Le groupe ADP, en pleine forme, se réorganise

ADP (le “groupe ADP” comme il s’appelle maintenant) a entrepris une réorganisation interne, plutôt portée sur son activité à l’international, florissante (comme sa situation financière…). “Il a pour ambition que les activités à l’international contribuent à hauteur de 35 % à 40 % du résultat opérationnel courant du groupe à horizon 2025 (contre 27,4 % en 2018” , précise le communiqué ci-dessous, que je vous invite à lire. Pour ceux qui l’auraient oublié, le siège d’ADP est situé à CDG (Tremblay) depuis 2017 (revoir l’inauguration ici). EV

cliquez pour voir le CP
Partagez cet article

L’hôtel Moxy est ouvert !

Voici une bonne nouvelle. Nous vous en avions parlé en avril 2017 (revoir ici). Eh bien l’hôtel Moxy (Roissypole, sur le territoire de Roissy-en-France) a ouvert et a  été inauguré en même temps mercredi dernier au soir.  Vous en saurez plus en cliquant sur l’image pour lire l’article complet (écrit par Caroline), publié sur le site de l’Office de Tourisme de Roissy Clé de France. EV

Partagez cet article

ADP investit dans un nouvel hôtel à CDG: easyHotel

Ça sera le deuxième “easyHotel” de France (après Nice) que la chaine, filiale de eazyGroup, propriétaire de la célèbre compagnie aérienne easyjet, ouvrira en France. C’est ADP qui finance, Linkcity Ile-de-France (filiale de Bouygues Construction) qui va construire, et donc easyHotel qui gérera. L’architecte est le cabinet Studio 135.

Il y aura 209 chambres dans un immeuble de près de 4000 m2 sur 5 niveaux et 71 places de parking (c’est sur le territoire de Tremblay-en-France) sur une emprise de 0.4 ha. L’ouverture est prévue en janvier 2021.

Selon le communiqué commun (à voir ici)  “la capacité d’hébergement actuelle de l’aéroport Paris-Charles de Gaulles’établit à 3 448 chambres réparties sur 11 hôtels et devrait atteindre 4 460 chambres à l’horizon 2025 du fait des futurs projets hôteliers en cours résultant de la forte croissance attendue du trafic de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle dans les années à venir et de l’attractivité de ce secteur du Nord parisien grâce, notamment, au dynamisme de ses parcs d’exposition”.

C’est bien… EV

Partagez cet article

Un mémoire universitaire sur les liaisons terrestres de deux aéroports

cliquez pour le mémoire

Voici quelques mois, j’avais reçu un mail de Magali Crochetet , une étudiante de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, UFR science humaine, Géographie. Elle me disait qu’elle préparait un master sur les dessertes terrestres  de CDG et de Changi (Singapour) et souhaitait mes avis. Ce qui fut fait.

Elle m’a envoyé le mémoire récemment dans lequel en annexe figure la Carte du Grand Roissy (que je lui avais envoyée). J’ai pris le temps de le relire attentivement. Il est  intéressant, très documenté  . Cependant, j’y ai trouvé à redire.

Notamment cette phrase (page 22) et je me demande où elle a pu trouver ça :

Les financeurs: Les principaux membres financeurs de l’aéroport sont l’Etat, la Région Ile-de-France, les départements du 77 (Seine-et-Marne) et du 93 (Seine-Saint-Denis), Aéroports de Paris et les chambres de commerce.

Encore une fois, si le mémoire est très documenté , tout a été fait à distance. Ce qui, de nos jours est bien possible, mais un peu … frustrant. Elle s’est privée, je pense, d’un ressenti réel. Je lui conseille de méditer ce mot de Gramsci (dans ses Lettres de prison) : la “sensation moléculaire”. Voyez ci-dessous ce qu’elle dit elle même (page 59):

III.Limites et perspectives

Écrire un mémoire, c’est faire face à des problèmes et rencontrer des limites. C’est également voir les perspectives possibles pour celui-ci. Il s’agit également d’une expérience personnelle qui amène beaucoup de réflexions.

1.Des études à distance.

Dans un premier temps je vais parler d’une des limites à mon mémoire. Mon sujet ne portait pas sur des espaces à proximité de mon lieu d’étude et de vie. En effet, le choix de Singapour était dû à une envie profonde d’étudier un territoire asiatique et d’utiliser des études personnelles préalables. De ce fait, se rendre sur place devenait pour ce territoire une option non-envisageable. Le deuxième territoire que j’ai étudié est Roissy-CDG. D’un point de vue géographique, cet espace ne se trouve pas à une distance importante, cependant, dans un souci d’organisation, je n’ai pas eu l’opportunité de me rendre une nouvelle fois sur place. J’ai fait le choix de cet aéroport car je m’y suis déjà rendu une fois dans celui-ci et j’ai pu utiliser cette expérience dans mon mémoire. Cependant, par manque, surtout de temps, je n’ai pas pu y retourner pendant l’écriture de ce dernier alors qu’un aspect terrain aurait pu apporter ou soutenir des éléments:«Faut le voir, il faut pratiquer le RER à différentes heures […]. Il faut essayer les dessertes bus aussi […]. Il faut vous faire votre propre religion. » J. Grangé, 2019.Contrairement à ce qu’on pourrait penser, je ne crois pas qu’une étude sur le terrain était primordiale pour la rédaction de mon sujet. Beaucoup d’informations et de données sont disponibles à distance et j’ai eu la chance d’échanger par mails avec plusieurs professionnels de cet espace donc des usagers qui m’ont permis de pallier à cela. Cependant, une partie enquête sur le terrain est manquante malgré des entretiens et nombreux échanges par mails et téléphones. En effet, me rendre sur le terrain aurait pu m’apporter d’autres éléments, notamment plus d’avis à retranscrire dans ce mémoire. Pour un travail de thèse, et avec l’accord d’ADP et de Changi, une enquête auprès de passagers et des employés pourrait donner de nouveaux résultats avec des données plus récentes. Dans le cadre d’un master cela était difficilement possible, entre le temps manquant et les non-réponses aux mails envoyés.La multitude d’informations disponibles a été, l’une des difficultés les plus récurrentes que j’ai rencontré notamment pour le territoire de Roissy-CDG. Le flot d’informations m’a quelques fois dérouté mais mes échanges par mails m’ont permis de me recentrer sans trop risquer de me perdre dans celui-ci. Ce fut un des aspects les plus fastidieux de ce mémoire, savoir quelles informations je devais traiter et quelles informations je pouvais me permettre de laisser,pour un autre sujet de mémoire par exemple.”

Partagez cet article

Le Terminal 4 opérationnel en 2033 ? 2035 ? 2037 ? 2040 ?

Après le bilan des garants de la CNDP, ADP vient de publier son propre bilan de la “concertation” sur l’important projet de T4.   Un pavé de 59 pages (fort bien fait sur le plan graphique) un peu laborieux à lire , car il relate tout… Mais c’est la loi du genre. On sait ce que je pense de ces concertations multiples que ce soit pour ce T4 (revoir ici) mais bien d’autres que j’ai suivies depuis des années.

Je retiendrai dans ce rapport le manque de clarté quant au calendrier prévisible des travaux et de la mise en service totale du terminal. Fin décembre, lors de la finition de la Carte du Grand Roissy j’avais, faute de précisions mentionné la date de 2033. Et, dans ce rapport, on peut voir plusieurs dates. Je conçois néanmoins que ça ne doit pas être facile de prévoir avec précision.

cliquez pour avoir le rapport...

Autre chose qui m’a fait sourire, ce sont les pages 35 et 36. Dans celles-ci on peut lire notamment :

Les riverains sont satisfaits de vivre dans leur commune, y compris en zone PEB. En effet, 89 % des riverains de l’aéroport se déclarent satisfaits de vivre dans leur commune, 41 % déclarent même en être très satisfaits. Ce taux de satisfaction est resté stable au cours des 3 vagues d’interrogation. Les riverains de la zone PEB affichent un niveau de satisfaction similaire à celui de l’ensemble des riverains (87 % satisfaits dont 38 % très satisfaits), qui a même connu une légère amélioration au fil du temps (83 % de satisfaits dont 34 % de très satisfaits lors de la première mesure). Parmi les 11 % de riverains insatisfaits de vivre dans leur commune, les principaux motifs d’insatisfaction sont le manque de propreté (22 %) et l’insécurité (20 %)”.

Puis :

“L’opinion à l’égard du projet se stabilise, l’opposition reste minoritaire : 44 % des riverains sont favorables au projet, 38 % ne sont ni favorables, ni opposés, et 18 % y sont opposés. Cette opinion reste stable par rapport à celle mesurée en décembre dernier. Les opposants au projet restent donc minoritaires tandis que les rangs des indécis sur le projet restent très fournis. Les riverains qui se sentent bien informés sur le projet sont encore une fois nettement plus favorables à la construction du nouveau terminal : 63 % de ces derniers y sont favorables (versus 44 % de l’ensemble des riverains).”

Vous pouvez vous tenir informés des suites sur le site spécial T4 d’ADP: c’est ici . EV

Partagez cet article

T 4 : le bilan des “garants”: 4/20 !

cliquez pour avoir le rapport...

Il est sorti récemment. C’est le bilan des “garants” désignés par la CNDP sur la concertation menée par ADP sur le projet du terminal T4.  La CNDP, on s’en souviendra (revoir ici) , aurait voulu organiser elle-même le débat, mais elle a dû se contenter de ces 4  garants.

Je l’ai lu : la lecture fut pénible. Une resucée des différents “débats” (inutiles comme je l’avais écrit ici). Faites-vous votre idée en le lisant, et ne ratez pas les pages 52 et 53 (titre : Demandes de précisions et recommandation) où l’on trouve ce genre de perles : “Il conviendrait à l’État de se prononcer sur les alternatives au projet Terminal 4.” ou “ Il conviendrait que l’État apporte des précisions sur la relance du projet de fret ferroviaire à grande vitesse Euro Carex.” (!!!!) ou encore “Il conviendrait aux autorités publiques de préciser ce qui est prévu concernant le barreau de Gonesse, et de préciser les alternatives éventuelles“, et encore “Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs publics de préciser la mise en place et le fonctionnement des clauses d’insertion” ou : “Il conviendrait aux autorités publiques de répondre à la question d’une compensation individuelle ou collective pour exposition à la pollution chimique

Y’en a plein d’autres… Consternant !

A relire !

On peut imaginer qu’ADP  a dû payer la CNDP  pour ces “garants”. Pendant ce temps, la présidente de ladite CNDP Chantal Jouaneau, gagne toujours 14 700 euros par mois (sans compter les avantages)…  EV

voyez le site T4 d'ADP
Partagez cet article

Pour rappel …

cliquez pour le magazine

Avant la publication de mon article sur Hubstart et GIP , pour bien comprendre la thématique, je vous conseille de relire, dans Bénéfice.net n° 18 (mai 2004) l’article que j’avais écris à propos de la “Communauté aéroportuaire” (morte-née). C’est dans les pages 22 à 33. C’est édifiant. Moi-même j’avais oublié certaines choses… EV

Partagez cet article

La CCI Ile-de-France soutient le projet du T4. Et… voit grand !

cliquez pour le CP

La Chambre de commerce Paris Ile-de-France a publié un communiqué soutenant sans ambiguïté le projet de Terminal 4 à CDG. Avec enthousiasme même : «Le projet du Terminal 4 est fondamental pour accompagner l’augmentation des voyageurs dans les meilleures conditions et placer la Région-Capitale comme première porte d’entrée d’Europe continentale» a déclaré  Didier Kling, son président.

Un peu trop enthousiaste, sûrement, le président Kling lorsqu’ il en rajoute : “Le Terminal 4 sera également un formidable levier de développement pour le Grand Roissy.Il permettra la création de 225000 emplois nouveaux, de la phase chantier à sa pleine exploitation”. Je sais pas où il est allé chercher ce chiffre. Chiffre d’ailleurs fluctuant : au début ADP parlait de 40 000 emplois, directs et induits… Puis le même chiffre en “directs”. Puis remonté à 45 000 par l’ineffable GIP Emploi Roissy, dont l’expertise en la matière est connue du monde entier.

12 centimes d’euros la minute  !

Occasion aussi de regretter (je croyais que c’était fini) que le téléphone de la CCI est toujours payant !!  Alors que les entreprises sont obligées (en France…) de financer lesdites chambres. C’est pas terrible… Non, c’est dégueulasse ! EV

Partagez cet article