CDCI 77 : au nord-ouest rien de nouveau…

B.Corneille et Y. Albarelo, samedi à Moussy-le-Neuf

La CDCI (Commission départementale de coopération intercommunale) de Seine-et Marne s’est donc réunie comme prévu vendredi dernier à la préfecture de Melun.

Comme prévu, le point qui était inscrit à l’ordre du jour initial (la création d’un Communauté de communes entre Mitry-Mory et Compans) a été retiré pour “permettre la poursuite de la concertation”. A notre connaissance, la préfete Nicole Klein n’a pas donné de précision sur ce point lors de la réunion. Pas de communiqué de presse, rien sur le site de la préfecture (au moins jusqu’à ce dimanche soir)…

Ce qui fait qu’à ce jour, la situation est toujours la même : Mitry et Compans sont “virtuellement” destinés à rejoindre la CA Terres de France (93) et Villeparisis, toujours vouée à rejoindre la CA de Chelles (Marne et Chanteraine) selon le schéma “adopté” l’an passé.

On perd du temps… Mais les discussions avancent et les deux parties commencent à se parler. Mais une chose est certaine: on ne peut pas demander à Mitry, Compans et Villeparisis de participer à un COPIL sur le projet de CDT de la gare  du Mesnil, que leur place est légitime, et ne pas engager des négociations pour leur participation à la “Grande interco”.  Sinon, il faut rester dans la même logique et demander à ces trois communes de “rentrer” dans le CDT commun à Terres de France et à Roissy Porte de France

Par ailleurs, je relisais tout à l’heure le compte rendu de la CDCI du 30 mars dernier ( voir sur la page interco de la préfecture, où on ne voit pas la carte du SDCI…). Il est noté une demande de correction du compte-rendu de la  CDCI précédente (du 15 mars) sur ce passage : “le risque d’une opposition entre le pôle de Villeparisis et le pôle de Claye-Souilly est fort et très rapidement, la gouvernance d’un tel ensemble deviendrait impossible“. Le secrétaire général de la préfecture, qui prononçait cette phrase pour conforter le refus préfectoral de Mitry, Compans et Villeparisis serait bien avisé de penser à la situation qui prévaudrait si, par extraordinaire,la “Grande interco” ne se faisait pas.

Ledit passage a été retiré…

A suivre…

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire