Le Parvis de l’église de Roissy a fait peau neuve

L'église Saint-Eloi et son parvis, comme neufs.

Samedi dernier, après une messe en la présence de Mgr Riocreux, s’est tenue une cérémonie bien sympathique, comme toujours à Roissy-Village.

André Toulouse et Mgr Riocreux, évêque de Pontoise
André Toulouse, maire de Roissy et Mgr Riocreux, évêque de Pontoise

Le maire de Roissy, en présence donc de l’évêque, mais aussi du sous-préfet Henri d’Abzac, de Mme Gris, vice-présidente du Conseil général, et de Patrick Renault, 1er adjoint et président de Roissy Porte de France a décrit les différentes étapes pour l’entretien de l’église. Le cout total des ces travaux se monte à un peu plus de 3 millions d’euros, dont 2 millions à la charge de la commune, le reste étant subventionné par l’Etat, la Région et le Département.

Vous pourrez lire avec intérêt, (les discours du maire de Roissy sont toujours bien faits) le discours de M. Toulouse, qui n’a pas hésité à rentrer dans les détails, malgré le froid de canard que nous avait réservé le printemps ce matin-là…

L’église, qui est située juste à l’entrée de la commune, avait bien souffert du temps, notamment à l’époque de la construction de CDG. C’est ce qu’a rappelé le maire : “pour mieux comprendre l’importance de ce qui nous a été imposé dans les interventions de confortation de l’édifice, il faut rappeler que les désordres graves sont apparus dès 1974. Ce n’est pas un hasard lorsqu’on a connu les travaux liés à la construction de l’aéroport. Nous sommes les témoins des convois ininterrompus de camions chargés à bloc de matériaux nécessaires. File montante chargée à bloc et descente à vide, ceci pendant 3 années pour le plus fort de l’aménagement. Précisons que le village était l’entrée principale du chantier. Bien des maisons ont été fissurées et l’église, malgré son recul par rapport à la voie, a été fortement ébranlée sur ses bases”.

Mme Gris a rappelé la subvention du Département et, comme l’avait fait le maire, remercié tous ceux qui avaient travaillé dans le chantier ( à noter que le maître d’ouvrage du parvis, de la sacristie était M. …Danton).

Suivant la tradition républicaine, le sous-préfet a conclu en rendant un hommage à la continuité de l’action menée par la municipalité de Roissy.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire