La réquisition du procureur au procès de Paternotte: “comportement indigne”. 2 ans de prison avec sursis, 50 000 € et 2 ans d’inégibilité, des sanctions lourdes contre sa femme et le notaire

Bon, avant la suite de RoissyMail en morceaux demain, cette nouvelle : c’était aujourd’hui le procès de Paternotte (comme nous vous l’avions annoncé en juin dernier (voir ici) , de sa femme et de son notaire , ce jour au tribunal correctionnel de Nanterre.  Selon le Parisien (on line, à voir ici) , le procureur de la République (qui défend la société)  a dénoncé un “comportement indigne” de la part de l’ancien député UMP de Roissy: “Il a utilisé son titre de maire pour faire accélérer les choses, et avoir ses entrées auprès de Mme Kielar (NDLR, la propriétaire de la demeure dont il avait obtenu une partie)», a condamné le procureur en dénonçant «le comportement indigne» de l’élu” rapporte le chroniqueur judiciaire du Parisien, Frédéric Naizot, qui suit l’affaire dès le début.

Le procureur a requis : deux ans de prison avec sursis pour Paternotte, assortis de 2 ans d’inéligibilité et de 50 000 euros d’amende. Pour sa femme, huit mois avec sursis et 50 000 euros, et “dix-huit mois de prison avec sursis, 10 000 € d’amende et deux ans d’interdiction d’exercer à l’encontre de Me Patrice Planchon, le notaire qui a rédigé l’acte de donation, qui comparait pour complicité. Le jugement devrait être mis en délibéré” rapporte toujours Le Parisien.

Notre avis : toujours “indigne”

Indigne, c’est ce que nous avions écrit voici presque 6 ans dans RoissyMail, s’agissant d’un maire qui accepte, d’une manière ou d’un autre, un bien d’un de ses administrés, sans même, jusqu’à’ à aujourd’hui, penser ou même évoquer une quelconque présomption de culpabilité d’abus de faiblesse de la part de Paternotte. Nous avions rappelé cette indignité dans RM  639 au chef de l’UMP 95, le député M. Poniatowski . Ce qui nous avait valu une menace d’une plainte  portée par l’avocat parisien de Paternotte, “avec constitution de partie civile” pour mise en cause de la présomption d’innocent de l’actuel maire de Sannois (voir ici).

Nous attendons toujours (de pied-ferme)  la plainte en question, sur laquelle nous sommes d’une sérénité céleste. En plus, il vous faut savoir que Paternotte a fait voter (avec difficultés) une délibération par la majorité du Conseil municipal de Sannois, pour autoriser le mis en cause à dépenser sur les fonds de la ville quelques milliers d’euros d’avocat (8 de mémoire) pour m’attaquer en justice.  Allons-y ! J’aurais seulement les mêmes mots (mais sans la connotation pénale) que le procureur : “indigne”.

Je veux bien être condamné pour ça !

On vous tient au courant

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire