Hulot a médiatisé Sevran. Asensi fâché

Cohue, hier, dans la salle des fêtes de Sevran

Sevran se souviendra, quoi qu’il arrive, de ce 13 avril 2011. Pratiquement tous les médias français (et certains étrangers) étaient là pour l’évènement : la déclaration de candidature de Nicolas Hulot à l’élection présidentielle de 2012.

Le célèbre animateur de télévision avait choisi Sevran, une ville pauvre. Deux raisons à cela: la présence, à la tête de la ville de Stéphane Gatignon, ex PCF, ex protégé de François Asensi, devenu conseiller régional écologiste (EELV). Et la pauvreté de la commune de Sevran, qui a permis de symboliser le côté “social” du nouveau candidat, qui en a sûrement besoin.

Ce qui n’a pas plu à tout le monde: sur le chemin de la salle des fêtes, où se tenait le discours (qui était déjà en ligne sur le site 2012HULOT) on pouvait voir des affichettes (anonymes),collé un peu partout du genre : “on ne veut pas être une caution sociale”…

Dès 10h, une foule de journalistes attendait le nouveau messie écolo. A 11 heures tapantes, comme prévu, il est arrivé avec Stéphane Gatignon. Déchaînement de la meute des  photographes et des cameramen (et women: j’ai remarqué depuis un moment que le profession se féminise), crépitement des flashes…  Votre serviteur était là, tout fier avec son nouvel appareil foto, un Canon EOS 60 D, mais qui semblait tout ridicule comparé aux énormes objectifs des vrais photographes…   “Nicolas!” par ici , “Nicolas!”  par là… L’animateur a l’habitude, ça se voit…

Pendant une bonne demi heure, il a lu sa déclaration, très “gaullienne” (“j’ai décidé d’être candidat…”) sans


(intégrale) Présidentielle 2012 : Candidature de… par 2012Hulot

que l’on sache s’il va participer aux “primaires” du parti EELV ou pas (plutôt pas, selon moi) . Une tonalité nouvelle, en fait plutôt “centriste”, mâtinée d’attaques contre les “délires ultra-libéraux”, ce qui ne mange pas de pain et qui m’a fait sourire… Mais bon, c’est à lire ou à écouter sur cette vidéo retransmise par Dailymotion.

En plus, les caméras derriere...

Stéphane Gatignon avait pris la parole juste avant, rapidement, évoquant Sevran,  “ville-monde” à cause de ses nombreuses communautés étrangères, ville “exemplaire” à cause de la “qualité de son tri selectif” (sic). Discret, on voyait pourtant qu’il ne boudait pas son plaisir. Déjà qu’il a été pas mal médiatisé avec les récents mitraillages dans sa ville et avec la sortie de son livre “La fin des dealers”, dans lequel il se prononce pour la légalisation du cannabis, ce qui lui a valu 2 pages dans le Parisien la semaine dernière et d’autres couvertures médiatiques comme ici sur RMC.

Asensi fâché. Gatignon futur ministre?

Tout cela n’a pas arrangé les choses dans les relations désormais plus qu’exécrables entre Stéphane Gatignon et son ex mentor François Asensi (voir RM 565 et 568) . Juste avant la venue de Hulot à Sevran, Asensi (député de la 11ème circonscription : Tremblay, Villepinte, Sevran) s’est fendu d’un communiqué rageur (à voir sur le site du PCF 93 ou repris ici). Dans celui-ci, Gatignon est accusé, pas moins, “d’instrumentaliser la ville au service de ses ambitions personnelles”, entre autres amabilités comme celle d’avoir “rejoint l’aile droite d’EELV”.Quant à “l’animateur de TF1”, accusé de s’acheter une “conscience sociale” à Sevran, il ne trouve aucune grâce auprès du maire de Tremblay.

De son point de vue, Asensi n’a pas tort de se fâcher : c’est lui qui a “fait” Stéphane Gatignon et voici que celui-ci s’émancipe ! D’autant qu’on peut parier que, si la gauche ou le centre gagnent les prochaines présidentielles, le jeune ancien militant communiste (je vous ferai un jour le résumé de son premier livre, écrit sous forme d’entretien avec la journaliste Sylvia Zappi, ça vaut le coup !) a toutes les chances de devenir ministre.

Va falloir être zen, le jour là, François…

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire