CFA de Bonneuil : l’AFMAé se tortille… Mais que veut-elle? De l’argent?

Finalement, J-P Blazy (et ma voisine Nicole, qui avait soulevé le lièvre) avait raison:  le CFA des métiers de l’aérien de Bonneuil-en-France (et sa section de Villepinte Paris Nord 2) est bien menacé de fermeture.

Nous avons contacté hier matin Mme Caristan, déléguée générale de l’AFMAé (l’association qui porte les différents CFA des métiers de l’aérien, dont le siège est à Massy -Vilgénis- 91). Un peu perturbée, elle ne répond pas à la question, mais me dit qu’elle doit d’abord envoyer un courrier aux maires concernés et qu’elle me rappelle à 18h. En fait, c’est vers 19h que  M. Laurent Couppechoux, responsable des relations extérieures de l’AFMAé,  m’appelle.

J’avais juste avant contacté le sénateur-maire du Bourget, Vincent Capo-Canellas, qui venait de recevoir le courrier en question et qui me l’a transmis tout de suite. C’est à lire ici et c’est carrément… incroyable! Ça commence comme ça : “Comme vous le savez, le projet (…) de l’Afmaé vise à s’installer durablement dans le nord de Paris” . Tout ça pour dire, quelques lignes plus loin  qu’ils vont effectivement transférer “provisoirement” les centres de Bonneuil et de Villepinte à Massy, c’est à dire à perpet’ la galette.

Mais ce n’est pas tout: en mêmes temps, les signataires de la lettre, après avoir déploré un curieux “contexte de réduction des financements des CFA, souhaitent rencontrer lés élus concernés “au plus vite” pour examiner une éventuelle “approche partagée (…) susceptible de renforcer telle ou telle forme de partenariat, afin de consolider une dynamique durable d’ancrage territorial”. Ouf ! Un record de langue de bois !

En fin d’après midi, un communiqué de presse était pondu par l’AFMAé (à voir ici) qui reprend, en termes tout aussi abscons, le contenu du courrier envoyé aux maires.

Voici les questions que nous posons:

– les CFA reçoivent-ils moins de financement de la Région (compétente en matière de formation professionnelle) ? Si oui, dans ce cas pourquoi moins et pourquoi les autre CFA ne ferment-ils pas? Si non, on peut déduire, en lisant à peine entre les lignes du courrier que l’AFAMé demande de l’argent aux mairies !

– Au moment où tout le monde s’accorde à dire qu’il manque des formations dans la région de Roissy, on transférerait au sud de la région parisienne ce CFA dont les formations sont en totale harmonie avec le bassin d’emploi (CDG, Le Bourget, Air France,  Air France Industrie…) ?

Aux élus de s’emparer du dossier, maintenant. On essaiera de joindre le vice président du Conseil régional, en charge de la formation professionnelle, M. Maurel, pour savoir ce qu’il pense de tout ça.

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire