On est inquiet pour Stéphane Frantz di Rippel et ses compagnons, enlevés lâchement à Abidjan

Stéphane Frantz di Rippel

La prise d’otages, l’enlèvement, sont certainement (avec les attentats), sont une des formes les plus lâches des criminels. Nous sommes solidaires de tous les otages, tous. Mais quand on connait personnellement l’un d’eux, on est encore plus concerné.

J’ai connu Stéphane Frantz di Rippel lorsqu’il venait d’arriver comme directeur du Novotel Orisha de Cotonou, en 2007. Il m’avait fort bien reçu, à plusieurs reprises, sur la recommandation de notre ami Marc Carcagno (qui lutte actuellement contre une vilaine maladie:  salut , amitiés et encouragements à lui), alors directeur de Novotel CDG. Stéphane mena à bien ensuite la rénovation de l’hôtel (aujourd’hui le meilleur de la place, j’en témoigne) et la construction de l’Ibis de Cotonou, attenant au Novotel.

Il fut ensuite directeur du fameux Sarakawa, devenu Mercure, à Lomé (Togo) où nous étions passés,  en 2009 lui déposer le  glorieux Bénéfice.net 26, africain. J’ignorais que depuis il était en poste au Novotel Abidjan. Vous imaginez ma réaction lorsque j’ai appris son enlèvement, par une bande de voyous en uniforme, le 4 avril dernier, avec comme compagnons d’infortune, un homme d’affaire important de Côte d’Ivoire, Yves Lambelin,  et deux autres personnes un Malaisien et un Béninois.

Sa compagne, Karine Perelle, s’exprime depuis quelques jours dans les médias, comme ce matin sur Europe  1 (voir ici) . Et elle est inquiète:  aucune nouvelle des ravisseurs. ” On ne sait même pas s’il est en vie”, a-t-elle confié aux médias.

Nous partageons cette inquiétude et souhaitons vivement retrouver Stéphane et ses compagnons.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire