Le préfet Canepa et une importante délégation de l’Etat dans le Nord Seine-et-Marne. Albarello lance l’idée d’une gare au Mesnil.

C’était passionnant, avant-hier, à la mairie du Mesnil-Amelot.  Y’avait, sur une invitation d’Yves Albarello, reçus par le maire (UMP) de la commune, Alain Aubry, tenez-vous bien : le préfet de région IDF M. Canepa, le préfet, Directeur régional de l’Équipement Jean-Claude Ruysschaert, le préfet de Seine-et-Marne, Jean-Michel Drevet, le sous préfet de Meaux  M. Cazenave-Lacrouts, pas moins.

à droite, le sous préfet, de Meaux, le député, le préfet de Région et le préfet de Seine-et-Marne

Le préfet Canepa était accompagné de M. Rebuffel, la cheville ouvrière de l’étude en cours sur le “grand territoire de Roissy”.

Tout ce beau monde a écouté avec attention les propositions d’Yves Albarello, député (UMP), voyez son blog  officiel, y’a de l’actu)  du secteur (après la réforme des circonscriptions) faites avec toute l’autorité qui lui confère le fait d’avoir été  rapporteur de la loi sur la Grand Paris.

Le député a détaillé une proposition inédite : celle de rajouter au “Grand huit”, le métro automatique prévu par la loi du Grand Paris (et non “Arc Express” comme l’a présenté par erreur D. Pestel, journaliste, dans une édition récente du Parisien 95…) une gare supplémentaire, en fait le terminal  dans sur la  commune du Mesnil-Amelot (mais hors du territoire de CDG), reprenant en cela les suggestions de l’architecte Castro (voir ici). Le député ne manque pas d’arguments, et je vous invite à lire son topo du Mesnil ici. Du coup,  il suggère en même temps la mise en place d’un contrat de développement territorial autour, qui pourrait concerner les intercommunalités avoisinantes.

Le maire (UMP) du Mesnil a accueilli cette proposition avec enthousiasme, vous pensez bien… Le préfet a franchement trouvé l’idée intéressante et a suggéré l’édition d’un “cahier d’acteur”  dans la concertation en cours, afin que la société du Grand Paris puisse juger de l’opportunité de ce terminal.

La délégation, suivie par votre serviteur, s’est ensuite rendue  dans la salle “Planète Oxygène”, à Claye-Souilly, fief du député. Là l’attendaient des élus du secteur et la presse.

le préfet Canepa, à Claye-Souilly

A la tribune, le député-maire a reformulé ses propositions pour le Mesnil,  et a détaillé , dans son discours, un ensemble d’autres mesures, actualisant la note sur le territoire qu’il avait remise à l’Élysée en septembre (dont nous avions parlé ici). Il s’agit surtout de mesures concernant les transports et la mobilité mais aussi la formation avec la revendication d’un IUT des métiers de l’aérien à Dammartin. Vous trouverez l’ensemble des “actions” dans sa note ici, actions dont le développement, à précisé le député ” implique une concertation entre l’ensemble des collectivités territoriales concernées et leurs élus, notamment au sein des intercommunalités du secteur”.

Notre avis : excellent, mais…

On se réjouira ici de ces propositions et de la plus spectaculaire d’entre elles : la gare terminale du Grand Huit repoussée au Mesnil-Amelot. Cette commune est véritablement l’avenir de la croissance de CDG et cette partie là du Grand Roissy. Elle possède déjà sur son territoire les terminaux 2E, 2F, 2G, le S3 et le S4 qui va ouvrir en 2012. De plus, sur cette partie du territoire aéroportuaire, une véritable nouvelle zone d’activités se met en place depuis quelques années, avec notamment Servair et ses filiales, Air France Industrie, la zone “logistique”.  Le futur développement hôtelier de la ville (voir ici) témoigne de ce dynamisme, qui sera renforcé avec la mise en œuvre, en cours, de la grande ZAE de La Chapelle-de-Guivry (70 ha, face à CDG, le long de la future A 104). En plus, tous les habitants du secteur pourraient avoir ainsi accès direct au grand réseau parisien.

Il est clair, et le député l’a répété à plusieurs reprises, enfonçant même le clou devant les préfets, que la copie de Christian Blanc sur le Grand Roissy (dont le nom n’est même pas évoqué dans le document de la SDGP) était incomplète, parlant même “d’objectif-croupion”.

M. Rebuffel, le directeur qui coordonne l'étude de l'État sur "Roissy", à son arrivée à la mairie du Mesnil-Amelot.

Un bémol toutefois: on rappellera ici que si le Nord Seine-et-Marne est “défavorisé” (allusion à la “réserve d’Indiens” évoquée par le député), il n’a qu’a s’en prendre qu’à lui même. Intercommunalités disparates, et  leurs corollaires, les  inégalités de ressources fiscales incroyables, projets bloqués pendant des années par les rivalités (passées certes) entre les élus (la fameuse piscine, la ZAE de la Chapelle, et même la station d’épuration du Mesnil !), j’en témoigne.

La Communauté de commune voisine, celle de Roissy Porte de France, a , elle, engagé depuis des années un programme intelligent de ZAE, d’équipements publics et de services à sa population, de partage des ressources (le tout dans une interco unie, efficace, qui sait faire la nécessaire part des choses entre la “politique” et ce qui précède (demandez aux maires communistes de Marly et de Fosses ou au sénateur-maire PS d’Ecouen) et sans parler de la promotion de son territoire,  le tout sans pleurnicher et sans l’aide de l’Etat (demandez à Patrick Renaud et à André Toulouse … ).

Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. L’avènement d’une nouvelle majorité, dynamique,  à la CC Plaine de France a déjà débloqué les dossiers évoqués ci-dessus. L’avènement d’une nouvelle majorité au Conseil général, l’implication d’un vice président comme Gérard Eudes ou celle de Bernard Corneille, conseiller général chargé, au CG, “des relations avec la plateforme aéroportuaire”, les récents documents sur le secteur adoptés par le même CG , tout cela montre bien que la gauche (puisque c’est d’elle dont il s’agit) a avancé beaucoup, rompant en cela avec des dizaines d’années d’immobilisme des notables (fatigués) de la droite seine-et-marnaise…

Raison de plus pour déplorer l’absence des élus de cette même gauche lors de cette visite du préfet de région. Invités, ils n’ont même pas répondu. Sans unité (qui existe pourtant puisqu’il y a un quasi consensus droite-gauche sur le fond du développement territorial), vous pensez bien que l’État ne va pas se fatiguer… Il faut réparer ça.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire