Amazon à Survilliers : ça marche !

Il est ouvert depuis septembre dernier (on avait oublié d’en parler ici, c’est pas bien…). Voici le communiqué d’Amazon que nous avions reçu en juillet dernier :

“Amazon va ouvrir en septembre 2019 un centre de tri de 24 000 m2 à Survilliers (Val-d’Oise). Ce site va générer la création de plus de 100 nouveaux emplois en CDI dans la région. Ces emplois s’inscrivent dans le projet déjà annoncé par Amazon de créer 1 800 nouveaux emplois en CDI en France en 2019, ce qui fera passer les effectifs de 7 500 collaborateurs à plus de 9 300 collaborateurs d’ici la fin de l’année.

Le site de Survilliers assurera le tri des colis en provenance du réseau de distribution d’Amazon avant leur expédition vers les centres de livraison urbains, puis leur collecte par les chauffeurs pour livraison auprès des clients.

« Nous sommes heureux de créer 100 nouveaux emplois en CDI à Survilliers dans le cadre du développement de notre réseau de transport », déclare Dennis Oates, Directeur Europe Programmes et innovation pour les Centres de tri.« Ce centre de tri viendra renforcer la chaîne logistique, permettant d’assurer des livraisons rapides et fiables, ce qui constitue un facteur de satisfaction et de confiance pour les clients Amazon. Notre objectif est de proposer la meilleure expérience possible à nos clients comme à nos collaborateurs. Cela passe par des innovations et des investissements permanents. Nous tenons à remercier la municipalité de Survilliers et toutes les acteurs impliqués pour le soutien apporté à l’ouverture de ce site » a-t-il ajouté.

Tous les collaborateurs recrutés en CDI sur le site d’Amazon bénéficieront d’une rémunération attractive et de nombreux avantages, dont un 13e mois, une participation ou une remise réservée aux salariés. Les postes proposés au sein des centres de tri d’Amazon, avantages inclus, sont ouverts à tous, sans condition de diplôme ou de formation.

Amazon dispose également d’un programme de formation innovant,Options de carrière,qui propose aux collaborateurs le financement d’une formation continue par la prise en charge de 95 % des frais pédagogiques et connexes pour les formations reconnues nationalement, à hauteur de 8 000 euros sur quatre ans.

Amazon continue de développer sa présence en France afin de répondre à une demande client en plein essor, élargir son offre et permettre aux PME qui vendent sur Amazon Marketplace de faire grandir leur activité”.

Eh bien voici une bonne nouvelle, qui met un coup de pied au cul à l’Amazon bashing en cours…

Et voyez ce site d’Amazon, qui résume bien l’implantation de la firme en France :

cliquez…
Partagez cet article

Simi : l’extension du hub de Fedex à Roissy à l’honneur

Eh bien non. Contrairement à ce que j’avais annoncé, je ne suis pas allé au SIMI, le jeudi 12, comme prévu. La faute aux bloqueurs. J’avais l’intention de partir de chez moi (Paris 20) pour rejoindre la Porte Maillot (à l’opposé). Ça bloquait déjà. Pas de métro, et il était hors de question d’y aller en voiture, vu le bazar, tant à Paris intra muros que sur le périph’. Je me décide, bêtement, l’avant-veille ,à appeler mon VTC habituel. Un type bien, qui a plusieurs véhicules. Je lui dis: “eh, ça doit bien marcher les affaires pour toi, en ce moment”. Réponse: “tu rigoles, c’est tellement le bazar qu’on ne peut plus faire de courses. Trop risqué d’être bloqués pendant des heures, et dans ce cas on perd de l’argent. Du coup on travaille sur Marne-la-Vallée en ce moment…” .Il va néanmoins voir ce qu’il peut faire pour moi. Il me rappelle le lendemain: pas moyen. J’enrage une fois de plus contre les bloqueurs privilégiés de la RATP….

Mais bon, on m’a raconté, envoyé des fotos, des communiqués, et j’ai suivi sur Internet.

Il n’y a certainement pas que moi qui n’ait pu m’y rendre. L’édition 2019 a réuni 26 000 visiteurs, contre 30 454 l’an passé.

Marie-Christine Cavecchi , présidente du Val d’Oise avec Jean-François Benon, directeur du CEEVO lors d’un entretien

Les acteurs habituels du Grand Roissy (la CA Roissy Pays de France, le département du Val d’Oise avec le Ceevo,  Roissy Développement la CA Paris Terre d’envol, Grand Paris Aménagement, ADP…)  avaient leurs stands, dispersés comme d’hab …

Le nouveau bâtiment de Fedex honoré

Comme chaque année, des Grands Prix (voir ici) ont été attribués par un jury de professionnels. Surprise cette fois, en plus des récompensés, a été décernée une “mention spéciale” . Ce fut pour la construction, par le groupe Essor, du nouveau bâtiment du Hub Fedex à CDG (le plus grand du monde après celui de Memphis. Revoyez ici la belle histoire de Fedex).

photo SIMI

Voyez ce qu’en dit le groupe ESSOR sur son site (avec une vidéo sur le bâtiment).

On est donc content ici… L’extension du Hub Fedex avait été annoncée en 2016, en présence de François Hollande, alors président de la République (revoir notre article ici). Le bâtiment (47 000 m2)  hébergera un nouveau système de tri équipé de technologies de pointe qui sera opérationnel en 2020. Fin 2020, la capacité maximale de tri du hub sera de 68 000 pièces par heure (46 000 colis et 22 000 petites boites et documents).   Le projet d’extension a été conçu pour utiliser au mieux les capacités et améliorer les performances. Il fera l’objet d’une double certification HQE et BREEAM.

Aujourd’hui, le hub FedEx de Paris-Charles de Gaulle permet de traiter jusqu’à 1 200 tonnes de fret chaque jour. Il emploie actuellement, rien que sur le hub de CDG, au moins 2500 salariés.

Souvenirs…

J’suis un peu nostalgique ces temps-ci… Je me souviens de la naissance de Fedex ici. A l’époque j’étais directeur du développement économique de la ville de Tremblay-en-France. Chargé donc, notamment, d’attirer le maximum d’entreprises sur le territoire communal. Je ne sais plus comment, mais j’étais rentré en contact (en 1993 de mémoire) avec M. de Calonne, de Fedex (je n’avais jamais entendu parler de Fedex), qui occupait alors un petit bureau en zone de fret, sur le territoire de Tremblay.Il m’informe que Fedex cherche à créer un important hub en Europe et que ça pourrait être à CDG ou à … Francfort. Je suis l’affaire de prêt, vous pensez bien, d’autant que, si CDG était retenu, il y a de la place encore sur la zone de fret située à Tremblay… Bonjour la TP pour la ville… Je suivais ça avidement avec Alain Ress, alors responsable cargo chez ADP. Un jour il m’appelle pour m’informer que Fedex avait choisi CDG plutôt que Francfort, pour des raisons climatiques et aussi les 4 pistes. Joie, mais vite moins de joie, ce ne sera pas sur le territoire de Tremblay, mais sur celui de  Roissy-en-France… J’appelle le maire de Roissy pour lui annoncer la bonne nouvelle…

Encore une fois, personne, ou presque, ne connaissait le nom de Fedex à l’époque. Du coup, j’avais décidé de le présenter dans le 1er numéro de Bénéfice.net (que je n’ai plus, malheureusement, ni en numérique, ni en papier).

Et, comme on pouvait le prévoir, il y a eu un Fedex bashing ici, conduit par une poignée d’élus du Val d’Oise, menés par J-P Blazy,  maire (PS) de Gonesse et alors député. Mais ça a fait long feu… La dernière” manif”, j’y étais, avait réuni une quarantaine d’individus. Tout ça c’est calmé depuis…  EV

Partagez cet article

“Contre l’écologisme” : un livre époustouflant de Bruno Durieux

Cliquez-ici pour voir la présentation de l’éditeur

J’ai fini de le lire (avec délectation). J’en avais entendu parler sur Internet et, intéressé, je l’ai acheté (sur Amazon…). Voyez le titre complet… Différence entre écologie et  écologisme. C’est donc écrit par Bruno Durieux (75). Il a une fait une belle carrière dans la haute fonction publique et dans la politique (plusieurs fois ministres, j’avoue que je l’avais oublié, mais son nom est vite revenu à ma mémoire). Il est, depuis 1995, maire de la (charmante) petite ville de Grignan, dans la Drôme.

En 253 pages, fort bien écrites et très documentées, il démonte avec brio, en remontant dans l’histoire récente, toutes les prophéties catastrophiques (qui se sont avérées fausses) des “théoriciens” malthusianistes  (comme la faim dans le monde, ente autres, sans parler de ceux qui, voici des années, prévoyaient un… refroidissement climatique) ). Et pourfend avec autant d’arguments ce que j’appellerai la “dictature” écologiste ambiante de nos jours, dont je témoigne quotidiennement (le dernier beau coup étant, chez nous, l’interdiction scandaleuse, d’un trait de plume, d’EuropaCity par E. Macron, pour courir après les “écologistes”  mais qui ne voteront jamais pour lui, erreur et précipitation), après 10 ans de préparation de ce  qui devait être un formidable équipement.

Pour le reste, s’agissant de “l’écologisme”, il suffit de voir les “programmes” des candidats, toutes tendances confondues, aux prochaines municipales. Mort de rire!!

Je reviendrai sur ce livre. J’ai laissé un message tout récemment à l’auteur, en sa mairie. J’attends avec hâte qu’il me fasse signe, pour parler avec lui et notamment de sa motivation pour avoir écrit, maintenant son livre. Mais renseignez-vous à son sujet ? Et achetez-le: satisfaction garantie ! EV

voyez l’interview sur BFM Business (juin 2019)

Partagez cet article

Magnifique Luzarches !

cliquez pour la vidéo

J’avais oublié de partager ce film (très bien réalisé, en bonne partie aérien) sur la belle ville de Luzarches (nord-est du Val d’Oise, 4500 habitants), membre de la communauté de communes Carnelle Pays de France (voisin de la CA Roissy Pays de France), dont elle abrite le siège.

La ville (voyez  le site de la mairie), encore une fois est vraiment superbe, en pleine nature. J’adore le centre ville avec sa halle magnifique et ses commerces vivants. Et j’en ai plein de bons souvenirs, tant professionnels que privés…  EV

Cliquez pour bien voir
Partagez cet article

Au buffet de fin d’année chez RoissyCopy

C’est au cours de leur buffet annuel, offert aux collaborateurs et aux clients de la société d’impression, que RoissyCopy a ouvert ses portes à Roissy Mail, ce vendredi 13 décembre 2019, dans leurs locaux d’une surface de 1000m² acquis depuis 2 ans, à Moussy-le-Neuf. Cette entreprise, spécialisée dans l’impression numérique tous formats, est une histoire familiale qui a vu le jour en 1990, basée jusqu’en 2017 à Roissy-en-France. Patrick Boudaud, co-fondateur de RoissyCopy avec le regretté Pascal Trudelle, fut rejoint par son fils, Matthieu Boudaud, quelques années plus tard. Ils sont, à ce jour, les deux gérants de l’entreprise et afin de garantir le meilleur des services aux clients, ils peuvent compter sur une dizaine d’employés experts dans le domaine de l’impression, ainsi que sur des machines récentes prenant en charge tous les types de formats et de qualités de définition.

« Nous proposons différents supports comme l’impression directe sur PVC (panneau et rouleau), toile, plaque d’aluminium composite et carrelage. RoissyCopy s’occupe de tout le processus, du devis jusqu’à la pose. Nous acceptons les conceptions graphiques mais aussi, nous pouvons les créer en accord avec les requêtes du client. Notre clientèle peut aller des particuliers, avec de petites commande, jusqu’aux entreprises, dans de plus grandes quantités », explique Jeoffrey Jordan, responsable d’atelier.

Pas avare de relever des défis, l’entreprise a récemment imprimé son plus gros produit, une bannière de façade de 3 mètres de hauteur pour 50 mètres de longueur pour un hôtel du 95. L’imposante bannière a été produite en plusieurs pièces et assemblées une fois sur place.

http://www.roissycopy.com. (adresse : 4 avenue des 22 Arpents, 77230 Moussy-le-Neuf) WM

L’avis d’EV

tiens, je reconnais cet avant-bras...

Toujours un plaisir de parler de RoissyCopy, que je connais depuis longtemps. Belle entreprise, utile… Quand on pense que les fondateurs, Patrick et Pascal (amis d’enfance, ils jouaient ensemble dans un bac à sable à Aulnay…), ont commencé dans un tout petit bureau, à  Roissy-en-France (qu’ils avaient quitté d’une manière… rocambolesque ) voici 30 ans, avec… une simple photocopieuse.. .). Chapeau ! Un chaleureux bonjour à toute l’équipe !

Partagez cet article

Le projet de liaison TGV Roissy-Picardie ne convainc toujours pas les élus de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France

Toujours remonté, Patrick Renaud

Dans le cadre de la (nouvelle…) concertation préalable concernant le projet de liaison ferroviaire Roissy-Picardie, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a organisé une réunion publique afin d’informer et de prendre les avis des habitants, qui seront impactés par le projet. La réunion s’est tenue le mardi 10 décembre 2019, dans la salle polyvalente Marcel Hervais à Roissy-en-France, devant des élus de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France et quelques habitants des villes de Vémars et Villeron ayant pu faire le déplacements, encadrée par Sylvie Denis-Dintilhac et Floran Augagneur, tous les deux garants de la concertation pour la CNDP, ainsi que de Laurence Rosset, Responsable de concertation pour la SNCF et André Bayle, Chef de la mission SNCF Roissy-Picardie. A noter que parmi les élus locaux présents, il y avait Patrick Renaud, Président de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France, André Toulouse, Maire de Roissy-en-France, Pascal Doll, Maire d’Arnouville, Jean-Noël Moisset, Maire de Survilliers, Dominique Kudla, Maire de Villeron, Frédéric Didier, Maire de Vémars, Michel Jaurrey, 2ème Adjoint au Maire de Gonesse à l’urbanisme, Marie-Christine Robert, 3ème Adjoint au Maire aux affaires culturelles et associatifs, et Daniel Mella, 4ème Adjoint au Maire de Marly-la-Ville à l’urbanisme. Le débat fut animé par Emilie Walker, de l’Agence Eker.

Comme un préambule annonçant l’humeur générale de la réunion de concertation, Patrick Renaud prend le micro et déclare : « Pour commencer, je tiens à dire que je ne suis pas content. La manière n’est pas respectable. Dans l’état du projet, je suis contre. Cette nouvelle concertation tombe au plus mal. Aux noms des 42 communes dont je représente, cette annonce nous contrarie grandement. Nous avons rien contre la Picardie, rassurez-vous, mais depuis ces dernières semaines, après l’annulation d’Europa City, la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France se sent lésée, sachant que nous ne serons pas ceux qui en profiterons, bien qu’en ayant les infrastructures sur notre territoire ».

au micro, Dominique Kudla, maire de Villeron, est en première ligne contre le projet

Pour rappel, ce projet d’un montant estimé à plus de 300 M€ aura surtout vocation à connecter les Hauts de France au réseau TGV, en passant par la gare CDG.  Et permettra dans la foulée de faciliter l’accès pour les habitants des Hauts-de-France aux emplois de la plateforme aéroportuaire de Paris-Charles de Gaulle. Mais la CA Roissy Pays de France ne l’entend pas de cette oreille. Dans ce contexte, une motion contre ce projet avait été votée à l’unanimité lors du conseil communautaire du 27 septembre 2018 (la voir ici).

“Inclusif”…

Floran Augagneur, à l’écoute des propos exprimés par le Président de la Communauté d’Agglomération, lui répond : « Nous entendons votre discours. Sachez que la CNDP est organisme indépendant. Notre rôle de garant en ce qui concernent ce projet, se fait dans un principe d’équivalence, de transparence, en utilisant le principe d’argumentation et en établissant une cartographie des arguments. Grâce à ce dispositif participatif, inclusif, nous restons à l’écoute de tous ».

Pendant environ une heure, s’est ensuite déroulée une présentation du projet de liaison ferroviaire Roissy-Picardie, où André Bayle a défendu ce dernier. « Notre objectif est l’amélioration du service au quotidien et la desserte du Pôle de Roissy. Par ce fait, nous construirons un raccordement à double voie de 6,5 km pour le TGV, entre la gare de Survilliers-Fosses et les voies TGV existantes à proximité de Vémars. La création de quais en gare de Roissy CDG et divers aménagements sur les gares en amonts sont également prévus », dit-il.

“foutage de gueule”

« Nous avons besoin de plus de temps ! », s’insurgent les élus. La salle devient subitement bruyante, une grande partie de l’assistance semble assez mécontente des informations dévoilées par le représentant projet de SNCF Réseau. « De toute façon, les dés sont pipés ! C’est du foutage de gueule ! » ou « Ce n’est pas une concertation, vous attendez simplement notre validation ! », sont les phrases qui fusent dans les airs, profitant du léger brouhaha ambiant. André Bayle tente de rassurer les élus : « Rien est figé. C’est pour cela que nous sommes réunis aujourd’hui et que la concertation est ouverte jusqu’au 31 janvier 2020. Nous avons besoin de connaître vos besoins et vos retours ».

Directement impactés par le futur raccordement ferroviaire, les maires de Villeron et Vémars fustigent le projet : « Ce n’est pas clair tout ça, il y a beaucoup de zones d’ombre. Aucune communication concernant le trafic de nuit et les nuisances sonores. Nous avons amorcé la construction de plusieurs zones habitables, vous ne prenez pas en compte nos projets actuels. Et pourquoi une concertation envoyée à la dernière minute, pendant cette période ? », demande Dominique Kudla. « C’est un leurre !  L’idée n’est plus aux questions, c’est un manque de respect aux élus et aux citoyens. Je suis opposé à ce projet, déjà ficelé, qui prévoit une partie du massacre du bois et des terres agricoles. De plus, votre communication est douteuse », ajoute Frédéric Didier.

C’est avec une certaine agitation que les échanges se déroulent, les élus globalement d’accords entre eux ne se cachent pas pour montrer leurs inquiétudes. L’échange arrive rapidement dans une impasse. Le débat s’enlise et les questions d’habitants, évoquant les nuisances phoniques et la détérioration de leur cadre de vie, ne viennent pas arranger les choses.

L’écologiste Bernard Loup, Président du “Collectif pour le Triangle de Gonesse”, expose son avis : « Je suis contre le projet (en 2011 il était pour, NDLR). Ce sont les acteurs économiques, les responsables », avant d’être rapidement interrompu par le Président d’Agglomération de Roissy Pays de France. « Ah oui ! C’est sûr ! Vous êtes contre tout ! C’est en partie grâce à des gens comme vous qu’Europa City a été abandonné », lui dit-il. Rajoutant à la fin d’une courte joute verbale, Patrick Renaud reprend l’expression à haute voix : « Vous le savez… quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ».

Les élus ne se gênent pas de rappeler à André Bayle que le Barreau de Gonesse, projet similaire datant du début des années 2000, a été annulé au profit de ce nouveau projet s’apparentant à un Barreau de Picardie. Ils y voient comme une provocation à leur encontre.

En conclusion, ce n’est pas cette réunion publique de 2h qui aura réussi à répondre aux questions et à réduire les inquiétudes des riverains. Beaucoup de points clefs n’ont pas été abordés et les élus y voient clairement un forcing du projet, durant une période qui ne leur laisse pas énormément de temps de réaction. Comme il avait ouvert la réunion par sa prise de parole, Patrick Renaud reprend le micro pour y apporter sa conclusion : « C’est bien gentil tout ça mais même vos chiffres ne sont pas clairs. Pécresse nous a dit qu’il n’y a plus d’argent, pas d’aide. Alors qui va payer le déficit ? Moi, je n’ai plus de recette ! En plus, vous savez que les mairies sont très occupées pour la période des vœux et dans la préparation des prochaines municipales. L’angoisse est palpable. Donc, ce n’est pas fini, j’ai 42 maires à réunir et j’entends bien nous faire entendre, car là, c’est le projet imposé de trop ».

Vous aussi donnez votre avis par écrit : en contribuant sur le site internet www.roissy-picardie.fr via le formulaire ou en écrivant via email à SNCF Réseau : concertation-roissy-picardie@reseau.sncf.fr ou par courrier au : SNCF Réseau, Direction de la Stratégie du Réseau, Mission Roissy-Picardie, 18 rue de Dunkerque, 75010 Paris. La concertation se déroule du 2 décembre 2019 au 31 janvier 2020. WM

Partagez cet article

Roissy Picardie : quand j’avance, tu recules…

cliquez pour voir le site Roissy Picardie

C’est incroyable ! Un truc bien français…. Le projet de raccordement de la Picardie au réseau TGV (liaison directe Picardie Roissy, qui implique la construction d’une nouvelle voie (un barreau sur 6 km, sur le territoire de la CA Roissy Pays de France), revient sur la table. Avec une nouvelle “concertation”, alors qu’un débat public avait eu lieu, organisé par la CNDP, pas moins) en 2010 ! J’avais suivi plusieurs réunions, qui ne furent pas tristes (faites Roissy Picardie dans le moteur de recherche de Roissymail, en haut, à droite). En fait le Val d’Oise est contre, singulièrement la CA Roissy Pays de France, et l’ensemble de la classe politique picarde (Verts compris) est pour. Et puis on a plus entendu parler du projet pendant des années, avec des déclarations contradictoires des différents ministres des transports.

C’est reparti donc. Avec une réunion publique notamment à Roissy-en-France, mardi dernier. Peu de monde, surtout des élus (voir le compte rendu de WM ci-dessus). Voyez la page wikipedia consacré au barreau. Et, en cliquant ci-dessous, mon avis sur la question, notamment sur l’opposition de la CA RPDF. EV

Partagez cet article

Un nouveau restaurant à Roissy Village: des crustacés dans le “Vivier de la Mer”

Encore un restaurant à Roissy !  « Le Vivier de la Mer » spécialités de fruits de mer est ouvert depuis le mercredi 4 décembre 2019. En fait il remplace le restaurant japonais « Oishii » qui occupait les lieux depuis 10 ans. Ce nouveau restaurant propose un menu qui répondra aux attentes des amateurs de crustacés, coquillages ou autres poissons… Misant sur la fraîcheur et la qualité des produits, avec un approvisionnement direct  à Rungis, deux à trois fois par semaine.

Lors d’un entretien, Virginie Rouy, propriétaire de l’établissement, nous a  dit : « L’idée est de ne pas faire comme dans les chaînes de restauration, dans ce domaine gastronomique. Notre slogan est : « De la mer à l’assiette ». Nous contrôlons nous-mêmes la fraicheur des produits, provenant des côtes françaises. Nous disposons également d’un vivier où les clients choisissent leur crabe ou langouste, avant préparation ».

« Nous espérons répondre aux fortes demandes des habitants des alentours, leur offrant la possibilité de déguster des fruits de mer, proche de chez eux. Nous sommes heureux d’accueillir cette clientèle exigeante, leur proposant un service dans les règles de l’art », ajoute-t-elle.

Le plat recommandé est une spécialité de la maison, issu de la gastronomie espagnole, « Les Parilladas », un plateau de moules gratinées, huitres chaudes, St Jacques, couteaux persillés. Si les fruits de mer ne sont votre truc, ce n’est pas grave ! Le menu propose aussi un large éventail de poissons, d’accras… et les plus difficiles pourront toujours choisir une entrecôte. La livraison est disponible, avec possibilité de commander des plateaux en tant que clients d’hôtels, particuliers et séminaires d’entreprises.

« Le Vivier de la Mer » est ouvert du mercredi au dimanche, de 12h à 14h le midi et de 18h30 à 22h le soir, au 65 avenue Charles De Gaulle, 95700 Roissy-en-France. Le restaurant annonce son ouverture exceptionnelle le soir du réveillon de Noël, pour ceux qui ne sauraient pas quoi faire pour les fêtes de fin d’année. Service sur place, à emporter ou en livraison dans un périmètre de 10 km.  Réservation au : 01 34 29 06 86. Site internet : https://www.levivierdelamer-roissy.com WM

L’avis d’EV

cliquez pour (re) voir cet article

Ça m’a fait penser à l’ouverture, voici 10 ans de ce “JAPONAIS” que nous avions gouté à son ouverture, avec Bignon et Pascal Trudelle (dont ce sera, en janvier,le 7eme anniversaire” de sa mort, prématurée. Tristesse).

Partagez cet article