Seine-Saint-Denis Avenir a été dissoute. Le département reprend en direct l’action économique

L’agence de développement économique du 93, Seine-Saint-Denis Avenir (SSDA), a été officiellement dissoute le 29 juin dernier, suite  une réunion de son Conseil d’Orientation et de Surveillance, présidé par Claude Bartolone, désormais président de l’Assemblée nationale (nous saluons au passage cette élection).

Les raisons? “Economies !” pour le budget départemental, au plus mal depuis des années. SSDA, successeur du Comex, bénéficiait depuis sa fondation en 2008, d’une subvention annuelle de quelques 2.3 millions d’euros du Conseil général (CG). Depuis un moment, le CG s’interrogeait sur le devenir de cette agence, dont l’ancien Directeur n’avait pas été remplacé… Vous trouverez les détails dans la résolution’ adoptée presque à l’unanimité par le Conseil de Surveillance ici. Le CG va en fait recréer un “service économique” et reprendra la marque SSDA .

Francis Dubrac, qui était président du directoire de SSDA a exprimé sa tristesse, dans un article du Parisien 93 qui a rendu compte de la dissolution.

Notre avis : tristesse aussi, mais il faut réfléchir plus avant…

On partagera ici la tristesse de l’excellent Francis Dubrac, pilier et mémoire de l’action économique de la Seine-Saint-Denis. On aura aussi une pensée émue envers M. Yvon Gattaz, qui fut, courageusement l’initiateur du Comex, à une époque où la majorité communiste du CG 93 ne voulait pas entre parler d’agence de développement économique et passait son temps à pourfendre les entreprises.

Cela étant dit, je ne suis pas sûr que, ces dernière années, SSDA ait fonctionné à hauteur du budget conséquent dont elle était dotée.

Outre les économies indispensables à faire, au CG 93 comme partout, un des arguments développés par Claude Bartolone (via la délibération citée plus haut) et de “chercher à mieux organiser le développement économique au niveau régional”. On ne pourra pas reprocher à Claude Bartolone de négliger le développement économique (relire à ce sujet l’interview qu’il nous avait accordée en 2008), même si, ces trois dernières années auraient pu être plus fécondes. Mais l’idée de chercher une solution au niveau régional est bonne, me semble t-il. A condition de trouver les voies et moyens pour une organisation décentralisée assurant la promotion, sans discrimination et avec efficacité, de tout l’espace économique de l’Ile-de-France. Cela passerait par une refonte de l’ARD, mais, ça c’est pas gagné…

Car il y a trop, assurément, de redondances, de doublons, de “triplons”, voire plus . Que veut dire aujourd’hui en effet la seule promotion, surtout à l’étranger ou dans les salons internationaux, de telle ou telle partie du territoire de la région parisienne?  Et, imaginons un instant l’efficacité de la mutualisation des moyens actuellement déployés par les 8 départements de la RP (sans compter l’action des multiples agences “locales”) ?

Voici un sujet de réflexions et de débat…

EV

EV

Partagez cet article

1 réflexion au sujet de “Seine-Saint-Denis Avenir a été dissoute. Le département reprend en direct l’action économique”

Laisser un commentaire