Bientôt l’usine ultra-moderne d’Eurocopter à Dugny-Bonneuil

La future usine, comme si on y était déjà

C’était un grand moment, attendu par tout le monde. Au terme de deux années de travail collectif (élus de toutes tendances confondues, Etat, Eurocopter), la première pierre de la superbe usine d’Eurocopter a été posée le 20 juin sur son futur emplacement: en lisière de l’aéroport du Bourget (sur l’ancienne base de l’aéronavale), à cheval sur Dugny (93) et Bonneuil-en-France (95). Cliquez ici pour bien voir l’emplacement, dans l’article que nous avions publié dans RM 571,en mars 2011.

Une partie des personnalités

Il y avait du beau monde, accueilli par Guillaume Faury, Président et CEO de la filiale “hélico” d’EADS, Eurocopter. Parmi les invités : le sénateur maire du Bourget, président de la CA “de l’aéroport du Bourget”, Vincent Capo-Canellas, les maires de Dugny, André Vessière, de Bonneuil,  Jean-Pierre Herkat, de La Courneuve, Gilles Poux,du Blanc Mesnil, Didier Mignot, de Garge-lès-Gonesse, Maurice Lefevre, les présidents des CG 93 et 95 : Stéphane Troussel et Arnaud Bazin,  Marie Georges Buffet, députée de La Courneuve, Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy…

L'arrivée de Claude Bartolonne. A gauche de lui,Stéphane Troussel, le préfet Galli, à droite A. Veyssiere, Marwann Lahoud,

Et le nouveau (on a oublié de vous le présenter) préfet de Seine-Saint-Denis, M. Philippe Galli et … surprise Claude Bartolonne, président de l’Assemblé nationale, député de Seine Saint Denis, venu surtout en tant qu’ancien président du CG. Et bien sûr les cadres d’Eurocopter .

Voyez, à  la fin de ce film édité par Eurocopter  l’occasion du salon du Bourget, une partie des interventions:

La future usine remplacera celle, historique (datant de … 1917), de La Courneuve, qui sera déménagée.

Les discours se sont succédés. Plusieurs cadres du groupe ont parlé, dont bien sur Guillaume Faury, mais avant lui Marwann Lahoud, Directeur Général Délégué à la Stratégie et au Marketing d’EADS, qui a avoué : “quand on m’a annoncé, en 2008, l’éventualité d’un déménagement de l’usine de La Courneuve à Dugny, je n’y croyais pas, c’était trop difficile “(on sait que l’usine nouvelle a failli être construite en Allemagne). “Mais c’est ok maintenant, tout le monde a été d’accord et on va commencer à construire, et on construit rarement d’usine industrielle comme ça”, s’est-il félicité. Il a remercié tout le monde.

Le président de l'A.N, Claude Bartelone, a été "cadeauté" par Guillaume Faury, d'une belle maquette, en matériaux composites, les mêmes qui composent les pales "d'hélicopter"

Guillaume Faury a expliqué que le site de La Courneuve était devenu trop exigu, qu’il fallait doubler la surface pour répondre aux besoins de production. Le nouveau site le permet et, avec l’accès direct au tarmac, l’accueil des clients sera sérieusement facilité (on imagine…). Le site, rappelle-t-il, accueillera aussi les équipes d’Innovation Works, la R&D d’EADS, dont la partie française est actuellement basée à Suresnes (92). L’ensemble, dont l’investissement atteindra 120 millions d’euros, constituera une vitrine technologique pour toute la région Ile-de-France.

Un autre intervenant (dont j’ai mal noté le nom, qu’il m’excuse), président par ailleurs de la Fondation EADS, qui travaille avec le lycée de Dugny (dont la proviseure était là et a applaudi pour dire sa satisfaction)  a souhaité, comme d’autres intervenants, l’implantation du pôle de compétitivité Astech au Bourget.

Une animation “3D” a ensuite été présentée et commentée par M. Jean-Luc Besse, chef du projet. Elle montre d’une manière magnifique la configuration des futurs bâtiments (nous devrions la recevoir bientôt et on vous la montrera), mais vous pouvez déjà voir cet autre film diffusé par Eurocopter, qui situe bien le projet dans l’espace.

Le président du Conseil général de Seine-Saint-Denis (si le projet est porté par les deux départements, c’est surtout dans le 93 que ça c’est passé) a fait un superbe discours, enthousiaste (que vous pourrez lire ici), qui rappelle la vocation historique de son département dans ce secteur industriel et en appelant à la réalisation du projet de cluster aéronautique à vocation mondiale “Aigle” (revoyez aussi ça,  à l’avant dernier salon du Bourget) .

Tout le monde s'est relayé pour la première pierre. Ça a plu particulièrement à André Veyssiere ! A droite, c'est J-C Faradian, le directeur de l'usine de La Courneuve, qui s'est bien impliqué dans le dossier.
V.Capo-Canellas, sénateur-maire du Bourget

Le sénateur-maire du Bourget (c’est la CA qu’il préside qui a acheté, puis ensuite revendu les terrains, on vous détaillera l’opération plus tard) a fait une intervention lyrique dont il a le secret, se réjouissant, (et on se réjouira avec lui, faudrait qu’il aille expliquer ça dans le nord seine-et-marnais) du succès de “l’arc républicain” (tous partis et collectivités confondus) qui a permis le succès de l’opération. Il a remercié tout le monde, bien sûr, mais on citera en particulier André Vayssières (son partenaire au sein de la CA) Marie-Georges Buffet, Arnaud Bazin et J-P Herkat.

Le nouveau préfet a fait la synthèse et s’est réjoui aussi de l’efficacité (louée par les autres orateurs) des services de l’Etat.

Enfin, Claude Bartolone a pris la parole en dernier (comme il se doit dans le protocole républicain).  Dans un discours “a capella”, ce grand orateur a rappelé toutes les étapes, les difficultés et les joies de l’évolution du dossier, en rendant hommage aussi  l’ancien préfet Lambert, aujourd’hui chargé de mission auprès du Ministre de l’Intérieur.

Chiffres et calendrier

Vous pourrez voir les détails dans le communiqué officiel d’Eurocopter. La filiale d’EADS  a fabriqué en 2012, dans l’usine de La Courneuve 3000 pales d’hélicoptères et en a réparé 1200. Environ 730 personnes y travaillent. Le nouveau site s’étend sur 17 ha. La fin de la construction est programmée pour mai 2015 pour une mise en service à l’été de la même année. Le devenir du futur ‘ancien site de La Courneuve, selon nos informations confirmées par la mairie, est à l’étude. On parle de logements, mais pas seulement…

EV

Partagez cet article

La Convention cadre “CDT” du Bourget est signée

Beaucoup de monde pour assister à la signature
V.Capo-Canellas accueillant le ministre Leroy et le préfet Canépa

Le président de la CA “de l’aéroport du Bourget”, Vincent Capo-Canellas a eu une bonne idée pour la cérémonie de signature de la Convention cadre pour la mise en œuvre du Contrat de Développement territorial CDT de ce qui est désormais appelé le “Pôle Métropolitain du Bourget” (PMB). Il a choisi le hangar où sont entreposées les “archives” du Musée de l’Air et de l’Espace et où sont installées “Les Ailes de la Ville“, une association d’insertion professionnelle créée en 2008 par le Musée et L’Aéro-Club de France.

Ce hangar est situé dans “l’autre Bourget”, celui qui est moins connu, côté Dugny.

Rachid Bradaï ( à droite), expliquant les Ailes de la Ville au ministre... de la Ville

Avant de procéder à la signature de la Convention, le Ministre Leroy, le préfet de Région D. Canépa et le sous préfet de Sarcelles, Henri d’Abzac , les élus et les nombreux invités accueillis par le Maire de Dugny, André Vayssière ont pu ainsi visiter l’atelier de réfection du “Bermuda”  (un hydravion mythique qui a fait sa carrière en Polynésie), rencontrer l’équipe éducative et son directeur Rachid Bradaï (une vieille connaissance, coucou Rachid) et admirer l’incroyable collection de moteurs d’avions disposés un peu partout dans le hangar.

La cérémonie s’est déroulée juste devant l’hydravion. Tour à tour, les signataires de la Convention ont pris la parole :  les maires de Dugny, du Bourget, de Blanc-Mesnil, de Bonneuil-en-France, de Drancy,  de La Courneuve*, le président du Conseil général du Val d’Oise (représenté par Luc Stréhaiano). Le préfet Canépa a dit quelques mots et le ministre Leroy a conclu, louant une fois de plus l’entente des partenaires autour de ce projet de CDT. Voyez son discours écrit ici, mais le ministre s’en est volontairement  écarté pour exprimer plus librement son enthousiasme sur le Grand Paris dont son ministère à  la charge.

Tout cela était bien sympathique (un peu longuet toutefois…) et c’était bien agréable de voir les différents partenaires, aux couleurs politiques différentes, s’accorder sans arrières-pensées politiciennes sur un projet de territoire autour des trois gares GPE : deux au Bourget et une au Blanc-Mesnil.

Vous pourrez voir ici la convention dans le détail et  là un résumé. Le projet s’appuie bien évidemment sur l’aéroport, 1er aéroport d’affaires en Europe, et le futur pôle aéronautique autour d’Eurocopter (projet Aigle, d’ailleurs, M. Laruelle, DG du pôle de compétitivité ASTECH, était là) , prévoit d’importantes modifications urbaines sur un territoire jusqu’ici plutôt éclaté, des logements, des établissements de formation (dont évidemment, comme tout le monde, un lycée des Métiers de l’Aérien).

Cliquez dessus pour consulter la Convention cadre

Parmi les invités, on notait la présence de Marie-Georges Buffet, député et ancienne secrétaire nationale du PCF, qui était tout sourire et à communié volontiers au consensus ambiant… Il y avait aussi Michel Deronne, directeur de l’Aéroport du Bourget, Hervé Dupont, DG de l’EPA Plaine de France…

En tout cas, il y en a un qui était très content: c’est Vincent Capo Canellas, sénateur maire du Bourget et président de la CA: il l’a son “pôle du Bourget”…

Félicitations à tous. Cette convention CDT est la dernière qui concerne et boucle  le territoire du Grand Roissy, (dont je maintiens, il suffit de regarder la carte, que celui du Bourget est partie intégrante), après celles de Val-de-France Gonesse, Cœur de Roissy Terres de France, Est Seine-Sant-Denis .

Manque plus que celui du Mesnil-Amelot…

EV

* La Courneuve, qui fait partie de la CA Plaine commune (autour de Saint-Denis) n’a pas signé la convention (elle devrait le faire prochainement) pour une raison bien obscure : la CA n’aurait pas été associée aux travaux préliminaires, m’ a expliqué son président Patrick Braouzec (actuellement président de Paris Métropole ), présent à la cérémonie.  Une petite rivalité territoriale pour le leadership aux Portes de Paris?

Partagez cet article