Le préfet de la région Ile-de-France, Daniel Canepa, a visité une partie du Grand Roissy

Le président Renaud, de l'avis de tous, a fait une excellente présentation de Roissy Porte de France et de ses nombreux projets

Il y avait de l’émotion,  dans le regard et dans la voix d’André Toulouse, maire de Roissy depuis 1977, lorsqu’il a

Le préfet Canepa, attentif.
André Toulouse, maire de Roissy-en-France, est en train de voir ses efforts reconnus

accueilli, mardi dernier, le préfet de la Région lle-de-France, M. Daniel Canepa. Pour ce maire, qui s’est bien souvent senti seul, s’agissant de l’intérêt de l’État envers sa commune et de la région qui l’entoure, la venue d’un préfet de Région, pour la première fois, dans sa commune a dû lui mettre du baume au cœur.

C’est que mardi, c’était sérieux et, de l’avis de tous, réussi. La visite du préfet (voir sa biographie ici ) Canepa s’inscrivait dans sa double (au moins…) casquette territoriale du moment: le suivi du Grand Paris (où cet homme de confiance du chef de l’État est souvent décrit comme le “boss” ) et celui du rapport Dermagne qui doit déboucher sur une étude (en cours voir la page du Grand Roissy dans l’accordéon ici ) et des Assises (ou Rencontres ) du Grand Roissy qui se tiendront fin janvier à l’Orangerie de Roissy-en-France.

Demandez l’programme !

Vous pourrez voir le programme de la visite du préfet ici , qui était accompagné entre autres personnalités de MM. Maccioni, préfet du Val d’Oise et d’Abazc, sous-préfet de l’arrondissement de Sarcelles. La délégation de l’État fut reçue d’abord au siège de la Communauté de communes Roissy Porte de France. Le président Renaud a fait une présentation remarquée (et brillante, de l’avis de tous) des atouts mais aussi des attentes de cette Communauté, dont il faut bien redire ici tout l’excellent travail qu’elle fait depuis des années, tant en matière d’intercommunalité, que de développement économique  et de promotion de la région aéroportuaire. Vous pourrez voir dans l’article ci-dessous la présentation en image du Président Renaud et ci-dessous le reportage qu’a fait dès mardi soir VO.News. Il y eu débat…


Roissy, l’un des moteurs principaux du Grand Paris
envoyé par vonews.

après que le préfet se soit exprimé en réponse. Celui qui fut, de 1983 à 1986, administrateur des Iles du Vent et des Terres australes a convenu des “décalages” de la région de Roissy, en regard de son poids économique : problème du chômage local, contre lequel il faut “améliorer la formation” , problème de la “mobilité”, où il “manque des liens nécessaires”, problème des “divisions administratives” qui affectent la dynamique de l’ensemble. A propos de ces dernières, le préfet a évoqué la volonté de la Seine-et-Marne d’intégrer le Grand Roissy. Puis, évoquant l’EPA Plaine de France (son DG, Hervé Dupont, était là), il a déclaré (un brin mystérieux…) : “il faudrait recentrer l’action là où elle est le plus attendue”.

Jean Rebuffel : l’interlocuteur

Le préfet à confirmé que, pour ces dossiers dans la région, l’interlocuteur de tous était bien Jean Rebuffel (ancien DDEA du Val d’Oise (ce qui est une très bonne chose, ndlr) en indiquant que les futurs CDT (Contrats territoriaux de développement , prévus par loi loi sur le Grand Paris, l’un sur Val de France-Gonesse, l’autre sur Roissy Porte de France- Tremblay et Villepinte)  devront “être en cohérence avec l’ensemble”…  Presque lyrique, M. Canepa à prévu une augmentation de 20% du nombre d’emplois sur la région aéroportuaire (ces prochaines années), dont il a dit qu’elle est “une richesse extraordinaire qu’il faut organiser (et non que ce soit ) des “boites juxtaposées les unes aux autres”.Puis qu’il faut “mettre en synergie ceux qui ont à réfléchir sur la cohérence…”.

A ce moment, le rédacteur de ces lignes, qui plaide depuis des années pour cette vision, a ressenti une sorte de… allez … jouissance, allez, osons.. d’orgasme intellectuel, amplifié juste après avec cette phrase préfectorale “il faut avoir le courage de dire qu’il y a encore des besoins routiers“, en écho aux propos du président Renaud et d’André Toulouse demandant que l’État bouge sur la question du bouclement de l’A 104 au nord de CDG, entre autres…

Le président Renaud a rebondit en disant tout le bien qu’il pensait de la partie seine-et-marnaise du Grand Roissy qu’il appelle à rejoindre activement le mouvement (et en souhaitant le regroupement des 3 interco du canton de Dammartin), ce qui provoqua une 2ème secousse chez l’auteur de ses lignes… Patrick Renaud a ensuite félicité chaudement l’EPA Plaine de France qui, il faut le dire ici, suscite un enthousiasme unanime (3ème secousse car il faudra, je pense, dans la mise en œuvre probable d’une DDTADD, un outil démocratique efficace d’aménagement).

En 2ème réponse, le préfet (qui a justement remarqué que crise ou pas crise, il y a ici “toujours des grues partout” , qu’il voit aussi ici, sur la foto travaux)  a reformulé les priorités : développement économique, transports, formation.

Goussainville présent

Le préfet et l’assistance, composée de presque tous les maires de la CC (dont le sénateur maire d’Ecouen Bernard Angels et notre maire d’Epiais-lès-Louvres, Isabelle Rusin) le  député Y. Paternotte, et Vivianne Gris, vice-présidente du Conseil général, ont ensuite fait une tournée en bus pour visiter quelques points de développement de la CC. Beaucoup ont regretté (et n’ont pas compris surtout  ) l’absence de Didier Arnal, président du Conseil général du Val d’Oise, dont le programme prévoyait pourtant la présence.

Alain Louis, maire (PS) de Goussainville et Luc Broussy, conseiller général du canton de Louvres-Goussainville, dans le car de Roissy Porte de France, ravis

On notait en revanche celle  (plus que symbolique) des élus de Goussainville, dont l’adhésion à Roissy Porte de France (formellement l’an prochain) ne fait plus l’ombre d’un doute: Alain Louis, le maire (PS) était tout sourire, Luc Broussy, conseiller général et adjoint au maire, chargé de la com’ et de l’interco et  David Ulger, adjoint aux affaires économiques.

Puis le maire (PS)  de Gonesse J-P Blazy est venu, après la balade, accueillir la délégation préfectorale pour les conduire vers le Triangle de Gonesse et le futur contrat de développement territorial Val de France-Gonesse. On n’ a pas suivi, mais on vous dira plus tard, si possible, ce qui s’est dit et passé….

EV

Mon avis : quel plaisir !

Je suis, modestement et à ma place, certainement dans le même état d’esprit qu’André Toulouse. Enfin !  Et que nos lecteurs (et j’invite M. Canepa à le faire aussi)  de prendre le temps de voir ce que j’avais écris (entre autres) dans l’édito du Bénéfice.net 26 dans lequel je déplorais (une fois de plus) l’absence de l’État vis à vis du “pôle de Roissy”, après la fin de la mission “Roissy” (préparatoire à l’ancien SDRIF). Et où je propose l’organisation d’États-Généraux du pôle. J’y reviendrai ici, mais je ne vois pas comment il ne pourrait y avoir de structure pouvant coordonner à la fois des projets estampillés Grand Paris (les CTD) et l’ensemble de la région aéroportuaire, dans sa définition territoriale telle que la défini notre Carte du Grand Roissy : y’a pas mieux à ce jour. On continuera, ici, à notre place d’observateur, de faire avancer le schmilblick…

Un  regret toutefois. Même s’il ne pouvait se déplacer partout en une journée, il eut été bon, du point de vue du message, que le préfet de Région passa symboliquement par un point de Seine-Saint-Denis ici et un autre en Seine-et-Marne (je n’ose même pas évoquer le Sud de l’Oise, incroyablement, tel le nuage de Tchernobyl, exclu du périmètre de l’étude (qui s’annonce bien  pourtant, voir plus bas) sur le “Grand territoire de Roissy”.

Ça viendra…


Partagez cet article

Laisser un commentaire