Bientôt la nouvelle Carte du Grand Roissy-Le Bourget

Vraiment le temps passe trop vite ! Je  pensais avoir terminé la 8ème édition de la Carte fin novembre maximum. Toujours optimiste. Il reste encore du travail, même si elle est prête à 80, 90%. On est déjà le 12 décembre… Bientôt la trêve des confiseurs, puis les vœux. Du coup pas de fenêtre de tir pendant cette période pour organiser ma grande fête traditionnelle. Donc j’imprimerai la carte fin janvier. Ça me laisse le temps de fignoler et de parfaire la commercialisation des derniers espaces publicitaires . Et la fête sera en février.  C’est mieux comme ça. EV

Partagez cet article

Les socialistes ont désigné leurs candidats. Ca chauffe à Gonesse !

Le 8 décembre, les sections du PS ont désigné leurs candidats pour les prochaines législatives. Dans la 7ème circonscription de Seine-et-Marne (celle dont Yves Albarello, LR, est député sortant), c’est Stéphane Jabut, conseiller municipal (et ancien maire) de Dammartin, qui a été élu candidat, face à Anthony Gratacos (qui me doit toujours 2 bouteilles de whisky…), conseiller municipal de Moussy-le-Neuf. Et c’est Sylvie Hennequin, épouse de José, ancien maire de Villeparisis qui sera sa suppléante. Ils n’ont pas perdu de temps : à peine l’élection passée, ils ont  déjà mis en ligne leur site internet (cliquez sur l’image pour le voir). En 2012, Yves Albarello (qui se représente) l’avait emporté au 2eme tour, avec… 80 voix d’avance.

Dans la 10ème circonscription de Seine-Saint-Denis ‘(autour d’Aulnay) c’est le député sortant, Daniel Goldberg qui a été investi. Bruno Beschizza, maire (LR) d’Aulnay tentera de ravir son siège.

Blazy n’a pas soutenu Broussy

Côté PS à Gonesse, ça ne s’arrange pas. Julien dos Santos a démissionné de son poste de secrétaire de section et c’est Cédric Sabouret, conseiller municipal, en froid (c’est un euphémisme) avec J-P Blazy, député maire, qui a été élu à sa place, le 8 décembre, le même jour que le vote pour désigner les candidats, dans des conditions qui ont été remises en cause par le maire. Mais y’a mieux:  comme nous vous l’annoncions (revoir ici), c’est Luc Broussy, suppléant du député Blazy (qui ne se représente pas) qui a été désigné par les militants pour être candidat sur la 9ème circonscription du Val d’Oise. Et c’est Cédric Sabouret qui sera candidat suppléant. De quoi provoquer une grosse colère chez J-P Blazy, qui  a annoncé, selon VO News (voir ici), que dans ces conditions, il ne soutiendrait pas la candidature de Broussy.  Ambiance… EV

Partagez cet article

Triangle de Gonesse : le “CGEDD” veut rejouer le match. Europa City a confirmé et actualisé son projet

voir la chose

Saisi par Mme Cosse, ministre du Logement depuis février 2016, ex secrétaire nationale d’EELV (épouse du … sémillant député de Paris Denis Beaupin) avait saisi, en juillet (ou en aout dernier, j’ai oublié. Ah! c’était en juin) le glorieux CGEDD pour obtenir de lui un avis sur le projet du Triangle de Gonesse. On peut se demander pourquoi car le Plan d’Exposition au Bruit (PEB) de CDG n’autorise pas la construction de logements sur le Triangle de Gonesse. Mais bon, celle qui a été virée d’une manière franchement révélatrice, d’EELV après avoir été nommée au gouvernement pour un plat de lentilles (même pas vertes, mais la place et la paye sont bonnes à prendre), a dû chercher à plaire aux zécolos du coin.

Ceux-ci représentent une poignée de retraités, bien vieux, bien retraités, égoïstes, qui s’ennuient et/ou vagues vieux politiciens locaux perdus, aigris, tous frustré(e)s, qui s’opposent à tout (sauf à la liaison ferrée Roissy Picardie, MDR…) dans notre région aéroportuaire, refusant aux jeunes générations les avantages de vie dont ils ont profité dans leurs carrières et profitant des lenteurs (qu’ils connaissent bien) incroyables de nos systèmes de recours administratifs. Ça, c’est dégueulasse.

Le CEGDD, ravi, a rendu son verdict fin novembre. Ce CEGDD est le nouveau nom de l’ancien (et honorable) Conseil général des Ponts et Chaussées, devenu en 2008 une usine à gaz, comme seule la France peut en créer. Sous prétexte de défense de l’environnement, il est devenu Mr. Niet, comme vous pourrez le voir ici. C’est pour ça que mes P’tits Loup l’adorent.

Une soupe comme je n’en ai jamais goûtée !

Ce fameux zorganisme a donc pondu son “rapport” que vous pourrez donc consulter plus haut. Je l’ai lu et relu. C’est du grand n’importe quoi, à commencer par le titre, une soupe (aux choux), une resucée de poncifs ( pourtant j’en ai vu des “rapports” pas terribles, mais là, c’est le record), approximatifs, mélangeant tout et n’importe quoi. Je peux vous dire aussi que je ne suis pas le seul à le penser. Certains de leurs collègues, que j’ai eu au tél, qui eux connaissent au moins le terrain (et je ne vous parle pas des élus locaux) sont sur le cul.

Ça m’a fait penser  à la fameuse phrase de Georges Marchais sur les” intellectuels assis derrière leur bureau”. Les rapporteurs de ce rapport sont eux assis devant leur PC (bon, facile…). Du coup le titre de leur rapport est : la zone du Grand Bourget (VCC va en frémir..) ! Même si je sais que, pour la forme (et certainement quelques notes de frais), ils sont venus dans le coin interroger quelques élus locaux, qui les ont reçus poliment .

Je ne prendrai pas le temps (j’en manque) de reprendre toute leur prose pour en faire la critique point par point (parfois y’a même pas de points) , mais je le ferai avec grand plaisir, s’ils me cherchent, car je sais qu’ils vont lire ce papier (viendez, comme on dit dans la Meuse).  Moi, Président, je supprimerai ce CG machin et je peux vous dire que l’État (et donc les contribuables que nous sommes tous) en gagnera beaucoup d’argent.

Europa City continue !

En attendant, pendant que les “chiens aboient”, la caravane Europa City passe. Le promoteur ( Auchan, soutenu par tout le monde) a confirmé son intention de continuer le projet, en le précisant (et j’espère bien qu’ils vont maintenir la piste de ski, qui aura un succès incroyable, je peux vous le prédire). Voyez leur communiqué du 9 décembre en cliquant sur l’image en haut  . EV

Partagez cet article

Roissy Développement : deux autres documents intéressants. Pan sur le bec de RoissyMail

Cliquez pour avoir la plaquette

Tout d’abord la plaquette de Roissy Développement diffusé au dernier SIMI. Elle présente notamment -en détail- les zones d’activités de l’ensemble du territoire de la CA Roissy Pays de France, les projets de nouvelles ZA, les superficies, les calendriers etc. C’est un doc très utile et bien fait. J’ai essayé néanmoins d’y trouver des erreurs : pas moyen. Mais j’en ai trouvé une autre, ailleurs, inattendue, de taille :

Pan sur mon bec ! Le futur siège d’ADP est bien dans le Val d’Oise !

Quand  j’ai lu le passage de la plaquette (page 9) sur Roissypôle et le futur siège d’ADP en construction, je me suis dit ah! ah! ils se sont trompés, le siège est sur Tremblay (donc sur le 93) et je me dis, méchant comme je suis : je vais les accrocher ! Je pensais effectivement à mon article (revoir ici) sur la pose de la 1ère pierre dudit siège où j’avais précisé, à l’attention d’Anthony Arciero, conseiller départemental 95, que, contrairement à ce qu’il avait dit, le siège était bien à Tremblay et non dans le Val dOise. J’allais donc “accrocher” Roissy Dév sur ce perpetuum . Mais à ce moment, une petite voix (il faut toujours écouter ses “petites voix”) me dit qu’il y a quelque chose qui ne va pas, et que je ferais bien de vérifier (d’autant qu’on venait de mettre à jour ce secteur sur la nouvelle Carte du Grand Roissy-Le Bourget, voir l’image ci-dessus). Le siège est bien sur le territoire de Roissy-en-France, donc en Val d’Oise.

Je ne sais plus pourquoi j’avais en tête que c’était à Tremblay, d’autant que l’ancienne Carte le montrait bien. Peut-être la présence d’Asensi, maire de Tremblay, à la cérémonie. Certes à quelques mètres, mais bien dans le 95. C’est important car les taxes locales (foncière et autres), qui seront substantielles, iront dans l’escarcelle du Val  d’Oise.  Je me trompe rarement, et me targue de connaitre le territoire comme personne. Mais là… Je corrigerai (en le disant) l’article évoqué.

Quand même une remarque sur la plaquette, à propos des hôtels (page 20). Fort heureusement, la plaquette inclue les hôtels des communes de Saint-Witz, Gonesse et Goussainville, en plus de ceux de Roissy et Le Mesnil-Amelot, ce que n’avait pas fait l’étude de l’Office de Tourisme (revoir ici) qui se cantonnait à Roissy-en-France, à …. “CDG” et au Mesnil-Amelot. Mais le tableau de la plaquette aurait gagné à être encore plus élargi  et plus précis.

Il faudra bien un jour (ça aurait dû être fait depuis longtemps et tenu à jour) faire le décompte des hôtels (et du nombre de chambres, ainsi que des emplois et leur qualification),  sur l’ensemble du Grand Roissy-Le Bourget, en fait le territoire de la Carte, le seul cohérent à ce jour. La “démarche Hubstart“, qui a vocation à promouvoir ce territoire, pourrait le faire (c’est facile). Mais…  J’dis rien…

Autre étude : 129 000 emplois privés sur Roissy Pays de France

voyez l'étude complète en cliquant

Autre doc intéressant, cette étude commandée par Roissy Dév, au cabinet A6CMO, présentée le 8 dernier, en présence, notamment, des représentants des associations d’entreprises des ZAE de Roissy Pays de France. voyez ici la présentation (résumé) qui en a été faite et l’étude complète en cliquant sur l’image. Il s’est agit de dénombrer, à partir de données statistiques croisées le nombre d’entreprises et d’emplois privés, par branche sur le territoire de l’actuelle CA Roissy Pays de France, et commune par commune. C’est un gros doc (184 pages) qui méritera plus d’attention de ma part (pour éventuellement en faire la critique), mais retenons ces chiffres : autour de 20 000 établissements (une grosse majorité d’entreprises individuelles ou TPE) pour 124 000 emplois. Et que 1% des établissements représentent 40% de ces  emplois. Auxquels, bien sûr il faut rajouter ceux du secteur public…  EV

Partagez cet article

Interview d’Agnès Coudray, directrice de Roissy Développement : cool !

bonne gueule, non?

Agnès Coudray est la directrice générale de Roissy Développement (Roissy Dév pour les intimes), l’agence de développement de la CA Roissy Pays de France. Elle a été (c’est à ce moment où je l’ai connue) directrice  du service économique de l’ancienne CC Roissy Porte de France, de juillet 96 à janvier 2000, puis DGA de la même interco, chargée des questions d’économie et emploi, vie sociale et police, de janvier 2000 à septembre 2005 .

Née en 1967, à Lagny-sur-Marne (77), elle a passé en 1988 un DESS d’économie internationale (Paris 2 Assas). Après un an (1989 à 90) à l’ACTIM, (ex agence de développement international), où elle s’occupait des Volontaires du Service National, (qui allaient en service dans des entreprises françaises installées à l’étranger), elle a créé, en temps que directrice, le service du développement économique du SAN des Portes de la Brie (77, autour de Disney), de 1990 à 1995. Puis une opportunité (dont je connais les circonstances, qui sont plutôt sympathiques)  l’a fait rejoindre la CC Roissy Pays de France.

C’est une jeune femme (bientôt 50 ans quand même, ça s’ voit pas) agréable, passionnée, discrète (j’ai dû charmer pour avoir cette ITW) mais, je peux vous dire, dotée d’un … bon caractère.   Contrairement à d’autres, elle est …”open data”, et c’est une bonne partenaire pour Roissy Mail.

Voyez …

Eric Veillon : si j’ai bien compté, ça fait 21 ans que vous vous occupez, à différents postes, du développement économique au niveau des différents périmètres qu’a connu l’intercommunalité autour de Roissy-en-France, Roissy Porte de France puis Pays de France . Dites, ça fait un bail ?

Agnès Coudray : Oui ! Je suis arrivée en août 1996 quand la communauté de communes Roissy Porte de France alors composée de 7 communes  venait juste de s’élargir à 11 (26.07.1996). En 2002 elle est passée à 14 puis à 18 en 2009 puis en 2013 à 19 avec Goussainville, dont la population nous a permis d’acquérir le statut de Communauté d’agglomération.

Le reste vous le connaissez : dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPTAM du 27 janvier 2014 qui prévoit la généralisation de l’intercommunalité à l’ensemble des communes et la création d’intercommunalités de taille importante en Ile de France, le préfet de région  a approuvé le 4 mars 2015 un schéma régional de coopération intercommunale qui prévoit notamment la fusion de la communauté d’agglomération Val de France (95) et de la communauté d’agglomération Roissy Porte de France (95), et l’extension du périmètre du nouvel EPCI aux communes de Seine-et-Marne (77) suivantes : Claye-Souilly, Compans, Dammartin-en-Goêle, Gressy, Le Mesnil-Amelot, Longperrier, Mauregard, Mitry-Mory, Moussy-le-Neuf, Moussy-le-Vieux, Othis, Rouvres, Saint-Mard, Thieux, Villeneuve-sous-Dammartin, Villeparisis.

Les préfets du Val-d’Oise et de Seine-et-Marne ont entériné le 9 novembre 2015 la création de cette structure, qui prend la dénomination de communauté d’agglomération Roissy Pays de France et regroupe 42 communes depuis le du 1er janvier 2016.

Donc, oui, un peu plus de 20 ans certes mais dans un contexte non routinier !

Aujourd’hui elle compte 42 communes :

Arnouville, Bonneuil-en-France, Bouqueval, Chennevières-lès-Louvres, Claye-Souilly, Compans, Dammartin-en-Goële, Ecouen, Epiais-lès-Louvres, Fontenay-en-Parisis, Fosses, Garges-lès-Gonesse, Gonesse, Goussainville, Gressy, Juilly, Le Mesnil -Amelot, Le Mesnil-Aubry, Le Plessis-Gassot, Le Thillay, Longperrier, Louvres, Marly-la-Ville, Mauregard, Mitry-Mory, Moussy-le-Neuf, Moussy-le-Vieux, Othis, Puiseux-en-France, Roissy-en-France, Rouvres, Saint-Mard, Saint-Witz, Sarcelles, Survilliers, Thieux, Vaud’Herland, Vémars, Villeneuve-sous-Dammartin, Villeparisis, Villeron, Villiers-le-Bel.

Un territoire de 342 km² (3 fois et demi la superficie de Paris), qui comporte des contrastes forts avec une forte urbanisation au sud du territoire, une grande concentration d’activités autour de l’aéroport, et de grands territoires agricoles au Nord et à l’Est

345 000 habitants,  2  aéroports, 17 900 entreprises, 48 zones d’activités existantes, 12 zones d’activités en cours de commercialisation, 12 zones d’activités en cours d’étude, 3 projets structurants : International Trade Center, Europacity, le Dôme Aréna, 12 associations d’entreprises existantes: c’est pas rien…

EV : Parlons de Roissy Dév. D’abord comment fonctionnez-vous et… comment êtes-vous financés ? Et…  quid de votre site internet, qui n’est pas vraiment up-to-date, ce qui est, à mon avis, regrettable ?

AC : Roissy développement est une association loi 1901 créée le 8.09.2005. Elle a pour objet principal de valoriser et de favoriser le développement économique et l’emploi du territoire de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France (CARPF).

Elle vise :

–     à rassembler les divers acteurs de la vie politique, économique et sociale du territoire intercommunal de la CARPF

–     un objectif prioritaire de développement économique durable (implantation des entreprises et promotion du territoire, coordination des dynamiques territoriales publiques et privées)

Son activité s’étend à tous les secteurs de la vie économique.

Enfin, en fonction des orientations stratégiques définies par ses organes de direction, Roissy Développement a la possibilité d’étendre son activité au-delà même du territoire de la CARPF, ce que les collectivités en tant que telles peuvent difficilement faire.

Roissy Développement fonctionne avec un Conseil d’Administration composé depuis le 14 novembre 2016 de 21 membres maximum, avec comme règle pratiquée par toutes les agences de développement, une prépondérance de membres privés

A ce jour, l’Assemblée générale est composée de trois collèges :

–  collège 1 : élus : 44 membres (42 élus issus des communes + 2 élus issus de l’Agglomération : le Président et la Vice-présidente déléguée à l’emploi et à la formation)

– Collège 2 : entreprises : 72 membres

–  Collège 3 : acteurs sociaux éco professionnels : 7 membres

Soit au total 123 membres

Roissy Développement assure les 6 grandes fonctions suivantes qui font l’objet d’une convention d’objectifs avec l’Agglomération et dont les objectifs stratégiques sont revus  tous les ans :

Fonction « valorisation »

Assurer la valorisation économique du territoire et de ses entreprises au niveau national et international.

Fonction « Animation »

Accueil, conseil et soutien aux chefs d’entreprise du territoire et également aux créateurs,

Création de ZAE et animation de ces ZAE via la mise en place d’associations

Fonction « Actions transversales »

Suivi des projets structurants et ingénierie de projets territoriaux complexes.

Fonction « Observatoire économique et volet fiscal »

Renforcer la connaissance des entreprises du territoire et la performance de la base de données entreprises.

Action à développer avec l’Office de Tourisme de Roissy

Mise en place de réunions et d’actions communes

Fonction « Emploi et Formation »

Roissy Développement identifie l’offre d’emploi et les besoins des entreprises du territoire au service de l’agglomération

Roissy Développement est financée par une subvention annuelle versée (400 000 euros) par l’Agglomération et par des cotisations symboliques (50 €) de ses 123 membres.

Comme certains me posent souvent la question sur ce que représente vraiment l’intérêt de disposer d’une agence par rapport à un service économique classique en terme d’atouts,  je le résumerai comme tel :

  • La  souplesse liée au statut associatif,  plus adaptée à l’environnement économique,  à la promotion du territoire, et donc à toute la gestion pratique de la structure dans son fonctionnement
  • L’association directe entre les secteurs publics/privés avec une volonté politique d’une cotisation d’adhésion symbolique des entreprises à cette agence
  • La possibilité d’action au-delà du périmètre de l’Agglomération, à titre d’exemple : rédaction du CDT « CERTF » avec l’ancienne CA Terres de France…

Roissy Développement c’est finalement :

  • une force de proposition et donc un rôle d’acteur du territoire
  • un lieu d’information et de partage autour des  projets structurants et de l’environnement économique
  • un lieu d’échanges entre les entreprises et les institutionnels du territoire

S’agissant du site internet, il est en refonte totale comme je vous l’ai indiqué à plusieurs reprises.

