Sénatoriales : la surprise Meurant et l’autre surprise Témal

Sébastien Meurant, nouveau sénateur du Val d'Oise

Et voilà, les sénatoriales c’est fini. Cliquez sur ce lien pour voir les résultats par département.

Dans le Val d’Oise, sans surprise, Arnaud Bazin (LR) a été élu, avec 666 voix. Il passera le relais de la présidence de Conseil départemental lors de la séance du 20 octobre. Assurément, la surprise est l’élection (265 voix) de Sébastien Meurant (LR), qui avait présenté une liste dissidente à droite. C’était pas évident. Félicitations à lui car c’est un des rares à ne pas employer la langue de bois. Déception par contre pour Philippe Métézeau (UDI) qui n’a pas été élu, malgré une campagne de qualité.

Alain Richard (ex PS), sénateur sortant, a été réélu sous les couleurs LREM. Didier Arnal (ex PS, qui est passé LREM mais n’a pas eu l’investiture) n’a pas pu percer. L’autre surprise, c’est l’élection de Rachid Témal (PS), que j’avais, imprudemment, c’est rare, donné perdant.

En Seine-et-Marne, Arnaud de Bélénet (LREM) a réussi son affaire (une belle revanche …). A gauche, Vincent Eblé, sénateur (PS) sortant, peut aller déposer un cierge : c’était mal parti, mais il est réélu.

En Seine-Saint-Denis, Philippe Dallier (LR) est réélu, ainsi que Vincent Capo-Canellas (UDI).

Bon, prochaines élections : les européennes en mai ou juin 2019. EV

Partagez cet article

Sénatoriales : c’est dimanche ! Au menu chez nous : divisions à tous les étages

Les élections sénatoriales auront lieu ce dimanche 24 septembre. Dernière ligne droite donc pour les listes de candidats. Cliquez sur l’image pour accéder à ce site, très bien fait où l’on peut voir les noms sénateurs sortants, les listes et les candidats.

Dans le 60, il y a 4 sièges à pourvoir, 8 listes et 2289 grands électeurs. Il y a deux listes LR, une liste FN et une autre d’extrême droite.

Dans le 77  il y a 6 sièges à pourvoir, 7 listes et 30217 grands électeurs. La liste menée par Arnaud de Belenet, (LREM, ex LR) devrait faire un bon score, en partie grâce aux divisions à droite. A gauche, ça va être difficile : le PCF, allié cette fois aux Insoumis, a refusé de faire liste commune avec le PS, dont Vincent Eblé est le sénateur sortant, qui se représente donc.

Dans le 93, 6 sièges, 10 listes, 2316 grands électeurs. Une liste PS, une liste PCF, deux listes divers gauche… A droite une liste LR conduite par Philippe Dallier, sénateur sortant. Une liste UDI conduite par Vincent Capo Canellas, sénateur sortant, une liste divers droite, conduite (étonnamment) par le très controversé Eric Raoult, ancien député (UMP), ancien maire du Raincy. La liste LREM est conduite par Patrick Toulmet, délégué national du mouvement, et président de la Chambre de Métiers . Les résultats, ici comme partout, vont être serrés.

Enfin, dans le 95, c’est la grande désunion comme partout, peut-être pire. 5 sièges à pourvoir, 12 listes (!), 2303 grands électeurs. La liste LR est conduite par Arnaud Bazin, actuel président de Conseil départemental, qui devrait, “normalement” être élu. Se poserait alors la question de son remplacement à la tête du département. Ça va pas être simple : Philippe Métézeau vice-président (UDI) du même conseil, mène une liste divers droite. Il peut avoir ses chances, d’autant qu’il aura mené une bonne campagne, à en voir sur son Facebook.

Contre la “dictature du gouvernement” dit Marie-Paule Faucon

Marie-Paule Faucon

Il y a aussi autre liste divers droite, menée par Marie-Paule Faucon, conseillère municipale d’opposition à Vauréal. Quoi qu’elle en dise, il s’agit bien d’une dissidente LR…  Je ne la connaissais pas, mais j’aurai appris à la connaitre ! Elle pourrait faire une bonne rédactrice en chef à RoissyMail ! Voyez ce mot qu’elle m’a adressé:

Si vous faites un article, je vous remercie d’insister sur le fait que je suis une femme élue engagée, dévouée envers la population, travaillant bénévolement (et il n’y en a pas beaucoup qui travailleraient ainsi), et sans cumul de mandat“…

Voyez la suite ici. C’est délicieux, j’adore !

Mais c’est pas fini : on vous l’avait déjà dit, Sébastien Meurant, conseiller départemental (LR), maire de Saint-Leu-la-Forêt, conduit aussi une liste, qu’il faut bien qualifier de dissidente. Candidature “logique” de la part de ce jeune maire (né en 1971), qui fait entendre depuis des années une voix discordante et originale. Mais pas toujours claire…

A gauche, c’est pareil : une liste PS, conduite par le secrétaire fédéral Rachid Témal (qui n’a aucune chance… ) qui s’était fait désigner par “les militants”, au grand dam de Dominique Gillot, sénatrice sortante, qui aurait bien voulu rempiler. Ambiance… Témal s’est vu opposer une liste communiste conduite par Pierre Barros, maire de Fosses. Y’a du OK Corral dans l’air ! Il y a aussi deux listes “écolos”, dont une (EELV) avec Dominique Dufumier, conseiller municipal de Survilliers.

Reste LERM. Le parti d’Emmanuel Macron a maintenu, contre beaucoup d’attente des Marcheurs de la première heure, la candidature d’Alain Richard, sénateur sortant (depuis deux mandats), né en 1945, maire de Saint-Ouen l’Aumône depuis… 1977, député pendant 14 ans, ancien ministre de la Défense (qui avait fait son service militaire comme objecteur de conscience, à en croire son portrait sur wikipédia, je l’ignorais), puis… plein d’autres choses. Et qui a rejoint “En Marche” à la dernière heure (juin dernier). Un enfant d’Edgar Faure, en sorte…

Du coup les Marcheurs de la première heure sont fâchés. D’abord Didier Arnal, ancien président (PS, mais il a quitté) du Conseil général du Val d’Oise, qui pensait bien être investi comme tête de liste. Je sais qu’il a tout fait pour faire changer la décision de LREM, avec des arguments. Rien à faire. Idem pour Bruno Huisman (DVG, avec un petit passage au PS), maire de Valmondois. Les deux, qui se connaissent, n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur une liste commune et présentent donc une liste chacun de leur côté.

Bon, et ben tout ça, c’est pas terrible…  Résultat des courses dimanche soir, donc. EV

Partagez cet article

Sénatoriales suite : Sébastien Meurant, Philippe Métézeau dans le 95. Désunion à gauche dans le 77

cliquez pour lire le courrier de Sébastien Meurant

Quelques précisions suite à l’article ci-dessous:

– d’abord on avait oublié (ce qui n’est pas fort) de mentionner la candidature, dans le Val d’Oise, de Sébastien Meurant,  maire (LR)  de Saint-Leu-la-Forêt, conseiller départemental.  Ce jeune élu LR , connu pour son côté critique,  présentera une liste “gaulliste et divers droite” comme il le précise dans la lettre (ci-dessus) qu’il a adressée aux 2700 grands électeurs du département.

–  Philippe Métézeau (UDI, vice-président du Conseil départemental, adjoint au maire d’Argenteuil, ne se présentera pas “seul”, comme nous l’avions écrit, mais présentera une liste (UDI, LR Indépendants, la seule liste de la droite et du centre connue à ce jour , m’a t-il précisé, après la mise en ligne de cet article) . Je ne le connais pas personnellement, mais je le “suis” depuis des années et je vois qu’il est très actif au Conseil départemental. C’est un scientifique, comme vous pourrez le voir sur wikipédia, très complet.

Bon, ça fait quand même trois listes à droite (avec celle, LR, d’Arnaud Bazin, président du Conseil départemental).

Zizanie à gauche en Seine-et-Marne

Le parti communiste (qui avait un sénateur sortant, Michel Billout) conduira une liste avec la France Insoumise et peut-être EELV. Ce qui fait rager Vincent Eblé, sénateur (PS) depuis 2011, ancien président du Conseil départemental et candidat à nouveau pour les sénatoriales. Ce qui n’inquiète pas du tout Sylvie Fuchs (conseillère régionale, ancienne maire de Roissy-en-Brie), tête de liste communiste, selon un article du Parisien 77 (à lire ici). EV

Partagez cet article

Sénatoriales : les grandes (et petites) manoeuvres. Alain Richard investi par LREM !

Les sièges tant enviés... Visitez le Sénat en cliquant (foto Sénat)

Les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre. Voyez ici les sénateurs sortants des départements qui nous concernent.  Les grandes (et petites) manœuvres ont bien commencé, même s’il est toujours difficile d’avoir des infos. Voici quelques news sur les 77 et 95, en attendant le 93 (où Vincent Capo-Canellas, sénateur sortant, va présenter une liste, voir ici).

En Seine-et-Marne (6 sièges à pourvoir), la République en marche (LREM), avait investi … Nicole Bricq (morte dimanche dernier d’une chute d’escalier), 70 ans, ancienne députée de Seine-et-Marne, ancienne ministre et puis sénatrice. Cela avait provoqué un tollé chez les Marcheurs 77, au point qu’elle a dû jeter l’éponge. C’est ainsi que Arnaud de Belenet, Président de Val d’Europe Agglomération, conseiller départemental, marcheur de la première heure (ce qui lui avait valu des représailles politiques, revoir ici) mène une liste LREM, LR Constructifs, UDI. Voir le communiqué ici.

Coté LR, c’est Anne Chain-Larché, (fille de l’ancien sénateur Jacque Larché), sénatrice sortante, qui conduit la liste (la voir ici).

Le renouvellement en marche : Alain Richard !

Dans le Val d’Oise (5 sièges) la surprise du chef, c’est l’investiture que LREM a donné à Alain Richard, né en 1945, sénateur PS sortant (mais passé à LREM à la dernière heure, en juin 2017), 42 ans de mandats divers, maire de Saint-Ouen l’Aumône, ancien ministre de la Défense etc. De quoi énerver beaucoup de monde, dont Didier Arnal, ancien président du Conseil général, Marcheur de la première heure (revoir ici), et qui avait fait acte de candidature auprès de LREM pour conduire la liste. Selon mes informations (de bonne source) Arnal est toujours dans la course et devrait conduire une liste, malgré tout. De son côté, le maire de Valmondois, Bruno Huisman, soutien d’En Marche dès le début, est fâché et envisage de mener une liste. L’exemple de Nicole Bricq a dû leur donner du baume au cœur…

Coté PS (ou ce qu’il en reste), c’est le premier secrétaire fédéral, Rachid Temal, qui a été désigné par les “militants” pour conduire la liste, au grand dam de Dominique Gillot, sénatrice sortante.

Pour LR, on sait depuis longtemps que c’est Arnaud Bazin, président du Conseil départemental qui mène la liste. Mais… Philippe Métézeau, vice-président du même Conseil, devrait se présenter (sans liste) au nom de l’UDI.

La date limite du dépot des listes est le 8 septembre. A suivre… EV

Partagez cet article

Sénatoriales 2017 : Didier Arnal confirme sa volonté de conduire une liste dans le 95

On en a pas fini avec les élections, du moins en 2017. En septembre prochain auront lieu les élections sénatoriales, pour un renouvellement partiel du Sénat. Mais bon, c’est une élection aussi discrète que compliquée : seuls sont concernés les “grands électeurs”. Cliquez sur la foto ci-dessus pour voir comment ça se passe. Tous les départements de la région parisienne sont concernés, au scrutin proportionnel. On va suivre  ça, au moins pour les départements qui nous concernent, tout en sachant au moins une chose: les sénateurs du secteur, on les voit pas, on ne les connait pas ou peu et la plupart d’entre eux ne font rien pour être connus ou communiquer, à cause du mode de scrutin indirect. Sauf, à la rigueur, quand ils sont maires, à l’instar de Vincent Capo-Canellas, sénateur (UDI) et maire du Bourget. Je pense qu’il va se représenter.

Tout ça pour signaler que Didier Arnal, ancien président (PS) du Conseil général a confirmé, dans un communiqué, présenter une liste. Selon son dossier de presse, il semble espérer le soutien de REM, à laquelle il s’était rallié l’an passé (revoir ici). Cependant, il pourrait trouver sur sa route Alain Richard, actuel sénateur, (PS)  qui lui aussi est passé à REM. A noter aussi que le président (LR) Arnand Bazin conduira une liste. Voyez les 5 sénateurs du Val d’Oise.  EV

Partagez cet article

Arnal vers les sénatoriales ?

J’ai appelé tout à l’heure Didier Arnal, ancien député et ancien président (PS) du conseil général du Val d’Oise. Pour lui dire que l’article (cliquez sur la foto pour revoir) que j’avais fait sur lui à propos de son à son adhésion au mouvement “En Marche” a été (et est toujours) très lu. J’en ai même été étonné. Il était content, vous pensez bien. Et on a fait un tour d’horizon politique, en ces temps… inimaginables pour le moins. Toujours une bonne discussion, sans langue de bois (même quand il était président du CG95): c’est rare de nos jours.

Au cours de cette discussion, il m’a glissé, malicieusement, qu’il allait constituer une liste pour les prochaines élections sénatoriales (qui auront lieu le 24 septembre prochain, voir ici), “avec ou sans étiquette” m’a -il précisé. “Je peux en parler”? Réponse : pas de problème. Et bien voilà qui est fait, et rapidement. On suivra la campagne des sénatoriales (ces élections sont toujours peu compréhensibles pour le grand public…). Finalement, de Gaulle avait raison en 1969, quand il voulait réformer (sinon supprimer) le Sénat. EV

Partagez cet article