Enfin la vérité sur l’Afrique !

Tout le monde connait mon attachement envers l’Afrique noire, de l’Ouest en particulier (voici plus de 20 ans j’avais fait imprimer cet autocollant que je distribuais partout). Mais la pauvre Afrique est vraiment, passez  moi l’expression, dans la merde, et c’est de pire en pire. Rappelez-vous, j’avais apprécié (revoir ici) un livre de Bernard Lugan sur “Les guerres d’Afrique” et j’avais vu sur son site, qu’il avait aussi écrit, en 2015, un autre livre “Osons dire la vérité à l’Afrique” que je m’étais promis de lire (merci Amazon…). Ce que j’ai fait donc. Je ne trouve pas les mots… magnifique, édifiant, unique … Toujours très documenté. Il pourfend les poncifs habituels (PIB qui ne veulent rien dire, aides massives de l’UE, entre autres, qui n’ont jamais servi à rien, quand elles n’ont pas été détournées -ce que je confirme-. Il démonte avec talent les écrits des bien-pensants habituels.  Vraiment je conseille la lecture de ce livre (223 pages).

Et je ne résiste pas à reproduire ce passage (page 189) sur un sujet que je connais bien :  “Les Africains doivent également se montrer plus que circonspects face aux essaims d’ONG qui s’abattent sur leur continent. Que peuvent en effet leur apporter à long terme ces organisations composées d’exclus ou de retraités des pays du Nord dont les motifs altruistes masquent trop souvent le fait qu’ils sont eux mêmes à la recherche de solutions à leur propres problèmes existentiels ou matériels ? Or, et il importe d’être très clair à ce sujet, sauf rares exceptions, ces “petits blancs” étouffent littéralement l’Afrique sous de milliers de “petits projets”  aux “petites capacités”, portés par de “petites” ambitions qui ont pour nom puits villageois, foyers améliorés, petits moulins, petits barrages, petits élevages, petits potagers…, le tout soutenu par “petits” moyens, et surtout avec une absence totale de perspective et de coordination”.

Et encore ! Il n’a pas cité les “actions” en Afrique, de beaucoup de collectivités locales (j’en connais beaucoup dans le Grand Roissy). J’en ai jamais parlé ici, de crainte d’être mal compris (pensez-donc, les pauvres africains…) , mais je peux dire vous qu’on se donne bonne conscience, mais à grands frais. J’y reviendrai peut-être. EV

cliquez pour la fiche du livre et des extraits

Partagez cet article

Les Guerres d’Afrique !

J’ai lu ce livre, dont j’avais trouvé l’existence par hasard. Beaucoup d’entre vous connaissent mon intérêt pour l’Afrique, dont j’ai la prétention de connaitre assez bien l’histoire, entre autres. Eh bien, à la lecture de ce livre (que je recommande vivement voir ici), écrit par Bernard Lugan, j’ai appris plein de choses ! Notamment s’agissant des colonies allemandes (Togo, Cameroun, actuelle Namibie, Afrique orientale) . Je croyais, jusque-là, qu’elles avaient été “confisquées” aux Allemands à la fin de la première guerre mondiale. Or, des guerres (ça a chauffé !) ont eu lien dès 1914 entre Allemands et les autres puissances coloniales dans ces territoires. Les Allemands ont tous été vaincus et le Traité de Versailles a confirmé la fin de l’empire colonial allemand.

L’ouvrage, très bien documenté (avec des cartes splendides et très pédagogiques),  et citant toutes ses sources avec précision,  évoque les guerres dans tout le continent depuis -5000, en plusieurs parties: avant les colonisations, pendant, après, après la fin de la guerre froide et les guerres actuelles.  Avec des détails qui font froid dans le dos !

Incroyable, je n’avais jamais entendu parler de l’auteur. Lorsque j’ai évoqué le livre à un de mes amis sur mon FB (perso), il y a eu un commentaire très agressif contre ledit auteur. Du coup je l’ai “googlelisé. ” Effectivement, sur le wikipédia qui lui est consacré, on voit que Bernard Lugan (né en 1946), professeur d’université,a été très controversé , c’est le moins que l’on puisse dire par certains de ses collègues. A cause des ses positions iconoclastes sur l’ Afrique (“aggravées” aux yeux de ses détracteurs  par le fait de ses sympathies politiques, il a été membre de l’Action française) il y a eu plein de procès, la plupart du temps intentés par lui. Selon wikipédia, il les  a tous gagné, y compris contre … le Canard Enchaîné (ce qui est rare). Voyez ce qu’il dit, notamment, sur le wiki : Entre 1990 et 2002, Bernard Lugan a intenté et gagné plusieurs procès pour diffamation à l’encontre de diverses publications et personnalités qui l’avaient qualifié notamment de « révisionniste » ou de « négationniste »17. Il avait déclaré à ce sujet :

« J’ai fait condamner Ivan Levaï qui ne s’en est jamais vanté, et ce fut le premier de la longue série de mes procès gagnés. La presse lyonnaise a largement fait écho à ces attaques en ne tenant jamais compte de mes explications, de mes démentis, des jugements rendus et qui m’étaient tous favorables. J’ai eu affaire non à des journalistes, mais à des inquisiteurs, à des militants politiques. À cette occasion, France Info Lyon s’est particulièrement distinguée. Les plus malhonnêtes furent cependant les journalistes du Figaro Lyon, les moins malhonnêtes, ceux de Libération Lyon. J’ai d’ailleurs intenté des procès au premier et pas au second. Je ne me suis pas laissé faire : j’ai engagé dix-sept procès, que j’ai tous gagnés. Ça m’a permis de refaire une partie de la toiture de la superbe maison que j’avais en Bourbonnais. Le Canard enchaîné et L’Événement du jeudi m’ont, quant à eux, payé la réfection d’une très belle cheminée du XVIe siècle… Depuis que je n’ai plus de procès, mon train de vie a baissé18… »

Bernard Lugan a aussi un blog, très fourni, sur l’Afrique, que je vous conseille vivement de consulter ici. Dans tous ses écrits, il joue les Cassandre par rapport aux discours convenus des bien-pensants sur l’Afrique (que beaucoup ne connaissent pas). En 2015, il a publié un livre intitulé “Osons dire la vérité à l’Afrique”  que je me promets de lire . Rappelons qu’en 1962, René Dumont, plutôt bien de gauche, avait publié “l’Afrique noire est mal partie”… Mais comme il était de gauche, presque pas de critiques à l’époque… Eh bien on en est là, même (beaucoup) pire, en 2019.

Eh bien je suis globalement d’accord avec Bernard Lugan (ce qui me vaudra certainement d’être traité de facho et de raciste par la bien-pensance qui, comme d’hab, n’argumentera pas  (j’ai l’habitude).

Sur le constat africain, je fais le même que lui, à mon humble niveau. Je vous recommande de relire (ou lire) l’article  (surtout la fin) que j’avais publié en aout dernier, en rentrant du Bénin. EV

cliquez pour l'article

Partagez cet article

Une histoire de la colonisation de l’Afrique

cliquez pour voir la vidéo

Beaucoup d’entre vous connaissent nos… accointances africaines. Je suis tombé par hasard sur cette vidéo YouTube qui résume, par des cartes, l’histoire de la colonisation de l’Afrique.  Je suis globalement d’accord avec ce qui est dit, à quelques exceptions près.  Je vous conseille de la voir… EV

Partagez cet article

Anouk et les pythons de Ouidah . 26 oeuvres d’art restituées au Bénin. Enfin !

cliquez pour voir la vidéo

C’est Anouk, 24 ans, la fille de mon bon ami Brice, (depuis 1989) professeur d’histoire-géo, bénino-français. Je la connais depuis … la maternité… Elle, via son père, m’a autorisé à publier cette courte vidéo, tournée lors de leurs dernières vacances, au Bénin.C’est une très belle jeune femme, (timide, mais avec un caractère bien trempé!). C’est au temple des pythons, à Ouidah (voyez ici l’origine de la ville ), que je connais bien pour y être allé plusieurs fois (et j’ai mis un python autour du coup). Ils sont inoffensifs, mais je peux vous dire que la première fois, c’est… impressionnant. Je profite de ce mot pour informer, qu’enfin, une première série (parmi les plus célèbres) d’œuvres d’art (26), pillées par la France lors de la guerre de colonisation (en 1892) du Dahomey) vont (normalement), être rendues au Bénin (revoir ici).

Le président Macron a finalement tranché (après moult hésitations… ). C’est bien. Et bien fait sur ce ridicule Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes (ancien grand port esclavagiste), soit-disant ami du Bénin (Nantes est jumelée avec Cotonou, la ville principale du Bénin) , ancien ministre (PS…) des affaires étrangères, qui avait refusé !

Allez en vacances au Bénin ! C’est super. Conseils sur demande … EV

Partagez cet article

Un truc incroyable d’un bobo député européen allemand

voir le truc de ouf

Ce Monsieur s’appelle Udo Bullman. Il est président (allemand, au SPD) du groupe des eurodéputés sociaux-démocrates au Parlement européen. A l’occasion d’une “semaine de l’Afrique” organisée par ce groupe (du 5 au 8 novembre) il a donné une interview au site Euractiv (un truc bizarre, subventionné). Je l’ai lue et relue.  C’est du grand n’importe quoi !  Ce type ne connait pas du tout l’Afrique et ce qui s’y passe  (il devrait nous faire un petit avec Mélenchon). Je l’imagine y aller de temps en temps, pour des “séminaires” dans les hôtels de luxe. Déjà que les politiciens français, dans leur immense majorité, ne savent ce qui se passe en Afrique (revoir ici, je ne m’en lasse pas), alors les sociaux-démocrates allemands… Lisez et faites vous une idée?  EV

Partagez cet article

Mélenchon demande aux paysans africains de ne plus cultiver de riz et de … blé !

voyez le tribun de la plèbe (et des paysans africains) !

J’avais prévu de faire un rajout sur l’un de mes articles “africains” ci-dessous. Pour évoquer notamment l’ignorance de l’Afrique chez les Français en général et chez  les “politiques” de notre pays en particulier. Le voici :

PS (rajout) : Au passage, je “rigole” quand j’entends les politiciens français parler de “co-développement” (depuis des années et singulièrement depuis la crise migratoire), formule hypocrite et bien pratique. Le “co-développement” ça n’existe pas et ça ne peut pas exister. Les pays africains sont indépendants, oui ou non ? En plus, ces politiciens (de droite comme de gauche, sauf exception) ne connaissent pas l’Afrique. Revoyez l’histoire incroyable de Manuel Valls au Togo ! Ou encore ce pauvre Michel Rocard (que j’aimais bien, pourtant), qui, au soir de sa vie, après avoir été nommé “ambassadeur des pôles ” (ou un truc comme ça), grassement payé par nos impôts (c’est … Ségolène Royal qui a lui a succédé !), s’était mêlé du dossier du chemin de fer Bénin-Niger…

Je “rigole” aussi (en fait, vous l’aurez compris, je pleure plutôt) quand je vois collectivités et associations multiplier les « actions de solidarité » avec l’Afrique. Untel finance un puits (comme si les Africains ne savaient pas faire), l’autre une demi-salle de classe, l’autre donne des cours (voyez une des dernières ici !). Tout ça pour se donner bonne conscience à grands frais (avions, hôtels, restaurants, souvenirs,  faut bien aller voir les résultats sur place, bonjour les vacances …) sans commune mesure  avec « l’action » réalisée.

Mais ce qui suit dépasse  tout.

J’ai regardé en direct (pénible, mais c’est mon côté voyeur) le discours, ou plutôt les diatribes de Mélenchon, samedi à Marseille. Vers le milieu de son intervention il évoque l’Afrique (à propos des migrants..). Du coup je dresse l’oreille. Parmi ses bla-bla je crois entendre qu’il suggère aux paysans africains de ne  plus cultiver de riz (que les Africains ne mangeraient pas !! ), ni de blé (dont ils n’ont pas besoin…). Comme il parle vite, je crains d’avoir mal entendu. Le lendemain, je trouve le “discours” et cherche les fameux passages. Eh bien c’est vrai ! Je me suis promis d’en parler ici. On a (difficilement), retranscrit les passages. Et vous pouvez les retrouver en live sur la vidéo ci-dessus (à partir d’1h 05).

J’en ai vu et entendu des bêtises, mais là, je suis scotché. Ce qu’il dit est non seulement faux mais proprement scandaleux. Bien sûr les paysans africains cultivent du riz (là où c’est possible). Mais n’en cultivent pas assez, d’où les importations massives, et ce depuis des dizaines d’années, car les populations en mangent beaucoup. Quant au blé , ça ne peut pas pousser en Afrique tropicale, le moindre élève de 5ème sait ça. Quel ignare ! Et ça donne des leçons aux Africains !  Il veut en outre interdire aux mêmes d’exporter leurs produits, comme, au Bénin, les ananas, les avocats, l’anacarde (cajou), le coton, le cacao, le karité …! L’histoire des droits de douanes, c’est faux. L’histoire de la pêche, c’est faux: les navires du monde entier pêchent au large de l’Afrique (comme partout dans le monde) , ce qui ne gène pas les pécheurs côtiers, peu nombreux, qui ne vont pas loin. En fait, comme beaucoup de ses camarades, il souhaite que les Africains ne se développent pas, au nom d’une vision … idyllique (en fait raciste). Eh bien qu’il aille passer 6 mois dans la brousse africaine !  Quant à sa mention de la députée FI  de Paris, Danielle Obono, on ne l’entend guère, celle-là,  sur la dictature héréditaire dans son pays d’origine, le Gabon et l’immense richesse de son “président”.

Mélenchon a dû voir ça en Afrique...

Alors, on dit quoi, mes chers lecteurs Insoumis ? Lisez cette logorrhée révolutionnaire :

« Mais bien sûr nous ne sommes pas angéliques, nous sommes des gens raisonnables c’est-à-dire qui raisonnons. Et je vais vous dire que les autres gesticulent, ils nous ont fait une loi asile immigration, je vous invite à écouter les vidéos où vous entendez les discours de Danièle Obono et Hugo Bernalicis et des autres camarades sur le sujet. Aucun d’entre nous n’est entouré des (…) qui diraient ah bah oui tout le monde n’a qu’à le faire, se déplacer. Ce n’est pas vrai, parce que nous nous savons que ces déplacements-là ils sont contraints et forcés. Les gens ils ne partent pas par plaisir ils partent parce qu’on les a fait partir, qui les a fait partir ? L’Europe, les Etats-Unis, le capitalisme et je vais vous en donner une preuve immédiate : on met plus d’argent pour s’occuper de l’opération Barkane qu’on en met pour l’aide au développement des pays qui se trouvent dans cette zone. Alors si vous vous demandez pourquoi les gens partent, ils partent parce que les partenariats économiques que l’Europe a inventés exigent de ces pays qu’ils suppriment les droits de douanes parce que l’argent qu’on verse là-dedans on le verse à des dictateurs à qui on demande une seule chose, de bien vouloir verrouiller leurs propres peuples et que vous finissez par voir des gens monter dans des fourgons de police « avec l’aide de la communauté européenne »  par ce qu’on a donné 3 milliards à M. le président de la république de Turquie pour bloquer les gens à la frontière à la Syrie, la frontière d’une guerre à laquelle font directement partie prenante les nations de l’Europe. Voilà la vérité. Si vous voulez faire quelque chose d’utile, arrêtez de demander à l’agriculture paysanne africaine de s’intégrer dans le marché mondial ; c’est-à-dire de détruire les agricultures vivrières pour produire du riz qu’ils ne mangent pas, du blé dont ils n’ont pas besoin mais qui permet de figurer dans les statistiques internationales. Si vous voulez faire quelque chose d’utile arrêtez de faire des contrats de pêche qui permettent aux grandes compagnies européennes moyennant finances à l’Etat considéré pour ramasser tout ce qu’il y a sur les côtes si bien que les pêcheurs qui ont vécu depuis des générations du produit de la pêche artisanale ne peuvent plus vivre sont obligés de partir en ville et de la ville vers les pays où on leur dit qu’il y a du travail On leur dit il y a du travail et vous serez riches comme ils ont dit à mon arrière grand- père qui était un malheureux de là-bas ,du fin fond d’Andalousie, et qui est parti avec son bourricot, sa femme et ses deux premiers gosses  parce qu’on leur a dit vous allez voir allez en Algérie c’est le pays de cocagne  et où ils sont allés travailler comme des animaux et où ils sont morts aussi pauvres qu’ils étaient en arrivants.  Alors moi je fais partie de ces français, 1 français sur 4 qui a un grand père ou une grande mère qui est un exilé, ayez au moins l’honneur de penser aux vôtres qui se sont sacrifiés pour que vous soyez là en train de dire des horreurs contre ceux qui vous ont suivis. Si vous voulez faire quelque chose d’utile, allez voir en Afrique et demandez-vous pourquoi le lac Tchad a perdu 90% de sa flotte ; qu’est-ce que ça a à voir avec le changement climatique ? Qu’est-ce que ça a à voir avec les pratiques agricoles que vous avez imposées à ces gens qui avant n’avaient jamais consommé des quantités pareilles d’eau. Si vous voulez faire quelque chose d’utile qui empêche les anciens agriculteurs morts de famine de détresse d’aller s’enrôler comme mercenaires dans d’invraisemblables bandes armées qui sous couvert d’islam terrorisent tout le monde. Si vous voulez empêcher ça, permettez-leurs de revivre dignement de leurs revenus, d’être d’honnêtes paysans, d’être d’honnêtes pêcheurs, d’être d’honnêtes artisans de toute sorte qui travaillent autour de ses activités. Aidez à remettre de l’eau dans le lac Tchad parce qu’on sait comment faire et alors c’est cinq pays que vous tirez d’affaires. Alors oui c’est vrai, quand nous votons dans un référendum contre M. Macron, nous votons contre toute la politique qui l’approuve et qui le soutient.  Lui le commissaire européen qui s’en va faire le tour des dictateurs faire des selfies avec eux et toute cette bande de sauvages qui sont en train de plonger leurs propres pays dans des abîmes misère, voilà ce qu’il faut faire d’utile. »

Partagez cet article

Supension “jusqu’à nouvel ordre” du quotidien La Nouvelle Tribune. Que va dire la justice ? ?

avec Vincent Foly, au restaurant le Kirikou, à Fidjrossè (quartier de Cotonou)

voir le dossier de l'affaire, publié par Vincent Foly

Le Bénin connait une réelle liberté de la presse depuis 1990., après des années de dictature “marxiste-léniniste”. Des tas de journaux sont apparus et, au début du moins, certains confondaient liberté de la presse et liberté d’écrire n’importe quoi, y compris des contre-vérités flagrantes, voire des insultes. Les choses se sont calmées. Une institution, la HAAC a été créée dès le début, “elle a pour mission de réguler le travail des médias : presse écrite, radios et télévisions. À ce titre, elle veille à un traitement juste, éthique et professionnel de l’information, et à l’accès équitable des citoyens aux médias de service public”.

Je suis bien la presse du pays, notamment grâce notamment à mes alertes google. Voici quelques années, j’avais fait la connaissance de Vincent Foly, fondateur et directeur de la Nouvelle Tribune, un des quotidiens qui comptent au Bénin. On est toujours restés en contact, je l’aime bien. Le journal, à l’image de son fondateur, a un côté “gauche-gauche” et n’est pas tendre, c’est le moins qu’on puisse dire,  avec le nouveau président du Bénin, Patrice Talon.

Au mois de mai dernier, j’apprends avec stupéfaction que son journal est “suspendu” par la HAAC, sans autre forme de procès (c’est le cas de le dire) . Je l’ai appelé tout de suite.

Quand je suis arrivé fin juillet au Bénin, on s’est vu tout de suite (foto du haut). Il m’a mieux expliqué la situation, son journal étant toujours interdit. Il m’a montré les extraits d’articles qui figuraient dans la décision de cette HAAC. C’est clair que certains de ces passages (écrits par un professeur à la retraite), qui s’en prennent vivement au président de la République, sont susceptibles, selon moi,  d’être poursuivis pour diffamation.

Mais le problème est le suivant : ni le président de la République, ni son entourage, ni le parquet n’ont agit en justice contre ces écrits, jusqu’à ce jour. Et la HAAC n’a pas le pouvoir de … suspendre, en tout cas, pas dans les conditions qu’elle l’a fait et pas sur ce temps long. Elle aurait donc fait du zèle… J’avais demandé à Vincent pourquoi il n’avait pas lui-même porté plainte contre cette décision, visiblement illégale. En fait il a voulu jouer l’apaisement.

Mais ça n’a pas marché. Entendu par la HAAC, il fait profil bas, présente ses excuses, mais ça ne suffit pas.  Le 26 juillet, la HAAC confirme, par une nouvelle décision l’interdiction du journal “jusqu’à nouvel ordre”.

Du coup Vincent se décide à agir. Il convoque le 2 aout une conférence de presse (j’y étais) où il annonce sa décision de déposer une plainte en référé contre les décisions de la HAAC, qu’il considère comme des abus de pouvoir.

Vincent pendant sa déclaration

A l’appui, un jugement de la Cour suprême, annulant, en  2017,  une décision de la HAAC qui avait interdit un autre journal, le “Béninois Libéré”. Le recours en justice a été déposé le 8 aout. Vous pourrez le voir ici.

lors de la conférence de presse. Au premier plan, à droite, c'est Robert Dossou, avocat, ancien ministre de la justice, ancien président de la Cour Constitutionnelle, venu apporter son soutien (je l'ai revu avec plaisir)

On en est là, dans l’attente de la rentrée judiciaire.  Je souhaite que les choses rentrent dans l’ordre. EV

Partagez cet article

Comprendre le niveau de vie des gens à Cotonou ? Quel avenir pour l’Afrique noire?

Avec Joseph, informaticien, au restaurant le Colibri, dans le centre de Cotonou

cliquez pour voir Wikipédia sur le Bénin, qui donne une idée du pays

Voici un article qui n’aura pas été facile à écrire, mais je le savais. Son but, comme je le disais plus bas, est de donner quelques indications pour tenter de faire comprendre la situation sociale au Bénin. Ce petit pays (un peu plus de 10 millions d’habitants) d’Afrique de l’Ouest est situé entre le Togo et le Nigeria.

Je le connais bien ce pays, pour y avoir travaillé de 1981 à 1988 comme salarié expatrié puis à mon compte, et y être retourné régulièrement jusqu’à aujourd’hui. J’ai toujours été choqué par la pauvreté la-bas. Pour comprendre, on va parler dans la monnaie locale, le Franc CFA : 10 000 FCFA =15.24 €.  Un peu d’économie d’abord: le pays ne dispose pas de ressources comme le pétrole, abrite peu d’industries locales, la “richesse ” du pays repose sur l’agriculture (surtout vivrière, mais le pays est bien placé dans le coton), le commerce (surtout avec son grand voisin le Nigeria). Peu d’exportation (les ananas du Bénin sont parmi les meilleurs au monde, mais la filière, comme beaucoup d’autres, est mal organisée), peu de tourisme, malgré les nombreux atouts que compte le pays. Le Bénin fait partie des PMA (Pays les Moins Avancés) et est classé, en 2015, 166ème sur 188 en terme de développement humain, par le PNUD.

Incontestablement, il y a eu certains progrès ces 20, 25 dernières années. A émergé une classe moyenne supérieure, visible de l’extérieur : villas, véhicules de luxe… Et, autre signe, les avions vers la France sont désormais plus nombreux et tous pleins à craquer mais, contrairement à “avant”, ils sont remplis d’Africains alors que, voici 30 ans c’étaient surtout les Européens. Et, comme toujours, il y a des très, très riches… dont la plupart, sauf exceptions,  doivent leur richesse insolente à la corruption (et aux détournements, y compris de l’aide étrangère), quasiment impunie à ce jour.

Il faut savoir qu’il n’y a pas assez d’activités pour que chacun puisse espérer trouver un emploi, surtout pour les jeunes, de plus en plus nombreux. Et aussi que ceux qui travaillent (indépendants et employés) sont “divisés” en deux secteurs : le secteur dit “formel” (organisé) et le secteur “informel“, ce dernier semblant de plus en plus important.”L’économie informelle représenterait 65 % de l’activité totale et concernerait plus de 90 % de la population active“écrit la Banque mondiale dans un rapport daté d’avril 2015 (à voir ici en complément). Ce rapport note aussi que le taux de pauvreté augmente encore (de 36.2 en 2006 à 40.5 % en 2015 !). Je me demande toutefois comment ils font leurs stats…

Beaucoup se lèvent le matin, m’avait assuré un bon ami du Bénin voici quelques années, en ne sachant pas comment ils allaient manger dans la journée…

Je n’ai pas trouvé de statistiques sur le chômage (je doute qu’il y en ait, et le site du ministère du travail n’aide guère : voyez sa page “protection sociale” ici...) . Mais c’est un phénomène massif (faudrait inventer un autre mot…), vous pouvez me croire. Chacun se débrouille comme il peut, les plus chanceux ayant un peu d’aide de leur famille. Petits jobs ça et là (quand on en trouve). Rajoutez à cela le travail des enfants (petits…), endémique, qui perdure malgré les multiples “colloques” tenus ces dernières années pour “lutter contre”. Et il existe toujours ces  fameux “vidomégons”, en fait des enfants en état d’esclavage “moderne”,  pour les besoins domestiques ou professionnels (souvent les deux) de leurs… “employeurs”. Il ne vont pas à l’école bien sûr, mangent les restes (quand il y en a…), sont frappés. J’ai connu ça de près…

Voyez, à ce sujet, l’excellent article de Marcus Boni Teiga (que je connais depuis longtemps et je suis toujours en contact avec lui. Il fut l’un des meilleurs journalistes du Bénin) sur Slate.fr  : il date de 2011, mais toujours d’actu. C’est instructif, et vous n’y croirez pas ! On ne les entend pas là-dessus, les bonnes âmes de France, notamment le … CRAN (Conseil représentatif des associations noires, si, si c’est pas une blague) , dirigé jusqu’à cette année par un Béninois noir, confortablement installé en France, qui hurle contre l’esclavagisme (mais pas chez lui), le colonialisme et tutti quanti…

Les salaires, quand il y en a, sont très bas (c’est un euphémisme), dans leur immense majorité. Officiellement le SMIG est de 40 000 FCFA (60.98 euros), depuis 2014, mais ce n’est pas toujours respecté par les employeurs, loin de là, y compris (et surtout) ceux qui ont les moyens de mieux payer) . Notez déjà qu’à Cotonou, un “entrer-coucher” comme on dit là-bas (sorte de studio) se loue en moyenne 18 000 FCFA (27.44 euros)… Ça donne une idée. Le SMIG est quasiment le même qu’en 1981, alors que les prix de base  ont considérablement augmenté pendant cette période.

Lorsque je suis à Cotonou, je vais toujours dans un salon de beauté situé prés de chez moi. Prestations impeccables ! Au programme : manucure, pédicure, gommage corps entier, massage, pour 32 000 FCFA (48.78 €). J’ai demandé à la jeune esthéticienne qui s’occupait de moi combien elle gagnait. Elle est diplômée (et talentueuse) et gagne 60 000 FCFA (91.47 euros). Un serveur dans un restaurant gagne entre 30 et 45 000 FCFA.

Un parent à ma femme, Moussa (30 ans), que j’ai revu (un gars sérieux), a fait de bonnes études supérieures en statistiques. Mais depuis des années, il ne trouve rien. Du coup il fait des petits jobs ça a et là, a été vendeur de fournitures scolaires à différentes rentrées, fait quelques petites (et rares) missions ponctuelles pour des entreprises, mais n’a pas, à ce jour, de revenu fixe. il habite chez une tante, qui le nourrit le midi, il se débrouille pour le soir.

Certains s’en sortent malgré tout, plutôt bien. Joseph, 39 ans  (foto du haut), que je connais bien et que j’apprécie, est informaticien, depuis 14 ans  dans une grande entreprise publique de téléphonie. Il est chargé de la maintenance du parc informatique. Il a accepté de parler de ses revenus. Il  gagne 400 000 FCFA (609.796 euros). De plus, il a pu bénéficier, voici quelques années, de prêts garantis par l’entreprise et construire ainsi sa maison. En plus, il fait de la maintenance chez des entreprises et des particuliers, à son compte, avec deux ou trois intervenants. Et il a ouvert, depuis quelques années, un “cyber”. Son épouse a fait des études de DRH, mais n’a jamais trouvé d’emploi dans ce secteur. Et elle a cherché, en vain, un poste de secrétaire de direction. Du coup, pour s’occuper, elle a installé prés de chez eux une boutique où elle vend des boissons et des “divers” comme on dit la-bas. Ça fait un complément de revenu et ça l’occupe.

Brice, 49 ans, est directeur, au sein d’une concession automobile, d’une agence de location de voiture, et, depuis un moment, fait office de directeur commercial de la concession. Son salaire de base est de 600 000 FCFA (914.694 €), mais ça peut aller, avec les commissions, jusqu’à 1 million, voire 1.2 millions !

Siméon, 49 ans, travaille depuis longtemps comme peintre dans une ambassade d’un grand pays. Il gagne 400 000 FCFA, bénéfice d’une couverture sociale (avec mutuelle), est propriétaire de sa maison (un peu loin de Cotonou..). Sa femme tient à coté une boutique de boissons, et vend aussi pour le voisinage, des plats cuisinés.

Études, débouchés, espoirs,  expatriation, migrations

Le Bénin  était qualifié, à l’époque de la colonisation et juste après l’indépendance (1960) de…. “quartier Latin de l’Afrique”. A cause du niveau d’instruction de sa population, plus haut que les autres pays. Beaucoup d’entre eux travaillaient dans l’administration coloniale dans toute l’Afrique de l’Ouest et Centrale. Dans le secteur privé également,  les Dahoméens étaient réputés et recherchés , comme les comptables notamment.

Mais ça, c’était avant…

Pour aller vite, l’éducation, globalement, même si le nombre d’élèves a augmenté, ne va pas du tout dans ce pays depuis l’indépendance . Jusqu’à cette année où les résultats au BEPC et au Bac ont été catastrophiques (avec une grève des enseignants de … 4 mois). Heureusement, certains arrivent à se débrouiller, internet aidant.  Les plus chanceux vont faire leurs études supérieures à l’étranger, en France surtout, mais aussi au Québec et même en Chine, qui offre des bourses.

Mais le problème reste entier. Que faire à la fin des études, sachant que l’économie locale n’offre pas, et de loin, suffisamment de possibilités d’emplois?  Et quand il y en a, à quel salaire ? Un ingénieur débutant, formé à l’étranger, ne peut guère espérer, s’il trouve un emploi, plus de 200 000 FCFA (304.90 euros) par mois, voire moins.  C’est la quadrature du cercle: beaucoup (sinon tous) d’étudiants restent travailler dans les pays où ils ont étudié, privant ainsi leur pays d’origine de leurs talents. Cercle vicieux…

Quant aux autres, ceux qui sont restés, ils sautent sur n’importe quelle occasion pour quitter leur pays, conscients du peu d’avenir qu’il y ont. Si le Bénin n’est pas, a priori, touché par le phénomène “migrants” (jusqu’à maintenant), des ressortissants d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, où la situation économique est pire, tentent l’aventure.

Que faire ?

On me pose souvent la question, moi qui suis censé mieux connaitre la situation là-bas que beaucoup de Français, “quelles sont les solutions”?  Franchement je ne sais pas, je suis plutôt pessimiste. Je ne vois que quelques pistes (tout en étant prudent, je ne veux pas apparaître comme un donneur de leçon) : combattre vivement la corruption, mieux percevoir les impôts (ça ne sera pas difficile…), augmenter tout de suite le SMIG et les bas salaires, contrôler les conditions de travail (c’est possible dès maintenant et les entreprises peuvent facilement le supporter), réformer en profondeur l’école (et payer mieux les enseignants), encourager les investissements privés, y compris de l’extérieur, développer le tourisme (qui rapporte de l’argent tout de suite).  Et… changer quelques mentalités… Le pays a tout pour réussir pourtant, les Béninois sont travailleurs !  Mais c’est l’organisation, au sens large, qui ne va pas…

C’est le sens du programme du nouveau  président de la République (revoir ici). Réussira-t-il ? Je le souhaite …  EV

Partagez cet article