EVla création de la CA Roissy Pays de France, issue donc de la fusion (au 1er janvier 2016) avec non seulement la CA Val de France, mais aussi les communes du nord  Seine-et-Marne (ça fait un grand territoire),  j’imagine (non, je sais.. .) étend les responsabilités  et le champ d’action de Roissy Dév. Où en est-on ? Toutes les communes du périmètre sont-elles avec vous ? Quelle est, ou va être la stratégie de Roissy Dév ?

AC : oui Roissy développement a d’ores et déjà intégré la globalité du territoire et a décliné des actions avec les nouveaux entrants aussi bien avec les communes de  Seine-et-Marne qu’avec l’ex-territoire de Val de France.

Plusieurs petits déjeuners ou réunions ont été organisés avec les associations d’entreprises du territoire qui, à ce jour, en compte 12. Depuis, 4 associations d’entreprises du nouveau territoire ont souhaité adhérer à Roissy Développement.

A titre d’exemple, le 8 décembre  Roissy Développement organise une manifestation lors de laquelle nous présenterons de façon dynamique une analyse du tissu économique de ce nouveau territoire avec notamment la participation des présidents desdites associations.

EV j’ai évoqué, sur RoissyMail  récemment, les synergies, évidentes selon moi, avec l’Office de Tourisme de Roissy.  Votre avis ?

AC : dans le cadre de ses nouvelles missions, Roissy Développement s’est d’ores et déjà rapprochée de l’excellent Office de Tourisme de Roissy afin de faire des propositions d’actions communes.

C’est en cours de préparation avec le directeur et nous devrons valider celles-ci avec le Président de l’OT, Patrick Petit , l’élue en charge du tourisme au niveau de l’Agglomération, qui est Isabelle Rusin,  et le Président de Roissy Développement bien sûr, Patrick Renaud.

EV : la loi instituant la Métropole du Grand Paris, a finalement coupé le Grand Roissy en deux (au moins), en rattachant les communes 93 (Terres d’Envol , dont Tremblay, grande commune d’emprise de CDG et votre voisine) . Allez-vous, avec vos élus évidemment, « transgresser » cette coupure en travaillant avec eux. L’enjeu n’est-il pas l’attractivité globale du Grand Roissy-Le Bourget qui, on l’a vu encore au dernier SIMI, peine à  se montrer ?

AC : nous n’allons pas transgresser mais simplement continuer le travail initié depuis plus de nombreuses années avec nos voisins les plus proches ( implantation du projet Aéroville , rédaction d’un CDT commun avec l’ex CA Terres de France et promotion commune du territoire lors de plusieurs éditions du SIMI ) au niveau de l’agence de développement certes mais aussi au niveau de l’ACGR, (association des collectivités du Grand Roissy).

Le département du 93 a, depuis la création de l’agence en 2005, été l’une des motivations qui ont conduit à « ouvrir » le plus possible nos statuts afin de permettre tout partenariat avec nos voisins, car l’économie méconnaît les barrières administratives

Il  en va de la lisibilité et plus exactement de la valorisation  plus que de l’attractivité du Grand Roissy- le Bourget, Roissy développement n’est pas une agence de pub ou de marketing ! (c’est une allusion mais pas à moi, cherchez ! ndlr)

Roissy Développement, qui peut donc statutairement travailler hors périmètre de l’Agglo entend donc bien être un acteur majeur et moteur dans la création de valeur  de ce formidable territoire et mener des actions concrètes : ce qui a toujours été le cas.

Partagez cet article