation et adopte une hausse des charges aéroportuaires, en privilégiant son rôle d’actionnaire à celui de régulateur indépendant institué par la Directive. De même, le processus d’adoption souligne que la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) ne joue aucun rôle dans la détermination des charges aéroportuaires, la décision finale n’ayant été portée que par le cabinet du Premier ministre – contrairement aux exigences d’indépendance de la Directive européenne .

A suivre… Voir l’avis de la Commission consultative aéroportuaire et le communiqué des plaignants. EV

Partagez cet article